« Bonjour, je cherche des renseignements sur votre groupe, puisque j’ai vraiment apprécié votre premier album »

« Ok, La grand-mère du diable est une bande de Vest-Agder, spécifiquement Flekkefjord et Kvinesdal »

« Hum, oui merci, mais encore ? »

« Ha, Klungland og Nilsen er hovedsakelig låtskrivere !!! »

« Ok, pas grave merci beaucoup ! »

De la facilité de se tuyauter sur un groupe de Hard Rock mélodique Norvégien qui sort en janvier son premier album sur les plateformes digitales…Pas grand monde ne les connaît, leur page Facebook se contente du minimum, leur label offre une courte bio en idiome local, autrement dit – et implicitement je vous prie – « débrouille-toi avec le peu que l’on te donne et arrête de geindre ».

Ok alors allons-y.

Cette bio, une fois traduite dans un français approximatif m’informe que les FANDENS OLDERMOR se sont formés en 2014 autour de l’axe Tom Anders Klungland (guitare) et Bjørn Åge Dennis Nilsen (basse et chant, mais rien à voir avec un cousin éloigné nordique du « Tueur à la cravate »), rapidement complété par Terje Skarpodde et Kjetil Lynnæs.

Ces musiciens viennent tous de villes comme Flekkefjord et Kvinesdal, semblent jouir d’une certaine réputation dans leur pays, et sont soutenus par leur label Ghost Town qui visiblement croit beaucoup en eux.

Voilà bien tout ce que je peux vous dire à propos de ce quatuor éminemment sympathique qui nous propose donc aujourd’hui une dizaine de titres assez versatiles et mélodiques, à mi-chemin entre un gros Hard-Rock du nord bien musclé, et un AOR adapté aux vues européennes pas moins viril.

Ah si. Si j’en juge par les dons de linguiste de Google, leur nom signifie quelque chose comme « La grand-mère du Diable ». Pas mal comme sobriquet qui n’aiguille en rien sur le contenu musical.

Musicalement, l’affaire est beaucoup plus complexe qu’un simple Hard Rock harmonique de base, même si ce Fandens Oldermor en emprunte pas mal de codes.

On sent aussi de solides influences de la NWOBHM, un peu THIN LIZZY dans l’esprit, avec une petite touche de mordant digne des premiers DIAMOND HEAD, en version beaucoup plus Rock. Le quatuor norvégien n’est pas non plus sans rappeler quelques groupes ibères eighties, mais à vrai dire, il est relativement ardu de les placer au centre d’un courant quelconque. Il faut dire que la production de leur album est assez hermétique et étrange, que la voix du chanteur est assez spéciale, voilée et aigue, et que leur juxtaposition de riffs énergiques, de rythmiques rapides et syncopées et de mélodies héritées du Rock Californien des STYX et autres JOURNEY est très étrange, comme un amalgame contre-nature qui finalement, produit un résultat singulièrement atypique.

Mais…les qualités sont là et bien là. Energie, enthousiasme, fougue, talent instrumental indéniable, et mise en place carrée, qui sait garder sa fraicheur.

D’ailleurs, les mecs mettent les choses au point dès le départ avec une entame tonitruante et rauque d’un norvégien natal, avec un « Hva som kommer » qui ne fait pas grand cas de son Heavy mélodique et incisif au refrain imparable et aux parties instrumentales au-dessus de tout soupçon. Solo flamboyant, break percussif en crescendo, chœurs très bien placés et efficaces, et envolées lyriques flamboyantes qui n’en font jamais trop. On pense au THIN LIZZY mâtiné d’un BALANCE d’Europe du Nord, autrement dit, la crème de la crème d’un Hard bien méchant qui ne crache pas sur une bonne dose d’harmonies.

« Fandens Oldemor », le tube éponyme ose confronter une rythmique très ska à une énergie totalement Rock, et nous emballe de sa tornade juvénile avant de laisser place à un refrain plus calme et posé, qui une fois de plus joue admirablement bien de la complémentarité des voix. Original et cru, le quatuor entend se servir de ses propres armes pour faire plier son public, et ça fonctionne parfaitement. Petit break en arpèges typiquement Metal mélodique des eighties, et la machine repart de plus belle.

Dans le fond, Fandens Oldermor propose des morceaux travaillés et développés, qui franchissent la plupart du temps la barre des quatre minutes, en proposant assez d’idées pour meubler l’espace.

