En Italie, ça balance aussi. Pas sur Berlusconi, non, le pauvre gentilhomme aux facettes éblouissantes a déjà assez morflé comme ça.

Non, ça balance grave du côté de Palerme, dans cette si jolie région de Sicile qui doit avoir du mal à se remettre des dégradations sonores émanant de ses locaux de répétition les plus insalubres. C’est de là qu’a émané un beau weekend d’octobre un son assourdissant, résultat de la captation en pleine rehearsal des teigneux de CAVERNICULAR de leur premier « longue durée », qui pour un album de Grind, bat le haut du pavé avec son petit quart d’heure bien tassé comme un expresso chaud.

Les CAVERNICULAR sont quatre et font du boucan pour douze, et se nomment Toto (cris), Sandro (grognements), Furious G (guitare) et Piparino (batterie). Alors tout ça, plus le reste, égale la tête à Toto, qui justement dans son rôle de hurleur/perceur de tympan en chef assure dans les grandes largeurs avec ses imitations de victime de serial killer. Du Grind, d’abord. Mais du Grind d’accord ?

Oui, car celui des Italiens est fameux, bien relevé, mais pas bestial pour deux sous, et tirant même sur le Powerviolence d’en dessous. Les quatre olibrius cavalent bon train et risquent même d’en dépasser la loco, mais font aussi preuve d’une science redoutable du riff catchy et délicieusement Punk/Hardcore. De ce côté-là, et de l’autre aussi, ils parviennent à égaler les meilleurs moments d’un BRUTAL TRUTH spécialement joyeux et entraînant, tandis que lorsque les compteurs s’affolent, c’est votre fleur qui s’étoile au doux son d’une union TRAP THEM/THE KILL aux petits oignons. Le vôtre en revanche, va s’en prendre grave et pour de bon.

Vous l’aurez compris grâce à ce choix très imagé de métaphores bien emballées que la chose Cavernicular est à réserver aux plus féroces des enragés, mais que le Grind de ces ritals est savamment pesé pour ne pas faire pencher la balance du mauvais côté. L’alternance diabolique de passages Crust et d’embardées Grind est très étudiée, et la juxtaposition des deux voix antagonistes assure un basculement tout à fait serein et malin. La rythmique (assurée par Piparino seul sans son pipeau) est versatile, et analogique comme il faut, tandis que la guitare du beau ( ?) Furious G lamine gentil, avec une distorsion tout à fait exagérée qui maintient la tension élevée.

En gros, le meilleur des trois mondes, celui du Punk/Hardcore, celui du Grind au corps à corps, et du Powerviolence qui n’a jamais tort. Une jolie valse à danser à plusieurs qui rappelle même parfois le NAPALM le plus porté sur les stridences (« No Way to Start »), qui percuterait de plein fouet un AGATHOCLES exhortant quelques remontrances.

Mais quatorze minutes, ça passe très vite, surtout avec ces gaillards. Alors sachez quand même qu’après une intro très lourde, dense, longue et un poil Dark Death avec double grosse caisse (« Deto-nation - Annihilation Alert (Coup D'état) », si avec ça on ne comprend pas…), vous rentrerez directement dans le vif du sujet durant la même entame, avec un groupe qui se lance corps et âme dans une démonstration de force Grindviolence, teintée de petites touches Mosh assez flagrantes et hilarantes.

Mais si on rigole par intermittence, on se mange quand même du mid tempo saccagé par des blasts au marteau (« Wires », pour vous attacher et vous rappeler au bon souvenir de Dan Lilker le débauché), voire même quelques lourdeurs assez bienvenues, qui évidemment finissent par trépasser sous les coups de bélier d’un batteur déchainé (« Stare Down – Balls Episode », avec quand même un break bien glauque et presque Doom). Pas de blague supersonique d’une poignée de secondes, même si le final « Triggered To React » n’en propose que trente, mais quelques lyrics bien ironiques qui font la nique au Grindviolence qui panique (« Fine Day For A Bomb Raid », limite Death par moments).

Du féroce qui cabosse (« Vile Manipulation », qui une fois de plus, joue le feedback, les stridences et autres désagréments sonores), du groovy sur deux/trois secondes qui dégénère en subtile imitation des NASUM/FULL OF HELL (« Archaic Game »), et puis tant qu’à faire, une question qui n’appelle pas de réponse mais dont les blasts froncent au doux rythme de rafales mécaniques qui défoncent (« Equality ? »), et puis…plein d’autres choses, mais plus ou moins du même tonneau.

Alors oui, ça balance à Palerme. La purée, évidemment, mais pour un LP enregistré at home dans un local de répète, Cavernicular à un son d’enfer et des ambitions, celle d’affirmer que la scène Italienne joue le jeu Grindviolence pour de bon.

 Ces quatre-là s’y entendent pour varier leur propos,  et naviguer en eaux Crust, Powerviolence, Grind et Hardcore. Du tout bon qui ne vous prend pas pour des melons, qui d’ailleurs viennent d’Espagne. Alors fan de Grind en retard, jette toi sur ce premier jet des CAVERNICULAR, car tu y viendras tôt ou tard.


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/11/2016 à 15:11
70 %    434

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Leaving Eden

The Agony of Affliction

Refused

War Music

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...


NecroKosmos, pareil pour moi. Même si, de mémoire, il y avait deux ou trois bons morceaux sur Amok. Mais le style de plus en plus heavy me convenait moins.


'North from here' est un de mes albums cultes !! Mais c'est le seul de Sentenced que j'aime.


Oui c'est bien les français !


Sortilège, c’est les français?
Si oui c’est cool pour eux


A l'époque, j'avais acheté l'album "North from here" de Sentenced et j'aimais beaucoup. Je ne connais pas KYPCK par contre et je vais écouter ça.

Le morceau de Sepult' a l'air sympa.


Toujours aussi mou du genou dans son choix éditorial.


Leur nouvel album est une bombe !! Dans mon top 5 de l'année !!


Effectivement...
Mais ce "plagiat" me va très, très bien à moi.


Bah merde...
Je ne connais que de très, très loin SENTENCED (je vais d'ailleurs remédier à ça d'ici peu je pense...), mais je ne savais absolument pas que deux de ses membres étaient les instigateurs de KYPCK.
Groupe effectivement exceptionnel dont le premier album (surtout !) m'av(...)


Carrément.


D'autant qu'il est très bien ce nouvel album, plus varié mais toujours intense. Les Vader Français !