Être ou ne pas être Thrash, telle est , ou pas, la question. Les australiens de HIDDEN INTENT ne se la sont jamais posée, convaincus que le style reste la seule échappatoire possible à la morosité ambiante. Et depuis leur création en 2011, le trio (Chris McEwen – basse/chant, Phil Bennett – guitare/chœurs et le petit nouveau Paul Lewis – batterie) s'est évertué à propager la bonne parole de ce Metal hautement agressif et corrosif via des concerts tous plus incendiaires les uns que les autres. S'étant vu gratifiés de la première partie des légendes danoises d'ARTILLERY, mais aussi de la caution d'ouverture d'HELLOWEEN, les entraînant sur la piste de festivals aussi prestigieux que le New Dead Metalfest, le Bangkok Thrash festival de Thaïlande, ou le Metal-Down Under de Perth, les originaires d'Adélaïde n'ont pas vraiment eu le temps de se poser pour réfléchir à la pertinence de leur démarche, et finalement, cette précipitation est sans doute la meilleure façon d'appréhender un succès qu'ils méritent amplement. Sans chercher à bousculer l'ordre établi, nos trois amis furieux se proposent donc depuis leurs débuts d'incarner une sorte de jonction entre les scènes américaine, scandinave et allemande, histoire de prouver qu'ils ont plus d'un riff dans leur besace et une imagination suffisamment large pour aborder tous les aspects d'un genre qui ne supporte que très mal le manque d'implication. Et en écoutant ce second-né, il est difficile de remettre en question leur éthique, tant ce Thrash mordant et saillant incarne probablement ce qui se fait de mieux actuellement en termes de nostalgie puissante. Six ans d'existence, et un parcours sans faute, sanctionné par deux démos initiales (Démo 2012, et Walking Through Hell), puis par un LP distribué par les esthètes de Punishment 18 Records (Walking Through Hell, aussi, et en 2013), et qui se voit aujourd'hui couronné par la confirmation d'un second LP, tout aussi solide que le premier, et toujours aussi survolté.

En substance,Fear, Prey, Demise affiche les qualités de ses intentions, et ne rentre pas en conflit avec le leitmotiv du trio, en offrant un beau point de convergence entre toutes les tendances. Adoptant parfois le radicalisme des plus brutaux germains, mais se laissant amadouer par la grâce Heavy des meilleurs représentants américains, les HIDDEN INTENT peuvent ainsi louvoyer entre brutalité héritée des VIKING, DEATHROW et autres E-X-E (“ Drop Bears Are Real”, moins de deux minutes de radicalisme pour un fatalisme foudroyant) et syncopes diaboliques, que les DEATH ANGEL et autres MORTAL SIN avaient placées en exergue en leur temps (“Addicted To Thrash”, hymne fatale pour défonce totale). Et c'est dans cette variété de brutalité qu'on reconnaît des influences parfaitement assumées, que les australiens affichent sans honte sur leurs pages officielles publiées (Megadeth, Mortal Sin, Iron Maiden, Metallica, Sepultura, Anthrax, Slayer, Death, Kreator, Testament, Coroner, Sodom, Intended Victim) et qui sans définir de façon exhaustive les contours d'un Metal sans concessions, parviennent quand même à dresser une bonne liste d'options. Mais en choisissant l'amplitude d'un album frisant les cinquante minutes, les cousins australiens ont assumé le risque d'une redite qui parfois ose timidement s'imposer, pour incruster des plans légèrement réchauffés. Mais cette critique mineure ne doit pas occulter le fait que ce second longue-durée la tient largement, même lorsque la cadence ralentit pour montrer les dents (“Seeds Of Hate”, archétype de Heavy Thrash dupliquant la finesse d'un METAL CHURCH pour lui faire accepter la rudesse d'un MORTAL SIN).

