We’re going to make America great again  

Ça aurait pu marcher, ça aurait pu préfigurer d’un nouveau prophète apte à redonner à l’Amérique sa grandeur post WWII, mais émanant d’un crétin congénital comme Donald Trump, homme d’affaire à l’opposé du self-made-man érigé en tant que rêve absolu, tout ça sonnait comme l’hallali annoncé, comme la résignation crasse d’un pays qui ne sachant plus vers qui se tourner pour faire résonner son histoire, finissait par provoquer la catastrophe pour éviter le cataclysme. Et entre les aveux d’impuissance, les déclarations à l’emporte-pièce, les provocations de gamin avec son homologue coréen, et les saillies conseillant d’attraper les femmes par les couilles, il devenait de plus en plus flagrant que l’Amérique des natives était cette-fois bien morte et enterrée. Donnons alors des flingues aux profs, et laissons le massacre commencer. Peut-être que la renaissance viendra d’une mort annoncée, celle de la liberté, et de l’intelligence du vivre-ensemble. Tout ceci n’a pas échappé à l’artiste qui avait su conspuer en son temps le fléau Bush, lui consacrant même un album, et le parallèle est d’ailleurs troublant de bêtise. Même QI au ras des pâquerettes, même haine de « l’autre », ce mexicain tout juste bon à construire le mur le séparant de sa famille ou ce nègre tout juste bon à gonfler les statistiques de prisons nationales, et même folie ambulatoire, sans chirurgie compensatoire, pour un avenir aussi sombre qu’un album de…MINISTRY. On le sait, Al “Fucking” Jourgensen aime son pays, mais en déteste les aspects les plus conservateurs et belligérants. Il s’est toujours posé en observateur chafouin des mésaventures de sa nation, mais aussi plus simplement, en chantre d’un Metal à tendance industriel qu’il a pratiquement inventé à lui seul, si ce n’était pour Jaz Coleman. Alors, après l’annonce il y a plus de dix ans affirmant que The Last Sucker serait l’ultime projet de sa créature, et après avoir ingurgité deux pamphlets supplémentaires (Relapse et From Beer To Eternity, sympathiques, mais pas forcément essentiels), tout le monde savait très bien que l’élection d’Orange is the new Crack à la tête du pays allait faire réagir notre dreadlocké préféré. Et ça n’a pas traîné, oh non. La preuve.

Grab them by the pussy.

Sauf qu’Al a une fois encore décidé d’attraper les mentalités par les burnes et de secouer le temps de cerveau laissé disponible par les médias pour réveiller les consciences. Est-ce vraiment le monde dans lequel vous souhaitez vivre ? Telle est l’injonction en forme de fausse question posée par ce nouvel album, cet Amerikkkant aux trois lettres si symboliques faisant référence à cette congrégation nauséabonde qui semble connaître un réel regain d’intérêt. On savait l’homme désabusé, et peu enclin à continuer l’aventure sans son complice de toujours Mike Scaccia (ce qui ne l’a pas empêché de produire deux LP supplémentaires sans lui), à tel point qu’on le pensait plus intéressé par l’aventure SURGICAL METH MACHINE que par un quelconque avenir de sa machine ministérielle. Mais c’était sans compter sr sa légendaire colère qui lui fit arracher le combiné de son socle pour rappeler ses troupes au combat. Mais la colère n’étant pas toujours bonne conseillère, on se demandait clairement ce qu’il allait bien pouvoir hurler à travers le haut-parleur qui n’ait pas déjà été vociféré par des masses laborieuses, peu satisfaites de la tournure des choses. Attentats, inégalités, bêtise crasse, scandales répétés, affaire Weinstein, le terreau était fertile à l’explosion d’une vraie diatribe qu’on attendait depuis trop longtemps (le parcours de MINISTRY a été plus qu’erratique depuis les années 90), et qui finalement…n’en est pas vraiment une, ou peut-être la plus adaptée à une période trouble et mouvementée qui fait danser les pantins sur le mur de la honte. Et peu importe de savoir que la construction de ce mur remonte à des mandants antérieurs, il fallait à Al un exutoire, qui s’incarne aujourd’hui par une poignée de morceaux parfaitement en adéquation avec leur temps, et qui nous ramènent même aux plus grands éclairs de haine brute et blanche des années 80, comme l’incarnation d’un Post-Indus que peu pourraient prétendre égaler. Beaucoup se sont montré déçus de l’orientation prise, pointant du doigt le discours éclaireur maladroit « Antifa » pour étayer leurs thèses contradictoires. S’il est certain que ce titre est loin de l’acmé que nous étions en droit d’espérer, il n’est heureusement pas symptomatique d’un album qui se pose en bande-son d’une apocalypse programmée. On pourrait presque à la rigueur voir en Amerikkkant l’équivalent des sonnets énervés des PUBLIC ENEMY, transposés dans un vocable rêche et purement Metal, quoiqu’on en dise. En accordant de plus en plus de place aux samples, bruitages/témoignages et autres fragments de discours lénifiants et désespérants, Jourgensen s’est mis en phase avec les obsessions contemporaines, et nous brosse le tableau d’une Amérique perdue dans le bruit et la fureur, ne sachant plus vraiment dans quelle direction s’enfuir, évitant les tirs des snipers des fake news sans vraiment pouvoir se faire leur propre opinion. Et cette course effrénée vers un avenir peu éclairé est sans doute la force de ce nouvel album qui lui aussi part dans tous les sens, sans oser affirmer l’inévitable. L’Amérique est probablement foutue, et personne n’y peut rien.

