On a quand même rarement l’occasion de tomber sur un pur combo de Thrash Chinois. Pourquoi ? Bonne question, puisque les voisins Japonais eux ne se gênent pas pour propager leurs vues sur un extrême de qualité…Sans doute une question d’éducation, et une nette propension à jouer du Rock beaucoup plus classique. Alors autant se réjouir de la sortie de ce premier album à la fantastique pochette porcine, certainement très ironique quant à son iconographie…

D’où sortent donc ces cousins malins adeptes de la rythmique d’airain et des refrains à reprendre bière à la main ? De Hong Kong, où ils se sont formés aux alentours de l’année 2009, pour, selon leurs dires, « donner naissance à une expérience de Thrash cantonais agrémenté de cowbell ». Pas banal dans le fond, plus classique dans la forme, mais hautement enthousiaste dans le rendu, puisque ce Majestic Brewing Order se hisse au niveau des meilleures productions du style, toutes composantes prises en compte.

Niveau influences, le quatuor (Bob – chant, Grenade – basse, Dave – guitare et Edwin – batterie) aux allures de premiers de la classe revendiquent évidemment quelques noms bien connus (ANTHRAX, EXODUS, TESTAMENT, MEGADETH, SLAYER et WARBRINGER), mais pourraient aussi se réclamer des ASSASSIN et du Thrash germain, des MUNICIPAL WASTE pour cet esprit potache, mais aussi de la clique Crossover des M.O.D, S.O.D, LUDICHRIST et autres CRUMBSUCKERS pour cette petite touche Hardcore groovy qui dynamisent leurs morceaux, déjà bien festifs à la base.

Pas grand-chose à raconter une fois de plus, puisque l’excellente musique parle d’elle-même. Si les CHARMCHARMCHU ne cherchent pas à faire les malins en se perdant sur les routes de l’expérimentation, leurs morceaux solidement construits ne rechignent pas à proposer des idées sinon novatrices, au moins stimulantes, tout en se reposant sur une solide ossature de Thrash de tradition.

On remarque immédiatement une jolie cohésion d’ensemble et un allant très vivant, mais aussi des individualités notables, notamment celle de Dave à la guitare, qui outre des riffs salement bien troussés, nous lâche quelques soli bien flingués. La rythmique constituée de Grenade et Edwin carbure à la blonde bien épicée, ce qui leur donne parfois salement envie de pisser (l’accélération soudaine du monstrueux « 650 六五零 », instrumental épileptique empruntant autant sa folie a WEHRMACHT que sa rigueur à DEATH ANGEL), et Bob, au chant assez goguenard s’assure de faire le lien entre tous les ingrédients, sans tomber dans le guttural bien méchant.

Vous l’aurez donc pigé, le Thrash à relents Core de Majestic Brewing Order se veut ludique mais structuré, et saura vous procurer des sensations déjà éprouvées lors de l’écoute de pamphlets comme U.S.A for M.O.D ou Among The Living, tout en gardant pied dans une réalité contemporaine pleinement assumée.

Du son, plutôt bon d’ailleurs pour une autoproduction, des morceaux évolutifs qui ne se contentent pas de vous hérisser les tifs avec quelques riffs passifs et poussifs, des plans qui se succèdent et se télescopent avec fluidité et créativité, et des motifs vraiment mémorisables et Heavy en diable (les syncopes redoutables de « Warhorse », sorte de Heavycore à l’instinct de mort, qui cavale d’un mid tempo à la EXODUS de Fabulous Disaster tout en louchant sur un Crossover dégoulinant de bonheur).

Si la plupart des titres prennent leur temps pour rester dans le vent, certains jouent même les prolongations, comme le final plutôt long de « Bring In The Wine/Thrashmaker », véritable profession de foi et déclaration d’amour à quelques breuvages de toujours, qui cumule les effets sonores pour proposer le riff le plus redondant de l’année. Les chœurs très Core se chargent de la cohésion de stade, tandis que les mélodies s’agitent en arrière-plan dans un esprit chanson à boire qui s’achève dans une liesse Thrash gardée sous contrôle d’alcoolémie raisonnable.

Le message est parfois passé sans ambages (« Fuck Off ! Cops » ça a le mérite d’être clair), mais lorsque la machine Thrash tourne à plein régime, l’euphorie reste digne d’estime (« Repetitive Error », les CHARMCHARMCHU n’en commettent que très peu et restent sur le qui-vive d’un Crossover très heureux), et finalement, le seul reproche que l’on pourrait formuler à l’égard de ce premier longue durée est justement que la sienne est un peu trop écornée, puisque la demi-heure passée en leur compagnie file un peu trop vite. On se prend à souhaiter une bonne heure à les écouter, puisqu’ils prouvent en seulement six morceaux que la scène Chinoise a pas mal de choses à dire en matière de Thrash ludique et exubérant, et n’a absolument rien à envier à ses ancêtres et cousins d’occident.

Du Thrash sans concession mais qui joue la fusion, et qui sait se montrer sérieux sans s’y prendre. Des chansons à tiroir qui ne tombent jamais dans la démonstration, et qui rebondissent de plans baston en breaks béton, pour une symphonie de bonne humeur qui sait se montrer à la hauteur de ses illustres modèles. Et puis cette pochette enfin…je n’ai jamais rien vu de plus accrocheur depuis les premiers RISK et leur rat frondeur, et gageons que le cochon de Majestic Brewing Order restera dans les mémoires comme le premier porcin qui nous bombarde de fusées à boire.

Des TANKARD du soleil levant ?

Tiens, j’aime bien le parallèle, il est marrant.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Fuck Off! Cops
  3. Warhorse
  4. Repetitive Errror
  5. 650 (Instrrumental)
  6. Bring In The Wine/Thrashmaker

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/05/2017 à 16:54
75 %    460

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.