Le Brésil a toujours été fasciné par le Heavy Metal le plus puriste d’aspect, ce Hard-Rock flamboyant au carrefour des influences, légèrement Power sur les bords, mais fondamentalement respectueux des codes dans le fond. C’est une optique qui se respecte, spécialement lorsqu’elle découle sur l’enregistrement d’albums à la conviction ferme et aux intonations flamboyantes. Et ce nouvel EP des originaires de Salvador de INNER CALL ne fait pas exception à cette immuable règle, faisant même partie du haut du panier de cette troisième vague de groupes se réclamant d’un classicisme formel et d’une foi sans pareille. Formé en 2009, le quintette brésilien (Roberto Indio – chant, Luiz Omar – batterie, Uiliam Rocha - basse, et Alexandre Vitorino & Gabriel Heilinger – guitares) a pris son temps pour préparer un répertoire imperfectible, pouvant compter sur une pratique instrumentale élaborée pour composer des morceaux fermement ancrés dans le patrimoine national. Une tradition qui a toujours du bon, et en quelques morceaux, ces preux chevaliers d’un Metal mordant et délicatement emphatique nous prouvent que le Heavy le plus rutilant à de beaux jours devant lui…Pas de surprise étonnante à mettre à leur actif, puisque les lusophones n’ont pas vraiment changé leur guitare d’épaule, mais une jolie démonstration de force en style, ou l’inverse, qui prône avec fermeté des préceptes confirmés, élaborés à base de vocable Metal non édulcoré, tenant autant des velléités harmoniques et progressives d’ANGRA, que des enseignements chromés d’un JUDAS PRIEST adopté. Six morceaux, dont une version démo, c’est une mise en bouche annonciatrice d’un futur LP plus complet qui nous est proposée, et autant dire qu’elle file la dalle, tant le lyrisme flamboyant du quintette ne fait pas de détail.

Les influences du groupes sont claires, et le terrain largement balisé. Leur page Facebook ne fait aucun mystère des références sous lesquelles ils se placent, et sont énumérés les classiques IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, ACCEPT, METALLICA, HELLOWEEN, DREAM THEATER, DEEP PURPLE, BLACK SABBATH, ou ANGRA, auxquels sont ajoutés quelques clins d’œil purement Thrash revendiquant une affiliation particulière à la puissance des MEGADETH, SLAYER, SEPULTURA et autres ONSLAUGHT. Il est évident que la balance penche plus du côté Heavy où elle va s’incliner, mais la force de persuasion d’un morceau comme « There’ll Be Hell » ne cache aucunement quelques accointances choisies avec l’univers plus heurté du Power à tendance musclé, comme si le PRIMAL FEAR le plus concerné se replongeait avec bonheur dans le Thrash pas vraiment assumé d’eighties enflammées. Le tout exhale un délicieux parfum agressif, qui provoque les tympans pour mieux faire s’envoler la perruque, mais loin des sempiternels clichés de cartouchières fièrement arborées et de patches subtilement délavés, Elementals se concentre plus volontiers sur des éléments mélodiquement probants, et techniquement affolants. Le niveau est d’ailleurs assez élevé, chacun étant parfaitement à sa place à son poste, et ce morceau prouve sans ambages que les brésiliens ont tout à fait leur place sur la scène Heavy contemporaine qui ne rechigne pas à loucher vers le passé pour continuer à avancer. Vintage sans l’être, nostalgique mais les deux pieds ancrés dans la terre de leur époque, les INNER CALL ne font pas de quartier, mais savent agencer des morceaux qui semblent parfois regretter la brillance d’un Hard-Rock méchamment amplifié d’un Heavy chromé (« 2012 », archétype de progression au riff carton qu’un ACCEPT bougon aurait pu entonner de concert avec un JUDAS PRIEST revenu des enfers), et le tout se savoure comme un instantané tout sauf cliché d’une scène qui n’en finit plus d’inspirer les plus acharnés.

Fidélité, adhésion massive à une éthique de formalisme étudié, cet Elementals ose même parfois la démesure d’un KING DIAMOND sevré d’études classiques à la SAVATAGE, mais qui ne se perd pas en conjectures pour oser proposer ses propres idées, qui la plupart du temps font mouche. On ne s’ennuie à aucun moment, puisque les cinq musiciens ne manquent pas d’audace dans leur mélange des genres, qui de temps à autres chatouillent la susceptibilité mélodique des plus grands représentants harmoniques. Pour comprendre de quoi il en retourne, l’entrée en matière « Elementals » représente un point d’accroche parfait, et de son intronitruante nous enfonce dans l’univers belligérant d’un ensemble qui accepte les conventions, mais qui adopte une posture individualiste de bon ton. Guitares volubiles, riffs habiles, rythmique solide et chant investi, tels sont les ingrédients de ce Power-Heavy tout sauf réchauffé, qui en appelle au crossover pour faire sonner son heure, utilisant les arpèges en son clair, les couplets plombés d’enfer, pour enfin s’envoler au gré d’évolutions qui usent d’astuces presque Thrash à la FATES WARNING/METAL CHURCH pour appuyer leur propos déchainé. On se demande même parfois si le spectre d’un CRIMSON GLORY aux abdos renforcés ne plane pas sur le projet, tant les déclarations sont fermement hurlées…Trip 80’s ultime ou pied de nez au réfractaires d’un Heavy un peu trop recyclé, qui trouve ici un éclairage vif nouveau et illuminé ? Un peu des deux, mais on se laisse prendre au jeu, comme on s’était laissé conquérir par le premier album éponyme, qui présentait la même recette, ici reproduite et améliorée…

Ce qui est certain, c’est que malgré sa brièveté, Elementals n’en est pas moins une belle démonstration de colère intelligente et de pilonnage constant, osant même le hit Heavy presque parfait, sous la forme d’enfers aux vices assumés. Toute la démesure de « Hadès » convient parfaitement au plan habilement dessiné, et nous contamine de son énergie décuplée, tenant largement la dragée haute au dernier JUDAS PRIEST en date, qui pourrait traîner du côté de Salvador, histoire de piquer quelques plans moins éculés. La voix diabolique de Roberto Indio, au lyrisme très danois s’accorde parfaitement de guitares plus ou moins occultes et mystiques, et ressuscite l’esprit des MERCYFUL FATE, sans pour autant perdre de vue ses objectifs puissants. Dommage d’ailleurs que le quintette se sente obligé de nous offrir en bonus la version démo du même morceau, qui n’apporte aucune plus-value, mais qui étire le métrage pour faire se rapprocher cet EP d’un timing de LP. Mais si le Heavy puissant et légèrement mâtiné de Thrash est votre exutoire préféré, cette saillie des brésiliens d’INNER CALL vous fera headbanguer intelligemment, et chanter à tue-tête autant que hurler comme une bête.


Titres de l'album:

  1. Intro/Elementals
  2. The Night Queen
  3. There'll Be Hell
  4. 2012
  5. Hadès
  6. Hadès (démo)

Site officiel


par mortne2001 le 28/03/2018 à 18:06
80 %    396

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.