On dit souvent que l’habit ne fait pas le moine. Surtout lorsqu’ils l’enlèvent…Hum…Mais parfois, cet adage colle parfaitement à une situation n’ayant rien à voir avec des hommes cloîtrés dans un monastère ou une église de campagne, et s’applique au contenant d’une pièce musicale qui aurait sans doute mérité un habillage plus élaboré et en adéquation avec sa musique.

Tenez, prenons le cas des TRECELENCE. Désolé pour cette critique les gars, mais la pochette de votre premier album doit certainement être une des plus vilaines que j’ai pu voir cette année. Trait grossier, graphisme approximatif, tout ça sent les eighties à plein nez, lorsque les groupes n’avaient plus le budget suffisant pour confier leur artwork à un artiste à la plume affirmée.

Ou à la rigueur, à un gamin de quinze ans découvrant les joies de Paint…Mais en dehors de cette mise au point je l’avoue un tantinet péremptoire, mon adage revient au galop pour prouver que le contenu de ce premier album est l’antithèse qualitative exacte de son contenant. Car le Metal des TRECELENCE est aussi puissant, fin et technique que cette cover est grossière et malhabile.

TRECELENCE, c’est un label de qualité avant même d’avoir jeté une oreille sur leur production. Venant de Santa Rosa, CA, soit la partie nord de la mythique Bay Area, le quatuor (Zane Covington – basse/chant, Donnie Small - guitare, Chris Onley-Burnett - guitare et Ilan Cabrera – batterie) perpétue une certaine tradition du riff précis et touffu et des rythmiques ténues, telles que nous les avons connues il y a plus de trente ans, lorsque la première vague Thrash émergea de cette sacro-sainte partie de la Californie.

Origine géographique en forme d’AOC, pochette ratée, musique en forme d’épiphanie assumée. Tel est donc le cocktail corsé proposé par ces amoureux d’un Heavy Thrash de qualité qui n’hésite pas à piocher en Europe et aux USA ses penchants pour un Techno de bon aloi, reposant sur une osmose fatale entre des riffs complexes et maousses et un duo basse/batterie qui mousse.

Leurs influences ?

Les sempiternelles références, affichées sur leurs pages officielles, FORBIDDEN, VIO-LENCE, TESTAMENT, EXODUS, TOXIK, CORONER, SLAYER, DEATH ANGEL, mais aussi quelques touches de Heavy purement Européennes, à l’instar des JUDAS, MAIDEN, qui viennent apporter à ce premier projet longue durée l’assise dont il a besoin pour s’imposer.

L’histoire du combo remonte à 2011, l’année de leur formation, et depuis, outre une démo en 2012, les TRECELENCE ont produit un premier EP, Acidic Demise en 2013, qui avait quelque peu éveillé les consciences de l’underground.

Il faut dire qu’avec leur approche très technique et décoiffante d’un Thrash sans concessions, mais qui mise gros sur des mélodies de précision, il y a de quoi tomber en pamoison. Et pour faire clair, je pense que la référence la plus absolue pour les comparer sans parallèle incongru serait d’évoquer un joli mariage entre les ballets des petits suisses de CORONER, et l’exubérance démonstrative mais percutante de leurs aïeuls de TOXIK.

Alors imaginez un chaudron posé sur les flammes d’un enfer Metal et dans lequel vous jetteriez à parts égales des morceaux de R.I.P, Punishment For Decadence, World Circus et Think This, le tout saupoudré d’une fine couche d’herbe magique Painkiller et The Number Of The Beast, et vous aurez une petite idée du plat hautement épicé qui attend d’être dégusté.

Mais au-delà de cette image qui ne se veut pas péjorative, la musique de ce Justified Atrocities se justifie justement par elle-même, et n’a rien d’un étalage d’atrocités, bien au contraire.

Au menu, des guitares tranchantes, précises et exubérantes, une rythmique puissante et inventive, le tout cimenté par un chant volubile et hargneux, pour une perpétuation d’une tradition séculaire. D’ailleurs, les atouts sont clairement affichés dès l’imposant « Into The Gateway » qui ne cache rien des possibilités de ses auteurs. Intro tonitruante, hurlante digne d’un Rob Halford de 85/88, alignement de riffs vénéneux et de roulements de batterie fameux, l’énergie prédomine et la technique est en appoint permanent pour un étourdissement de tous les instants, évoquant même un panachage létal de TOURNIQUET et BELIEVER, joué par une horde de fidèles du genre en congrégation fermée.

Ça joue salement vite mais bien, et ça reste accrocheur malgré les nombreuses prouesses et gageures instrumentales relevées. Il n’est pas rare que le quatuor change d’optique en plein milieu du morceau pour partir dans des directions différentes, tout en gardant en ligne de mire la thématique principale.

Soli en shred tout à fait digestes, qui servent même de base à l’impressionnant « Shrapnel Surroundings », qui débute son attaque par un lick digne du meilleur FORBIDDEN, basse claquante en traquenard, avant de nous noyer sous un déluge d’idées toutes aussi pertinentes les unes que les autres. Pas de pause inutile ni de remise en question futile, les TRECELENCE se focalisent sur l’excellence, et parviennent sans aucun mal à nous replonger dans la sacro-sainte époque des TESTAMENT et consorts, tout en intégrant à leur hommage un chant digne du meilleur Heavy Metal de la même époque.

Le paroxysme de leur créativité est même atteint assez vite sur la pierre angulaire « Corporatocracy », qui après une entame en arpèges électriques assez délicate, se vautre dans un Thrash de première catégorie repoussant les limites techniques dans leurs derniers retranchements sans manquer d’être percutant. Et si la cadence est joyeusement affolée, le quatuor ne rechigne pas à décélérer pour mieux appuyer ses idées, comme en témoigne l’écrasant « Agenda 21 », qui se réjouit d’une double grosse caisse concassante propulsant des guitares en circonvolutions constantes. Le chant se veut volontiers lyrique mais agressif, et les multiples motifs ludiques à la six-cordes apportent tout le dynamisme dont ce genre de morceau a besoin.

Sans vous dévoiler l’intégralité des pistes du tracklisting, je me permettrai pour conclure une allusion au dernier tronçon, l’épique « Aridscape », qui en sept minutes résume toutes les tendances de la Bay Area de légende, un peu de la même façon que « Like Father Like Son » des EXODUS les synthétisaient il y a quelques décennies. Quatre-cent-cinquante secondes de Thrash en fusion, pour une conclusion en forme d’acmé qui offre à ce premier album l’épilogue qu’il méritait, moulé dans un Techno-Thrash toujours aussi pertinent et violent.

Premier album mais coup de maître pour un groupe qui fait honneur à sa région, et qui se permet d’apporter sa pierre à l’édifice Thrash qui culmine pourtant à des hauteurs vertigineuses. Justified Atrocities est l’antithèse parfaite de son titre, puisqu’il n’est que délice de guitares pleines de malice, de rythmiques complexes et complices, et d’un chant truffé d’épices.

Une étourdissante démonstration de force et de finesse, suffisamment fin pour susciter le respect, mais largement assez costaud pour headbanger. Le meilleur des deux mondes ?

 Mais il n’y en a qu’un voyons !


Titres de l'album:

  1. Canis Major
  2. Into The Gateway
  3. Shrapnel Surroundings
  4. Systematic Intimidation
  5. Corporatocracy
  6. Beyond The Grey
  7. Agenda 21
  8. Burning the Pendulum
  9. Under the Elusive Sky
  10. Battle Beneath the Skull
  11. Aridscape

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/12/2016 à 14:56
90 %    401

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
27/12/2016 à 17:22:22
Énorme ce groupe ! Je ne connaissais pas mais ça fait tellement plaiz d'entendre un truc comme ça, qui sonne tellement daté et dépassé mais qui pose ses couilles sur la table quand même ! La tradition ne mourra jamais avec des mecs comme ça... Comme dit dans la chro en plus c'est de l'AOC ;)
Thrash Till' Death !

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)