Calamites & les Calamités

Ascète

28/05/2021

Antiq Records

Il est sidérant de constater l’ampleur que prend le label Antiq sur la scène Black française, à tel point qu’on peut aujourd’hui considérer la structure comme l’adversaire numéro 1 des indétrônables Acteurs de l’Ombre. Chaque mois, Antiq nous propose une nouveauté digne d’intérêt, d’un propos artistique gigantesque, et le mois de mai n’échappera pas à la règle en célébrant la sortie du premier long d’ASCETE. Fondé en 2015 dans le Périgord Noir, et donc dans mon voisinage le plus direct, ce groupe formé par des musiciens passionnés (Patrie Moine - guitare/basse et L'Cul-Terreux Torve de Périgord Nègre - chant, programmation) devient aujourd’hui un concept de brutalité fascinant, et rejoint depuis peu par deux autres complices, Olematus de Francistan à la basse et Ancien Temps à la batterie. Après avoir travaillé sous la forme de démos, ASCETE se lance donc enfin dans le grand bain et lâche ses bouées pour nous immerger dans les légendes de ce fameux Périgord Noir et ses truffes, mais surtout son histoire, sa culture, au travers d’une œuvre aussi fascinante que viscéralement violente.

Collègues d’écurie de HANTERNOZ, MESALLIANCE, VEHEMENCE, REGIMENT et autres DAWN OF A DARK AGE, ASCETE se met donc à la hauteur de la réputation de son label pour offrir au difficile public BM un album frondeur, fonceur, mais aussi modulé, romancé, romantique, éclectique, électrique, et digne de l’aura qui nimbe le front du BM français depuis des décennies et l’avènement des Légions Noires. Mais ici, il n’est pas question de minimalisme ni d’éthique lo-fi, mais bien de musique ambitieuse, riche, parfois aux confins du Pagan et du Folk, mais toujours sombre, hypnotique, et débordante d’arrangements. On penserait même parfois à un point de liaison entre la scène progressive française des années 70 et le mouvement Black nordique, tant certaines compositions jouent avec les atmosphères et les progressions pour exposer leur point de vue.

Je ne le cache pas, le résultat est à la hauteur des ambitions. Avec une poignée de compositions longues et épiques, les périgourdins nous donnent un sacré coup de gourdin, prouvant une fois de plus le flair de leur maison de disques. « Danse de la Sénescence » en est une preuve formelle, avec sa structure complexe et ses humeurs contradictoires, qui au détour d’un break laisse s’exprimer une nuée de chœurs féminins nous rappelant le THEATRE DU CHENE NOIR ou même ALPES avec Catherine Ribeiro, sans se détacher de ce parti pris de violence quasi permanente. Guitares en son clair, gimmicks pour accentuer l’esprit d’aventure, basse qui se veut ronde et économique, utilisation très intelligente du silence bref, pour poser les bases d’une nouvelle approche. Pas vraiment Folk, la musique développée sur Calamites & les Calamités n’en est pas une, et emprunte parfois les sentiers du Punk très français pour avancer ses propos, et « Courroux du Lébérou » de lâcher ses riffs les plus acides. Une ouverture sur tous les sous-genres possibles pour éviter le cloisonnement direct, bien que le fond de l’affaire soit clairement radical.

Les accélérations harmoniques à la DISSECTION sont bien présentes, le martèlement lourd et insistant à l’IMMORTAL aussi, et pourtant, ASCETE ne ressemble qu’à lui-même, et ne doit son énorme talent à personne. Mais on sent quand même l’importance d’un héritage national lorsque résonnent les mots introduisant le majestueux « Sorlodais Huroux » qui emprunte à ANGE et son mythique Emile Jacotey son sens de la narration du terroir et d’un passé qui veut remonter à la surface de l’histoire. Très attachés à leurs racines et à leur région, les quatre musiciens se concentrent donc sur la façon la plus idoine d’en raconter les anecdotes les plus précieuses, et abordent l’histoire de la Dordogne, de son vin à quatre-vingt, de ses paysans qui n’ont rien oublié des traditions, et nous embarquent dans un voyage aussi nostalgique qu’actuel, au moment même où les hommes se replongent dans leurs origines pour oublier la modernité d’un monde trop superficiel. La musique des périgourdins est donc à l’image de ces soirées passées au coin du feu, de ces septembres de vendanges, de ces champs qu’on laboure la sueur au front, mais aussi de ces délicatesses gastronomiques qui ont fait la richesse d’une région. Etant moi-même un admirateur absolu de la Dordogne et du Périgord Noir, je ne peux qu’adhérer au propos thématique, ce qui ne me fait pas oublier l’objectivité au moment de juger de la musique.

La musique est donc elle aussi à la hauteur des ambitions littéraires et régionales, et tergiverse, emprunte des chemins de traverse, propose des pauses salvatrices et envoutantes (« Héritiers de l'Austérité »), avant de se lancer dans de longues incarnations progressives. De fait, la fin de l’album nous réserve une épiphanie absolue, avec les deux titres les plus longs du répertoire, mais aussi les plus denses et les plus riches. C’est la mélodie subtile et acoustique de « La Lanterne du Mort » qui nous accueille en premier, aménageant des espaces harmoniques avant de se bloquer sur un mid tempo impitoyable souligné de riffs épurés à l’extrême et extrêmement acides.

« Calamites & les Calamités » ne préfère pas les vélomoteurs ni les plaies d’Egypte, mais prend la route d’un final dantesque aux proportions épiques pour offrir le climax dont l’album avait besoin. Mixé par L'Cul-Terreux Torve lui-même, masterisé par Sven Vinat (Howling Cliff Studio), flanqué d’un artwork de LaurineM, Calamites & les Calamités est encore une fois une gemme à ajouter à la couronne déjà richement fournie d’Antiq records, qui en signant les ASCETE complète sa collection de groupes uniques au talent incontestable. Du Black oui, mais du Black de terroir avec la passion en étendard et la sincérité en brassard.


                                                                                                                                                                                                     

Titres de l’album:

01. Les Causses s'en Gaussent

02. Danse de la Sénescence

03. Courroux du Lébérou

04. Sorlodais Huroux

05. Héritiers de l'Austérité

06. La Lanterne du Mort

07. Calamites & les Calamités


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/05/2021 à 17:47
88 %    197

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41