Angel Born

Images Of Eden

26/03/2021

Pavement Entertainment

Cinquième album en vingt-trois ans d’existence pour les américains d’IMAGES OF EDEN, trois ans après l’apprécié Soulrise produit par la légende Bill Metoyer. Second longue durée chaperonné par Pavement Entertainment, soit une logique dans la continuité, et une musique qui continue d’explorer les recoins du Metal progressif des années 90. Ne le cachons pas, le quintet de York, Pennsylvanie ne prend aucun risque et reste sur une ligne de conduite très claire, en convergence du Heavy le plus classieux, d’un Power juteux et d’un Progressif peu aventureux, pour produire des disques solides, à défaut d’être originaux. Mais avec quatre albums à leur actif, de nombreuses tournées et une fanbase totalement dévouée, pourquoi s’aventurer hors d’une zone de confort cosy, d’autant que les musiciens s’y sentent de plus en plus à l’aise, passant d’un fauteuil de mélodies à un canapé de violence. Une fois encore, Angel Born mixe avec bonheur les diverses influences, et nous propose des morceaux élaborés, riches, truffés d’harmonies vocales et de soli homériques, de quoi remplir les coffres des passionnés d’une nostalgie sincère et de qualité.

« Angel Born est un phare de lumière dans les ténèbres de notre monde auquel tout le monde peut se fier. Cet album est un message d’espoir et d’inspiration universel, qui se transpose dans une vie de combat personnel et de cette douleur à laquelle nous devons faire face. Ses morceaux soignent l’âme et amplifient la force, le courage dont nous avons tous besoin pour affronter les dures réalités de notre monde actuel. On dit souvent que la musique soigne l’âme, mais il est vrai que vous pouvez sentir le changement en vous, lorsque la musique pénètre vos sens. Cet album est la résilience dont nous avons tous besoin ! »

Ce sont les mots du chanteur Gordon Tittsworth et du batteur Steve Dorssom, mots certainement partagés par le reste du line-up (L. Dean Harris - piano et claviers, Eric Mulvaine - basse/chœurs, Victor Morell - guitare et Michael Wolff - guitare), mais aussi par les fans du groupe qui découvriront une œuvre classique, toujours aussi emprunte de formalisme, mais qui parvient à placer ses billes avec beaucoup d’intelligence et de lucidité. Dans les faits, ce cinquième album ne déroge à aucune règle, et se complait à trouver son inspiration du côté du DREAM THEATER des années 90, et du VANDEN PLAS de la même époque. Evidemment doté d’une gigantesque production aux guitares puissantes et affutées, à la rythmique profonde et percussive, mais aussi à l’acoustique délicate et ciselée, Angel Born ne lésine pas avec la quantité et dépasse l’heure de jeu en plaquant douze moraux de durées conséquentes. Néanmoins, grâce à une créativité nostalgique probante, le timing passe comme dans un rêve, chacun des chapitres faisant avancer l’aventure à son rythme, et l’ensemble dégageant effectivement une impression d’optimisme et de croyance en des jours meilleurs, voire à une force supérieure capable d’arranger les choses dans une époque trouble et troublée.

Musicalement, la recette est toujours la même. Une base Heavy solide, avec duels de guitares symptomatiques, chanteur puissant au timbre lyrique, musiciens rodés à l’exercice qui lâchent quelques petites prouesses techniques sans verser dans la démonstration roborative, quelque plans plus denses que la moyenne, des arrangements ludiques qui immergent dans l’histoire, et surtout, des tonnes de mélodies fondues dans la puissance globale (ou pas, selon les interventions plus soft). Une approche formelle donc, mais un label de qualité qui ne se dément pas avec les années, et qui est ici porté à son paroxysme. Sans aller jusqu’à clamer que ce cinquième album des américains fait partie de leurs achèvements les moins discutables, on peut raisonnablement affirmer qu’ils ont atteint un point de maturation n’atténuant pas leur enthousiasme, et en découvrant les premières pistes, on comprend que l’énergie est là, animée d’un certain esprit de revanche sur un destin capricieux qui nous isole de plus en plus. Le rassemblement est donc le mot d’ordre de cette réalisation, qui n’hésite pas parfois à aller puiser du côté des seventies du ZEP de quoi nous offrir un ciel plus ouvert (« If? »).

Difficile de se livrer à une analyse exhaustive de l’œuvre, tant les morceaux sont riches pleins et variés. On pense même à l’écoute à un mash-up entre le magique Images and Words et le séminal Awake de qui-vous-savez, et ce passéisme qui plane au-dessus des compositions nous ramène même au QUEENSRYCHE le plus impérieux et équilibriste. 

Et après une coutre intro très prévisible, « Autumn Is Burning » entame son travail de sape en lâchant l’un des riffs les plus redondants de cet album, un riff hypnotique qui nous plonge immédiatement dans le monde coloré mais aussi sombre d’IMAGES OF EDEN. Entre violence et syncopes rythmiques, nappes d’harmonies chantées à plusieurs voix, breaks apaisés et soli enflammés, le quintet se livre à un véritable exercice de style qui trouve son pinacle dès les premières mesures de l’album, avec un « Angel Born » agressif à souhait qui nous replonge dans les « 6 :00 » et autres « Caught in a Web ». Très en verve, le groupe essaie tous les angles, de la délicatesse d’une entame pastorale sur « Fight The Good Fight » à la rudesse d’une attaque thrashy sur « War Room », histoire de concrétiser ses visions thématiques avec la musique la plus idoine possible. Image de son époque, cet album joue donc les contrastes, se montre peut-être parfois un brin insistant dans les thèmes, mais dégage une énorme énergie centripète qui redistribue l’espoir.

Il est possible de rester de marbre face à cette démonstration un peu utopique sur les bords, de résister aux arrangements un brin pompier (« Serenity Reign »), mais on ne peut qu’être d’accord avec la déclaration faite par Gordon Tittsworth et Steve Dorssom en préambule de la sortie de l’album, et reproduite en début de chronique. Leur phare émet même sa lumière la plus puissante à l’occasion du final de « In Memory Of Me », qui en onze minutes passe en revue toutes les figures imposées du Metal progressif historique avec nappes de synthés, cordes reproduites, crescendo futé et humanité traduite en musique.

Trois ans pour en arriver là, trois années exploitées à fond dans un contexte de pandémie mondiale pour offrir à la planète un sourire, une voie à suivre, et éventuellement une issue plus heureuse qu’on ne le pensait. Un album généreux, lumineux, dont le classicisme avoué tient plus d’un  langage universel que d’un manque de créativité. Et tout le monde le comprendra. 

      

                                                

Titres de l’album:

01. Autumn Is Burning

02. Angel Born

03. My Promise

04. Where Dreams Begin

05. If?

06. Killing God

07. Fight The Good Fight

08. War Room

09. Serenity Reign

10. Animation In A Still World

11. Marigold Sun

12. In Memory Of Me


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/11/2021 à 15:09
80 %    38

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54