Elles sont trois, mais ne bossent pas pour un mystérieux milliardaire dont on ne connaît que la voix. Elles ne viennent pas de Californie, n’ont pas de brushing, mais on peut quand même affirmer sans risquer l’analogie déplacée que ce sont vraiment de drôles de dames.

Non, ces trois musiciennes viennent de Russie, se nomment Varvara (batterie), Svetlana (guitare et…accordéon) et Oksana (chant et basse), ont tout juste eu le temps de sortir leur premier EP en format digital, et jouent une sorte de Raw Black très déstabilisant en l’état, qui se veut beaucoup plus inspiré et respiré que la plupart des effluves putrides et mal enregistrées qu’on essaie de nous faire renifler régulièrement.

TSARINA, qui désigne à la base une épouse de Tsar ou du moins un membre de la noblesse Slave, est un trio qui a décidé de se placer à part sur la scène Black mondiale, et qui ose des choses sur ce premier EP qui peuvent surprendre et déstabiliser, mais qui s’avèrent assez riches et fascinantes ou bout du compte. Pas grand-chose à révéler sur ce trio qui manie l’art du minimalisme informatif sur ses pages Bandcamp et Facebook, mais leur musique est suffisamment intéressante à intervalles réguliers pour que l’on puisse se passer de détails personnels et/ou techniques.

Black féminin, c’est un fait, mais ne vous attendez pas pour autant à une simple resucée d’ASTARTE, MYRKUR ou DENIGRATA (bien que dans le cas de ces derniers, le line-up compte quelques messieurs), les TSARINA tiennent à leur singularité qu’elles expriment tout au long des cinq pistes de ce Царица (qui visiblement selon reverso signifie « reine », et donc un concept en adéquation avec leur nom).

Ces cinq morceaux sont étonnants, et disons-le, très frais et parfois salement amateurs, mais c’est sans doute ce qui fait leur charme. Il n’est pas rare que le trio dévie d’un Black simpliste au possible pour s’aventurer sur des chemins de traverse, évoquant leur folklore natal ou bien des mélodies assez naïves, mais pas dupes pour autant.

Si le niveau technique est somme toute assez basique, le rendu musical est souvent captivant, et même hypnotique en certaines occasions, notamment sur l’incongru « Чебурашка », qui au bout d’un tiers de sa durée, brise le moule Black pour dévoiler un pan de musique traditionnelle slave, accordéon nostalgique et l’appui, et rythmique de guingois en surplis.

On se demande bien ce qui a pu passer par la tête des musiciennes pour coller un tel passage en chausse-pied total dans un contexte aussi sombre, mais aussi pour avoir osé le coup de la guitare en écho fifties qui rappelle les SHADOWS.

Rythme qui accélère, immersion totale dans la culture musicale de l’est, avant une reprise d’une violence toute brute qui replace les choses dans leur contexte avec force blasts et cris de hyène.

Cinq titres donc, dont un intermède de musique locale assez apaisant et dépaysant, mais aussi un ultime morceau aux consonances très Rock et Punk, le tout dilué dans une bonne humeur Metal. Une façon de terminer ce premier EP sur une note mordante et amusante, car l’humour est une composante importante de la musique de ce trio hors normes. Il est en effet difficile de relier « Родина » au reste de l’œuvre tant sa direction Punk Hardcore à la DARKTHRONE/BATHORY des temps ludiques dénote dans l’ambiance assez noire de l’entame, et comme de plus, mon Russe est assez sommaire, je ne saurais vous traduire le dialogue final qui semble beaucoup faire rire ces dames.

Mais que les amateurs de Raw Black poisseux et putride se rassurent, « Очи чёрные » et « Тоска » auront de quoi satisfaire les plus puristes d’entre vous, avec leurs riffs circulaires et leurs rythmiques linéaires, bien qu’ils ne soient pas forcément les plus intéressants du lot.

Admettons une jolie atmosphère glaciale sur l’entame « Очи чёрные », qui prend le temps d’une longue intro mélodique amère avant de s’emballer sur un tapis de blasts impitoyable, tandis que « Тоска » se veut plus concret et moins passionnant, et de loin le morceau le plus timide. Mais ces breaks qui semblent sortir de nulle part, ces approximations sympathiques et cette approche très amateur rendent Царица très attachant, un peu comme une sorte de parodie de Black brut qui n’aurait pas oublié le second degré dans les tiroirs du KGB.

Les originaires d’Irkutsk ne sont certainement pas les meilleurs instrumentistes au monde, ni les compositrices les plus chevronnées, mais elles parviennent à nous entraîner dans les filets de leur univers atypique grâce à un naturel et un aplomb étonnants.

De l’accordéon dans le Black ?

 Mais tout à fait, et puis après tout, ça change des sempiternelles rengaines à la BURZUM enregistrées sur un vieux Revox qui commencent à nous les briser menu de leur « éthique puriste ».


Titres de l'album:

  1. Очи чёрные
  2. Тоска
  3. Чебурашка
  4. Я встретил вас
  5. Родина

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 04/11/2016 à 12:25
65 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)