On a quand même rarement l’occasion de tomber sur un pur combo de Thrash Chinois. Pourquoi ? Bonne question, puisque les voisins Japonais eux ne se gênent pas pour propager leurs vues sur un extrême de qualité…Sans doute une question d’éducation, et une nette propension à jouer du Rock beaucoup plus classique. Alors autant se réjouir de la sortie de ce premier album à la fantastique pochette porcine, certainement très ironique quant à son iconographie…

D’où sortent donc ces cousins malins adeptes de la rythmique d’airain et des refrains à reprendre bière à la main ? De Hong Kong, où ils se sont formés aux alentours de l’année 2009, pour, selon leurs dires, « donner naissance à une expérience de Thrash cantonais agrémenté de cowbell ». Pas banal dans le fond, plus classique dans la forme, mais hautement enthousiaste dans le rendu, puisque ce Majestic Brewing Order se hisse au niveau des meilleures productions du style, toutes composantes prises en compte.

Niveau influences, le quatuor (Bob – chant, Grenade – basse, Dave – guitare et Edwin – batterie) aux allures de premiers de la classe revendiquent évidemment quelques noms bien connus (ANTHRAX, EXODUS, TESTAMENT, MEGADETH, SLAYER et WARBRINGER), mais pourraient aussi se réclamer des ASSASSIN et du Thrash germain, des MUNICIPAL WASTE pour cet esprit potache, mais aussi de la clique Crossover des M.O.D, S.O.D, LUDICHRIST et autres CRUMBSUCKERS pour cette petite touche Hardcore groovy qui dynamisent leurs morceaux, déjà bien festifs à la base.

Pas grand-chose à raconter une fois de plus, puisque l’excellente musique parle d’elle-même. Si les CHARMCHARMCHU ne cherchent pas à faire les malins en se perdant sur les routes de l’expérimentation, leurs morceaux solidement construits ne rechignent pas à proposer des idées sinon novatrices, au moins stimulantes, tout en se reposant sur une solide ossature de Thrash de tradition.

On remarque immédiatement une jolie cohésion d’ensemble et un allant très vivant, mais aussi des individualités notables, notamment celle de Dave à la guitare, qui outre des riffs salement bien troussés, nous lâche quelques soli bien flingués. La rythmique constituée de Grenade et Edwin carbure à la blonde bien épicée, ce qui leur donne parfois salement envie de pisser (l’accélération soudaine du monstrueux « 650 六五零 », instrumental épileptique empruntant autant sa folie a WEHRMACHT que sa rigueur à DEATH ANGEL), et Bob, au chant assez goguenard s’assure de faire le lien entre tous les ingrédients, sans tomber dans le guttural bien méchant.

Vous l’aurez donc pigé, le Thrash à relents Core de Majestic Brewing Order se veut ludique mais structuré, et saura vous procurer des sensations déjà éprouvées lors de l’écoute de pamphlets comme U.S.A for M.O.D ou Among The Living, tout en gardant pied dans une réalité contemporaine pleinement assumée.

Du son, plutôt bon d’ailleurs pour une autoproduction, des morceaux évolutifs qui ne se contentent pas de vous hérisser les tifs avec quelques riffs passifs et poussifs, des plans qui se succèdent et se télescopent avec fluidité et créativité, et des motifs vraiment mémorisables et Heavy en diable (les syncopes redoutables de « Warhorse », sorte de Heavycore à l’instinct de mort, qui cavale d’un mid tempo à la EXODUS de Fabulous Disaster tout en louchant sur un Crossover dégoulinant de bonheur).

Si la plupart des titres prennent leur temps pour rester dans le vent, certains jouent même les prolongations, comme le final plutôt long de « Bring In The Wine/Thrashmaker », véritable profession de foi et déclaration d’amour à quelques breuvages de toujours, qui cumule les effets sonores pour proposer le riff le plus redondant de l’année. Les chœurs très Core se chargent de la cohésion de stade, tandis que les mélodies s’agitent en arrière-plan dans un esprit chanson à boire qui s’achève dans une liesse Thrash gardée sous contrôle d’alcoolémie raisonnable.

Le message est parfois passé sans ambages (« Fuck Off ! Cops » ça a le mérite d’être clair), mais lorsque la machine Thrash tourne à plein régime, l’euphorie reste digne d’estime (« Repetitive Error », les CHARMCHARMCHU n’en commettent que très peu et restent sur le qui-vive d’un Crossover très heureux), et finalement, le seul reproche que l’on pourrait formuler à l’égard de ce premier longue durée est justement que la sienne est un peu trop écornée, puisque la demi-heure passée en leur compagnie file un peu trop vite. On se prend à souhaiter une bonne heure à les écouter, puisqu’ils prouvent en seulement six morceaux que la scène Chinoise a pas mal de choses à dire en matière de Thrash ludique et exubérant, et n’a absolument rien à envier à ses ancêtres et cousins d’occident.

Du Thrash sans concession mais qui joue la fusion, et qui sait se montrer sérieux sans s’y prendre. Des chansons à tiroir qui ne tombent jamais dans la démonstration, et qui rebondissent de plans baston en breaks béton, pour une symphonie de bonne humeur qui sait se montrer à la hauteur de ses illustres modèles. Et puis cette pochette enfin…je n’ai jamais rien vu de plus accrocheur depuis les premiers RISK et leur rat frondeur, et gageons que le cochon de Majestic Brewing Order restera dans les mémoires comme le premier porcin qui nous bombarde de fusées à boire.

Des TANKARD du soleil levant ?

Tiens, j’aime bien le parallèle, il est marrant.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Fuck Off! Cops
  3. Warhorse
  4. Repetitive Errror
  5. 650 (Instrrumental)
  6. Bring In The Wine/Thrashmaker

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/05/2017 à 16:54
75 %    407

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !