Alors qu’Israël vient juste de remporter le dernier concours Eurovision, succédant ainsi au Portugal l’année dernière, il semblerait qu’en marge de ces grandes célébrations télévisuelles, l’Espagne montre une volonté affirmée de se replacer sur le devant de la scène européenne en termes de Hard Rock et de Heavy Metal. Outre ses représentants Hardcore et sa scène Thrash old-school, toutes les deux très vivaces, ses groupes plus fondamentalement Heavy font montre de velléités indéniables, au point de menacer le leadership allemand et la mainmise anglo-américaine. Il n’est pas vraiment étonnant dès lors que le mythique label italien Frontiers soit en première ligne pour les défendre, et c’est avec un certain plaisir que nous retrouvons aujourd’hui un combo réputé qui avance ses pions avec grande intelligence, au moment de proposer au public son troisième et si délicat album. On sait le cap de la confirmation très difficile à passer, et nombre d’artistes s’y sont cassé les dents, errant sur les chemins de la diversité trop prononcée, ou au contraire, jouant la carte de la sécurité avec un peu trop d’application. Mais avec des instrumentistes de la trempe de Ronnie Romero (chant), Tony Hernando (guitare), Andy C. (batterie) et Dani Criado (basse), il n’y avait aucun souci à se faire, tant la classe de ce quatuor éclabousse toute la concurrence en termes de Hard moderne et subtilement ciselé. Mais autant l’avouer de suite, la surexposition dont jouissent les LORDS OF BLACK aujourd’hui n’est pas étrangère au fait que son chanteur se retrouve membre à part entière de la reformation du RAINBOW de Ritchie Blackmore, fantasque guitariste enfin de retour aux affaires après avoir été le chantre d’un Folk médiéval un peu roboratif pendant des années. D’ailleurs, le ténébreux guitariste ne tarit pas d’éloge sur son nouveau chanteur, le comparant à une union vocale entre Ronnie James Dio et Freddy Mercury, avec tout le débordement d’enthousiasme que ce dithyrambe suggère…

Et sans tomber dans l’exagération, autant avouer que les prouesses vocales du sieur Ronnie Romero constituent l’un des points forts de cet Icon Of The New Days, qui n’est pourtant pas avare de performances personnelles. Avec des instrumentistes au bagage aussi solide que le Rock, et deux albums dans la besace (un premier éponyme, suivi d’un logique II à l’attrait similaire), les LORDS OF BLACK jouent sur du velours, mais ne se contentent pas pour autant de surfer sur la vague du buzz créé par l’incorporation d’un des leurs à l’un des groupes les plus mythiques de l’histoire du Hard Rock. Et galvanisés par une telle publicité, mais aussi certains du potentiel de leurs nouvelles compositions, les espagnols tentent donc la grande œuvre, et nous offrent avec ce troisième chapitre l’œuvre la plus ambitieuse de leur carrière, qui ose les soixante-quinze minutes de musique pour douze morceaux, dont un triptyque et un épilogue long de douze minutes, histoire de bien appuyer sur le fait qu’ils ne comptent pas jouer la discrétion pour annoncer leur retour. Produit une fois de plus par Roland Grapow secondé par le guitariste Tony Hernando, aux Cadillac Blood Studios, Grapow’s Studios, TH7 Studios, et Solid Engine Studios, mixé et masterisé par Roland lui-même, Icon Of The New Days bénéficie donc d’un son parfaitement adapté à ses convictions, et assure une livraison homogène de la pochette au contenu, qui sans surprise se concentre sur un Heavy mélodique et agressif délicatement moderne, refusant la facilité de l’affiliation vintage, tout en assumant ses influences célèbres, ajoutant même une petite touche de RAINBOW au passage, en forme de clin d’œil évidemment, mais aussi d’aveu d’allégeance à une musique contemporaine trouvant ses racines dans les fertiles seventies. Inutile de dire que la qualité est évidemment au rendez-vous, de l’interprétation à la composition, de la production aux arrangements, même si l’heure et le quart proposés sont sans doute un peu excessifs au regard du style un peu figé, et osons-le dire, un peu ampoulé. Testarossa du Heavy Metal, ce troisième LP à les défauts de ses qualités, et présente parfois un caractère légèrement redondant que les détracteurs les plus farouches du genre ne manqueront pas de souligner, en arguant du fait que certains morceaux se ressemblent un peu trop, malgré des performances individuelles notables. Mais c’est l’écueil généralement difficile à éviter que ce genre de combos affrontent avec plus ou moins de bonheur, et en étant tout à fait honnête, il est certain qu’en condensant un peu leur propos, les espagnols auraient gagné en concision, et nous auraient présenté une œuvre plus resserrée, et plus dense. Comme quoi parfois, et souvent même, le mieux est l’ennemi du bien, même si cet album vous en veut beaucoup.

