Encore du Post Hardcore ? Je serais tenté de dire, « à nouveau », puisque si la production reste dense et les groupes du cru intenses, je n’avais pas abordé le sujet depuis longtemps, de craindre de ne plus avoir grand-chose à en dire. Le genre étant si hermétique et si libre à la fois, qu’il peut contenir n’importe qui, et surtout n’importe quoi – et par extension pas mal de scories et autres déchets – et qu’il devient de fait extrêmement difficile d’en parler sans tomber dans la redondance. Et surtout, j’étais devenu méfiant à ce sujet, commençant à croire que le style tournait en rond, par facilité, et excès de complaisance de la part de musiciens désireux de sortir un produit à bon compte, sans faire évoluer la question. Une reste en suspens, peut-on encore s’affilier au Post et proposer un discours sinon neuf, du moins partiellement inédit, et propre à intéresser ceux qui un jour ont trempé le pied dans les eaux bourbeuses des NEUROSIS et autres CULT OF LUNA ou ISIS ?

Problématique ardue, que les polonais de GUANTANAMO PARTY PROGRAM ont éludée depuis leurs débuts, préférant se concentrer sur une musique personnelle, et performante. Nous avions déjà eu droit de leur part à deux albums complets (I et II, faisons simple), ainsi qu’une bonne poignée de splits, qui avaient achevé de nous convaincre de leur différence, mais aussi de leur puissance. Toujours dotés d’une production spectaculaire et assourdissante, Darek (chant), Wojtek & Łukasz (guitares), Grzesiek (basse) et Kuba (batterie) avaient taillé leur route sans hésitation, au point de s’affirmer comme une valeur montante depuis leur création en 2006. Et cette ascension semble aujourd’hui connaître un pic, sans que nous puissions affirmer que les originaires de Wrocław tournent désormais à plein régime et risquent de bientôt manquer d’oxygène.

Première constatation sur III, le son est encore plus épais que d’ordinaire, et sert admirablement bien la nouvelle optique d’épuration, qui s’est débarrassée de tout ornement superflu pour se concentrer sur l’efficacité. Certes, GUANTANAMO PARTY PROGRAM n’a rien perdu de son opacité/complexité, mais a mis la pression sur des ambiances de plus en plus oppressantes. La rigueur des riffs est parfaitement admirable autant qu’inquiétante, tandis que la frappe rythmique a gravi un cran dans la maltraitance des tempi, cognant de plus en plus sourdement sur une machine blanche. En résulte un album beaucoup plus cohérent, sans aller jusqu’à parler de concept, bien que les thématiques soient toujours liées d’une façon ou d’une autre. On reconnaît là la fameuse patte dite du « troisième album », le plus critique dans la carrière d’un groupe, et reconnaissons aux polonais de l’avoir franchie avec un brio extraordinaire. Tout ici suffoque, exhale un parfum de carbone encrassant des poumons à l’agonie, des motifs de guitare circulaires qui planent avant de partir en piqué, aux arpèges distordus en reflet de miroir de foire, jusqu’au chant de Darek, qui s’époumone de façon tragique, pour mieux souligner le caractère cathartique de compositions recentrées sur l’effet. Celui-ci est immédiat, et patent dès « 05-50 », qui du haut de ses presque six minutes annonce de sa progression toutes les composantes à suivre. Fluidité des plans, complémentarité des idées, osmose globale, tout est en place, même si cette entrée en matière garde encore sous le coude la surprise d’une bourrasque à venir.

Cette bourrasque vous soufflera dans les bronches sur « 04-46 », qui ne cherche aucunement à cacher ses mauvaises intentions, en lâchant le son de basse le plus tonitruant depuis les premiers SWANS, dans un déluge de plomb de cordes à faire se pâmer les FULL OF HELL. Mais point question de Noise ici, tout reste musical et guidé par des mélodies parcimonieuses, qui permettent encore de rattacher le groupe au wagon du Post Hardcore violent, mais maîtrisé. On pense même à une version apocalyptique d’un HELMET traumatisé par la scène Hardcore moderne, mais qui n’aurait rien perdu de sa légendaire précision. Parfois même plus proche d’un Metal vraiment asséché que d’un Post respecté, III montre bien des visages, et efface même les traces sur le miroir pour ne pas être suivi de trop près.