Excellents musiciens, les HIDDEN INTENT peuvent s'appuyer sur leur niveau etchnique pour enrichir des compositions classiques, mais terriblement efficaces. Aussi à l'aise dans l'exercice Heavy que dans la musculation Thrash, le trio fait montre d'indéniables qualités de crossover, pour oser tremper le bout de leur manche dans les eaux progressives d'un Heavy vraiment envoutant. A l'occasion du transcendant “Apocalypse Now”, qui sent bon le napalm au petit matin, les trois musiciens nous offrent une véritable démonstration de force et de persuasion, titillant la corde sensible des fans de DEATH ANGEL sans jamais tomber dans l'overdose de démonstration, et se hissent de fait au niveau des meilleures créations, suggérant quelques affinités avec METALLICA et TESTAMENT, tout en leur opposant la fulgurance d'un VIO-LENCE et l'évolution rythmique et mélodique des CORONER. Et entre des accélérations trépidantes, un travail personnel conséquent (tout le monde est affuté et imperfectible à son poste), des plans biseautés au millimètre, mais gardant une fraîcheur dans la bousculade, le tour de force n'en est que plus remarquable, et applique le principe de la relativité restreinte, faisant passer ces huit minutes comme un rêve fugace nous ramenant aux plus beaux jours de la Bay Area. Version courte, médium ou XXL, Fear, Prey, Demise expurge la nostalgie de ses scories, et ne se concentre que sur les plans les plus convaincants, offrant le spectacle d'une osmose incroyable entre trois instrumentistes aussi fous que rigoureux (“ Eternal Rest”, aux nombreuses prouesses rythmiques et aux choeurs atypiques), ne rechigant pas à moduler les nuances d'une musique euphorique, mais qui accepte de se teinter d'une part d'ombre un peu cryptique (le très saccadé “Petrified” qui offre des riffs calibrés à la Dave Mustaine et une énorme basse à la OVERKILL, pour une leçon de solfège précis comme des arpèges découpés au scalpel). On headbangue autant qu'on admire, et l'album défile, sans le moindre temps mort, et se permettant surtout de ne pas jouer la linéarité pour s'imposer par facilité. Et si comme je le disais, certains thèmes en profitent pour s'incruster après avoir été déjà invités, il faut plus y voir un défaut de forme que de fond, qui ne handicape absolument pas le ton.

De bout en bout, et en privilégiant la concision, Fear, Prey, Demise nous offre un incroyable résumé de la domination 80's des plus grandes références du genre, tout en s'ouvrant des perspectives assez intéressantes sous la forme de progressions plus élaborées que la moyenne crasse de la vague vintage. On obtient dans ces cas-là de foudroyantes élaborations, qui éclaboussent de classe ce Heavy Thrash presque lyrique, mais qui n'oublie pas d'être percutant, et “Step Into The Light” de se montrer aussi convaincant qu'un duo entre JUDAS PRIEST et CHANNEL ZERO...Et comme si le bilan n'était pas déjà assez positif, on termine le passage en revue par une dernière crise de folie, sous la forme imposante de “Imminent Psychosis”, qui durcit encore le cadre pour nous laisser hystérique, mais diablement content d'être tombé sur une formation aussi héroïque. Juxtaposant de nouveau de précieuses mélodies à des pirouettes rythmiques appréciables, le trio s'offre un épilogue à la hauteur des précédents chapitres, et frôle donc le sans-faute absolu, ce qui n'est pas un mince exploit au vu de la production Thrash soutenue. Pas étonnant dès lors que les meilleurs ont voulu s'assurer de leur présence sur l'affiche, malgré les difficultés consistant à prendre leur suite. En dehors de toute comparaison, cet album est un énorme bloc de béton, qui une fois replacé dans le contexte tient la dragée haute à bien des esthètes, et même quelques figures de proue ayant régulièrement connu des coups de mou. Ici, tout est dur mais fluide, puissant mais intrépide, et malgré la moue affichée à la découverte de sa durée, ce Fear, Prey, Demise ne lasse jamais, et ose même quelques plans auxquels nous ne sommes plus vraiment habitués. Une sacrée confirmation de la prédominance de la scène australe sur la démence instrumentale, et la confirmation que les HIDDEN INTENT sont un groupe à suivre de très près pour ne rien manquer. Addicted To Thrash? Mais nous aussi les gars, et avec vous, on a largement de quoi être rassasié!


Titres de l'album:

  1. Prey for Your Death
  2. Addicted to Thrash
  3. Seeds of Hate
  4. Drop Bears Are Real (feat. Ryan Taylor)
  5. Waiting Here in Hell
  6. Apocalypse Now
  7. Eternal Rest
  8. Petrified
  9. Step Into the Light
  10. Imminent Psychosis

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/03/2018 à 17:47
85 %    359

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)


Hé oui, il en faut pour tous les goûts. Je crois qu'on en a déjà causé. Comme tu dis heureusement, et les échanges sont là pour ça :-)

Mais à l'heure où ils sont un peu dans le caca, ça veut dire aussi que la structure n'est pas des masses solide (genre un mois d'inactivité (...)


Chacun a sa propre opinion et heureusement car sinon, on se ferait sacrément ch... dans la vie.

Tu n'y trouves aucun intérêt, d'autres si.

Tu regrettes le manque d'extrême dans un magazine intitulé RockHard, soit.

Je le regrette également mais franchement(...)


J'ai vu cette rubrique sur ce numéro. Ben ça vaut pas tripette la misérable page, seule la page sur l'ami Raskal sort un peu des clichés sur la rubrique avec le bouquin.
Les gars, vous avez lu les mags comme Decibel, Zero Tolerence, Legacy ou Deaf Forever ou même les versions germaniques(...)


"Quoi qu'il en soit, ils restent quand même intéressant dans leur questions et dans leurs propos, donc c'est toujours un plaisir de les lire, pour ma part."

Voilà.


Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)