En Russie je suis, en Russie je resterai. Oui parfois les hasards du calendrier nous offrent un séjour prolongé dans une région du monde, et en ce moment, mon présent et avenir semblent complètement à l’Est alors que moi-même je suis plutôt à l’ouest.

Paradoxe intéressant en soi, mais qui n’est pas le sujet. Ce qui l’est ? La scène extrême Russe qui aujourd’hui nous présente l’un de ses représentants les plus féroces, en direct de Saint Petersburg, sous la forme d’un trio ayant banni de son vocabulaire musical les mots « commercial », « compromis », « modération » et « modernité ». Rien de péjoratif dans ce constat bien au contraire, puisqu’en termes de Thrash paillard, bestial et subtilement BM, les TANATOR peuvent faire office de chefs de file, tant leur Metal torride et paillard domine de la tête cornue et des épaules pointues le reste de la production.

Trois musiciens donc (Alligator – guitare/chant, Kannib – basse/chœurs et Neframor – batterie (live)), qui sont visiblement aussi connus sous leur patronyme d’état civil (Maxim Mikhaylov, Kannib Maledik et Nikita Antonow, membres et ex-membres de divers autres combos locaux, dont CHAOSBRINGER, PYRE ou SANCTORIUM et CHAMBER OF TORTURE), et qui se sont mis à la colle il y a maintenant presque cinq ans pour produire un Thrash qui pioche dans le passé de quoi assurer son pain (dans la gueule) quotidien.

Après un premier album paru à compte d’auteur en format tape, Possessed By Madness, Possessed By War, publié en septembre 2014, le trio a donc répété avec acharnement pour proposer une suite au moins aussi intense, et après écoute de Degradation Of Mankind, on peut affirmer sans risquer de se tromper qu’ils ont fait encore plus fort, encore plus rapide, et encore plus blasphématoire.

Le pari était pourtant difficile, mais ils l’ont relevé avec panache, et sans doute une ou deux incantations pour obtenir les faveurs de quelques démons avides de Metal brutal et sans concessions.

Autant être franc, en tant que fan absolu de Thrash old-school au léger feeling Punk et Thrashcore, j’ai vécu une véritable épiphanie de violence à l’écoute de ce tonitruant Degradation Of Mankind qui semble en effet décrire avec acuité la longue déchéance d’une espèce qui refuse d’assumer ses propres travers.

Pourquoi ?

Parce que tout sur cet album respire la brutalité sans fard, que les instrumentistes sont tous les trois parfaits dans leurs rôles respectifs, et que leurs compositions rendent hommage à un pan entier de l’extrême des années 80, tout en restant bien campé sur le sol de son époque. Pour solde de tout compte, le trio Russe lâche tout, et surtout les décibels et l’inspiration, qui se nourrit tout autant de la sauvagerie de MOTORHEAD que du Crust’n’Roll des DARKTHRONE, sans occulter les débuts de CELTIC FROST/HELLHAMMER et de la vague underground Allemande de la fin des eighties. On assiste donc à un véritable feu d’artifices explosif, qui tonne d’une rythmique infatigable mais créative, propulsant des riffs saignants et sombres dans les limbes de la stratosphère infernale d’une galaxie de bordel sous contrôle.

Au premier plan des qualités à souligner donc, des morceaux diablement bien construits, qui développent toute une panoplie de riffs accrocheurs, légèrement abrasifs, souvent basiques mais qui font mouche.   

En tant que leader, Alligator assure dans les grandes largeurs, et se hisse au niveau d’un Cronos ou d’un Tom Warrior sans forcer son talent et tronçonne des parties de guitares qui vous lacèrent les neurones sans pitié, tandis que son chant écorché et menaçant vous accroche les tripes sur une partition démentielle.

Une basse énorme et grasse à la Lemmy, et un batteur qui ne rechigne pas à distiller les BPM en grand nombre, pour un banquet d’agressivité copieux et roboratif, qui parfois propose des plats de premier choix, comme ce tourbillonnant « Power » qui n’a jamais si bien mérité son nom.

Neuf pistes et rien à jeter, même pas le moindre reste un peu trop réchauffé, et une science des arrangements sobres qui permet aux recettes d’atteindre un point de perfection rustique admirable.

En faisant le choix de la concision et de la variété, le trio Russe TANATOR a mis dans le mille, et des pamphlets rudes comme « D.D.D » en ouverture ou « Axes From hell » qui le suit à la trace frappent très, très fort et nous terrassent d’entrée sans nous laisser le temps de monter notre garde pourtant éprouvée par des années à encaisser.

Ça joue vite, ça joue efficace, ça joue bien, et le tracklisting égrène ses litanies sans laisser pointer le bout de l’ennui, puisque chaque idée semble parfaitement à sa place et digne d’un très haut degré de sauvagerie.

Intros bien senties (« Waiting (For New War) »), inspiration rasant tout sur son passage dans un savant hommage à BATHORY et BULLDOZER (« Total Degradation », affolante démonstration de Thrash N’Roll qui ridiculise la concurrence), chœurs qui n’en font pas trop et jouent la parcimonie lumineuse, lyrics parfois borderline qui s’accordent parfaitement d’un tempo tribal gigotant d’un beat médium qui vous fait headbanger comme une folle (« Ebolavirus »), et final dantesque qui met le feu aux poudres avec une ultime étincelle (« Scream of Sacrifice »), Degradation Of Mankind frise la perfection dans la sauvagerie primale et l’atteint même en plus d’une occasion.

Pourtant Dieu (ou Lucifer, au choix) sait si la production Thrash vintage connaît quelques problèmes de créativité depuis quelques temps, mais il semblerait que les TANATOR n’aient cure de cette baisse provisoire de régime, eux qui foncent sans se poser de questions, sans pour autant ressasser les même plans virulents sans chercher à les enrichir.

Quelques mélodies subrepticement distillées, mais surtout, un impact immédiat et renforcé, ce deuxième album se veut point de jonction entre un Thrash en fusion et un Black de fond, et profite d’une production sans artifices pour imposer sa rudesse de principe.

Ecouter Degradation Of Mankind en 2017, c’est se replonger dans nos tendres années de thrasheur allumé, qui guettait la moindre sortie pour s’enthousiasmer, et qui hurlait à la moindre occasion de s’égosiller. En allant au plus simple sans se montrer simplistes, les Russes signent un des meilleurs albums du cru de ce début d’année et seront difficiles à occulter dans les mois à venir.

Mais faisons-fi des mots, et lâchons nous sur leur propos. Le meilleur Thrash bestial est disponible en CD, alors on se dépêche de l’acheter et d’en jouir sans se réfréner.     

TANATOR de s’en priver !


Titres de l'album:

  1. D.D.D
  2. Axes from Hell
  3. Man-made Disaster
  4. Punk Slut
  5. Power
  6. Waiting (For New War)
  7. Total Degradation
  8. Ebolavirus
  9. Scream of Sacrifice

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/03/2017 à 17:38
88 %    282

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)