Des nouveaux venus des côtes Norvégiennes ? C’est possible ? Oui, et une fois n’est pas coutume, ils ne jouent ni Hard estampillé vintage, ni Black Metal, ni Post Black, et encore moins du Rock à tendance AOR. Ce qui prouve une fois pour toutes la diversité et la fertilité incroyable de cette scène qui n’en finit plus de nous inonder de nouvelles émergences…

Qui sont donc ces petits jeunes qui visiblement en veulent ? Des jeunes qui se connaissent depuis l’enfance, et qui ont toujours plus ou moins joué ensemble, commençant l’aventure de telle façon pour la continuer d’une autre, toute aussi probante et passionnée.

Car les FIGHT THE FIGHT et leur nom énigmatique sont loin d’être des nouveau-nés de la scène Rock, puisqu’ils ont poussé leurs premiers cris il y a quelques années, baptisés différemment…

L’histoire des FIGHT THE FIGHT remonte à l’époque de leur tendre enfance, lorsqu’ils maniaient leurs instruments au sein de FAENSKAP, épisode qui a meublé dix bonnes années de leur vie. Ils ont durant cette période arpenté les scènes de grands festivals locaux, mais aussi les estrades Européennes, attirant l’attention de Metal Hammer UK pour leurs performances live hautes en couleurs. Pas mal pour un petit groupe de potes, qui aujourd’hui trouve enfin une issue king size à leur aventure, déguisée en premier album aussi énergique que professionnel.

Mettant à profit les centaines de concerts qu’ils avaient dans les pattes et la mémoire, les cinq membres du groupe (Lars Vegas – chant, Amok & Lord – guitares, HM – basse et Detyler – batterie) ont peaufiné leur approche tout en gardant leur spontanéité, composant une poignée de chansons efficaces mais beaucoup plus riches qu’un simple Metal direct et sans fioritures.

De fait, ce Fight The Fight, quoique très direct, emprunte des voies sinueuses entre plusieurs styles pour affirmer celui de ses concepteurs, qui ne semblent pas se décider pour une option ou une autre.

Alors, qu’attendre de ce premier jet murement pensé et réfléchi ? Pas mal de choses, et surtout, une version très individuelle de groupe d’un Metal moderne, empruntant autant aux vocables du Metalcore qu’à ceux d’un Heavy très up in time, utilisant les arrangements synthétiques pour enrichir des morceaux aux mélodies prenantes et aux rythmiques frappantes.

Les critiques les moins créatifs n’y verront bien sûr qu’une énième digression sur le thème du Metalcore de « d’jeuns », en se basant sur ces guitares épaisses et saccadées, ces rythmiques élastiques qui rebondissent de plans massifs en breaks plastiques, ce chant alternant rugissements et effleurement, et ces chœurs fédérateurs aptes à enflammer la foule bien serrée d’un stade bourré à craquer. Ils auront partiellement raison, puisque Fight The Fight se rapproche en effet des LINKIN PARK, BRING ME THE HORIZON, A DAY TO REMEMBER et autres BULLET FOR MY VALENTINE, mais la morgue adolescente dont il fait preuve remporte l’adhésion, et l’énergie qu’il dégage ne saurait trop être remise en question.

Il n’y a certes rien de neuf là-dedans, juste des chansons qui alternent couplets doucereux er refrains monstrueux, ou l’inverse, mais l’exubérance dont font preuve ces cinq jeunes Norvégiens est assez contagieuse, et on se surprend à siffloter quelques airs au passage, ce qui est bon signe d’un certain côté, mais qui souligne aussi le caractère « classique » des harmonies en question.

Produit par Stamos Koliousis et Erlend Gjere aux Nest studios, Strand studios et Waterfall studios, et emballé dans un artwork flashy signé Remi Juliebo, Fight The Fight se veut carte de visite témoignant d’un passé chargé, mis à profit pour capitaliser sur un présent vivant, révélateur d’un avenir qu’on pressent assez prenant. 

En gros, de quoi attirer de nouveaux fans et se faire booker sur les festivals les plus prisés de l’année. Ce qui vous en conviendrez est souvent le but de telles formations…

D’ailleurs, je soupçonne les musiciens d’avoir pensé à l’impact de leurs titres en concert au moment de les enregistrer, tant ceux-ci possèdent tous les ingrédients de petites bombes qu’on fait exploser à la face d’un public déjà bien chauffé à blanc.

Certes, la plupart ont déjà été testés dans des conditions de direct, et ont donc été éprouvés, mais ils ont gardé cette fraîcheur indéniable qui les rend parfois excitants, tout du moins terriblement efficaces.

On trouve d’ailleurs de çà et là quelques influences assez typiques, comme celles conjointes de PAIN et de LAMB OF GOD sur le bondissant « Patient Zero », qui clôt l’exercice de ses couplets un peu Dance-Indus et de son refrain précédé de blasts enflammés.

Mais c’est sans doute l’exception qui confirme la règle, puisque le reste du répertoire est assez formaté, mais pas assez pour vous dissuader de la pertinence de ces jeunes garçons énervés.

Ainsi, le tonitruant « Fight The Fight » d’ouverture offre une explosion au souffle brûlant, tout en plaçant un énorme riff Thrash en avant, avant qu’un refrain très Pop ne prenne le relais pour vous faire lever le poing en hurlant.

Les syncopes sont bien sûr reines, comme le démontrent la plupart des interventions, « Perfect Combination » en étant sans doute la meilleure illustration avec ce chant raclé qui va puiser au plus profond de ses graves l’impulsion pour se mettre au niveau de deux guitares qui saccadent sévère et grognon.

Notons aussi pour la forme le plus léger « This Is War » et ses inflexions plus calmes qui évoquent même un Pop-Rock un peu durci, qui laisse place à une émotion plus palpable, mais tout aussi radiophonique, dans un registre MADINA LAKE/A DAY TO REMEMBER.

En conclusion, il est tout à fait raisonnable d’affirmer que ce premier LP des Norvégiens de FIGHT THE FIGHT ne passera sans doute pas l’épreuve du temps, mais a su capter le moment, celui où des copains de cour d’école ont enfin pris leur destin en main pour le graver sur une rondelle aux contours malins.

 De quoi passer une agréable demi-heure Metalcore un peu plus futée que la moyenne, mais encore un peu trop coincée dans les figures imposées pour apposer sa patte.


Titres de l'album:

  1. Fight The Fight
  2. The Edge
  3. The Other Side
  4. Perfect Combination
  5. Addictions
  6. This Is War
  7. My Emperor
  8. Patient Zero

Site officiel


par mortne2001 le 11/02/2017 à 11:25
65 %    418

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes