Des nouveaux venus des côtes Norvégiennes ? C’est possible ? Oui, et une fois n’est pas coutume, ils ne jouent ni Hard estampillé vintage, ni Black Metal, ni Post Black, et encore moins du Rock à tendance AOR. Ce qui prouve une fois pour toutes la diversité et la fertilité incroyable de cette scène qui n’en finit plus de nous inonder de nouvelles émergences…

Qui sont donc ces petits jeunes qui visiblement en veulent ? Des jeunes qui se connaissent depuis l’enfance, et qui ont toujours plus ou moins joué ensemble, commençant l’aventure de telle façon pour la continuer d’une autre, toute aussi probante et passionnée.

Car les FIGHT THE FIGHT et leur nom énigmatique sont loin d’être des nouveau-nés de la scène Rock, puisqu’ils ont poussé leurs premiers cris il y a quelques années, baptisés différemment…

L’histoire des FIGHT THE FIGHT remonte à l’époque de leur tendre enfance, lorsqu’ils maniaient leurs instruments au sein de FAENSKAP, épisode qui a meublé dix bonnes années de leur vie. Ils ont durant cette période arpenté les scènes de grands festivals locaux, mais aussi les estrades Européennes, attirant l’attention de Metal Hammer UK pour leurs performances live hautes en couleurs. Pas mal pour un petit groupe de potes, qui aujourd’hui trouve enfin une issue king size à leur aventure, déguisée en premier album aussi énergique que professionnel.

Mettant à profit les centaines de concerts qu’ils avaient dans les pattes et la mémoire, les cinq membres du groupe (Lars Vegas – chant, Amok & Lord – guitares, HM – basse et Detyler – batterie) ont peaufiné leur approche tout en gardant leur spontanéité, composant une poignée de chansons efficaces mais beaucoup plus riches qu’un simple Metal direct et sans fioritures.

De fait, ce Fight The Fight, quoique très direct, emprunte des voies sinueuses entre plusieurs styles pour affirmer celui de ses concepteurs, qui ne semblent pas se décider pour une option ou une autre.

Alors, qu’attendre de ce premier jet murement pensé et réfléchi ? Pas mal de choses, et surtout, une version très individuelle de groupe d’un Metal moderne, empruntant autant aux vocables du Metalcore qu’à ceux d’un Heavy très up in time, utilisant les arrangements synthétiques pour enrichir des morceaux aux mélodies prenantes et aux rythmiques frappantes.

Les critiques les moins créatifs n’y verront bien sûr qu’une énième digression sur le thème du Metalcore de « d’jeuns », en se basant sur ces guitares épaisses et saccadées, ces rythmiques élastiques qui rebondissent de plans massifs en breaks plastiques, ce chant alternant rugissements et effleurement, et ces chœurs fédérateurs aptes à enflammer la foule bien serrée d’un stade bourré à craquer. Ils auront partiellement raison, puisque Fight The Fight se rapproche en effet des LINKIN PARK, BRING ME THE HORIZON, A DAY TO REMEMBER et autres BULLET FOR MY VALENTINE, mais la morgue adolescente dont il fait preuve remporte l’adhésion, et l’énergie qu’il dégage ne saurait trop être remise en question.

Il n’y a certes rien de neuf là-dedans, juste des chansons qui alternent couplets doucereux er refrains monstrueux, ou l’inverse, mais l’exubérance dont font preuve ces cinq jeunes Norvégiens est assez contagieuse, et on se surprend à siffloter quelques airs au passage, ce qui est bon signe d’un certain côté, mais qui souligne aussi le caractère « classique » des harmonies en question.

Produit par Stamos Koliousis et Erlend Gjere aux Nest studios, Strand studios et Waterfall studios, et emballé dans un artwork flashy signé Remi Juliebo, Fight The Fight se veut carte de visite témoignant d’un passé chargé, mis à profit pour capitaliser sur un présent vivant, révélateur d’un avenir qu’on pressent assez prenant. 

En gros, de quoi attirer de nouveaux fans et se faire booker sur les festivals les plus prisés de l’année. Ce qui vous en conviendrez est souvent le but de telles formations…

D’ailleurs, je soupçonne les musiciens d’avoir pensé à l’impact de leurs titres en concert au moment de les enregistrer, tant ceux-ci possèdent tous les ingrédients de petites bombes qu’on fait exploser à la face d’un public déjà bien chauffé à blanc.

Certes, la plupart ont déjà été testés dans des conditions de direct, et ont donc été éprouvés, mais ils ont gardé cette fraîcheur indéniable qui les rend parfois excitants, tout du moins terriblement efficaces.

On trouve d’ailleurs de çà et là quelques influences assez typiques, comme celles conjointes de PAIN et de LAMB OF GOD sur le bondissant « Patient Zero », qui clôt l’exercice de ses couplets un peu Dance-Indus et de son refrain précédé de blasts enflammés.

Mais c’est sans doute l’exception qui confirme la règle, puisque le reste du répertoire est assez formaté, mais pas assez pour vous dissuader de la pertinence de ces jeunes garçons énervés.

Ainsi, le tonitruant « Fight The Fight » d’ouverture offre une explosion au souffle brûlant, tout en plaçant un énorme riff Thrash en avant, avant qu’un refrain très Pop ne prenne le relais pour vous faire lever le poing en hurlant.

Les syncopes sont bien sûr reines, comme le démontrent la plupart des interventions, « Perfect Combination » en étant sans doute la meilleure illustration avec ce chant raclé qui va puiser au plus profond de ses graves l’impulsion pour se mettre au niveau de deux guitares qui saccadent sévère et grognon.

Notons aussi pour la forme le plus léger « This Is War » et ses inflexions plus calmes qui évoquent même un Pop-Rock un peu durci, qui laisse place à une émotion plus palpable, mais tout aussi radiophonique, dans un registre MADINA LAKE/A DAY TO REMEMBER.

En conclusion, il est tout à fait raisonnable d’affirmer que ce premier LP des Norvégiens de FIGHT THE FIGHT ne passera sans doute pas l’épreuve du temps, mais a su capter le moment, celui où des copains de cour d’école ont enfin pris leur destin en main pour le graver sur une rondelle aux contours malins.

 De quoi passer une agréable demi-heure Metalcore un peu plus futée que la moyenne, mais encore un peu trop coincée dans les figures imposées pour apposer sa patte.


Titres de l'album:

  1. Fight The Fight
  2. The Edge
  3. The Other Side
  4. Perfect Combination
  5. Addictions
  6. This Is War
  7. My Emperor
  8. Patient Zero

Site officiel


par mortne2001 le 11/02/2017 à 11:25
65 %    350

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...