De temps à autres, le groupe s’aventure en terre plus fertile, comme sur ce « 05-37 » que les TENGIL auraient pu partager avec le NEUROSIS le moins complaisant, en tissant une trame mélodique facilement mémorisable, qui ne peut toutefois s’empêcher de verser par intermittences dans un Sludge vraiment maladif. Des albums comme Times Of Grace ou A Sun That Never Sets reviennent en mémoire, et la basse gigantesque de Grzesiek ne nous contredit guère, en adoptant des figures de style assez écrasantes, à l’instar d’un Dave Edwardson en pleine possession de ses moyens.

Les itérations font bien sûr partie intégrante du processus, mais n’en constituent pas forcément le fondement. Le quintette laisse souvent ses inspirations s’épanouir d’elles-mêmes, ce qui nous donne de petits bijoux de construction et d’évolution naturelles comme « 04-03 », qui une fois encore, suggère directement l’héritage d’un NEUROSIS avoué. Mais si le parallèle est indéniable et fondé, le plagiat ne pointe pas pour autant le bout de sa facilité. GUANTANAMO PARTY PROGRAM met la pédale douce sur les dissonances, qui sont intelligemment utilisées pour tendre l’ambiance (« 05-45 »), mais qui ne prennent jamais l’ascendant sur les trajectoires linéaires. La logique est respectée, et même si l’on devine souvent quel plan va succéder à quelle idée, le niveau instrumental et créatif est suffisamment élevé pour rassasier tous les amateurs d’amplis poussés à fond, qui ne cachent pas les défaillances de culot.

J’en conviens, tout ceci donne parfois l’impression d’avoir déjà été entendu, mais impossible d’éviter ce problème dans une configuration aussi extrême. Mais le bel équilibre entre Post et Sludge est vraiment aussi lourd que mélodieux, et aussi douloureux que délicieux, et offre des possibilités non négligeables, illustrées par le final « 05-01 », qui ouvre des pistes qui s’annoncent assez intéressantes. Plus foncièrement Sludge, cette conclusion tombe à pic pour nous titiller à vif, et nous donner envie de réitérer tous les compliments formulés à l’égard de II, qui prévoyait déjà des lendemains plus ouverts.

Tout n’est certes pas imperfectible, mais le sommet atteint par III culmine quand même à de sacrées hauteurs. Il domine donc des compositions et de l’instrumentation quatre-vingt pour cent de la production actuelle, qui se contente de collines à la mesure raisonnable. Ici, on a su le rester, mais avec ce qu’il faut d’insolence pour frapper l’imaginaire d’un public lassé de cordées trop usées pour ne pas lâcher.


Titres de l'album:

  1. 05:50
  2. 04:46
  3. 05:02
  4. 04:02
  5. 05:37
  6. 04:03
  7. 05:45
  8. 05:01

Site officiel


par mortne2001 le 20/09/2017 à 18:18
80 %    325

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hypnotic Drive

Road Rage

Vulcain

Studio Albums 1984 - 2013

Bloody Alchemy

Reign Of Apathy

Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En effet Mr Bungle n'en sera pas, ce qui du coup rend l'affiche bien moins alléchante voire même sans réel intérêt notable (la plupart des groupes pouvant être vus ailleurs).


Normal ça, moi pas savoir me servir de la ponctuation !
Tu as écrit : "Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020"... et apparemment cela devrait être le cas de Mr Bungle.


Pour surfer sur la vague du film, qui bâcle l'après 1989.


J'ai lu la news.
J'ai ri.


Pathétique, mais pas étonnant de leur part. A mon avis tout cela était planifié de très longue date...


J'adore le groupe mais ces histoires de tournée d'adieu puis de tournée de retour sont tellement ridicules. Là, avec ces conneries de contrat en plus, on touche le fond.


Désolé Buck Dancer, mais j'ai rien compris à ta phrase...


Ah ah ah !
Qui l'eût cru hein ?!
Pis cette affiche… Manque plus que RATT pour me voir combler (SIC !!!).


Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)