Selfmadegod ne nous avait pas habitués à tant de délicatesse. L’écurie polonaise s’étant plus volontiers spécialisée dans les pur-sang de l’extrême, abritant dans ses haras des bêtes de compétition de la trempe d’ANTIGAMA, AGATHOCLES, CATHETER, DEAD INFECTION, HIRAX, NUCLEAR HOLOCAUST et autres canassons mal débourrés confondant hippodrome et champ de bataille…Et entre un cheptel éduqué à coups de cravaches et autres équidés aux dents acérées, nous commencions à avoir l’habitude de voir débouler sur le circuit des sponsorings très étudiés…Quelle ne fut donc pas la surprise de découvrir que leur dernière acquisition avait l’apparence d’une véritable bête de concours, au poil luisant et au port altier…Une fois n’est pas coutume, le célèbre label polonais s’est donc tourné vers un choix moins prévisible, laissant le champ libre à l’expérimentation, et acceptant la modulation comme trait de caractère prépondérant. Mais en acceptant de chaperonner les nationaux de NEWBREED, la maison de disques à fait une excellente affaire, les originaires de Bielsko-Biała s’inscrivant dans une lignée assez inédite d’artistes complets et imprévisibles, capables de passer d’une optique Néo-Progressive à un ancrage Post Alternatif sans perdre de sa cohésion et de sa crédibilité. Avouant de soudaines envies d’ailleurs, les décideurs locaux ont donc fait le choix de la diversité et de la complexité, nous offrant ainsi sur un plateau digital l’un des albums les plus intrigants de cette fin d’année, élaboré à grands coups de pulsions métalliques, mais acceptant les dérivations progressives sans perdre de son efficacité…

Les NEWBREED ne sont pourtant pas nés de la dernière course. Fondé en 1999, ce groupe a largement eu le temps de développer ses propres convictions, au long de trois LP attestant d’un parcours plein et riche. Et si nous étions sans nouvelles d’eux depuis 2011 et la sortie d’un éponyme troisième se révélant encore plus cryptique que ses prédécesseurs, autant dire que ce quatuor improbable a capitalisé sur le temps passé pour ne pas le perdre pour le compte. Si leur Adn n’a évidemment pas changé, la matérialisation de leurs idées se manifeste aujourd’hui autour d’un gigantesque Crossover, devant tout autant à la musique électronique qu’au Metalcore Progressif le plus compact, acceptant même d’intégrer à leur vision des portions de Post Rock assez conséquentes, histoire de rendre le voyage encore plus fascinant. C’est ainsi que Tomasz Wołonciej (guitare/chant), Stanisław Wołonciej (batterie), Adam Semla (basse) et Szymon Fiuk (guitare) nous livrent avec Law, une prestation sans failles, fascinante de bout en bout, et d’une ambition ne le sacrifiant pas à l’efficacité, omniprésente au long de ces huit morceaux complexes mais paradoxalement très abordables. On se sent finalement en terrain connu, même si les horizons parcourus par les polonais se révèlent suffisamment mouvant pour ne pas nous lasser, et il est même parfois possible de se sentir touriste à l’intérieur d’un tour bus, dont les deux guides se disputant le savoir auraient les traits de Steven Wilson et de Jerry Cantrell, en pleine lecture d’un guide du routard rédigé par les membres d’ORGY. Avouant des accointances éparses avec des ensembles aussi opposés et complémentaires que KING CRIMSON, QUEEN, MASTODON, PORCUPINE TREE, ULVER, DILLINGER ESCAPE PLAN ou PANTERA, les NEWBREED s’imposent comme les leaders d’une nouvelle génération d’explorateurs décomplexés, qui arpentent le monde musical sans se fixer sur un point d’ancrage particulier, et acceptant l’évolution d’un progressif somme toute assez humble, modulant des sonorités électroniques qui peinent à cacher une réelle puissance Metal s’exprimant au travers de riffs puissants et persuasifs.

Et plus qu’un simple album, Law est une table de loi, une nouvelle façon de concevoir une inspiration plurielle sans rejeter la moindre possibilité. Si l’ombre de PORCUPINE TREE a parfois tendance à éclipser leur propre lumière (on relève plusieurs points communs entre ce quatrième album et le séminal Fear of a Blank Planet du groupe de Wilson), les individualités formant le poumon créatif de NEWBREED n’en acceptent pas pour autant le chaperonnage intégral, et utilisent des codes inhérents à la transformation de groupes comme OPETH, VATTNET VISKAR, mais aussi ALICE IN CHAINS, adaptant la formulation nineties la plus éprouvée à un cadre synthétique purement ancré dans notre époque de maturité. En résulte un maelstrom de sons qui se télescopent, se percutent, s’unissent et se séparent, emmêlés dans des mélodies épurées et des structures rythmiques ondulantes, tâtant parfois du Post-Grunge crépusculaire aux accents de Blues morbide maltraité par un espoir électronique factice (« Snakeater »). Si la pénombre semble dominer les débats, la lumière n’en est pas moins omniprésente, et ce clair-obscur sied admirablement bien aux polonais, qui de leur inspiration rejettent l’exposition globale tout comme le confort de ténèbres protectrices. Le spectre d’un TEA PARTY enfin libéré de ses chaînes d’arrangements orientaux et soudainement converti à des croyances plus contemporaines est aussi une image pieuse ici, spécialement sur un morceau court et irradiant comme « Man Of Steel », aux percussions tribales et au chant ondulant comme un serpent dans le désert. Mais l’un dans l’autre, et après de multiples écoutes, les influences/références deviennent plus floues, tant la personnalité des NEWBREED s’impose comme seule comparaison possible, ce qu’un morceau inclassable comme « Nettle's High Ground » prouve de son rythme en break-beat, et de ses arrangements de cuivre proche d’un techno-Free-Jazz déconstruit, et remonté par les bons soins conjoints de Bill Laswell et Aphex Twin.

Un voyage tout sauf linéaire, qui suit sa propre route, parfois dégagée, parfois escarpée, souvent propice à la contemplation, mais aussi à l’expiation, lorsque les éléments Metal s’imposent en premier plan, sans tuer l’harmonie dans l’œuf. Ainsi, « Startime » de son riff pas franchement direct et de ses strates de sons s’empilant comme lors d’une partie de Jenga perdue d’avance, nous offre une catharsis inopinée, qui permet aux polonais de garder prise avec une électricité toujours adaptée, mais bien présente et utilisée. Electronique, émotion, puissance et formulation, tout est assez abscons, mais on se perd avec un plaisir incroyable dans les dédales de cette imagination, qui refuse enfin la facilité sans sombrer dans la complexité stérile. En se basant sur leurs travaux passés et les adaptant pour une génération future, les NEWBREED signent un LP aussi efficace qu’envoutant, à la croisée des chemins, mais imposant le sien sans indiquer une direction particulière. Aussi onirique que concret, Law impose l’ordre dans le désordre, et ne cherche pas à faire respecter la loi, mais plutôt à la transgresser. Et s’adresse donc de fait à tous ceux que l’ordre un peu trop forcé rebute.     

 

Titres de l'album :

                          1.Expectation's Chaos

                          2.Startime

                          3.Simon Said

                          4.Snakeater

                          5.Spiritual Pornography

                          6.Nettle's High Ground

                          7.Man Of Steel

                          8.Skyscraper's Story

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/11/2018 à 16:33
88 %    168

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.