Generation Mind

Black Swan

08/04/2022

Frontiers Records

Serafino le voulait, il l’a eu. Le fantasque CEO italien a réussi à intégrer l’irlandais Robin McAuley à son écurie déjà surchargée de pur-sang, en lui adjoignant les services de gunmen tous plus capés les uns que les autres. Sur le papier, BLACK SWAN avait tout du all-star-band casse-gueule en forme de pétard à la mèche trop longue, mais Shake The World nous a vite rassurés il y a deux ans : non seulement le groupe était valide, mais l’expérience était plus que concluante. Dans un registre de Hard classique des années 80, le concept nous en donnait pour notre argent, loin des artifices Frontiers produits à la chaîne par Del Vecchio, et nous étions nombreux à attendre la suite des évènements, et l’éventuelle - très probable - confirmation.  

BLACK SWAN revient donc en 2022 tirer le bilan du label italien du mois de mai vers le haut, et ne le cachons pas, Generation Mind est un pur plaisir même pas coupable que l’on a envie de partager avec le plus grand nombre. Quel délice de retrouver ces musiciens de légende encore verts, d’écouter ces chansons qui semblent exhumées d’une cave de club eighties sur le Strip, et de ressentir une fois encore ce frisson d‘adolescence que le Hard-Rock faisait passer dans notre échine.

Niveau formation, pas de changement, Robin est bien évidemment toujours là, accroché à son micro, et toujours secondé par les magiciens Reb Beach (WINGER, WHITESNAKE) à la guitare, Jeff Pilson (FOREIGNER, THE END MACHINE, ex-DOKKEN) à la basse, guitare acoustique, et claviers, et Matt Starr (Ace FREHLEY, MR BIG) à la batterie. Un line-up classe A donc, pour un album qui avait la lourde tâche de faire aussi bien sinon mieux que son frère aîné, défi relevé avec brio, sans changer les choses ni dévier d’une trajectoire très bien tracée.

Et dès le tube d’entrée « She Hides Behind », tout est là, et vous pouvez recompter. Riff béton made in Californie avec cette petite touche de hargne européenne, voix incroyable de Robin, très en gorge, rythmique soudée et fluide, et les rares doutes pouvant encore subsister de voler avec la tempête de Hard à la DOKKEN/BULLET BOYS/MSG. Evidemment, rien de nouveau sous le soleil de la nostalgie, mais une énergie incroyable, une foi sans failles, un instrumental évidemment impeccable, mais une réelle joie de jouer une musique simple en réminiscence de passés glorieux.

Alors, on revisite tout le répertoire de l’époque, le groove, le boogie, l’hymne hédoniste, la ballade tendre, le burner burné, et le tracklisting passe comme dans un rêve, chaque titre apportant sa pierre à l’édification d’une pyramide abritant les Dieux anciens. De fait, tous les complexes s’envolent, l’âge n’est plus qu’un chiffre sur un document d’état civil, et on dodeline du chef sur l’imparable « Eagles Fly », incroyable hit que les DANGEROUS TOYS auraient joué l’écume aux lèvres.

Entre Hard classique, AOR endurci, et Heavy allusif, BLACK SWAN survole son sujet avec une telle classe que l’on ne peut que s’incliner face à tant de talent. Entre un mid tempo à faire trembler la côte Ouest (« Generation Mind », le genre de tube que BON JOVI aurait pu se faire tailler sur mesure par Desmond Child), et un pilonnage Heavy nuancé de magnifiques mélodies (« See You Cry »), le bilan est déjà lourd à mi-parcours, et on comprend que ce nouvel album va faire les beaux jours de cette fin de printemps.

Totalement galvanisés par cette osmose entre eux, les quatre musicien donnent tout ce qu’ils ont dans le ventre, évitent le piège du pilotage automatique en citation directe de leur propre passé, même si parfois, l’ombre de WINGER, WHITESNAKE ou DOKKEN plane un peu plus bas que la moyenne. Mais la voix unique de Robin permet d’éviter la paraphrase à quarante ans d’intervalle, et les morceaux choc s’amoncèlent dans un déluge de bonheur.  

                     

Si évidemment tous les titres méritent une écoute minutieuse, certains décollent encore plus rapidement que la moyenne, dont « How Do You Feel », superbe et au parfum DEF LEPPARD très prononcé, ou « Long Way Down », chromé comme un dragster, et pulsé par une rythmique turbocompressée.

Pas de complaisance, aucune facilité, une production un peu sèche mais qui laisse les graves respirer, des performances évidemment hors du commun, pour un second album qui réussit l’impensable : surpasser son prédécesseur, et offrir encore plus de plaisir. Mélodies sixties, chœurs à profusion, légères teintes psychédéliques pour rappeler les racines, et surtout, une puissance que bon nombre de jeunes groupes devraient leur envier.

Difficile de croire que BLACK SWAN soit capable de tenir la distance sans commettre la moindre faute de goût, et c’est pourtant la réalité des faits. En cinquante-cinq minutes, le quatuor s’offre un sans-faute, un grand chelem incroyable, entre Hard Rock classieux (« Crown »), et final plus modulé avec sentiments en boutonnière (« I Will Follow »).

Generation Mind est à n’en point douter l’album de Hard-Rock de ce premier semestre, et BLACK SWAN le supergroupe le plus attachant du marché actuel. Une fontaine de jouvence qui flatte la nostalgie dans le sens du poil, et qui redonne espoir, le sourire aux lèvres, et l’envie de regarder vers demain avec un peu plus d’enthousiasme.      

   


Titres de l’album :

01. Before The Light

02. She Hides Behind

03. Generation Mind

04. Eagles Fly

05. See You Cry

06. Killer On The Loose

07. Miracle

08. How Do You Feel

09. Long Way Down

10. Crown

11. Wicked The Day

12. I Will Follow


Facebook officiel


par mortne2001 le 15/05/2022 à 16:07
90 %    97

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32