Inequality

Chemicide

20/09/2019

Prc Music

Voici un « retour » qui fait plaisir, bien que je modère la nouvelle de guillemets. Les CHEMICIDE n’ont en effet jamais disparu, et alignent depuis leur création un LP tous les deux ans, d’une qualité croissante et d’un intérêt ne l’étant pas moins. J’avais découvert ces originaires du Costa-Rica à l’occasion de la sortie de leur premier long, Episodes of Insanity, publié en 2015, qui tout en éveillant chez moi un intérêt poli n’avait pas chamboulé ma donne old-school. The Act of Retaliation avait rendu les choses un peu plus conséquentes en épaississant le son, mais à l’aune de la négociation du terrible et sentencieux troisième album, les natifs de San José se sont rendu compte qu’il valait mieux proposer quelque chose de relativement conséquent, d’où ce Inequality, qui n’a pas l’inégalité de son intitulé. Distribués par le label québécois PRC Music, les costariciens vont pouvoir bénéficier d’une promotion non négligeable, et ce sont donc dix concerts au nord de l’Amérique qui les attendent, concerts qui à n’en point douter, feront la part belle au nouveau répertoire…Ce qu’on aime chez ces musiciens, c’est leur franchise et leur honnêteté. Ils ne se vendent pas sur des qualités qu’ils ne possèdent pas, et se contentent de jouer un Thrash de facture classique, avec une énergie 2K qui caractérise la vague vintage actuelle. Inequality ne déroge donc pas à cette règle, mais se rapproche de plus en plus dangereusement du SLAYER historique, celui de la doublette South of Heaven/Seasons in the Abyss, et qui n’hésitait pas à truffer sa violence lourde de mélodies sourdes, pour ne plus s’apparenter à un monstre de vitesse et de cruauté. On retrouve cette philosophie sur ce nouvel album, qui toutefois n’hésite pas à jouer avec la cadence et s’affirmer comme la créature sevrée de violence qu’il est.

Et si le label n’hésite pas à citer la Bay Area, mais aussi KREATOR ou DESTRUCTION, c’est plutôt du côté des outsiders des années 80 qu’il faut aller chercher l’inspiration. Dans ma chronique d’Episodes of Insanity il y a quatre ans, je citais les noms de RECIPIENTS OF DEATH, d’ASSASSIN, de GAMMACIDE, et j’avoue que ces parallèles sont toujours d’actualité aujourd’hui, spécialement lorsque nos pauvres oreilles ont le malheur/bonheur de tomber sur la bourrasque « State of Emergency ». S’étant considérablement professionnalisés et ayant aiguisé leur son pour devenir des pointures du genre, les CHEMICIDE confirment donc avec panache leur réputation émergente, et nous offrent le LP le plus solide et conséquent de leur carrière, remarquablement bien produit, et efficace de bout en bout. Ils n’ont d’ailleurs pas perdu leur concision en route, puisque avec vingt-neuf minutes, Inequality est leur effort le plus court à ce jour, les minutes décroissant au fur et à mesure que la puissance augmente. Et les influences s’élargissent aussi, puisqu’on trouve des traces du SEPULTURA tribal sur « Paralysis », notamment sur cette longue intro hypnotique qui déboule sur un riff lourd et glauque. Le quatuor de faux-frères (Frankie Chemicide - guitare/chant, Sebastian "Blackened" Chemicide- guitare, Nash - batterie et Jorge Chemicide - basse) a donc gagné en solidité ce qu’il a perdu en naïveté, mais son attitude plus mure ne l’empêche pas de thrasher comme aux premiers jours. On constate simplement que les erreurs de débutant d’antan ont fait place à une belle lucidité, les plans s’enchaînant en toute logique, et les breaks étant amenés avec plus de finesse.

Out donc le Thrash téléphoné de leur premier long, qui laisse place à un Metal en fusion, la cadence d’abattage passant d’un mid tempo oppressant à une bourrasque de dément (« Overload »), le tout exhalant d’une ambiance de série B qu’on trouvait à une époque sur les travaux d’INFERNAL MAJESTY. A l’image de cette pochette aux tonalités fluo qui dénote dans la production actuelle, Inequality tente et réussit à se démarquer de la masse grouillante des nostalgiques à la linéarité irritante, et se veut synthèse parfaite d’un underground brutal. Pas encore au niveau des meilleurs représentants du genre, les POWER TRIP, CRIMSON SLAUGHTER et autres ENFORCED, mais à leur portée quelques croches en dessous, les CHEMICIDE nous signent un manifeste à la Reign in Blood avec moins de folie mais plus de sagesse, et cette demi-heure bien tassée en leur compagnie passe très vite. Toujours aussi capables, les musiciens, en dépit de soli qui empruntent beaucoup à l’hystérie de l’école King/Petrozza (mais c’est aussi la trademark d’une époque) agencent leurs idées, laissent évoluer leur plans, pour atteindre une sorte de plénitude Thrash qui nous accule, et osent le final dantesque qui laisse admiratif de son crescendo intelligent et épidermique. Révélation de ce troisième LP, l’épilogue « Rebellion Manifesto » parvient à réconcilier les écoles de Californie et de la Ruhr, et se place dans le haut du panier de la créativité des costariciens. On leur pardonnera donc encore deux ou trois scories qui traînent, puisque leurs riffs sont efficients et catchy (l’entame de « Inequality » est parfaitement diabolique et addictive), et qu’ils ont de temps à autres le flair de réconcilier TESTAMENT, VIO-LENCE et FORBIDDEN (« Conditioned Liberty », plus circulaire qu’une scie, et plus pointu qu’un clou de Kerry).

Les CHEMICIDE s’apprêtent donc à mettre le Québec à feu et à sang, et il y a fort à parier que nos cousins, déjà forts d’un cheptel ayant compté dans ses haras RAZOR, VOÏVOD, ANNIHILATOR et autres EXCITER apprécient la visite, et réservent un accueil chaleureux à cet Inequality qui leur rappellera d’excellents souvenirs…         

 

Titres de l’album :

                         1.Inequality

                         2.Altered Reality

                         3.Indoctrination

                         4.Conditioned Liberty

                         5.State of Emergency

                         6.Paralysis

                         7.Overload

                         8.Rebellion Manifesto

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/12/2019 à 18:42
80 %    500

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Pomah

Pas mal putain

21/04/2021, 19:54

Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57