Nouvelle sortie chez les décidément infatigables Iron Bonehead, le premier LP des slovaques de TUJAROT. A priori, rien ne distingue cette production du reste de l’écurie allemande, et pourtant, ce longue-durée est assez unique en bien des points, et il ne se contente pas de répondre aux exigences pointues de qualité underground du label. Fondé en 2012, ce trio énigmatique (M - batterie, V - chant/basse et A - chant/guitare/ambiance) a patiemment élaboré sa discographie en toute discrétion, et s’est pour l’instant contenté de EP’s, et d’une compilation les recoupant tous les deux. Ces EP’s se bornant en chaque occurrence d’un seul et unique morceau ont contribué à définir le son étrange de ce Black Metal venu de l’est, émergeant de ce petit pays coincé entre la Hongrie, la Pologne et l’Ukraine, qui refuse les codes les plus évidents du genre pour s’aventurer en terre mystique, et développer de beaux arguments ténébreux, sans pour autant verser dans les réflexes les plus habituels. Il est d’ailleurs très difficile de définir la musique des TUJAROT, puisqu’ils n’ont que peu d’équivalents sur la scène internationale. Jouant la discrétion virtuelle autant qu’ils le peuvent, les trois musiciens préfèrent patiemment élaborer leur œuvre, en mettant l’emphase sur la lourdeur, les ambiances, pour offrir un point de jonction entre les sonorités les plus classiques et les exactions contemporaines osant enfin jouer le jeu de l’ambivalence et de l’hybridation. Et sans aller jusqu’à plonger dans les abysses les plus impénétrables de leur créativité, le format même de cette sortie a de quoi étonner. Existencialista a d’abord bénéficié d’une publication sous la forme d’un set dépliant de trois mini-CD, édité à trente-neuf exemplaires et entièrement créé à la main, avant de tomber sous celles du label allemand, bien décidé à le proposer sous un packaging plus classique, ne dissimulant en rien son étrangéité.

De fait, et dans le fond et la forme cette fois ci, ce premier album se constitue donc comme le veut leur tradition de trois morceaux dépassant allègrement les dix minutes, mais qui ne tombent jamais dans le piège facile de la redite ou de l’expérimentation erratique. Si les impulsions semblent guidées par des humeurs, de violence ou de nihilisme, la musique fait preuve d’une créativité palpable, en unissant les époques et influant le temps, pour qu’il forme une boucle assez intéressante nouant le passé au présent. On y retrouve donc la violence inhérente aux débuts du BM dit de l’est, mais aussi les dissonances plus contemporaines des VIRUS, de SHINING, et ce sens de l’épidermisme, si vous excusez ce néologisme osé, qui constelle les productions des ukrainiens, des russes et des hongrois depuis le début des années 2000. Placé sous l’égide de références multiples, mais résolument personnel, Existencialista ne lasse jamais, mais agit plutôt comme un catalyseur stimulant votre curiosité, et propose une vision individuelle et collective de ténèbres qui ont toujours représenté le décorum idéal pour une musique misanthropique, réfutant tout principe de musicalité trop prononcée, mais ne renonçant pas pour autant à des harmonies qui permettent d’amplifier la puissance de rythmiques et de riffs taillés dans le jais. Aussi évolutif qu’il ne peut être statique, ce BM sourd, diffus et pourtant terriblement précis échappe à toute catégorisation, pour laisser parfois l’improvisation logique prendre le pas sur l’élaboration précautionneuse. Et c’est justement cette dualité qui étonne, d’autant plus que le son dont dispose cette réalisation permet d’en apprécier chaque détail, aussi infime soit-il.

Trois titres donc, conséquents, qui déroulent leur imaginaire macabre au long de breaks largement étendus, sans opter pour une structuration formellement agencée. Si pour beaucoup, les trois segments partageront tant de points communs qu’il en deviendra difficile de les distinguer, les initiés sauront reconnaître quelques variations, dans le tempo principalement, mais aussi dans l’approche, plus opaque par moments et plus lumineuse à d’autres. Le chant, mixé en sévère arrière-plan, agit presque comme une troisième ligne rythmique, d’autant plus que les riffs dispensés par la guitare n’en sont pas vraiment, mais s’apparentent plutôt à des couches sonores qu’on empile aux côtés d’une rythmique relativement polyvalente, qui donne toute l’étendue de ses possibilités sur le final « Dryáda ». Cet épilogue ose d’ailleurs jouer le jeu de motifs plus facilement mémorisables, et presque Rock dans les intentions sous-jacentes, sans perdre de vue cette crudité de ton qui rend chaque attaque précise, et chaque portion de chanson prolongement logique de la précédente. Evitant d’ailleurs les imbrications un peu téléphonées, les slovaques restent d’une fluidité déconcertante à ce niveau de timing, et se rapprochent dans leurs instants les plus posés des premiers effluves du BM nordique, singeant la grandiloquence des EMPEROR de façon minimaliste, et déformant le rigorisme des DARTHRONE et autre BURZUM en enveloppant leur corps décharné dans un linceul d’une noirceur immaculée. Certes, et j’en conviens, ces mots peinent à décrire le contenu d’un triple EP qui agit comme une évolution naturelle vers le chaos le plus ultime (dont la seule échéance reste le silence), mais il serait malhonnête de chercher à dépeindre avec acuité une musique qui fonctionne à un niveau de ressenti épidermique, et de raisonnement viscéral presque primitif.

D’aucuns, après la demi-heure d’écoute impartie auront du mal à comprendre le faux enthousiasme dont je fais preuve, mais il y a quelque chose de tellement tapi sous la réalité dans la musique des TUJAROT, de foncièrement logique, mais d’intangible et de désincarné, que je ne peux m’empêcher s’y voir les futurs prémices d’une musique aussi abrasive que séduisante. Presque aussi Ambient qu’il n’est Black évolutif, Existencialista est bien plus que la somme de trois faux EP’s disparates, et mérite toute votre attention, au-delà de l’objet de collection qu’il aspirait à incarner avant d’être récupéré par un label aux moyens plus étendus. Car même en dépit d’une forme de production en LP plus classique, son contenu a gardé cet aspect mystérieux. Un mystère qu’on se plaira à tenter de décoder, pour finalement se rendre compte qu’on n’en sait pas plus qu’au départ.


Titres de l'album:

  1. Uranos
  2. Hesperidské Nymfy
  3. Dryáda

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/07/2018 à 14:45
80 %    214

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.