Car sur ces douze chapitres, peu restent sous la barre raisonnable des cinq minutes, et la dépassent même allègrement en plusieurs occasions, sans vraiment développer les idées nécessaires pour laisser le chronomètre courir. On sent que les références du quatuor sont de plus en plus présentes, de celles nommées par leur label (SONS OF APOLLO, CORELEONI, THE FERRYMEN, ICED EARTH, ACCEPT, JORN, JUDAS PRIEST, DIO, HAMMERFALL, HELLOWEEN, IRON MAIDEN), à d’autres plus en filigrane, comme Yngwie MALMSTEEN ou PERIPHERY, en passant par DREAM THEATER, et les rares titres s’en éloignant permettent d’aérer un peu l’ensemble, et de lui conférer une patine plus souple, à l’instar de ce « Fallin’ » aux astuces synthétiques et à la construction plus directe et sobre. Et si la voix puissante et lyrique de Ronnie Romero fait souvent des merveilles, elle peine à extirper les segments les plus classiques et redondants de la routine dans laquelle ils s’enlisent, même si de son côté, Tony Hernando fait tout pour détourner l’attention en décochant des soli à faire pâlir toutes les étoiles de la galaxie six-cordiste. Il est toutefois assez difficile de se montrer trop critique à l’égard d’un album qui use de toutes les astuces possibles pour unir le Metal classique et le Hard moderne, et qui y parvient assez régulièrement, mais en écrémant une bonne vingtaine de minutes du compteur, les LORDS OF BLACK auraient pu se focaliser sur les morceaux les plus imaginatifs et efficaces, comme ce progressif et envoutant « King’s Reborn » qui de son évolution et de son riff méchamment accrocheur fait partie des plus grandes réussites, au même titre que son reflet initial « World Gone Mad », aussi puissant qu’un démarrage en trombe des RACER X.

Impossible de passer sous silence le final homérique de « All I Have Left », qui de ses sept-cent-vingt secondes nous offre un état des lieux du Heavy progressif moderne, et qui laisse enfin Ronnie faire la démonstration de sa palette vocale et de son utilisation des nuances, pour un voyage aux confins de l’émotion, nous laissant sur une impression de nostalgie durable. Et si les fans d’un Heavy agressif et emphatique seront aux anges une fois l’écoute d’Icon Of The New Days achevée, les plus nuancés se montreront sans doute plus modérés, tancés par tant d’informations jetées en pâture sans vraiment faire le tri. Mais autant reconnaître que le travail accompli a porté ses fruits, et que ce troisième album reste en dépit de ces quelques critiques sincères un excellent disque de Heavy Metal à l’aise dans son époque.


Titres de l'album:

       1. Let's Have Fun Tonight
       2. Worth Dying For
       3. Last Man Standing
       4. Come Back Again
       5. All Over Now
       6. Mess You Made
       7. Only Human
       8. Standing Still
       9. Gravity
       10. Turning Pages
       11. Fade Away
       12. Go To War

Site officiel

Facebook officiel



par mortne2001 le 29/05/2018 à 17:52
78 %    362

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.