Lust and War

Aphrodite

09/07/2019

Fighter Records

Dans la mythologie grecque, APHRODITE était la déesse de l’amour, comme tout le monde le sait. L’amour, sous toutes ses formes (spirituel, familial, mais aussi le désir, etc…), et sans savoir par quelle musique était rythmé le domaine des Dieux dans la Grèce antique, je peux parier sans trop risquer le ridicule qu’ils ne headbanguaient pas au son d’un Speed Metal rugueux, sans aller jusqu’à visualiser de petits angelots sur des nuages rigolos. Drôle de patronyme donc pour un groupe de Metal violent, qui ose baser son agression sur la thématique de la Grèce et de ses icônes, certes mené par une frontwoman teigneuse à l’énergie débordante, mais œuvrant quand même dans une optique gentiment rétrograde assumée. APHRODITE dans les faits, est le nouveau jouet artistique de l’infatigable Jo Steel (ICE WAR, ex-TRIOXIN 245, ex-TEMPÊTE, ex-IRON DOGS, BLUE CROSS, ZEX, ВРЕДИТЕЛИ, ex-BARROW WIGHT, ex-CAUCHEMAR (live), ex-BASTARDATOR, ex-GERM ATTAK, ex-MENTAL RESCUE), toujours aussi obsédé par sa propre nostalgie du Metal des années 80, et qui a soudainement décidé d’unir ses forces avec la tempétueuse Tanza Speed (DEMONA, OUTLINE, ex-CORROSION, ex-POISONED), pour mener de front une option supplémentaire. Rejoints par Yan Turbo, les deux nouveaux associés n’ont pas traîné pour publier leur premier LP, qui intervient un an après la création du projet, sous la forme de ce Lust and War à la pochette sublime, mais au propos hautement contestable. Répondant toujours à un besoin de minimalisme culturel si cher à notre bon vieux Jo, ce nouveau side-project est de ceux qui remisent la créativité de revers pour se concentrer sur une optique old-school totalement revendiquée, mais pas forcément enrichissante d’un point de vue culturel.

Seul détail cocasse et sortant du contexte, cet intérêt pour les figures mythologiques de la Grèce, d’Arès à Thésée en passant par la Gorgone, Orphée, qui s’accommodent ma foi fort bien de cet écrin Speed Metal sans concession. Mais une fois passée la surprise de la thématique qui nous éloigne des habituelles turpitudes métalliques d’usages à base de révolte sociale, de rébellion cheap et autres démonstrations de virilité futiles, le constat est sans appel. Aussi sympathique soit ce projet, il ne s’embourbe pas moins dans le classicisme le plus formel, le durcissant même d’une uniformité de ton apte à faire passer le plus incorruptible des groupes de BM lo-fi pour un chantre de la diversité. Alors, de deux choses différentes l’une seule, si vous craquez au plus haut degré pour l’entame « Hades in the Night », soyez heureux et jetez-vous sur ce Lust And War, puisqu’à peu de choses près, les dix morceaux suivants sont exactement du même calibre. Que peut-on formuler comme grief dans les faits à l’encontre de ce groupe et de cet album ? Plusieurs, non dans le fond, mais dans la forme. En sachant pertinemment que ce bon vieux Steel déteste la perfection et la modernité, autant reconnaître que la production de ce nouvel effort est d’une faiblesse difficile à excuser. Entre des guitares qui semblent avoir été accélérées au mixage, une voix très éloignée et enterrée dans l’instrumental, et une rythmique qui elle aussi donne la sensation d’avoir été captée à 80 BPM puis doublée sous Pro-Tools, l’impression dégagée est étrange, et pour le moins perturbante. Cela dit, et pour trouver des rambardes auxquelles se raccrocher, on finit par accepter ces lignes vocales qui surnagent à peine, puisque la voix de Tanza Speed n’est pas vraiment de celles qui vous marquent les tympans, ses intonations étant d’une linéarité assez flagrante.

Mais le principal reproche à formuler reste l’uniformité de ton qui laisse à penser que le tout a été imaginé, composé, enregistré et produit en moins d’une semaine, tant les morceaux se ressemblent tous et sont calqués sur le même schéma. A quelques décélérations près, et avec une poignée de chansons plus lentes que la moyenne, APHRODITE peut faire illusion de loin mais pas plus de dix minutes pour tous les experts de la question Speed Metal tranchant et hargneux. Malgré un chronomètre qui reste souvent sous la barre des trois minutes, les canadiens ont du mal à moduler leur propos, et sonnent la plupart du temps comme un mix improbable entre le MACABRE de Grim Reality (à cause encore de ces bandes accélérées) et un ZNÖWHITE plus pauvre en créativité que d’ordinaire, ce qui est frappant à l’écoute d’un titre comme « Ares, God of War ». Ajoutez à ce constat une inspiration pas forcément évidente, et un traitement uniforme des mélodies rachitiques, et vous obtenez un cocktail certes relevé, mais qui écœure avant de faire tourner la tête. Sauvés la plupart du temps par le gong qui sonne juste avant que la lassitude ne se transforme en énervement, les musiciens font ce qu’ils peuvent pour nous convaincre de leur passion, mais ne suscitent pas la nôtre, malgré une énergie de tous les diables et quelques arrangements bien placés (l’entame de « Lightning Crashed » suggère qu’avec un peu plus d’investissement, l’album aurait pu être différent, d’ailleurs, c’est l’un des morceaux les plus entraînants). La faiblesse chronique d’une chanteuse qui ne hurle pas, qui ne grogne pas et se contente de reproduire ad nauseam les mêmes lignes vocales, les riffs interchangeables, le tout est amalgamé dans un brouet assez indigeste, dont la régurgitation est évitée de peu grâce à des lignes de basse concentriques et quelques soli plus cramés que la moyenne.

Je noircis le tableau évidemment, mais il est tellement surprenant qu’un album de trente-six minutes en paraisse le double, malgré quelques tassements de tempo (« Aphrodite, Queen of Lust »), et quelques licks encore plus rétro (« Orpheus Charms the Gods of Death »). Autant dire qu’on arrive à la fin de l’album avec peine, malgré un diptyque de clôture qui pourrait laisser présager de lendemains plus rieurs. Certes, le tout est casher, donne le sentiment d’avoir été enregistré en 1985 (l’obsession de Jo, comme toujours), mais tout ça ne suffit plus à faire un bon disque, tout juste une œuvre s’inscrivant dans un phénomène de mode inamovible. Alors non, avec une linéarité pareille, il a fort à parier que les Dieux grecs n’auraient pas fait d’APHRODITE leur déesse de l’amour. Plutôt une fille sympa, un peu répétitive sur les bords, et qu’on évite autant qu’on peut après une discussion sur les méandres de sentiments pas vraiment convaincants.      


Titres de l’album :

                         01. Hades in the Night

                         02. Pandora's Box Unleashed

                         03. Ares, God of War

                         04. Lightning Crashed

                         05. Penthaselia

                         06. Gorgon Medusa

                         07. Aphrodite, Queen of Lust

                         08. Orpheus Charms the Gods of Death

                         09. Thesus and the Minotaur

                         10. The Odyssey

                         11. Gladiators

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/09/2019 à 10:57
65 %    432

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11