A Fleur de Peau

In Shadows And Dust

21/12/2017

Autoproduction

Il n’y a pas que les allemands, les sud-américains et les polonais qui soient des cadors en Black Death vintage et sans pitié. Nous avons aussi en notre beau pays des valeurs sûres du créneau, qui jouent crânement leur carte, sans se soucier des voisins, et qui depuis quelques années alignent les albums parfaits méritant largement une extraction des ténèbres dans lesquelles ils sont plongés. C’est le cas du one-man-band IN SHADOWS AND DUST, fondé en 2014 du côté de Saint-Germain-en-Laye, et mené de gant de fer par le multi-instrumentiste Stéphane Thirion. Influencé par une myriade de combos variés qu’il se plaît à citer sur sa page Facebook (GRAVE, DISMEMBER, ENTOMBED, NIGHT IN GALES, IN THY DREAMS, GATES OF ISHTAR, THE EVERDAWN, WITHERING SURFACE), ce musicien autodiscipliné fait preuve d’une extrême rigueur dans son travail, sanctionné jusqu’à lors de deux albums longue-durée (Soul Crusher en 2015 et Messe Noire en 2016), production aujourd’hui augmentée d’un troisième LP au titre assez évocateur et contradictoire d’A Fleur de Peau, qui d’un côté, hérisse les sens de son approche formellement classique, et qui de l’autre fait fi de toute émotion pour se vautrer dans un Black à tendance Death parfaitement barbare et cruel. Dualité intéressante donc que cette troisième voie, pas forcément diplomatique, mais salement épidermique qui a dû exiger de son auteur une somme de travail conséquente, tant ses pistes sont travaillées et léchées pour ne sonner ni propres ni trop modernes, sans tomber dans le passéisme vulgaire et sans intérêt.

Pourtant, l’homme partage des vues avec certains grands anciens, qui n’étaient pas non plus particulièrement portés sur l’empathie et l’euphorie musicale. On sent toujours dans sa musique des éléments inhérents au BATHORY le plus rudimentaire, ainsi que quelques allusions au IMPALED NAZARENE d’enfer, le tout dilué dans des mélodies éphémères qui permettent aux chansons se respirer, et de ne pas s’étouffer dans leur propre vomi de pénombre. Il n’est évidemment pas interdit non plus de noter des réminiscences de la monstrueuse scène Death scandinave, spécialement lorsque les riffs s’assombrissent et s’épaississent, ce qui aboutit à un mélange détonnant de puissance, suggérant un retour en grâce de l’ENTOMBED le plus disgracieux à la vilénie augmentée d’une rythmique nucléaire et Crust (« Slay »). En gros, un énorme melting-pot empruntant à divers courants leurs aspects les plus symptomatiques et nauséeux, pour provoquer un double sentiment d’attirance-rejet, fonctionnant à divers niveaux, mais atteignant son but sur chaque plan. La logique dans la continuité du travail est patente, et chaque nouveau témoignage d’IN SHADOWS AND DUST est un pas de plus vers la perfection de l’imperfection, l’homme ne cherchant surtout pas à fédérer, mais plutôt à attirer dans ses filets les plus déviants des fans de Metal extrême. Et il y parvient sans problème, en variant les tempi, en digressant sur des riffs classiques, ou en laissant la basse aux avant-postes pour soudainement exploser d’une tempête de blasts gelés (« Take My Soul », mais elle est déjà damnée). La voix de Stéphane est toujours aussi rauque et raclée, et nous remémore les débuts de la scène BM nordique, particulièrement lorsque l’instrumental se met au diapason de la violence et de la rigidité cadavérique des guitares (l’intro diabolique de « Hate », qui en effet persuade de sa misanthropie sans forcer), ou que le concepteur avoue des perspectives noyées dans les ténèbres les plus figées (« All Is Black », limite Techno-Death Black par instants, mais résolument méchant).

La force du projet réside toujours dans cette faculté de nous écraser les sens d’une attaque ininterrompue de brutalité, tout en modulant les thématiques pour ne pas lasser. Cette conception s’articule autour de changements de rythmes incessants, qui loin de handicaper l’écoute ont plutôt tendance à la dynamiser, alors que le tronçonnage infernal des guitares ne semble marquer aucun temps mort (« Empty World »). Il est certain que l’ambiance se dégageant de l’ensemble pourra laisser de marbre les plus exigeants, qui attendront plus qu’un simple déferlement de haine, et qui se montreront aussi agacés par des passages harmoniques qu’ils trouveront hors contexte, mais on ne peut qu’être admiratif face à la culture extrême d’un homme qui synthétise tout ce que le Metal à de plus noir et véhément pour créer un monde aux contours tranchants (« Falling Into Shadows », ou comment réconcilier MARDUK et PESTE NOIRE autour d’un banquet Death N’Roll). Aucune baisse d’intensité à noter, bien au contraire, l’album avançant à pas menaçants, se voulant de plus en plus lourds et concassants (« Mind War »), aucune baisse de régime non plus à craindre du côté de l’inspiration, qui profite d’un timing savamment mesuré pour éviter la redite et les citations lassées. Et lorsque l’homme se pare d’atours Heavy, on sent la peur s’immiscer dans les débats, avant qu’une fois encore, la batterie ne s’envole vers des enfers Black/Crust aux BPM multipliés (« Guillotine »). La profession de foi est si sincère que Stéphane termine sur un ultime aveu de noirceur, concédant que les abimes ont envahi son cœur (« Black Heart » et ses passages en double dignes d’un BEHEMOTH en rupture de haine).

