C’est l’histoire de trois mecs qui lors de l’hiver 2016 ont décidé de jouer ensemble, en utilisant le minimum d’équipement, et en se bombardant chanteurs à part entière. Ce jour-là, à Umeå, la terre a tremblé, mais les secousses se font ressentir dans toute l’Europe à présent, puisque les trois lascars ont trouvé une structure nationale pour diffuser leur bordel ambiant. Chose qui n’était pas gagnée au départ, au regard de la misanthropie artistique dont ils font preuve, et à la densité du Crossover qu’ils proposent. Pas d’autre identité à leur accoler, puisqu’ils tiennent à leur anonymat, mais un premier EP à signaler, qui au regard des standards des styles pratiqués ressemble quand même méchamment à un LP. En onze morceaux et dix-sept minutes, les suédois de LONELY GRAVE nous prouvent que leur pays n’est pas que vintage fashion ou Crust aphone, et que les modes ne sont pas forcément adoptées par tout le monde. Car dans le leur, c’est plutôt le Grind et le Powerviolence qui déterminent la direction, et autant dire qu’elle ressemble à une vilaine impasse encombrée d’une foule interlope qui ne vous veut pas que du bien. Pas grand-chose d’autre à déballer concernant leurs plus sombres secrets, mais ce Craterface qui tente de les percer à jour tout en opacifiant encore un peu plus la réalité. Dignes héritiers d’un Hardcore à tendance Grind des origines, les LONELY GRAVE jouent une musique très vilaine, en forme de bruit à peine maîtrisé, qui se contente souvent du minimum pour irriter, et qui sombre parfois dans le Harsh Noise le plus cru pour subtilement agacer (« Craterface », MERZBOW délocalisé en Suède, et il se les gèle).

Eminemment bruyant, cet EP est le fruit d’un accouchement aux forceps entre un papa Grind et une maman Powerviolence, aussi barrés l’un que l’autre, et qui résulte en la naissance d’un bébé hybride pas vraiment content de quitter son habitat naturel. Alors, il gesticule, il hurle, il use du feedback comme moyen d’expression, et se rapproche des plus grands flingués de l’histoire du boucan made in USA, sans perdre de vue ses racines scandinaves. Dans un désir ardent de faire plus de bruit énervant que ses collègues, le trio manipule les riffs écorchés et maladifs, les accélérations dantesques, les brusques à-coups qui brisent les cervicales, enrobant le tout dans une production parfaitement ignoble pour passer pour encore plus tarés qu’ils ne sont. Pas foncièrement inintéressant, Craterface n’est pas non plus une pierre angulaire d’un style véhément, mais se pose en premier chapitre d’une légende en gestation. Si la plupart des morceaux ne dépassent que très rarement la minute et la poignée de secondes, certains prennent leur temps, à l’instar du terrifiant « Buy Punk Gloves », qui n’est pas forcément le plus captivant du lot. C’est définitivement en version courte que les suédois sont les plus convaincants, d’autant plus qu’ils parviennent à caser pas mal de traumas dans un temps relativement court. Acmé de cette constatation, « Don’t Let Me In », s’évertue à multiplier les pains, pour les transformer en pierres dures comme l’acier, et nous propose donc un méchant mélange de Powerviolence cru et de Grind en fulgurances, ce qui a le don de vous faire bondir de votre fauteuil sans bouger.

Toujours sur la brèche en bons amoureux de la vitesse, les suédois savent aussi écraser le tempo pour se rapprocher d’un Sludge Indus vraiment maladif, via « The Three Beggars », sorte d’hypnose GODFLESH/NAILS/WORLD NARCOSIS qui reste toutefois attaché à des principes de violence palpable. Mais le reste, et principalement toute la première moitié du EP ne s’embarrasse pas de principes et fonce dans le tas, profitant d’un trio de hurleurs pour exhorter son mal-être. Alors, on bouscule, on rentre dans le lard, on dézingue les riffs à grands coups de dissonance, et en gros, on utilise toutes les armes dissuasives à sa disposition pour faire fuir les plus modérés et rester entre psychopathes éclairés. Tout ça ne se dépare toutefois pas d’une certaine forme de musicalité maladive à mi-chemin entre LOCK UP et les FETISH 69 (« Tub », gros riff redondant sur beat rebondissant, avant une fois de plus de céder aux sirènes Powerviolence qui vous collent toujours au cul), tout en gardant sous le coude des méthodes d’attaque assez sadiques et impromptues (« Simian Laughter », gras, gros, rapide, suintant, moisi et tout ce que vous voulez placer entre l’écrasante lourdeur et la vélocité prononcée). Pas vraiment de faute de goût, mais parfois, des directs dans le foie (« Kneeling Begging - Do It », « Intrusive Pines », le Grindcore de papa dans le Loudcore de maman, et ça glisse assez mal sans lubrifiant), et des mises en garde qui sentent bon la cave et le syndrome de Stockholm (« The Extremist », véritable hit de l’album qui place sur la table tous les ingrédients). En gros une vision de l’extrême en Suède qui refuse pas mal de principes nationaux, et qui taille sa route avec le sac sur le dos. Une musique vraiment laide, distordue à l’extrême, qui pollue le Hardcore de déchets toxiques Grind et Sludge, pour aboutir à la mixture la plus épaisse et écœurante sur le marché. Il faudra bien sur doser tout ça et se débarrasser de ces stridences plus agaçantes que menaçantes, mais le parcours semble pavé de mauvaises intentions, ce qui est toujours bon signe.

C’est l’histoire de trois mecs qui lors de l’hiver 2016 ont décidé de jouer ensemble, en utilisant le minimum d’équipement, et en se bombardant chanteurs à part entière. Et c’est tout sauf une histoire drôle. A moins que l’humour suédois ne se cache pas uniquement dans le nom des meubles Ikea.               

      

Titres de l'album:

                          01. The Extremist

                          02. Anglamakerskan

                          03. Tub

                          04. Simian Laughter

                          05. Intrusive Pines

                          06. Kneeling Begging Do It

                          07. Craterface

                          08. They Shall Take Up Serpents

                          09. Buy Punk Gloves

                          10. Don’t Let Me In

                          11. The Three Beggars

Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 20/07/2018 à 14:48
75 %    117

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)