L.A Collection

Lucer

11/06/2021

Mighty Music

Après les anglais de THE TREATMENT, c’est au tour des danois de LUCER de nous faire le coup du AC/DC soundalike. Vingt-quatre heures après avoir savouré Waiting For Good Luck, j’ai dégusté ce L.A Collection, qui eut été mieux baptisé d’un Sydney Connection, tant ses sonorités nous rappellent l’électricité australe de Bon, Angus, Malcolm et les autres. Vous l’aurez donc compris, si d’aventure vous lisiez cette chronique pour y découvrir une nouveauté culottée, changez de page immédiatement. Ici, c’est le Hard Rock n’Roll à l’ancienne qi domine, et en écoutant ces neuf morceaux frais et dispos, on se replonge dans le bain en fusion des frangins Young. Assez proches de l’optique d’un D.A.D de l’époque No Fuel Left/Riskin’ It All, les LUCER, les mélodies froides en moins nous offrent donc l’effort nostalgique de ce mois de juin, en reproduisant presque à l’identique les recettes largement employées par AC/DC et tous ses suiveurs. Pas de quoi fouetter un chat, puisque cette influence est capitale et d’importance depuis la fin des années 70, et il ne tient qu’à vous de vous laisser emporter ou non dans ce trip passéiste sous perfusion, qui vous plonge dans un coma de plaisir binaire.  

Très lucide, Mighty Music ne manque pas de conseiller cette nouvelle sortie aux fans de ROSE TATOO et AIRBOURNE, mais il est inutile de nier que c’est bien l’ombre d’AC/DC qui plane très bas au-dessus de ces compositions. Quelques secondes de l’intro de « Make My Getaway » suffisent à comprendre l’hommage, totalement revendiqué par ces quatre sympathiques musiciens. Lasse (basse/chant), Anders (guitare/chœurs), Jona (batterie/chœurs) et Kris (guitare/chœurs) ne cherchent donc en rien à dissimuler leur passion, qu’une courte bio présente avec beaucoup de légèreté sincère. L.A Collection, malgré son nom ne traîne donc pas sur le Sunset Strip, mais bien dans les rues de Sydney, en contemplant l’héritage laissé par Angus et Malcolm.

Au menu donc, de la simplicité, de l’énergie, du fun, et des chansons qui donnent la pêche, sans chercher la complication. Toutes les nuances du Rock joué Hard sont passées en revue, de l’allusion bluesy plombée à l’envolée en burner sévèrement burnée, et le plaisir qu’ont ces quatre-là à jouer transpire des sillons de cet album pour nous inonder le front. Comme tout album sous influence qui prône l’efficacité, L.A Collection ne gagne rien à être décrit par des mots. Parler de cet album revient en effet à parler de sexe avec une femme superbe, et tient de l’exercice de style masturbatoire. On ne parle pas de sexe, on le pratique, comme on ne parle pas de Rock, on le joue. Et avec sa production sauvage et brute, cet album va séduire des milliers de fans à travers le monde, qui reconnaitront en ces musiciens les héritiers spirituels de Bon et sa troupe.

Le démarquage est donc totalement assumé, et les différences entre les deux groupes minimes. Tout au plus jugera-t-on la production de cet album plus profonde que celle de l’AC/DC des seventies, mais l’inspiration reste la même, à ce point de mimétisme qu’il est parfois difficile de savoir qui du maître ou de l’élève joue (« Vintage Rock'N'Roll »). En tant qu’œuvre originale, ce longue-durée de LUCER n’a de valeur que sa capacité à recréer des sensations éprouvées il y a fort longtemps, ou moins que ça, lorsque Power Up, le dernier album d’AC/DC nous a honoré les tympans. On y retrouve la même humilité face au monolithe du Rock que l’on respecte plus que tout, et cette envie de partager des chansons simples basées sur deux ou trois accords, mais suintant d’honnêteté. Il serait évidemment facile de balayer l’affaire d’un revers de clavier au vu de son caractère outrancièrement plagiaire, mais il serait aussi inconscient de se dispenser d’un tel plaisir sous prétexte qu’on l’a déjà entendu des centaines de fois. Lasse et les siens jouent avec les tripes, ne font pas semblant de balancer la purée, et leur mélange est corsé, mais intelligemment affiné.

Les fans à l’humeur badine s’amuseront à reconnaître tel ou tel emprunt de riff, les plus formalistes souriront parfois des similitudes un peu trop flagrantes (« Dead Man's Walk », là sincèrement, vous avez fait fort les gars…), mais tout le monde s’accordera autour du fait que ces danois sont de sacrés lascars et qu’ils mettent l’ambiance comme personne. Alors, on s’n cogne que l’intro de « Dirty Job » ressemble beaucoup à celle de « If You Want Blood », et on s’en cogne aussi que l’intégralité de l’album sonne comme un gigantesque leftover de la période Bon d’AC/DC. Si l‘on accepte le principe, on joue le jeu jusqu’au bout, d’autant que les mecs sont de sacrés musiciens qui connaissent leur bréviaire par cœur.

En tant que non-fan d’AC/DC, groupe que j’apprécie mais dont je ne possède qu’une petite poignée d’albums, j’ai adoré ce tribute-album à peine déguisé, et j’ai cru reconnaître la patte des grands esthètes qui respectent leurs idoles. Moins débridé qu’AIRBOURNE, moins roots que ROSE TATOO, LUCER joue le consensus, et espère rameuter les fans de tous les horizons dans son sillage. Il y parviendra sans peine, spécialement lorsqu’il pourra défendre son répertoire on stage, qui prendra alors toute sa dimension. De la scène émergeront alors des gerbes d’électricité, les mêmes qui s’échappent du triphasé de « Stabbed In The Kneecap », et le public réagira alors comme un seul homme.                     

If you want lookalikes, you got it !

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Make My Getaway

02. Living On The Line

03. Roll The Dice

04. Vintage Rock'N'Roll

05. Dead Man's Walk

06. Dirty Job

07. Straight To The Bone

08. Stabbed In The Kneecap

09. Out Of Touch


Facebook officiel


par mortne2001 le 02/06/2021 à 15:04
80 %    100

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50