« Bonjour, je cherche des renseignements sur votre groupe, puisque j’ai vraiment apprécié votre premier album »

« Ok, La grand-mère du diable est une bande de Vest-Agder, spécifiquement Flekkefjord et Kvinesdal »

« Hum, oui merci, mais encore ? »

« Ha, Klungland og Nilsen er hovedsakelig låtskrivere !!! »

« Ok, pas grave merci beaucoup ! »

De la facilité de se tuyauter sur un groupe de Hard Rock mélodique Norvégien qui sort en janvier son premier album sur les plateformes digitales…Pas grand monde ne les connaît, leur page Facebook se contente du minimum, leur label offre une courte bio en idiome local, autrement dit – et implicitement je vous prie – « débrouille-toi avec le peu que l’on te donne et arrête de geindre ».

Ok alors allons-y.

Cette bio, une fois traduite dans un français approximatif m’informe que les FANDENS OLDERMOR se sont formés en 2014 autour de l’axe Tom Anders Klungland (guitare) et Bjørn Åge Dennis Nilsen (basse et chant, mais rien à voir avec un cousin éloigné nordique du « Tueur à la cravate »), rapidement complété par Terje Skarpodde et Kjetil Lynnæs.

Ces musiciens viennent tous de villes comme Flekkefjord et Kvinesdal, semblent jouir d’une certaine réputation dans leur pays, et sont soutenus par leur label Ghost Town qui visiblement croit beaucoup en eux.

Voilà bien tout ce que je peux vous dire à propos de ce quatuor éminemment sympathique qui nous propose donc aujourd’hui une dizaine de titres assez versatiles et mélodiques, à mi-chemin entre un gros Hard-Rock du nord bien musclé, et un AOR adapté aux vues européennes pas moins viril.

Ah si. Si j’en juge par les dons de linguiste de Google, leur nom signifie quelque chose comme « La grand-mère du Diable ». Pas mal comme sobriquet qui n’aiguille en rien sur le contenu musical.

Musicalement, l’affaire est beaucoup plus complexe qu’un simple Hard Rock harmonique de base, même si ce Fandens Oldermor en emprunte pas mal de codes.

On sent aussi de solides influences de la NWOBHM, un peu THIN LIZZY dans l’esprit, avec une petite touche de mordant digne des premiers DIAMOND HEAD, en version beaucoup plus Rock. Le quatuor norvégien n’est pas non plus sans rappeler quelques groupes ibères eighties, mais à vrai dire, il est relativement ardu de les placer au centre d’un courant quelconque. Il faut dire que la production de leur album est assez hermétique et étrange, que la voix du chanteur est assez spéciale, voilée et aigue, et que leur juxtaposition de riffs énergiques, de rythmiques rapides et syncopées et de mélodies héritées du Rock Californien des STYX et autres JOURNEY est très étrange, comme un amalgame contre-nature qui finalement, produit un résultat singulièrement atypique.

Mais…les qualités sont là et bien là. Energie, enthousiasme, fougue, talent instrumental indéniable, et mise en place carrée, qui sait garder sa fraicheur.

D’ailleurs, les mecs mettent les choses au point dès le départ avec une entame tonitruante et rauque d’un norvégien natal, avec un « Hva som kommer » qui ne fait pas grand cas de son Heavy mélodique et incisif au refrain imparable et aux parties instrumentales au-dessus de tout soupçon. Solo flamboyant, break percussif en crescendo, chœurs très bien placés et efficaces, et envolées lyriques flamboyantes qui n’en font jamais trop. On pense au THIN LIZZY mâtiné d’un BALANCE d’Europe du Nord, autrement dit, la crème de la crème d’un Hard bien méchant qui ne crache pas sur une bonne dose d’harmonies.

« Fandens Oldemor », le tube éponyme ose confronter une rythmique très ska à une énergie totalement Rock, et nous emballe de sa tornade juvénile avant de laisser place à un refrain plus calme et posé, qui une fois de plus joue admirablement bien de la complémentarité des voix. Original et cru, le quatuor entend se servir de ses propres armes pour faire plier son public, et ça fonctionne parfaitement. Petit break en arpèges typiquement Metal mélodique des eighties, et la machine repart de plus belle.

Dans le fond, Fandens Oldermor propose des morceaux travaillés et développés, qui franchissent la plupart du temps la barre des quatre minutes, en proposant assez d’idées pour meubler l’espace.

Passée la surprise initiale de ce son si excentré, auquel on s’habitue assez rapidement, l’album révèle toutes ses richesses et ose quelque chose de différent, ne sachant se contenter d’un vulgaire Hard-Rock mélodique déjà entendu des milliers de fois.

Même la ballade un peu amère « Bare Du » se veut étrange, un peu alternative sur les bords, mais gorgée d’émotion tout sauf factice. Basse qui tente quelques lignes remarquables, arpèges cristallins, chant qui garde sa flamboyance mais la nuance de sentimentalisme cru, c’est un joli mélange entre les HEROES DEL SILENCIO et SKID ROW, la patte rugueuse norvégienne en plus.

Mais les FANDENS OLDERMOR ne rechignent pas à se montrer sous un jour Rock plus franc et direct, comme en témoigne « Forbanna », un peu Punk-Rock dans l’esprit, avec toutefois une approche un peu SCORPIONS, et toujours cet up tempo accrocheur souvent interrompu par des breaks inventifs.

Parfois, l’émotion prend le dessus, mais toujours avec intimisme et pudeur, ce qui nous donne de jolies petites choses comme ce long « Gud » qui évoque GREAT WHITE, ou même SOUL ASYLUM en version plus paisible, ou même « Angrer », qui tombe dans la power-ballad nostalgique sans en rajouter dans le pathos.

« Panikk » tente de faire remonter la fièvre, un peu BACKYARD BABIES dans le fond, tandis que « Sjel » en épilogue se veut plus proche de l’AOR des JOURNEY avec quelques nuances musclées pour ne pas friser la mièvrerie déplacée.

Cette « Grand-mère du Diable », malgré son sobriquet, à l’air plutôt sympathique, et gageons qu’elle sait se montrer convaincante et bien Rock on stage. Une jolie surprise que la découverte de ce quatuor séduisant, qui n’a cure des tendances et joue son Hard Rock avec toute l’indépendance qu’il requiert pour rester exotique sans tomber dans le cliché de la carte postale en provenance de Norvège.

 De quoi finir l’hiver au chaud, sans réécouter les sempiternels mêmes chants de Noël.


Titres de l'album:

  1. Hva som kommer
  2. Fandens Oldemor
  3. Flokk
  4. Ikke særlig smart
  5. Bare du
  6. Forbanna
  7. Gud
  8. Angrer
  9. Panikk
  10. Sjel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/01/2017 à 15:43
70 %    527

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.