Je parlais récemment de la propension des artistes estampillés « Grind » à se disperser et rechercher à tout prix des activités annexes. J’aurais aussi bien pu associer à ce constat les fondus Indus, les frappés Powerviolence, mais je n’aurais jamais eu l’idée de le compléter avec les instrumentistes Thrash. Mais que voulez-vous, les temps changent, et s’il fut une époque lointaine ou la formation en trio, quatuor ou quintette était indispensable pour se prendre pour SLAYER ou DESTRUCTION, celle-ci est révolue, sans doute grâce aux nouveaux moyens numériques disponibles.

La preuve ?

Vivante, celle d’Anders Lindberg, musicien qui jusqu’à hier m’était parfaitement inconnu. En lisant sa courte bio sur la page Facebook officielle de son projet GASLARM, j’appris que l’homme signait là un side-project, en marge de son implication dans THE PORRIDGEFACE, AGE OF NEFARIOUS, EXCÖRIATOR & HEADQUAKER. Ne connaissant pas non plus les combos en question, je recherchais donc quelques renseignements sur la bible Encyclopedia Metallum, pour finalement découvrir que les dits groupes étaient en fait presque tous des one-man bands, à l’exception d’EXCÖRIATOR, seul quatuor du lot.

Et finalement, je compris rapidement qu’Anders était du genre à tout faire seul dans son coin, au sein de THE PORRIDGEFACE (le seul avec une discographie conséquente depuis 2006, malgré une formation en 1991), ou de GASLARM qui – tenez-vous bien – en est à son troisième album depuis le début de l’année 2017.

Vous avez dit prolifique ? Pléonasme…

En continuant à ce régime, Anders va finir par accumuler une liste de parutions aussi fouillée que les plus productifs maniaques du Grind, à la différence près que le musicien ne se contente pas de torcher une vingtaine d’odes aux blasts par LP. Il prend le temps de composer de vrais morceaux, et à l’écoute de cet Environmental Disaster, on se retrouve légèrement admiratif tant la quantité rime avec qualité.

De Grind il n’est donc pas question, mais bien de Speed, et même de Thrash, avec quelques légères touches de Heavy et une bordée de mélodies mémorisables qui auraient fait un carton il y a trente ans, à l’époque où la Suède préférait envoyer au front ses meilleurs représentants Hard-Rock.

On sent que le guitariste scandinave a du bagage culturel derrière lui, et inutile de dire qu’il assure dans tous les compartiments instrumentaux. Si sa musique se veut simple et directe, elle n’en est pas pour autant simpliste, même s’il n’est pas du genre à tourner autour du pot.

A une exception notable toutefois, celle de l’ouverture « Revenge », qui s’amuse beaucoup de ses onze minutes et trente-trois secondes, pour nous offrir un joli passage en revue des talents du compositeur. Intro médium qui distille de sympathiques harmonies presque Folk, et déroulé à la Speed/Thrash mode en vogue in 1988/89, lorsque les HELLOWEEN étaient encore les rois du monde, que RISK s’amusait beaucoup avec son Ratman, que les SCANNER nous faisaient le coup du tour de l’univers, et que DEATH ANGEL opérait un beau virage à 90° pour réviser et Heavyser son Metal.

Mais loin de se contenter de revisiter les grands classiques, GASLARM/Anders nous propose sa vision des choses, avec un léger décalage temporel qui se ressent jusque dans la production. Cette dernière, bien loin des canons contemporains de «gros son », préfère une approche plus passéiste, et gonfle les médiums tout en gardant une approche sobre dans les graves. Le son des guitares grésille donc comme aux plus grandes heures de gloire de la déferlante allemande des mid eighties, à tel point qu’on a parfois le sentiment de se plonger dans un inédit studio des LIVING DEATH (« Gyroscope »).

Mais Anders n’a pas la voix aussi horripilante que ce cher Thorsten Bergmann, et laisse son gosier coincé dans un registre assez intermédiaire, ni vraiment mélodique, ni complètement rauque. Ce qui convient d’ailleurs parfaitement à ses compositions, qui elles aussi restent dans une moyenne de violence raisonnable, et dont le ratio harmonies/saccades est plutôt neutre.

En parvenant à ce stade de lecture, vous vous dites certainement que cette chronique sent le consensuel à plein nez. Pourtant, elle reste très honnête et à l’image de ce musicien décidément très sympathique qui a décidé de suivre sa route sans se préoccuper des autres. Mais mis à part une certaine propension aux automatismes Speed/Thrash qui l’obligent à revenir sur les mêmes thèmes, je ne vois rien de fondamental à critiquer sur cet Environmental Disaster…

Certes, je n’ai pas eu l’occasion de poser mes oreilles sur Mind Pollution sorti en avril ou Life’s a Bitch publié en mai, et peut-être sont-ils tous deux similaires point par point, mais en tant que sortie indépendante, ce troisième LP tient largement la route, bien mieux même que nombre d’albums officiels de groupes confirmés dont la presse et les fans se font des gorgées chaudes.

Et si « Kill The Beast » fait cruellement penser à un résumé de la carrière « chant aigu » de RAGE, en beaucoup plus agressif, si « Crush The Stars » se plait à tendre un fil entre BLIND GUARDIAN et TESTAMENT, sans vraiment les relier, « 1066 » résonne d’un Folk Thrash assez proche de SKYCLAD, tandis que « You’re The Cause » aurait fait merveille sur un des premiers témoignages vinyliques de la vague Californienne.

Je concède, le tempo est souvent bloqué sur le même nombre de BPM, les riffs sont parfois de la même famille, le son est de temps à autres un peu flottant, et la voix d’Anders ne tombe pas toujours pile, mais ces défauts, en définitive, jouent en faveur de l’artiste, et ajoutent un cachet nostalgique à l’ensemble qui n’en manquait déjà pas à la base.

Alors, quelle posture adopter face à un musicien qui n’a de cesse de produire, et qui ne parle pas pour ne rien dire ? Le remercier, et le féliciter pour ce don inné qu’il partage avec nous au travers de ses productions. Tout le monde n’a pas la chance de pouvoir enregistrer trois albums en quelques mois et de pouvoir prétendre à une telle qualité dans la profusion, alors ne nous montrons pas hautain, et saluons l’effort pour ce qu’il est.

Pour faire plus simple, admettons qu’Environmental Disaster  est un très solide LP de Speed/Thrash, et qu’il mérite largement sa place dans ces colonnes.

Bravo Anders, et…rendez-vous le mois prochain ?


Titres de l'album:

  1. Revenge
  2. False Messiah
  3. Gyroscope
  4. Kill The Beast
  5. Crush The Stars
  6. 1066
  7. You're The Cause
  8. Dark Twist Of Fate

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/07/2017 à 17:40
75 %    280

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Gaslarm
membre enregistré
22/07/2017 à 21:53:58
Thank you for a great and honest review!
Gaslarm released "Mind Pollution" in april
"Life´s a Bitch" in May
"Environmental Disaster" in June
and finally.."This planet´s Burning" in July.

Best regards/Anders,Gaslarm

Simony
membre enregistré
22/07/2017 à 22:29:20
Et bien quelle productivité...

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)