Der Stille Zerfall

Phreneticum

04/04/2021

Satanath Records

Quatre grands cas de figure se détachent lorsqu’on aborde le Black Metal par sa face nord. Quatre approches, bien différentes, mais qui une fois assemblées, forment un puzzle hideux, que l’on découvre avec horreur en se plongeant dans l’histoire de ce pan de l’extrême. Il y a évidemment l’approche classique, blasts, hurlements de sorcière, riffs concentriques, la méthode classique. Il y a bien sûr l’école minimaliste, le lo-fi comme dogme, avec des enregistrements tous plus incompréhensibles les uns que les autres au nom de l’éthique. Il y a ensuite l’élite avant-gardiste, qui refuse les contraintes, et dilue, dans le Jazz, dans le dissonant, dans l’arty, pour maquiller la bête et la rendre plus abordable, sinon moins cruelle. Et puis, il y a un dernier mouvement, plus rare, qui privilégie l’ambiance délétère à la bestialité primaire, et qui abuse des atmosphères pour nous plonger dans un coma paranoïde dont on ne sort pas tout le temps intact et sain d’esprit. Les allemands de PHRENETICUM font indéniablement partie de cette caste d’artistes qui refusent l’approche frontale pour nous prendre de biais, et qui développent de longues structures envoutantes pour nous entrainer toujours plus profondément dans leurs immondes abysses.

Fondé en 2015, ce concept énigmatique n’a rien produit avant d’offrir six ans après sa naissance son premier longue-durée. Les photos promo affichent deux visages grotesques et grimaçants, mais l’image n’occulte pas la puissance d’une musique qui butine les fleurs du mal pour incarner…le mal absolu. Cinq noms se détachent donc               

du line-up (Sandra Batsch - basse, Fab Ian - batterie, Ronny Raschick et Fluch - guitares, Leichenfresse - chant), dont certains ont déjà trainé leurs instruments dans d’autres formations (ABIGORUM, FEUERMANN, METAMORPH, TROND, WULFGAR, VON.TROLL, DIE NEBEL DER ENDLOSIGKEIT), un line-up qui en soi ne nous donne pas vraiment d’indication quant à la marche à suivre. Et il faut donc encaisser le lourd choc de « Der Turm » pour comprendre de quoi il en retourne, et compter ses os tombés à terre. En sept minutes, PHRENETICUM plante le décor de Der Stille Zerfall, lourd, emphatique, déviant, pesant, grouillant, et nous emmène dans un voyage sans retour dans l’histoire du BM allemand, l’un des plus fertiles, mais aussi l’un des plus malsains du marché.

Loin d’une pluie de blasts ininterrompue obligeant l’auditeur à utiliser un parapluie acoustique et des protections de tympans, ce premier titre est un modèle de lourdeur, un pamphlet Heavy qui écrase tout sur son passage, et qui en dit long sur les intentions du quintet. La production, grave et grasse ne permet pas toujours de discerner clairement le propos, mais là justement est le propos : dérouler un magma sonore en forme de coulée de lave, qui fait tout fondre sur son passage, et qui ose reprendre les recettes de BATHORY pour les remettre au goût d’un jour actuel désespéré et sans avenir. Et si les riffs sont formels, si les transitions rythmiques peuvent être anticipées sans trop de problème, le chant sous-mixé à la suédoise, et les inflexions historiques entraînent un mélange étrange, comme si le passé refaisait surface et nous éclaboussait de ses échos.

L’écho est justement très important sur ce premier album. Les morceaux en sont blindés, ce qui permet de créer une atmosphère envoutante et inquiétante, comme un cri émanant d’un passé très lointain. Ne refusant aucunement la violence inhérente à un tel concept, les musiciens allemands de ville inconnue utilisent donc tous les codes, mais les traitent à leur manière. De façon très underground, pour cette propension à booster le lo-fi pour lui donner des allures de superproduction, et en emballant le tout dans un splendide artwork de Luciana Nedelea, mis en cadre par Aleksey Korolyov. Le produit est donc fini, peaufiné de l’extérieur, mais encore très abrupt de l’intérieur.

Décomposé en cinq chapitres de longueurs diverses, Der Stille Zerfall module, mais frappe fort. Si « Das Auge » reprend la route d’un BM nordique accentué d’une puissance totalement allemande, il accumule toutefois les breaks Heavy qui mettent en relief une batterie à l’économie de production qui sonne captée live. Le chant de Leichenfresse, geignard et très proche des intonations de feu Quorthon survole la partition comme un vautour une charogne, et passe parfois aux avant-postes pour égrener son discours cryptique. Et après quatre inserts de six minutes, dont un « Krankhaf » plus glauque que du Lynch passé entre les mains d’Arrabal, les allemands se lancent dans l’exercice du final dantesque et hors-proportions, avec un homérique « Das Grab » qui piétine allègrement les onze minutes.

Ce morceau, qui se veut évidemment acmé absolu, débute pourtant assez gauchement sur un plan purement Heavy Metal aussi éculé qu’une corde de mi de SAXON. Binaire, lick catchy, frappe matte de caisse claire, avant que l’ambiance ne dévie vers quelque chose de moins putassier, mais tout aussi insistant. Et alors que l’auditeur se dit que les choses vont changer, que les BPM vont tomber, et que les guitares vont s’éloigner de ce motif entêtant et puéril, le déroulé stagne et n’offre aucun crescendo, comme si le groupe insistait sur la douleur formaliste d’une clôture en surprise minimaliste.

Etrange album que ce Der Stille Zerfall qui intrigue, mais intègre de nombreux défauts, parfois difficilement excusables. On se retrouve un peu coi, sans savoir vraiment quoi dire ni quoi penser, mais avec la certitude d’avoir écouté quelque chose de différent. Et ça, c’est toujours un bonus dans le cadre du Black Metal, style Ô combien fourre-tout et parfois complaisant.         

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Der Turm

02. Das Auge

03. Zur Hölle

04. Krankhaft

05. Das Grab


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2022 à 18:26
78 %    91

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
16/06/2022, 08:15:27

J'aime bien l'ambiance de ce Black Metal, c'est rampant, c'est noir au possible, très intéressant !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44