Elles sont trois, mais ne bossent pas pour un mystérieux milliardaire dont on ne connaît que la voix. Elles ne viennent pas de Californie, n’ont pas de brushing, mais on peut quand même affirmer sans risquer l’analogie déplacée que ce sont vraiment de drôles de dames.

Non, ces trois musiciennes viennent de Russie, se nomment Varvara (batterie), Svetlana (guitare et…accordéon) et Oksana (chant et basse), ont tout juste eu le temps de sortir leur premier EP en format digital, et jouent une sorte de Raw Black très déstabilisant en l’état, qui se veut beaucoup plus inspiré et respiré que la plupart des effluves putrides et mal enregistrées qu’on essaie de nous faire renifler régulièrement.

TSARINA, qui désigne à la base une épouse de Tsar ou du moins un membre de la noblesse Slave, est un trio qui a décidé de se placer à part sur la scène Black mondiale, et qui ose des choses sur ce premier EP qui peuvent surprendre et déstabiliser, mais qui s’avèrent assez riches et fascinantes ou bout du compte. Pas grand-chose à révéler sur ce trio qui manie l’art du minimalisme informatif sur ses pages Bandcamp et Facebook, mais leur musique est suffisamment intéressante à intervalles réguliers pour que l’on puisse se passer de détails personnels et/ou techniques.

Black féminin, c’est un fait, mais ne vous attendez pas pour autant à une simple resucée d’ASTARTE, MYRKUR ou DENIGRATA (bien que dans le cas de ces derniers, le line-up compte quelques messieurs), les TSARINA tiennent à leur singularité qu’elles expriment tout au long des cinq pistes de ce Царица (qui visiblement selon reverso signifie « reine », et donc un concept en adéquation avec leur nom).

Ces cinq morceaux sont étonnants, et disons-le, très frais et parfois salement amateurs, mais c’est sans doute ce qui fait leur charme. Il n’est pas rare que le trio dévie d’un Black simpliste au possible pour s’aventurer sur des chemins de traverse, évoquant leur folklore natal ou bien des mélodies assez naïves, mais pas dupes pour autant.

Si le niveau technique est somme toute assez basique, le rendu musical est souvent captivant, et même hypnotique en certaines occasions, notamment sur l’incongru « Чебурашка », qui au bout d’un tiers de sa durée, brise le moule Black pour dévoiler un pan de musique traditionnelle slave, accordéon nostalgique et l’appui, et rythmique de guingois en surplis.

On se demande bien ce qui a pu passer par la tête des musiciennes pour coller un tel passage en chausse-pied total dans un contexte aussi sombre, mais aussi pour avoir osé le coup de la guitare en écho fifties qui rappelle les SHADOWS.

Rythme qui accélère, immersion totale dans la culture musicale de l’est, avant une reprise d’une violence toute brute qui replace les choses dans leur contexte avec force blasts et cris de hyène.

Cinq titres donc, dont un intermède de musique locale assez apaisant et dépaysant, mais aussi un ultime morceau aux consonances très Rock et Punk, le tout dilué dans une bonne humeur Metal. Une façon de terminer ce premier EP sur une note mordante et amusante, car l’humour est une composante importante de la musique de ce trio hors normes. Il est en effet difficile de relier « Родина » au reste de l’œuvre tant sa direction Punk Hardcore à la DARKTHRONE/BATHORY des temps ludiques dénote dans l’ambiance assez noire de l’entame, et comme de plus, mon Russe est assez sommaire, je ne saurais vous traduire le dialogue final qui semble beaucoup faire rire ces dames.

Mais que les amateurs de Raw Black poisseux et putride se rassurent, « Очи чёрные » et « Тоска » auront de quoi satisfaire les plus puristes d’entre vous, avec leurs riffs circulaires et leurs rythmiques linéaires, bien qu’ils ne soient pas forcément les plus intéressants du lot.

Admettons une jolie atmosphère glaciale sur l’entame « Очи чёрные », qui prend le temps d’une longue intro mélodique amère avant de s’emballer sur un tapis de blasts impitoyable, tandis que « Тоска » se veut plus concret et moins passionnant, et de loin le morceau le plus timide. Mais ces breaks qui semblent sortir de nulle part, ces approximations sympathiques et cette approche très amateur rendent Царица très attachant, un peu comme une sorte de parodie de Black brut qui n’aurait pas oublié le second degré dans les tiroirs du KGB.

Les originaires d’Irkutsk ne sont certainement pas les meilleurs instrumentistes au monde, ni les compositrices les plus chevronnées, mais elles parviennent à nous entraîner dans les filets de leur univers atypique grâce à un naturel et un aplomb étonnants.

De l’accordéon dans le Black ?

 Mais tout à fait, et puis après tout, ça change des sempiternelles rengaines à la BURZUM enregistrées sur un vieux Revox qui commencent à nous les briser menu de leur « éthique puriste ».


Titres de l'album:

  1. Очи чёрные
  2. Тоска
  3. Чебурашка
  4. Я встретил вас
  5. Родина

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 04/11/2016 à 12:25
65 %    400

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)