Boreal Despair

Skythala

18/11/2022

I, Voidhanger Records

Après Frontiers, c’est au label américain I, Voidhanger Records de lâcher les chiens, et autant dire que la curée a un goût beaucoup plus sanglant. On connaît l‘inclinaison de la maison de disques envers les groupes originaux, bizarres, étranges, expérimentaux, et avec cette salve de sorties, cette dite inclinaison de voit renforcée, notamment avec cette première incongruité brutale qu’est SKYTHALA. Selon la légende, SKYTHALA serait issu d’un label underground connu sous le nom de Moonlight Cypress Archetypes, et ses membres viendraient de Knoxville et Nashville, Tennessee, mais aussi du New Jersey, ce qui ne fait qu’épaissir le mystère qui entoure cette première réalisation…tout sauf franche et claire.

SKYTHALA dans les faits, incarne le meilleur de l’avant-garde, si décriée lorsqu’elle est promue par des groupes aux gimmicks faciles et à la cacophonie trompeuse. En six morceaux seulement - mais de gros morceaux - Boreal Despair évoque comme son titre l’indique une crise d’angoisse sous l’aurore boréale la plus étrange qui soit, et entre larmes et rires sardoniques, entre riffs déviants et chant sous-mixé, SKYTHALA nous entraîne dans un voyage unique, dont on revient profondément transformé.

Construit autour d’une progression en six compositions de plus de huit, neuf et dix minutes, Boreal Despair dégage une mystique impénétrable, et traduit dans un vocable étrange le langage d’un Black Metal décomplexé, débarrassé de tous ses automatismes, et d’un Metal extrême lisible en transversal. Mixé et masterisé par Simon Da Silva au The Empty Hall Studio, ce premier long de près d’une heure de jeu reste opaque, ne délivre des indices qu’au compte-gouttes, et dégage une sensation de plénitude autant qu’une divagation énigmatique entre les époques.

Pour simplifier le tout, I, Voidhanger propose de vendre ce disque aux fans de GORGUTS, KRALLICE, HAUNTER, et COSMIC PUTREFACTION. Si les comparaisons sont plus ou moins viables, autant dire que SKYTHALA se détache de la concurrence par un art féroce de la composition à tiroir, empruntant au Progressif des années 70 tout comme au néo-classique russe d’Igor Stravinsky. Et si le Black traditionnel n’aime rien de plus que s’accrocher à un riff unique qu’il traîne sur de longues minutes, SKYTHALA ose les virages, les déviations, les arrêts brusques et les reprises brutales pour parvenir à ses fins.

Fins que l’on ignore d’ailleurs. Car entre des interventions de cordes dissonantes et jazzy, des trombones qui s’époumonent, des bassons épais comme du béton, des passages techniques ultra-rapides et des licks de guitare surnaturels, ce premier album prône une différence chèrement acquise, et s’y accroche comme un pou à une tignasse dense.     

Aussi bestial, clinique et brutal qu’il n’est viscéral et agressif, Boreal Despair trempe sa plume noire de fiel dans les couleurs chatoyantes d’une aurore boréale apocalyptique. Conçu comme un tout, il est donc indivisible, malgré ses morceaux clairement délimités, et s’appréhende comme un trip immersif dans la psyché perturbée d’une poignée de musiciens aussi doués et disciplinés que libres et affranchis. « Eternal Nuclear Dawn » en ouverture dessine le décor, présente les personnages, brosse une atmosphère lyrique et symphonique tout en amadouant le fan d’avant-garde de son approche de biais.

En dix minutes et un titre, le groupe américain fait tomber les barrières, écorche les réticences et mutile l’appréhension. On est immédiatement happé dans un univers fantasmagorique, à base de cris se mêlant aux guitares assassines, d’une discordance permanente, et d’un décorum aussi étrange que malsain, comme si DEATHSPELL OMEGA et KRALLICE croisaient le fer dans les couloirs d’un château abandonné.

Il faut évidemment être rompu à l’exercice de l’extrême bizarroïde pour apprécier l’objet. On n’écoute pas un morceau comme « Rotted Wooden Castles » comme on avale vite fait un pamphlet Black de trois ou quatre minutes truffé de blasts, et il vaut mieux savoir regarder la réalité à l’envers pour se laisser séduire par ce monde à la Lovecraft noyé dans les ténèbres chromatiques.

Pourtant, la démarche est tout sauf élitiste, juste incroyablement fertile, truffée d’arrangements spectraux, acceptant le silence d’un instrumental développé, avant d’attaquer l’auditeur et l’agresser d’une fulgurance de brutalité. Comme un chemin délaissé par un urbanisme galopant, Boreal Despair est une aventure chaotique, un trajet infernal, et un conte intraduisible dans un langage universel.

« At Dawn They Walk », chaos sublime, interrompu par des accents classiques, « Yielding Quivers Of Revolution » clôture infernale et traumatique, SKYTHALA va jusqu’au bout de son concept, et nous livre là un album passionnant, qui exige évidemment de nombreuses écoutes pour commencer à se révéler. Et si vous ne percez pas son secret à jour, n’ayez pas d’inquiétude : vous aurez fait tout ce que vous pouviez.

    

        

Titres de l’album :

01. Eternal Nuclear Dawn

02. Variegated Stances Of Self Mockery

03. Boreal Phrenological Despair

04. Rotted Wooden Castles

05. At Dawn They Walk

06. Yielding Quivers Of Revolution


Bandcamp album

par mortne2001 le 10/11/2022 à 15:25
85 %    70

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Father Merrin + Cleaver + Prypiat 10/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gautier

Bien réalisé mais je supporte pas sa voix...   

06/12/2022, 07:16

Sadam Mustaine

Je filme toujours une ou deux chansons en live puis je range et je profite et j'essaye de me foutre aux barrières 

05/12/2022, 18:48

JTDP

C'est vrai que ça fait bizarre tout ces téléphones...L'effet est peut-être aussi démultiplié par le fait que ce soit et l'intro et la conclusion du concert... Et ce qui est amusant c'est que, paradoxalement, c'est grâce &agra(...)

05/12/2022, 00:02

NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12