Fracture

Acédia

07/10/2022

Les Acteurs De L'ombre Productions

On pourrait presque les surnommer les VOÏVOD du Black Metal, tant les canadiens d’ACEDIA jouent une musique proche de celle d’Away et Snake. Bien sûr, la comparaison est sans doute un peu osée, tant les deux univers semblent différents, et pourtant, quelque chose dans la démarche les rapproche. Sont-ce ces dissonances persistantes ? Cette volonté de transcender un genre en l’abordant sous un angle inhabituel ? Cette envie de traiter des thèmes d’ordinaire peu coutumiers d’un BM qui se satisfait très bien de violence sombre et de satanisme prononcé ? Cette optique progressive qui permet toutes les audaces et les pirouettes ? Un peu tout ça, et beaucoup d’autres choses. Néanmoins, depuis 2011, ACEDIA a largement eu le temps d’affirmer sa personnalité au travers de trois albums, dont ce dernier, et ainsi devenir une incongruité insolite du paysage canadien, plutôt porté sur la brutalité sèche et mystique des grandes forêts.

Pascal Landry (basse/guitare/chant), Marc-André Bérubé (guitare) et Cadavre (batterie), viennent d’horizons divers (AU-DELA DES RUINES, CANTIQUE LEPREUX, CHAOS CATHARSIS, CHASSE-GALERIE, MELEE DES AURORES), ce qui leur permet de mettre à disposition leur expérience personnelle au service d’un collectif créatif. Certes, en s’attardant sur les textes, certains auront beau jeu de dénoncer cette préciosité un peu excessive. Je reproduis ici une partie des paroles de « Fracture », pour que vous puissiez juger par vous-même :

Lorsque l'obsolescence devient certitude idéologique,

Et l'empressement, un instrument de la confusion,

Des spéculations maquillées, amalgamées,

Se mutent en objectivité pervertie,

Intégrée à un absolu de synthèse

Composé d'ébauches et de fragments.    

 

Il est tout à fait possible et raisonnable de ne pas se laisser leurrer par ces mots associés dans l’excès, mais il est impossible d’un autre côté de ne pas reconnaître en cette musique une traduction poétique de notre époque déshumanisée, vouée aux gémonies du Dieu béton, et du diable Ego. De fait, la sublime pochette flanquée d’une photographie de Marion Gotti illustre fort bien la thématique choisie, entre résignation moderne et résilience forcée. Nous encaissons les chocs non par choix mais par obligation, la société avançant trop vite pour qu’on s’attarde sur un mal-être quelconque.

Musicalement, le groupe a encore repoussé ses limites, et joue avec les codes au point de produire une musique totalement atonale, linéaire dans ses mélodies pauvres et anémiées, incroyablement dissonante, et pourtant, évitant l’écueil de l’avant-gardisme avec beaucoup de panache. Ainsi, on peut parfois penser à DEATHSPELL OMEGA, à DODECAHEDRON, sans vraiment y croire totalement, tant la philosophie développée sur ce Fracture en créé justement une avec la concurrence. Et fraichement signés par Les Acteurs de l’Ombre, les trois musiciens se livrent comme jamais, en insistant sur les plans les plus acrobatiques (magnifique performance de Cadavre, aka Charléli Arsenault qui s’adapte à toutes les situations et qui invente des fills hallucinés de vitesse), la violence la plus froide, opposant une basse logique à une guitare discordante, irritante, et incroyablement versatile.

Naviguant entre musique atonale et dissonante, le groupe aspire à expérimenter des idiomes sous-exploités du métal extrême, tout en gardant un sens de la tradition dans leurs aventures sonores. 

Sans aller jusque-là, autant admettre que Fracture est un monolithe unique, fait de béton et de désillusions, de coups de boutoir et d’insistance rythmique, sorte de plan d’architecte un peu fou empilant les étages comme une tour de Babel. Si le seuil de tolérance à l’étrangeté est atteint assez rapidement, ACEDIA a l’intelligence d’aménager des espaces plus vivables, niches plus conventionnelles pour que tout le monde s’y retrouve. Ainsi, « L'Inconnu » se veut plus franc, tout en gardant cette basse en constant roulement, cette guitare acide qui semble ne jamais jouer ce qu’on attend d’elle, et ce faux rythme régulier qui tombe dans les nids-de-poule pour mieux redémarrer sur les chapeaux de roue.

A la manière d’une école du Bauhaus délocalisée à Montréal, Fracture décrit un monde aseptisé, robotisé, automatisé, qui ne laisse plus de place aux sentiments les plus basiques. Exit l’amour, la compassion, l’empathie, l’ouverture sur l’autre, et bonjour l’indifférence, l’égoïsme, la cruauté, la froideur de ton et le handicap affectif. Ce monde est terriblement claustrophobe, se replie sur lui-même lorsque les trois instruments se retrouvent à l’unisson (phénomène rare sur cet album), et ressemble trait pour trait à cette pochette d’un pont anonyme, surplombant une cité de vide.

Quasi résumé de ces dernières années, ce troisième album d’ACEDIA est une synthèse des différents aspects de sa personnalité, et un mouvement progressif vivant, comme un virus s’insinuant dans les organismes. Son absence totale de tonalité, sa constatation du mur qui nous sépare un peu plus chaque jour sont de beaux arguments lucides, et une prédiction d’un futur peu enviable, qui nous attend pourtant au détour d’une prochaine catastrophe humaine ou naturelle.

Et cachés derrière nos murs de béton, dans nos édifices d’insensibilité, nous ne serons pas plus protégés que ceux ayant déjà regardé la vérité en face.       

 

         

Titres de l’album :

01. La Fosse

02. Mont Obscur

03. Fracture

04. L'Art de Pourrir

05. L'Inconnu

06. Brûlure du Temps


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/10/2022 à 16:36
85 %    134

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51