Declassified

Töxik Waltz

10/09/2016

Eventhink Metal Records

Avec un nom pareil, l’hommage fleurait bon. On sentait les effluves de loin, mais si notre âme n’avait pas totalement tort de se fier au son imaginé d’un patronyme allusif, elle devait aussi se douter que l’évidence ne ferait pas forcément loi.

Tout ceci est très joli, mais soyons un poil moins poétique et un peu plus direct. Cela dit, un groupe qui opte pour un baptême comme celui de TÖXIK WALTZ doit bien s’attendre à quelques parallèles effectifs, dont le plus évident reste bien sur celui dressé avec EXODUS.

Mais s’il est certain que l’influence de la bande à Gary est indéniable sur ce premier LP, elle n’est pas la seule, et pour aller plus, loin, pas la plus prédominante non plus.

D’ailleurs, les TÖXIK WALTZ mettent les riffs au poing sur leur page Facebook. Ils citent pêle-mêle ATROPHY, EXODUS, PANTERA, SLAYER, METALLICA, TESTAMENT, MORBID ANGEL, SEPULTURA ou TURBONEGRO, et affirment naviguer sous l’égide de tout style compris entre le Rock Progressif et le Brutal Death.

Belle preuve d’ouverture, néanmoins un peu exagéré. S’il est certain que leur musique est brutale, elle n’a rien à voir avec les émanations putrides et les exagérations outrancières du Death, et même si leurs morceaux développent de belles qualités instrumentales, ils n’ont pas la prétention de singer les habitudes biscornues de PERIPHERY ou YES.

Non, les choses sont beaucoup plus simples que ça, les TÖXIK WALTZ jouent un excellent Thrash option modérée et Heavy, qui pourtant fait preuve de puissance, et ne crache pas sur un brin de vélocité, sans tomber dans le ravin du Thrash bestial.

Niveau infos, sachez que ce quintette (Victor et César – guitares, Alberto – basse, Txavas – chant, et David – batterie) nous en viennent de Léon, Espagne, qu’ils s’y sont formés il y a sept ans, et que jusqu’à présent, ils n’ont eu l’occasion que de sortir qu’une seule démo, The Night Of The Living Oldmen, en 2013.

Si leur musique est la plus sérieuse possible, il semblerait que leurs lyrics fassent preuve d’un certain humour au quatrième degré, comme l’indiquent des morceaux comme « Octogenarian Violence », ou « Loudmouth ». Mais le Thrash a souvent été le terrain fertile de gags potaches et juvéniles, et que les non anglophones se rassurent, le Thrash de ces ibères est suffisamment séduisant pour ne pas faire attention aux textes.

De ce côté-là, pas d’inquiétude, le quintette sait jouer. Les riffs sont trapus, et le son est très touffu. Belle brillance des médiums et graves qui creusent, avec une mention spéciale pour la section rythmique qui pulse comme un moteur d’airbus, et qui ronronne quand le tempo marque le pas.

Seul écueil à franchir et qui risquerait de vous rebuter, la voix particulière de Txavas (oui, merci et toi ?), qui ressemble parfois à celle de Burton C Bell en option rauque et légèrement instable. Mais on s’en accorde très bien la plupart du temps, et lorsque le tempo décolle, l’ensemble fait même penser au meilleur NO RETURN, celui des débuts et de Psychological Torment, ce qui avouons-le est quand même un joli compliment.

Au menu de ce premier LP, des informations déclassifiées donc, mais surtout, beaucoup de riffs épais, bien saccadés comme on aime les déguster, pas forcément réchauffés mais parfois un peu faciles. Ceci n’étant qu’une critique mineure émanant d’un spécialiste du genre qui a quelques heures de vol Thrash derrière lui, les neuf titres de ce Declassified s’avalent d’un trait, encore chauds, avec cette mesure qui caractérise les espagnols, mais qui parfois laisse place à une débauche de brutalité plus prononcée (« Srebrenica » et son final tout en blasts).

Mais la spécialité des TÖXIK WALTZ, ce sont ces envolées fédératrices, qui permettent à des chœurs collégiaux d’alimenter la matrice, et d’ajouter une petite touche Hardcore à leur Metal plein de vice (« Octogenarian Violence »).

Mais si vous souhaitez un résumé probant de la philosophie de ces gentils méchants, des interventions aussi claires que « Thrash Metal Dictatorship » et ses attaques franches du collier à la limite d’un Crossover futé ou «Thrashing Like a Maniac » (Salut James et Lars!) et son intro faussement mélodique débouchant sur un joli cocktail de Heavy au mosh syncopé et de Thrash effilé et lacéré, sauront se montrer suffisamment explicites pour que vous compreniez.

On retrouve en outre la participation de deux membres de VENDAVAL sur ce LP, celle de Txema Trinidad sur les chœurs de plusieurs morceaux, et un solo de Nathan Cifuentes sur « Thrash Metal Dictatorship ».

On sent d’ailleurs en arrière-plan un esprit de franche camaraderie qui confère à ce Declassified une atmosphère vraiment bon enfant, ce que confirme ce petit arrangement vocal en fin de disque après un long shunt.

Si vous ajoutez à ça une pochette au vert fluo vraiment explosif et au graphisme sympathique, des capacités instrumentales tout à fait louables, et une sacrée osmose entre les musiciens, vous obtenez un excellent LP de Thrash respecté, qui ose même des approches Hardcore tangibles et valides (« Politician » et sa grosse basse qui claque en intro), sans jamais trahir ses amours d’origine.

Pas grand-chose de plus à dire, si ce n’est qu’on est bien content que ces espagnols aient enfin pu s’exprimer sur une longue durée, et qu’ils doivent vraiment trouver leur vraie dimension sur scène.

 Et comme leur leitmotiv le démontre sans complexe, «Beer!!! Friends!!! Thrash!!! ». L’équivalent ibère du « Good Friendly Violent Fun » des EXODUS, dont ils ont hérité de l’art du riff saccadé et de la bonne humeur affichée !


Titres de l'album:

  1. Abduction
  2. Thrash Metal Dictatorship
  3. Beyond The Wall Of Sleep
  4. Island Of Death
  5. Politician
  6. Srebrenica
  7. Octogenarian Violence
  8. Loudmouth
  9. Thrashing Like A Maniac

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 31/12/2016 à 17:53
70 %    667

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Left Hand Path

Baxter 16/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28

LeMoustre

Comme toute généralité, d'ailleurs

21/05/2020, 16:54

KaneIsBack

Pareil. Je suis curieux d'entendre Fernanda chanter sur du death.

21/05/2020, 15:48

MorbidOM

Deicide était chez Earache de "The Stench of Redemption" à "Till Death Do Us Part"

21/05/2020, 14:59