Fit To Kill

Blood Red Throne

13/09/2019

Mighty Music

Voici donc un retour qui fera plaisir à tous les Death addicts de la planète, aux fossoyeurs de mélodies, aux embaumeurs de l’espoir et à tous les allergiques à la joie de vivre, puisque de Norvège nous parviennent déjà les échos du prochain album des bouchers locaux de BLOOD RED THRONE. Avec un nom à faire pâlir tous les afficionados Metalcore ou Post Hardcore de l’univers, ce quintet à la réputation sans tâche prône depuis ses débuts une sorte de retour aux sources coulant vers l’avenir, et sort au mois de septembre son neuvième album, témoin d’une carrière bien remplie. Fondé à l’origine par Daniel « Død » Olaisen (SATYRICON) et Terje Vik « Tchort » Schei (GREEN CARNATION, l’un des premiers groupes de Death de Norvège) pour satisfaire leurs pulsions les plus morbides et leur passion d’un Metal de la mort froid comme un cadavre, BLOOD RED THRONE a ensuite évolué pour passer du statut de plaisir coupable à celui de référence, et c’est plus de vingt ans après sa naissance que le groupe remanié nous offre la primeur de son travail via le label voisin Mighty Music, pas forcément habitué à l’extrême, mais toujours à l’affût d’une bonne affaire. Fit To Kill et son titre sans ambages nous permet donc de retrouver un groupe affûté, prêt à en découdre, et certain d’avoir retrouvé l’allant roots de ses jeunes années. Trois ans après Union of Flesh and Machine, ce nouveau chapitre effectue selon ses concepteurs un saut dans le temps, pour nous ramener à l’orée des années 2000, lorsque Død et Tchort taillaient encore leur route en première partie de valeurs notables.

Assez disert sur sa nouvelle création, Død se plaît à voir en cette nouvelle abomination l’album le plus old-school de sa carrière depuis Affiliated with the Suffering en 2003. Et ça n’est certainement pas Freddy Bolsø, le cogneur d’origine de retour depuis 2015 qui va le contredire, lui justement qui n’a jamais frappé aussi fort et aussi inspiré. Niveau inspiration justement, pas de crainte à avoir, les norvégiens n’ont pas vraiment changé leur fusil d’épaule, et se complaisent toujours dans ce mélange entre le Death scandinave des années 90 et son inspiration américaine principale de la décennie précédente, pour évoquer avec autant de flair ENTOMBED, UNLEASHED, que CANNIBAL CORPSE ou SUFFOCATION, mais aussi VADER ou DECAPITATED, faisant valser le tout dans un pas de deux assez chassé. Friands de morceaux qui prennent le temps de se développer, les cinq musiciens (Død - guitare, Yngve "Bolt" Christiansen - chant, Stian Gundersen - basse,

Ivan « Meathook » Gujić - guitare et Freddy Bolsø - batterie) n’ont donc pas hésité une fois encore à laisser la montre égrener ses minutes, parfois un peu exagérément dans le cas de « Deal it or Die », qui empiète allègrement sur les huit minutes. Se basant sur l’expérience d’un parcours qui leur a permis de tourner en tête d’affiche, mais aussi de soutenir des icônes de la trempe de DIMMU BORGIR, ENSLAVED, SUFFOCATION, CRYPTOPSY et quelques autres, les BLOOD RED THRONE se contentent donc aujourd’hui de panacher leurs méthodes pour tenter d’approcher la perfection dans un genre qui ne supporte que très peu l’approximation.

Toujours basé sur un maximum de riffs, tantôt abrasifs, parfois mélodiques, le Death des norvégiens n’a rien perdu de sa pertinence, eut égard à l’implication des membres du groupe mais aussi à l’ingéniosité des compositeurs, qui n’hésitent jamais à agrémenter leur densité d’une dose d’étrangeté, via des climats délétères symptomatiques du mouvement scandinave des nineties. Après tout, Død en a largement assez sous les bottes pour savoir où il va, et les neuf morceaux de cette neuvième réalisation sont autant de preuves à ajouter au dossier à charge de son talent. Nimbé dans une production profonde mais au voile fin et sec, Fit To Kill est un festival de violence apprivoisée, et restituée avec filtre, mais sans dénaturation de puissance. Emballé dans une sublime pochette à l’artwork signé Giannis Nakos, ce neuvième pamphlet semble en effet retrouver l’allant d’un début de carrière qui se voulait sur les chapeaux de roue, et du haut de ses six minutes, « Requiem Mass » nous accueille sans prendre le temps de laisser la politesse à une éventuelle intro. Les guitares n’ont en effet pas le temps de traîner pour imposer leur point de vue, et nous embrassent d’une ambiance à la CARCASS/ENTOMBED, grave et solennelle, avant que la rythmique ne se mette en place et que les inflexions vocales gravissimes de Bolt ne nous prennent aux tympans. Rythme qui module, mais qui aime placer à intervalles réguliers des accélérations fantasques, changement de grain vocal, et duo de guitares qui se souviennent des hivers rigoureux du grand nord du début des années 90, pour un trip nostalgique en immersion qui ne refuse pas les conditions de son époque.

Sans savoir si ce Fit To Kill est le plus old-school de la carrière des BLOOD RED THRONE, il n’en est pas forcément le meilleur non plus. Efficace autant qu’une assemblée de vieux briscards et de jeunes loups peut l’être, ce neuvième tome étonne de son énergie, mais n’évite pas non plus les plans un peu glauques et les temporisations évitables. Ainsi, « Killing Machine pt.2 », occupant la place délicate de troisième morceau censé assommer, lasse de sa redondance et de son riff qui s’éternise, et parfois, l’inspiration se répète d’une intervention à l’autre, créant un écho agaçant pour les oreilles. En choisissant de se focaliser sur les aspects les plus brutaux du Death US, les norvégiens font parfois quelques erreurs, mais lorsque leur vraie nature nordique reprend le dessus, le carnage est total et le massacre intégral (« WhoreZone »). Les plus psychopathes et les arpenteurs de morgues se dirigeront évidemment vers les titres les plus radicaux, mais ceux dont la pathologie est plus vicieuse reconnaîtront que le long et traumatique « Deal it or Die » reste l’achèvement d’un groupe qui n’a pas oublié qu’avant de jouer et pilonner il faut composer, et jouiront post-mortem de cette évolution en crescendo d’horreur qui ne ménage ni les effets, ni les idées. Mais avec un bel équilibre trouvé entre passé et avenir, ce Fit To Kill reste une belle affaire de famille sanglante qui n’a pas l’intention de calmer ses ardeurs glacées. Un exercice de style réussi, et un bon moyen de se rappeler que BLOOD RED THRONE a toujours été l’un des acteurs de série B les plus efficaces de son créneau.             

   

Titres de l’album :

                          1. Requiem Mass

                          2. Bloodity

                          3. Killing Machine pt.2

                          4. WhoreZone

                          5. Skyggemannen

                          6. InStructed InSanity

                          7. Movement of the Parasites

                          8. Deal it or Die

                          9. End

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/08/2019 à 14:33
80 %    536

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52