Passée la surprise initiale de ce son si excentré, auquel on s’habitue assez rapidement, l’album révèle toutes ses richesses et ose quelque chose de différent, ne sachant se contenter d’un vulgaire Hard-Rock mélodique déjà entendu des milliers de fois.

Même la ballade un peu amère « Bare Du » se veut étrange, un peu alternative sur les bords, mais gorgée d’émotion tout sauf factice. Basse qui tente quelques lignes remarquables, arpèges cristallins, chant qui garde sa flamboyance mais la nuance de sentimentalisme cru, c’est un joli mélange entre les HEROES DEL SILENCIO et SKID ROW, la patte rugueuse norvégienne en plus.

Mais les FANDENS OLDERMOR ne rechignent pas à se montrer sous un jour Rock plus franc et direct, comme en témoigne « Forbanna », un peu Punk-Rock dans l’esprit, avec toutefois une approche un peu SCORPIONS, et toujours cet up tempo accrocheur souvent interrompu par des breaks inventifs.

Parfois, l’émotion prend le dessus, mais toujours avec intimisme et pudeur, ce qui nous donne de jolies petites choses comme ce long « Gud » qui évoque GREAT WHITE, ou même SOUL ASYLUM en version plus paisible, ou même « Angrer », qui tombe dans la power-ballad nostalgique sans en rajouter dans le pathos.

« Panikk » tente de faire remonter la fièvre, un peu BACKYARD BABIES dans le fond, tandis que « Sjel » en épilogue se veut plus proche de l’AOR des JOURNEY avec quelques nuances musclées pour ne pas friser la mièvrerie déplacée.

Cette « Grand-mère du Diable », malgré son sobriquet, à l’air plutôt sympathique, et gageons qu’elle sait se montrer convaincante et bien Rock on stage. Une jolie surprise que la découverte de ce quatuor séduisant, qui n’a cure des tendances et joue son Hard Rock avec toute l’indépendance qu’il requiert pour rester exotique sans tomber dans le cliché de la carte postale en provenance de Norvège.

 De quoi finir l’hiver au chaud, sans réécouter les sempiternels mêmes chants de Noël.


Titres de l'album:

  1. Hva som kommer
  2. Fandens Oldemor
  3. Flokk
  4. Ikke særlig smart
  5. Bare du
  6. Forbanna
  7. Gud
  8. Angrer
  9. Panikk
  10. Sjel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/01/2017 à 15:43
70 %    578

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Tool

Fear Inoculum

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !


Un bel objet à n'en pas douter ;-)


Ouuuh qu'il me le faut ce coffret !
J'étais au Hammer Of Doom cette année là…
Super show…
Raison de plus donc pour me l'acheter.


Pareil, billet en poche, ça peut pas se louper, ça.
Quel dommage, ce festival où j'ai pu aller le mois dernier est en effet très bien organisé, avec une sélection cohérente d'artistes et une jauge parfaite tant en nombre qu'en structure.
En espérant que ce festival perdurera au d(...)


1) J'étais malheureusement déjà au jus de cette trèèès mauvaise nouvelle.
Le big boss de l'orga m'a laissé sous-entendre que le flambeau serait ensuite repris par d'autres...
Intox ?
Quoi qu'il en soit, je croise vraiment les doigts pour que cela soit vrai.
2) N'oublie(...)


Si tu n'y est jamais allé, ^profites de l dernière édition, c'est vraiment un beau petit fest bien champêtre et chaleureux, avec une prog diabolique pour un coup très, très honnête. J'y suis allé trois ou quatre fois et chaque édition était superbe.


Nile est malheureusement en mode pilotage automatique depuis une bonne dizaine d'années maintenant. Ce n'est pas forcément mal en soi, mais dans ce cas présent, les américains sont vraiment en panne d'inspiration pour ce nouveau morceau. Rien de bien captivant. A voir sur l'album entier.


Jamais été à ce fest, mais toujours entendu de bonnes critiques. Bravo à l'équipe, et c'est classe de partir comme ça sur une dernière édition !


"Pas très bon", ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


En effet, ce n'est vraiment rien de transcendant pour du Nile. Mais le groupe est tellement au-dessus de la mêlée pour moi que même avec un titre passable ils restent en lévitation.