one-man-project assez intrigant. Je l’avais déniché en déambulant dans les arcanes de la toile, et je m’avouais d’ailleurs assez satisfait de ma découverte. Ainsi se retrouvait exposé à la lumière de Metalnews.fr le projet GASLARM, entre deux eaux, mais surtout, terriblement attachant, et d’une productivité qui m’avait laissé pantois. Je soulignais d’ailleurs à l’époque que ma prose focalisée sur l’album Environmental Disaster anticipait de peu la sortie d’autres longue-durée publiés la même année, mais face à la production toujours plus abondante de notre petit monde, j’étais quand même loin de me douter que l’homme derrière le masque allait jeter en pâture à ses fans cinq LP en 2018, année non à terme et donc encore susceptible de recevoir une obole supplémentaire de la part du musicien boulimique…C’est à se demander comment il fait pour produire autant, d’autant plus que sa musique, aussi personnelle soit-elle et constamment entre plusieurs niveaux est toujours digne d’intérêt. Anders Lindberg continue donc son voyage au long-cours, et empile les créations, comme pour prouver qu’à âme décidée, rien ne résiste, et c’est avec plaisir que je le retrouve aujourd’hui pour fêter la parution digitale de son dixième tome sous le nom de GASLARM. J’avais évoqué son parcours dans ma chronique précédente, mais il est toujours utile de rappeler tous les alias utilisés par le bonhomme, les THE PORRIDGEFACE, AGE OF NEFARIOUS, EXCÖRIATOR & HEADQUAKER, ou quel que soit le nom de baptême utilisé. Mais c’est bien GASLARM qui nous préoccupe aujourd’hui, via Dusk Mothers Children, distillant une dizaine de compositions toujours aussi à l’aise dans un créneau de Speed mélodique et de Thrash attractif.  

Il est néanmoins toujours aussi ardu de situer Anders sur une carte artistique en pointant un genre précis, puisque le musicien prend toujours un malin plaisir à ne pas se fixer trop longtemps sur un créneau. On retrouve donc sur ce dernier LP les composantes essentielles de son travail, cette versatilité qui n’empêche pas la cohésion, cet amour du travail bien fait, et cette attention portée sur les arrangements et les thématiques. Bien évidemment, inutile d’attendre d’une telle œuvre un professionnalisme de tous les instants, et les points faibles restent toujours les mêmes, notamment en termes de son et de production, pas toujours adaptée au ton choisi et aux philosophies prônées. Ainsi, lorsque le climat se détend et que la puissance cède le pas à la mélodie, on sent quelques baisses de régime et des vides à combler, ce qui est particulièrement palpable sur une composition comme « The Sodden Path ». Privilégiant une optique que le sieur Mustaine mettait en avant du temps du grand MEGADETH, Anders combine donc l’efficacité d’un Metal à l’orée d’un Thrash accessible et les nuances d’un Heavy Metal presque progressif dans l’esprit, accumulant les plans pour aménager de grands espaces dédiés aux soli, une fois encore très pertinents et révélateurs des capacités du musicien. Très à l’aise avec sa guitare, Anders a travaillé sa partition pour nous offrir beaucoup de diversité, passant allègrement de la maîtrise Speed au relâchement Heavy, tâtant même par moments du Hard-Rock plus appuyé, et concentré sur des motifs entêtants et inspirants.

Et après une étrange intro au piano, économique mais envoutante, qui appelle une digression électrique ne venant jamais, la voie est pavée pour que l’inspiration du suédois suive ses délires en toute liberté. Avec une moyenne de cinq LP par an, il est évident que l’originaire de Värmland ne se bride pas et ne fait aucunement le tri dans ses élans créatifs, mais même avec cette donnée en tête, et malgré des pannes d’inspiration notables sur quelques morceaux (tout du moins sur certains passages…), on ne peut que rester admiratif face à tant de passion qui se concrétise formellement en chansons. Tout n’est évidemment pas pertinent, et certains titres auraient gagné à être plus condensés, à l’image de l’entame réelle de « A TV in my Head », qui du haut de ses sept minutes ne dispose pas d’arguments assez convaincants pour fédérer sur la durée. Heureusement, le percutant « Sleeping Inside a Bottle of Pills » prend dignement la relève avec son Thrash modéré, rappelant la vague Speed US des mid eighties, ainsi que le TESTAMENT le plus raisonnable. Avec une durée médiane de cinq minutes par entrée, Anders n’a pas choisi la facilité, mais un oreille attentive saura déceler la créativité jamais rassasiée d’un musicien capable d’unir dans un même élan Heavy tonitruant et Speed cavalant, nous entraînant sur la piste historique d’un Metal mordant via le très capable « The Sodden Path II », aux riffs saccadés et à la rythmique enlevée. Les intermèdes les plus patauds ne sont pas non plus exempts de défauts, à l’instar du lourd et emphatique « The Illusionist », qui semble s’évertuer à reproduire des plans déjà mâchés par Jeff Waters dans ANNIHILATOR, mais ces quelques errances sont vite rattrapées par de vraies saillies mélodico-musclées, « Revelations » en étant l’un des meilleurs exemples.

Et que ce soit en rythmique ou en solo, le boulot abattu par Lindberg via son médium GASLARM est remarquable. Si sa voix semble parfois un peu fluette pour vraiment soutenir des riffs plombés, si les patterns de batterie n’ont pas toujours le son dont ils ont besoin, si quelques licks semblent en pilotage automatique, l’ensemble dégage toujours la même impression de fraîcheur qui fait du bien, spécialement lorsque les minutes en perdent quelques-unes en route sur le lapidaire « A Grave of Flames ». Bien sûr, il est évident que ce genre d’album est à réserver aux curieux et passionnés, aux affamés et aux forcenés, les autres trouvant sans doute ce genre d’entreprise encore un peu trop underground à leur goût. Mais c’est aussi le rôle d’un webzine comme le nôtre de braquer la lumière sur des individualités de l’ombre, particulièrement lorsqu’elles sont aussi attachantes que celles d’Anders. Et contre vents et marées, et en dépit d’une prolixité qui le confine à l’obsession, je continuerai à suivre les aventures de ce suédois atypique, qui gagnerait quand même à épurer sa créativité pour concentrer ses meilleures idées sur un ou deux LP par année.    


Titres de l'album :

                         1.Dawn of the Longest Dark          

                         2.A TV in my Head  

                         3.Sleeping Inside a Bottle of Pills   

                         4.The Sodden Path  

                         5.The Sodden Path II          

                         6.The Illusionist       

                         7.Revelations

                         8.A Prayer to the Dusk Mother     

                         9.A Grave of Flames

                        10.A Love That Trancends Death

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/11/2018 à 17:37
75 %    276

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)