I think if this country gets any kinder or gentler, it's literally going to cease to exist.

« Cease to Exist », ou comment apparenter la maison Blanche à une démarcation de la famille Manson, préfigurant un Armageddon racial et économique. Ce judgement day, MINISTRY l’anticipe, et en tire des conclusions tout sauf hâtives. Sans chercher à convertir les masses à son point de vue ferme et féministe (ou plus génériquement, humaniste, si tant est que le concept ait encore un sens), Jourgensen, tente de les ramener sur le chemin de la lucidité par des morceaux tortueux et violents, d’une violence sourde et larvée, jamais complètement avouée ou déclarée, mais plutôt insidieuse. Et ce sont sans doute ces interventions les moins prévisibles qui confèrent à ce nouvel essai ses injonctions les plus pertinentes. Oublions un peu le gimmick de transposer le myxomatosé Burton C Bell sur le plutôt prévisible « Wargasm », qui se contente d’une transposition un peu facile de l’usine à peur dans un contexte globalement Indus, mais maladroit et très naïf (d’autant que la performance du vocaliste erratique n’a rien de bien convaincant), et concentrons-nous plutôt sur le phénoménal et imposant « Twilight Zone » pour argumenter. En plongeant les idées les premières dans un marigot de répétitions concentriques sur fond de beat lourd de sens, Al nous offre un panorama de sa nation qui ne laisse que peu de place à l’interprétation. On y sent ses inclinaisons les plus formelles, et surtout, l’état dans lequel il s’est trouvé lorsque le visage orangé de cette starlette de télé-réalité affairiste est apparu sur son écran, accompagné d’un pourcentage beaucoup trop élevé. On y retrouve la lourdeur de « Scarecrow », accompagnée d’un choix de samples bien étudiés, pour nous immerger dans un passé où les choses n’allaient pas franchement mieux, mais pas pire pour autant. C’est en unissant son glorieux parcours et son LP le plus emblématique à la distorsion actuelle que Jourgensen tisse ses trames les plus attirantes, et nous détourne d’une trop longue attente. Et des morceaux de cette trempe, on en trouve trois sur cet Amerikkkant qui rendra son verdict dans plusieurs années.    

Please don't feel so stupid or insecure, it's not your fault.

Silence, puis le rideau tombe. Celui de « Victims of a Clown », au message clair comme une adaptation des standards groovy des nineties, via cette rythmique plombée mais chaloupée, et ce chant noyé dans les extraits sonores s’affrontant genre guerre des étoiles sans missiles ni Jedi, du moins pas encore. Une fois de plus, l’oppression, la confusion sont parfaitement incarnées par une bande son chargée, striée de scratches et de riffs purement métalliques, qui dépeignent cette fameuse Amérique blanche fascinée par cet entrepreneur de fortune qui n’a pas peur de dire les conneries qu’on est en droit d’attendre de lui. C’est un titre tendu, ondulant, aussi sexuel qu’impitoyable dans ses décibels, et une fois encore, la validation d’une réunion qui n’attendait qu’une simple étincelle électorale pour exploser. Cette explosion, on la retrouve faussée sur le final éponyme, qui ne fait pas grand cas de son écœurement spéciste et raciste, et qui se souvient dans ses derniers fragments évaporés du « bon vieux temps », ou les négros se retrouvaient suspendus à un arbre, une corde fermement attachée à leur cou. Le leader vomit sa bile, et traine son spleen le long d’un instrumental sans nuances, qui tient plus d’une résignation face à l’adversité que d’une révolte assumée. Mais comment en vouloir à un rebelle de se sentir fatigué de tant de stupidité, et écœuré de voir ses contemporains opter pour la solution en impasse de facilité, cette solution qui les emmène droit dans ce mur que leur dirigeant voit comme l’ultime rempart protégeant la pureté de SA race. Alors oui, Al Jourgensen via ce nouvel album ne vous caresse pas dans le sens du poil, mais là n’a jamais été son intention. Ce qui ne l’empêche absolument pas de signer une œuvre essentielle, qui pourra, avec un peu de patience, devenir aussi séminale que Psalm 69 et The Land of Rape and Honey. Pas par le biais le plus facile qui soit, mais qui a dit que la facilité était mère de créativité ? Vous pouvez détester Amerikkkant pour ce qu’il est, pour cette recherche d’absolu handicapée par des accès de facilité, mais vous ne pouvez pas le détester pour ce qu’il n’est pas. Une simple pierre de plus à l’édifice, et un rempart laissant la folie à l’extérieur. Car Al est tout sauf fou, il est même l’un des plus lucides d’entre nous. Et Amerikkkant n’est rien de moins que l’héritage de bruit et de fureur de la génération Punk, qui s’est tue depuis la mort des RAMONES.

We’re going to make America great again.

 Mais quelle Amérique ?


Titres de l'album:

  1. I Know Words
  2. Twilight Zone
  3. Victims Of A Clown
  4. TV 5-4 Chan
  5. We're Tired of It
  6. Wargasm
  7. Antifa
  8. Game Over
  9. AmeriKKKa

Site officiel


par mortne2001 le 18/03/2018 à 14:25
85 %    214

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


rasloik
@78.192.38.132
19/03/2018 à 20:05:51
ultra daubesque tant sur la forme que sur le fond

Simony
membre enregistré
19/03/2018 à 21:53:42
Je trouve malheureusement que le discours du Monsieur a perdu en crédibilité, je me retire, je reviens, je me retire, je reviens, je me retire, je reviens, on croirait une de mes soirées masquées !

Ajouter un commentaire


Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !