Faites le test, et parlez de Thrash avec un quidam ou un initié. Sans vouloir trop extrapoler, je suis sûr qu’au moment de citer une poignée d’icônes, les sempiternels noms s’échapperont de sa mémoire. Il vous parlera de SLAYER, de KREATOR, de TESTAMENT, s’il est badin et provocateur de METALLICA, sans doute d’EXODUS, de DESTRUCTION s’il est d’accointances germaniques, mais je parierais mon Ride The Lightning pochette verte qu’il ne fera même pas allusion à OVERKILL.

D’ailleurs, je ne lui jetterai pas la pierre, puisqu’il y a de grandes chances que j’en fasse de même si la situation se présentait.

Pourquoi ?

Je ne sais pas. Peut-être parce que la carrière des originaires du New-Jersey fut plus fluctuante, peut-être parce que dès le départ, à l’instar de NUCLEAR ASSAULT, on les a affiliés au mouvement Hardcore, à cause de la basse de D.D, ou toute autre raison qui justifierait de les occulter de la liste des vrais fondateurs du genre, peut-être aussi parce qu’ils sont arrivés plus tard et que leur premier chef d’œuvre, Taking Over, a taillé la route en 1987 et pas 84 ou 86 comme les autres.

Néanmoins. Un simple regard en arrière, une simple constatation de leur constance, et moins de condescendance envers leurs efforts les plus prévisibles et moins inspirés suffirait à réaliser qu’ils font aussi partie du cénacle, ce que Grinding Wheel prouve avec une maestria typique. On le sait, la carrière d’OVERKILL est ponctuée de haut, de bas, de très hauts, de très bas, et une fois encore, ce dix-huitième album studio les pousse vers les sommets, dont ils risquent de glisser pour le LP suivant. Mais pour l’instant, seul compte le présent.

Et il est fameux, explosif, et Thrash jusqu’au bout du calcif.

Enregistré et produit par l’incontournable Andy Sneap et enveloppé dans un artwork signé Travis Smith (NEVERMORE, OPETH, SOILWORK), Grinding Wheel nous montre le quintette sous son jour le plus flatteur, le moins direct et pourtant le plus efficace, et relève la barre salement abaissée par les dernières sorties du groupe, les assez moyens Ironbound et White Devil Armory qui une fois de plus, avaient déçu une poignée de fans par leur facilité tenant du pilotage automatique, mais malheureusement assez symptomatique des crises de léthargie des créateurs de l’immortel Fuck You !

Ici, tout respire le Metal efficace, subtilement ambitieux, et surtout, l’envie de jouer cette musique radicale, ce Thrash aux fortes connotations Hardcore que l’on a tant apprécié sur des pavés comme Horrorscope ou Necroshine, et de fait, sans se forcer, ce dix-huitième effort studio n’en est pas vraiment un tant il exhale un doux parfum de férocité et de facilité, qui vous contamine les oreilles et réveille le gros headbanger qui se cache toujours en vous, prêt à faire l’hélicoptère avec sa tignasse. Et ça, c’est l’effet OVERKILL, que vous le vouliez ou non.

Avec le même line-up depuis fin 2005, les KILL peuvent se reposer sur leur expérience, et pourtant, en se connaissant de mieux en mieux, vont de l’avant, et osent des structures évolutives, pour atteindre l’heure de jeu sans paraître pénibles ou sans radoter, bien qu’on puisse noter une petite baisse de régime à mi-parcours. Si en vieillissant la voix de Bobby ressemble de plus en plus à celle de Zetro Souza, elle a gardé son panache grinçant et son mordant unique, et la basse de D.D Verni brille comme jamais, toujours prompte à faire claquer un break ou fouetter un refrain.

Alors, onze morceaux, soixante-quatre minutes de musique, pour un rendu optimal, tel est donc le bilan final ? Oui, et je suis particulièrement heureux d’annoncer que les KILL se sont hissés au niveau des dernières productions de TESTAMENT ou MEGADETH, donnant par la même occasion une petite leçon de concision et d’efficacité à KREATOR.

Et sans aller jusqu’à affirmer que Grinding Wheel contient certains de leurs meilleurs morceaux, avouons quand même qu’il en déroule de bien costauds, qui peuvent même de temps à autres rivaliser avec leurs plus grands classiques.

« Quoiqu’il arrive, OVERKILL sera toujours OVERKILL. Notre marque de fabrique est reconnaissable sur chaque album. Nous sommes là depuis trente ans, et nous avons toujours été OVERKILL. Alors oui, c’est un album de Metal, et comme d’habitude, il est teinté de Thrash, et reste toujours légèrement mélodique ».

Alors quoiqu’il arrive, si vous n’étiez pas fan du groupe avant, vous ne le serez pas plus aujourd’hui. Mais si vous n’aviez jamais pris le temps de vous intéresser à leur travail, il y a de grandes chances que Grinding Wheel, et son titre en forme de métaphore parvienne à vous convaincre. Et si vous suivez leurs pérégrinations depuis le début, la question ne se pose même pas, vous allez adorer.

Comme toujours, le LP débute par une grosse boucherie en règle, un morceau qui met tout le monde d’accord. Et malgré ses sept minutes bien tassées, « Mean, Green, Killing Machine » fait le boulot sans que l’on ne sente une quelconque redondance, et vous écrase de son mid tempo si particulier, de ses riffs francs et racés, et de sa basse qui lapide ta race. C’est subtilement progressif mais toujours agressif, et ça tourne sur la platine comme une chevelure dans le pit, puisqu’en live comme en studio, OVERKILL est un groupe qui donne de sa personne.

Pourtant, le quintette n’a pas forcément choisi la facilité en jouant la rallonge, puisque tous les morceaux sont plus que conséquents, et pourtant, passent comme dans un cauchemar Thrash dont on n’a pas envie de s’extirper.

Tiens, le bombardement Metal/Core de « Goddamn Trouble », qui à part eux peut balancer un truc pareil droit dans ses bottes ? Personne. Refrain lapidaire, guitares classiques mais terrassantes, et rythmique bondissante. Un hit de plus dans le panier, on peut continuer.

« Shine On » nous ramène en plein dans les années 90, et exhale un joli parfum EXODUS tout en taquinant le souvenir d’un NHYC encore vivace. Bobby grogne et grince comme à la grande époque, et les chœurs le supportent avec ferveur. Petit break bluesy à la PANTERA et les mecs nous assoient, l’air effronté et la mine enjouée.

« The Long Road » et son tempo martial permet quelques soli qui déroulent en aval, et se lâche même salement Thrash sur quelques accélérations qui crachent. Si « Let’s All Go To Hades » se remémore la transition un peu hasardeuse d’Over The Influence, il reste un brulot qui en concert fera se lever les poings et valser les paletots. « Come Heavy », profession de foi sans loi assume son titre, mais se veut un peu trop poussé pour vraiment s’imposer de son groove un peu pataud. Mais heureusement, « Red, White and Blue » fait redémarrer la machine à broyer et cavale, cavale, sans jamais s’arrêter, pour un trip pur 80’s qui fait du bien aux souvenirs.

« The Wheel » tourne sur les mêmes pignons, et assure mignon, tandis que le gros pavé « The Grinding Wheel » trempe dans une ambivalence de lenteur qui rappelle ACCEPT, et saura ravir les fans de pur Heavy qui ne crachent pas sur une grosse baigne Core prenant au corps.

« Emerald » en final bonus salue les THIN LIZZY, et n’offre pas grand-chose de plus qu’une jolie partie de guitares à la tierce qui essaient de s’imposer sur la basse de D.D qui n’a certainement pas la finesse de celle du grand Phil. Mais après tout, on prend les cadeaux comme ils viennent non ?

Alors, des hauts, des bas, des très hauts, des très bas, mais au final, un parcours phénoménal qui force le respect, et une fois de plus, un regain d’énergie et de créativité. Le massacre dure depuis plus de trente ans et n’est pas près de s’arrêter, tant qu’OVERKILL saura nous offrir des albums de la trempe de Grinding Wheel. Un titre qui les révèle tels qu’ils sont, une terrible machine de guerre qui avance et broie tout sur son passage, en prenant soin de ne pas tout cramer pour pouvoir revenir un peu plus tard finir de flamber.

Alors, rendez-moi un petit service.

La prochaine fois que vous lancerez une conversation sur le Thrash avec un compagnon, si vous ou ce dernier omettez de mentionner le nom d’OVERKILL en citant les maîtres présents et passés, collez-vous une grosse trempe dans la tronche, vous l’aurez méritée.

 Et en plus, ça vous donnera une petite idée de l’effet produit par leur dernier né.


Titres de l'album:

  1. Mean, Green, Killing Machine
  2. Goddamn Trouble
  3. Our Finest Hour
  4. Shine On
  5. The Long Road
  6. Let's All Go to Hades
  7. Come Heavy
  8. Red White and Blue
  9. The Wheel
  10. The Grinding Wheel
  11. Emerald

Site officiel


par mortne2001 le 27/02/2017 à 12:48
88 %    334

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)