Le Death Metal est-il fait pour être propre et bien carré ? Les amateurs de technique vous diront que oui, et citeront les grands anciens de MORBID ANGEL, de SUFFOCATION, DEATH et autres ATHEIST pour étayer leurs thèses. Les maniaques du Deathcore vous argueront que rien ne vaut une batterie triggée au millimètre soulignant un riff biseauté à l’équerre, mais si d’aventure vous posiez la question à quelques crados du solfège en mal de barbaque, tapis et grognant au fond de leur grotte, la réponse pourrait être radicalement différente. Alors, soyez heureux sociopathes de tout poil, réjouissez-vous sadiques à la machette facile, et jouissez mentalement et physiquement les accros au steak saignant, les américains de TORTURE RACK viennent de sortir un album qui va égayer vos soirées de masochistes, en étalant des tripes virtuelles sur vos tympans déjà fort abimés. Nous en venant de Portland, Oregon, une ville déjà bien minée par diverses exactions extrêmes, ces dégénérés de la guitare mal amplifiée et de la grosse caisse gravement purifiée poussent le bouchon aussi loin qu’ils le peuvent, et honorent de leurs sévices disharmoniques les vagues US et scandinaves les plus engloutissantes de l’histoire. Ici, pas de fioritures, juste du tartare de Death méga saignant, de quoi étancher sa faim et sa soif en même temps. Se présentant comme des exutoires vivants à tous les vices artistiques en vogue depuis la création du style, les TORTURE RACK incarnent en quelque sorte le degré zéro de l’évolution brutale floridienne, renvoyant même les séminaux POSSESSED à leurs chères études graphiques. N’attendez-donc aucune compassion de la part de ces sauvages misanthropes, leur seul but étant de vous titiller la corde sensible à grands coups de riffs gras, de rythmiques primitives, et de régurgitations vomitives.

Fondé en 2012 et déjà responsable d’un longue-durée (Barbaric Persecution, 2015), ce quatuor sans foie mais avec l’oie (Seth - batterie, Pierce Williams - guitare, Tony - guitare et Jason - basse/chant) s’est pris de passion pour un Death méchamment approximatif, refusant tout artifice de production pour être savouré tel quel, et autant dire qu’ils n’ont pas lésiné sur la sauce barbecue. Se situant dans la plus droite lignée de serial-killers impitoyables tels que les affreux AUTOPSY, BAPHOMET, et MORTICIAN, ou se plaçant comme les dignes cousins baveurs de CANNIBAL CORPSE, ces quatre hommes de Neandertal un peu bas du front n’hésitent pas à répandre des effluves dignes des premiers efforts de CARCASS, tout en disciplinant quelque peu leur obsession pour le bruit et le Gore. Disposant d’une production évidemment très sourde et pas vraiment reluisante, Malefic Humiliation est effectivement une humiliation en bonne et due forme, celle de toutes les théories évolutives qui veulent qu’une espèce aussi barbare soit-elle tienne compte de la progression des mœurs et des moyens mis à sa disposition pour s’intégrer à une société dite moderne. Ici, c’est du que nenni, Ninie pas de chance, le rance qui dézingue, et ça schlingue à mort la fosse à cadavres, le purin moisi, et les pieds pas lavés depuis des années, mais c’est justement ce refus de toute adaptation qu’on apprécie tant, dans une époque troublée où la normalisation devient une norme incontournable.

En étant cruellement grossier, je peux affirmer que toute norme ici est fermement enfoncée dans le fondement des auteurs, qui se font une joie de se torcher avec. En prônant des théories que des ENCOFFINATION en version accélérée pourraient revendiquer, les TORTURE RACK ne sont que vilénie et horreur, et se complaisent dans le souillage de partitions autrefois lues par GRAVE, de la même façon qu’un Chris Reifert pourrait s’en essuyer la raie gaiement. Tout ça n’est pas très fin, mais c’est voulu, et sincèrement, ça fait un bien fou. De constater que des musiciens (dont certains jouent au sein du combo ami de label WITCH VOMIT, ce qui en dit long) se foutent complètement de passer pour des orfèvres du solfège me conforte dans l’idée que le Death à la base doit incarner une forme de primitivisme avancé, et de matérialiser une infection olfactive prononcée. On retrouve donc ici l’impulsion d’origine du genre, que les bayous de Floride avaient du mal à charrier avec l’eau des égouts, et entre la voix dégueulée de Jason, les thèmes basiques et putrescents de Pierce et Tony, et les approximations de double grosse caisse de Seth, le tableau est complet, et ressemble à une morgue abandonnée par le service de nettoyage qui s’est enfui à la vue de cadavres un peu trop suintants dépassant des tiroirs. Fans de films de série B, de Gore bon marché, et de sensations épidermiques, ce second LP des américains est donc fait pour vous, et provoquera les même sensations que la énième vision d’un film d’Andy Milligan ou de Hershell Gordon Lewis. Certes, les astuces sont grossières, les personnages stéréotypés, les situations improbables, mais l’orgasme est à portée d’ouïe, et le résultat gicle à travers le casque comme une cervelle s’échappant de la boîte crânienne d’un zombi pas très frais. Du Lucio Fulci revisité par Phil Anselmo en cure d’IMMOLATION, du AUTOPSY filmé en 16mm par Andreas Schnass, en gros, une subtilité toute déviante pour agoraphobes nécrophiles qui ne crachent pas sur un brin de fantaisie brutale pour animer leurs soirée Nekromantik.

Vous reprendrez bien un peu de vomi avec vos spaghettis bolognaise? Ou plutôt, al empesto évidemment…                                                    

  

Titres de l'album:

                      1.Festering Castration

                      2.Mace Face

                      3.Masked In Leeches

                      4.Corpse Revenge

                      5.Slave To The Savage

                      6.Found In Feces

                      7.Lurking In The Undercroft

                      8.Destined For Dogmeat

                      9.Sweltering Into Gore

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/06/2018 à 14:15
75 %    203

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


gwf
@78.192.38.132
29/06/2018 à 20:23:16
le Deathcore n'est pas du Death Metal.

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)