Firewalker

Firewalker

03/08/2017

Autoproduction

Back to Boston, Massachusetts, ville de légende qui a vu naître tant de combos Hardcore qui eux-mêmes ont contribué à l’histoire musicale de leur pays…La vitalité de la scène locale est toujours aussi intense, et il ne se passe pas un mois sans que je ne tombe sur une nouvelle sortie d’un nouveau combo, bien décidé à capitaliser sur son riche héritage. Aujourd’hui, celui que je vous propose est mixte, et regroupe Sophie au chant, Cecelia à la guitare, Rory à la basse et Nate à la batterie, pour un petit quart d’heure de rage Core bien dosée, flirtant même avec un son métallique assez osé.

Ce qu’on remarque assez vite à l’écoute de ce 12’’ éponyme, c’est ce décalage entre une bande son très Core et le chant presque Death de Sophie, qui aurait sans conteste pu mener le devant de la scène pour un groupe comme ARCH ENEMY, sans paraître hors contexte. Mais à vrai dire, la vocaliste semble se placer à la hauteur d’une guitare qui tronçonne elle aussi bien grave, et d’une section rythmique loin de se contenter du beat up habituel des flingués du Hardcore de Boston. Un groupe bien dans sa ville mais qui louche quand même du côté de chez ses voisins pour rester chafouin, et qui ose donc tremper son Punk dans un Metal sombre et louche, pour aboutir à un résultat plutôt conséquent.

Nous sommes donc loin du fun outrancier local, puisque l’atmosphère globale est plutôt oppressante et pesante, ce que leurs deux premières démos semblaient indiquer d’un amateurisme éclairé. Depuis, les efforts accomplis sont tangibles, bien que la rage initiale n’ait pas laissé place à un professionnalisme stérile. La puissance du quatuor est impressionnante, et nous place même en convergence de plusieurs thématiques, hésitant entre la force de frappe Thrashcore et le nihilisme d’un Darkcore pas totalement assumé, mais qui pointe souvent le bout de son nez. Pas le temps de s’ennuyer, le temps passe très vite en leur compagnie, d’autant plus que les morceaux courts sont toujours dynamisés d’un bon paquet d’idées et de changements de tempo assumés, qui parfois nous font méchamment tanguer (« This City », je ne sais pas laquelle mais ça ne donne pas envie d’y vivre…), ou violemment pogoter (« Don’t Cross Me », j’ai bien pigé le message, merci.).

FIREWALKER, c’est donc un peu marcher sur des braises en empoignant des charbons ardents, tout en hurlant sa douleur à tout bout de chant. Pour autant, la violence est brillamment canalisée, et inutile de compter sur des débordements Powerviolence, puisque le groupe garde toujours un œil sur le thermostat. Ce qui ne l’empêche nullement de donner quelques solides coups de reins pour friser l’aiguille dans le rouge (« Scorcher », Thrash/Death/Core, presque inédit mais qui mord assez fort), ou de se montrer d’une rigueur métronomique et aligner deux brulots d’une minute pile (« Change », chaotique et frénétique, « Darken My Door », pas plus empathique).

Fire, walk with me ? Oui et non, nous sommes encore loin d’un univers Lynchien, et tout ici sonne réaliste et cru, et surtout grave dans la rue. Boston doit encore trembler des échos de ce Punk si malmené, qui déraille même de rythmiques heurtées (« Something In The Air », qui suffoque de son mid tempo étouffé, et de ses riffs ténébreux et boursouflés), et qui laisse les chiens aboyer même une fois la caravane passée (« Barking Up The Wrong Tree », salement souillé de déjections Darkcore et Thrash bien tassées). Pas vraiment du genre à respecter la tradition, les FIREWALKER avec ce premier EP/12’’ sous leur nom frappent fort et légèrement maladif sur les bords, mais incrustent leur nom dans la conscience collective qui finalement, a toujours apprécié les groupes qui osent défier.

Défier leur propre culture, mais aussi les avis trop sûrs qui pensent que n’importe quel gang de Boston va sonner d’une classe folle et lâcher des hymnes en cas d’école. On pense même à une vieille démo Death/Punk des eighties qui se serait perdue en route (« Fire Walk »), mais en fin de compte, on ne se pose pas trop de questions, et on subit l’assaut de front, qui nous laisse sur le cul, incapable de nous relever.

Une sortie qui mérite toute votre attention, et qui laisse augurer de lendemains qui déchantent encore plus. En faisant preuve d’audace et d’irrespect, ces américains bousculent la hiérarchie pour s’imposer, et distillent une musique à l’image d’une pochette qui vous latte la tronche en vous emportant dans son tourbillon de puissance.

La semelle dans la gueule, les cheveux dans le pit, this is Boston man, the NEW Boston. Et il n’est guère plus calme que celui que nous avons toujours connu.

Juste un peu plus…   

Charnu.


Titres de l'album:

  1. Loaded Dice
  2. Barking Up the Wrong Tree
  3. Fire Walk
  4. Change
  5. Darken My Door
  6. Something In The Air
  7. Nothing Left
  8. Sicker Than You
  9. This City
  10. Don't cross Me
  11. Scorcher

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/08/2017 à 18:22
77 %    575

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16