Difficile à l’écoute d’A Fleur de Peau de croire qu’un seul homme soir responsable de tant de chaos, ce qui démontre qu’il vaut mieux l’être que mal accompagné. On imagine d’ailleurs assez mal quel besoin Stéphane aurait de s’entourer de comparses alors même qu’il gère tous les secteurs de jeu avec un brio indéniable, et qu’il poursuit sa course en solitaire sans jamais ramer. Un album aussi noir qu’une nuit sans lune, qui nous perd aux frontières des univers Death et Black, sans jamais choisir son camp, mais sans trahir non plus l’un ou l’autre. Abrasif, persuasif, brutal et pourtant façonné, ce troisième LP place le projet sur orbite, et surtout, au rang des plus grands créateurs d’un genre qui n’en est pas vraiment un, mais qui n’a pas besoin d’étiquettes pour exister hier comme demain. Belle réussite, qui laisse des stigmates sur la peau, pas de celles qui annoncent des miracles à venir, mais plutôt l’arrivée d’un nouveau fléau, contaminant l’humanité d’une peste sonore sans remède.


Titres de l'album:

  1. A Fleur de Peau
  2. Hate
  3. Betrayal
  4. All Is Black
  5. Falling Into Shadows
  6. Slay
  7. Take My Soul
  8. Empty World
  9. Storm of Revenge
  10. Mind War
  11. Guillotine
  12. Black Heart

Site officiel


par mortne2001 le 11/01/2018 à 14:47
78 %    862

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

@Jus de Cadavre : ok my bad ;)Moi non plus, je ne demande pas un Focus 2, m'enfin l'une des bases de Cynic (le Death) n'est vraiment plus là.Ici, j'ai l'impression d'écouter une musique planante pour junkies huppés rêvant de s(...)

16/09/2021, 20:39

Wildben

@Chemikill Et ce n'est pas du tout ce que je lui demande !

16/09/2021, 18:52

Chemikill

@widben je ne pense pas que masvidal ait envie de reproduire un focus. 

16/09/2021, 18:21

Jus de cadavre

Je n'ai pas mis Sean Reinert car il n'était plus dans le groupe depuis des années au moment de sa mort (ce n'est pas un oubli

16/09/2021, 18:08

Gargan

5 labels d'un coup, chaque membre du groupe a le sien ? 

16/09/2021, 16:45

Wildben

Je trouve l'extrait dans la lignée de leurs dernières prods : agréable mais malheureusement très loin d'un Focus. Après, comment arriver à reproduire un tel chef d'oeuvre ?

16/09/2021, 16:23

Arioch91

Après avoir vainement tenté de tenir bon en écoutant les 6:25 de l'extrait proposé et m'étant arrêté au bout de 4:29, je confirme : NEXT !

16/09/2021, 16:10

Gargan

Ça s’écoute avec un grand verre de cognac à la main, pour le prétexte d’avoir un grand verre de cognac à la main.

16/09/2021, 13:14

Chemikill

C'est une bonne claque pour ma part. 

16/09/2021, 12:52

K

Dobrze,  jechać  luczyka.

16/09/2021, 11:53

Gerggg

Tout comme arioch pour moi c’est du jazz, pas du death 

16/09/2021, 10:45

Arioch91

Bonjour,tu oublies la disparition du batteur, Sean Reinert, survenue également en 2020.Pour l'album, je sais pas trop. Autant j'avais adoré Focus, autant je m'étais fait chier en écoutant Traced in Air. Donc là, je ne me fais pas tro(...)

16/09/2021, 08:51

Bones

  

15/09/2021, 12:33

Humungus

Et le pire, c'est que j'ai perdu 3 min à vérifier si tout ceci était réellement du polak... ... ...

15/09/2021, 08:42

Bones

Dobra zabawa na placu zabaw. Dzięki chłopaki !   

15/09/2021, 07:32

Jus de cadavre

Alors en anglais à la limite ok, mais en polonais ça va devenir compliqué les gars   !

15/09/2021, 07:03

Blackdeedee

   lubczyk chooj wozi gnoj na gumowych taczkach ...

15/09/2021, 02:00

Zygzak

Straszna kupa

14/09/2021, 22:05

Bones

Pas besoin d'anorak, ça chauffe ici.

14/09/2021, 12:34

Humungus

Et bah dites donc... ... ...

14/09/2021, 09:33