Dead World Order

Bitterness

15/05/2020

G.u.c.

Face à la vague nostalgique qui déferle depuis des années, les dépositaires du secret reprennent du poil de la bête, peu disposés à se faire voler la recette ultime, l’approche radicale, sans défendre leurs derniers bastions. C’est ainsi que l’Allemagne et les Etats-Unis ne se rendront pas sans lutter contre l’ennemi suédois, l’envahisseur italien ou la horde d’espions de l’est, misant sur leur expérience du terrain et leurs facultés d’adaptation des standards aux exigences modernes. Depuis bientôt vingt ans, les vieux routards de BITTERNESS se la jouent donc doux-amer avec leur mélange de Death mélodique et de Thrash saccadé, et nous livrent avec régularité des témoignages de fidélité à leur patrimoine national. Sept LP en dix-neuf ans de carrière, avec une entame tonitruante en 2002 via Dawn of Golden Blood, encore un peu maladroit, mais dévoilant déjà les symptômes évidents d’une foi incontestable en une musique née sur leur territoire. Aujourd’hui, dix-huit ans après cette première étape, le combo de Waldshut-Tiengen revient à la charge avec Dead World Order, toujours soutenu par le label national G.U.C, mais modifie légèrement la donne. Les composantes Death ont presque totalement disparu, ne se montrant qu’à l’occasion de breaks harmoniques épars, le reste du nouveau répertoire s’affiliant plus volontiers au Thrash mondial en vogue dans les eighties, celui-là même qui a déclenché tant de passions. Et c’est sous une pochette une fois encore signée par la référence Andrei Bouzikov que se cache l’album de pur Thrash de cette semaine, un Thrash modulé, mais qui sait rester franc, rapide mais mesuré, et aux turbines toujours alimentées par une bonne dose de mélodies ne nuisant pas à la puissance globale.

Enregistré aux Iguana Studios par Christoph Brandes, mixé et masterisé au Wave Akademie par la légende Harris Johns (LE producteur de Thrash des années Noise), Dead World Order est un concentré de classicisme qui se propose une fois encore de synthétiser la tradition et le modernisme raisonnable, en multipliant les allusions au patrimoine allemand, sans trahir son évolution des années 90. Le trio belliqueux (Frank Urschler - guitare/chant, Andreas Kiechle - batterie et Thomas Kneer - basse) se replonge donc dans les années les plus symptomatiques de DESTRUCTION et ASSASSIN, tout en adoptant les postures du KREATOR abordable des nineties. Leur musique est toujours ce savant mélange de radicalisme de la Ruhr et de fluidité de la Bay-Area, et tous les morceaux de cette nouvelle livraison survolent des années d’histoire de la cause, sans remettre en jeu le titre des allemands, obtenu à la force du poignet. On retrouve donc des références à METALLICA, EXODUS, DEATH ANGEL, et il n’est pas incongru de voir en cette huitième réalisation un résumé de la carrière du groupe, qui depuis ses débuts n’a jamais dévié sa trajectoire. Son évidemment énorme, un peu sec mais claquant, chant en avant, chœurs proéminents, licks mélodiques à la TESTAMENT, rythmique volubile à la double grosse caisse écrasante, Dead World Order est en quelque sorte une digression sur les derniers albums des idoles du genre, améliorée d’une approche un peu moins générique, et d’un mordant plus symptomatique. C’est en tout cas ce que démontre « A Bullet A Day » en ouverture, moins de quatre minutes d’une attaque lapidaire qui nous ramène à la grande époque de la domination Allemagne/USA sur le reste du monde. On trouve de l’ASSASSIN dans cette musique, de l’EXUMER en version moins chaotique, du SLAYER, mais aussi beaucoup de BITTERNESS évidemment, et si les fans du genre regretteront le parti-pris plus consensuel et moins ouvert de la réalisation, les fans de Thrash pur et dur seront aux anges, louant ce sens de la syncope précise que WARBRINGER met en exergue dans ses propres travaux.

Evidemment, le fait d’avoir laissé de côté l’originalité de touches Death mélodiques fait rentrer les allemands dans le rang. Aussi percutant et incisif soit cet album, il n’est rien de moins qu’un aveu de traditionalisme patent, et risque de noyer le trio dans la masse. Mais heureusement, le métier des musiciens leur permet d’éviter les figures trop imposées du Thrash moderne, malgré un son de batterie très compressé qui peut parfois gêner. Mais en plaçant immédiatement deux morceaux de plus de six minutes, le groupe prend le risque de laisser l’effet de surprise s’évanouir, avec un « Dead World Order » à l’intro lente, lourde et oppressante et au cheminement presque progressif. On le sait, le terrain lourd n’a jamais été favorable aux troupes germaines, qui s’embourbent souvent dans leur propre emphase, et « Dead World Order » de démontrer une fois de plus que ce postulat est toujours plus ou moins vrai. Heureusement, « Idiocracy » accélère le tempo et revient dans le giron d’une violence typique, et la puissance raisonnable reprend ses droits. Avec un up tempo vraiment hargneux, et des lignes vocales sardoniques, le groupe relance la machine, et offre un refrain méchamment fédérateur, des breaks certes prévisibles mais enthousiastes, et se concentre à nouveau sur l’essentiel : la vitesse, la pugnacité, et la virilité. A mi-album, on peut évidemment déjà pointer les défauts d’un LP qui finalement, trahit son époque, et pointer du doigt le formalisme un peu trop prononcé de séquences qui s’emboitent à merveille, mais sans créer cet effet de surprise que l’Allemagne maîtrisait à la perfection à la fin des années 80. Un peu plus de folie n’aurait pas nui à l’ensemble, et ce mélange DESTRUCTION/SLAYER, aussi carré soit-il manque de panache dans l’absence de démence.

Bien sûr, les titres sont efficaces et claquent comme des fouets sur le dos d’une catin Nu-Metal, mais le tout reste prévisible, malgré un investissement indéniable des instrumentistes. Les saccades et syncopes de « Forward Into The Past » sont délicieuses, et « Blood Feud » reste remarquable dans sa jonction entre Los-Angeles et Berlin, proposant une longue évolution de plus de sept minutes réunissant HEATHEN, KREATOR et METALLICA. L’album se termine même de façon très surprenante, avec un long instrumental de presque six minutes, ce qui permet à Dead World Order de s’en sortir avec les honneurs de l’originalité. Mais dans l’ensemble, le parti-pris un peu trop classique, les plans lourds pas forcément convaincants viennent légèrement handicaper l’ensemble, qui finit par se fondre dans le magma d’un Thrash old-school trop timoré.          

                                      

Titres de l’album :

                       01. The Last Sunrise (Intro)

                       02. A Bullet A Day

                       03. Dead World Order

                       04. Idiocracy

                       05. Let God Sort 'Em Out

                       06. Forward Into The Past

                       07. Blood Feud

                       08. None More Black

                       09. Darkest Times (Instrumental)

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/12/2020 à 14:16
75 %    156

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39