Back to Boston, Massachusetts, ville de légende qui a vu naître tant de combos Hardcore qui eux-mêmes ont contribué à l’histoire musicale de leur pays…La vitalité de la scène locale est toujours aussi intense, et il ne se passe pas un mois sans que je ne tombe sur une nouvelle sortie d’un nouveau combo, bien décidé à capitaliser sur son riche héritage. Aujourd’hui, celui que je vous propose est mixte, et regroupe Sophie au chant, Cecelia à la guitare, Rory à la basse et Nate à la batterie, pour un petit quart d’heure de rage Core bien dosée, flirtant même avec un son métallique assez osé.

Ce qu’on remarque assez vite à l’écoute de ce 12’’ éponyme, c’est ce décalage entre une bande son très Core et le chant presque Death de Sophie, qui aurait sans conteste pu mener le devant de la scène pour un groupe comme ARCH ENEMY, sans paraître hors contexte. Mais à vrai dire, la vocaliste semble se placer à la hauteur d’une guitare qui tronçonne elle aussi bien grave, et d’une section rythmique loin de se contenter du beat up habituel des flingués du Hardcore de Boston. Un groupe bien dans sa ville mais qui louche quand même du côté de chez ses voisins pour rester chafouin, et qui ose donc tremper son Punk dans un Metal sombre et louche, pour aboutir à un résultat plutôt conséquent.

Nous sommes donc loin du fun outrancier local, puisque l’atmosphère globale est plutôt oppressante et pesante, ce que leurs deux premières démos semblaient indiquer d’un amateurisme éclairé. Depuis, les efforts accomplis sont tangibles, bien que la rage initiale n’ait pas laissé place à un professionnalisme stérile. La puissance du quatuor est impressionnante, et nous place même en convergence de plusieurs thématiques, hésitant entre la force de frappe Thrashcore et le nihilisme d’un Darkcore pas totalement assumé, mais qui pointe souvent le bout de son nez. Pas le temps de s’ennuyer, le temps passe très vite en leur compagnie, d’autant plus que les morceaux courts sont toujours dynamisés d’un bon paquet d’idées et de changements de tempo assumés, qui parfois nous font méchamment tanguer (« This City », je ne sais pas laquelle mais ça ne donne pas envie d’y vivre…), ou violemment pogoter (« Don’t Cross Me », j’ai bien pigé le message, merci.).

FIREWALKER, c’est donc un peu marcher sur des braises en empoignant des charbons ardents, tout en hurlant sa douleur à tout bout de chant. Pour autant, la violence est brillamment canalisée, et inutile de compter sur des débordements Powerviolence, puisque le groupe garde toujours un œil sur le thermostat. Ce qui ne l’empêche nullement de donner quelques solides coups de reins pour friser l’aiguille dans le rouge (« Scorcher », Thrash/Death/Core, presque inédit mais qui mord assez fort), ou de se montrer d’une rigueur métronomique et aligner deux brulots d’une minute pile (« Change », chaotique et frénétique, « Darken My Door », pas plus empathique).

Fire, walk with me ? Oui et non, nous sommes encore loin d’un univers Lynchien, et tout ici sonne réaliste et cru, et surtout grave dans la rue. Boston doit encore trembler des échos de ce Punk si malmené, qui déraille même de rythmiques heurtées (« Something In The Air », qui suffoque de son mid tempo étouffé, et de ses riffs ténébreux et boursouflés), et qui laisse les chiens aboyer même une fois la caravane passée (« Barking Up The Wrong Tree », salement souillé de déjections Darkcore et Thrash bien tassées). Pas vraiment du genre à respecter la tradition, les FIREWALKER avec ce premier EP/12’’ sous leur nom frappent fort et légèrement maladif sur les bords, mais incrustent leur nom dans la conscience collective qui finalement, a toujours apprécié les groupes qui osent défier.

Défier leur propre culture, mais aussi les avis trop sûrs qui pensent que n’importe quel gang de Boston va sonner d’une classe folle et lâcher des hymnes en cas d’école. On pense même à une vieille démo Death/Punk des eighties qui se serait perdue en route (« Fire Walk »), mais en fin de compte, on ne se pose pas trop de questions, et on subit l’assaut de front, qui nous laisse sur le cul, incapable de nous relever.

Une sortie qui mérite toute votre attention, et qui laisse augurer de lendemains qui déchantent encore plus. En faisant preuve d’audace et d’irrespect, ces américains bousculent la hiérarchie pour s’imposer, et distillent une musique à l’image d’une pochette qui vous latte la tronche en vous emportant dans son tourbillon de puissance.

La semelle dans la gueule, les cheveux dans le pit, this is Boston man, the NEW Boston. Et il n’est guère plus calme que celui que nous avons toujours connu.

Juste un peu plus…   

Charnu.


Titres de l'album:

  1. Loaded Dice
  2. Barking Up the Wrong Tree
  3. Fire Walk
  4. Change
  5. Darken My Door
  6. Something In The Air
  7. Nothing Left
  8. Sicker Than You
  9. This City
  10. Don't cross Me
  11. Scorcher

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/08/2017 à 18:22
77 %    360

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.