Comme on le dit souvent, il faut savoir sortir de sa zone de confort. A priori, c’est un des concepts qui vous fait vous sentir vivant, alors, autant essayer de surnager dans une époque de sensations surfaites et de choix un peu trop évidents.

Pourtant.

Les termes « Melodic Black Metal », et « Folk Metal », sont de ceux qui me font fuir à grandes enjambées. A l’instar des étiquettes « Symphonic Metal », « Djent », ou « Deathcore », et pourtant, de temps à autres, je tente le diable et me fais son avocat, et me fait violence aussi pour ne pas proposer que des analyses répétitives sur le nouveau combo Thrash à la mode ou la dernière sensation Raw Black en devenir.

Et je pense faire le bon choix. Puisqu’il m’a permis ce matin de découvrir un groupe qui n’avait à priori rien pour me décider à chevaucher mon clavier. Je veux bien sûr parler des Canadiens de THRAWSUNBLAT, qui plus tôt cette année ont sorti leur troisième LP, Metachthonia, sous l’étiquette « Melodic Folk Black Metal », soit, ma Némésis ultime en matière d’extrême.

Paru au mois de juin, cet album vient de connaître une seconde jeunesse en vinyle, édité par Broken Limbs qui en propose un package assez bien travaillé. Mais bien que l’emballage ait son importance, c’est bien le contenu qui prime, et lorsque je l’ai découvert, j’ai compris qu’on pouvait parfois se tromper lourdement en occultant certaines formes d’expression qui à la base, ne sont pas censées faire appel à votre propre sensibilité.

Comment en arriver à cette conclusion ? En réalisant qu’en découvrant Metachthonia au mois de décembre, on peut quand même penser qu’il s’agit d’un des plus grands albums de Black de l’année, alors même qu’on en a déjà chroniqué des dizaines, voire des centaines.

THRAWSUNBLAT, pour ceux qui auraient loupé le coche, c’est d’abord une extension de carrière de Joel Violette et David Gold, ex-membres des WOODS OF YPRES, le groupe BM devenu progressivement plus lourd et Doom. Alors, évidemment, les points communs existent entre les deux ensembles, même si le pont qui unit leurs deux conceptions d’une musique mélancolique et puissante tend à se rétrécir avec les années, celles qui rapprochent THRAWSUNBLAT d’une maturation inévitable et donc d’une unicité de ton. Cette unicité trouve aujourd’hui une sorte de paroxysme avec ce troisième album, concept dans l’esprit et le verbe, et qui pourrait se poser en épitomé d’une jeune carrière prometteuse.

Textuellement, Metachthonia, c’est cette traduction du Grec qui signifie « l’âge succédant à la terre » ou « l’ère d’après l’humanité » selon votre humeur du moment. Une projection d’un temps à venir qui pourrait être celui de demain. Et depuis la mort tragique de David Gold, Joel a pris les commandes seul, ou presque, puisqu’il est entouré pour l’occasion par deux figures fameuses de l’underground, en l’occurrence de Ray Amitay d’IMMORTAL BIRD à la batterie (ex WOODS OF YPRES aussi) et de Brendan Hayter (OBSIDIAN TONGUE) à la basse.

On trouve autour de l’axe en trio la participation Ô combien enrichissante des cordes du violoncelle de Raphael Weinroth-Browne (THE VISIT), qui a su trouver sa place dans ce maelstrom d’idées sombres, en y insufflant un peu de sa lumière baroque, spécialement sur l’intro du premier morceau « Fires That Light the Earth », qui vous fait comprendre avant tout le reste à quel point l’album que vous êtes en passe d’écouter sera différent de tout ce que vous avez pu connaître…

Pourtant musicalement, les analogies sont nombreuses, et patentes. Evidemment, la plus évidente reste celle un peu élusive aujourd’hui de WOODS OF YPRES, qui en appelle à la génétique musicale, mais on trouve aussi sur Metachthonia des traces d’Adn de WINTERFYLLETH, d’ENSIFERUM évidemment, et une pointe du DISSECTION le plus fameux, comprenez celui de Storm Of The Light’s Bane

En gros comme en détail, un héritage de tout ce que le Black mélodique à tendance Folk a pu proposer de meilleur durant toutes ces années, et qui trouve ici un écho formidable, s’ouvrant sur un avenir en forme de grotte de bord d’océan qui répercute les litanies du passé dans un présent où la mélodie et la brutalité s’unissent dans un mariage en forme d’osmose.

Le concept est tel qu’il est, et je vous laisse le découvrir par vous-même, mais il est évident que la culture maritime musicale Canadienne en est une part importante.

En choisissant de s’exprimer sur six longues suites évolutives et progressives, THRAWSUNBLAT a fait un choix risqué, mais diablement lucratif artistiquement parlant. Si parfois la redondance guette, si quelques thèmes semblent plus faibles, si certains motifs font preuve d’une certaine naïveté de ton, l’ensemble est globalement d’une inventivité bouillonnante, à l’image de ce fameux premier morceau qui révèle une aube mordorée, dont la lumière traverse les ténèbres d’un Black Metal vraiment virulent.

Point fort d’un album qui se place en apogée d’une carrière pourtant loin d’être terminée, cet équilibre constant entre férocité, violence, douceur et apaisement. Rarement variables auront trouvé un tel point de convergence, développé à outrance sur chaque intervention. Si bien évidemment l’entame et la clôture en représente en quelque sorte des acmés, de par leur durée, les autres morceaux en font aussi une représentation patente, à l’image de ce magique et envoutant « Hypochthonic Remnants », qui propose des intermèdes Folk dignes d’un PARADISE LOST touché par la bienveillance de Dieux païens, ou du terrassant « Dead of Winter », qui se permet d’introduire un nœud de chœurs incantatoire qu’il brise d’une rythmique à la EMPEROR des années 90.

Et alors que « Rivers of Underthought » propose une ouverture tribale dansante avant de se laisser aller à une étourdissante valse Folk Black aux motifs harmoniques évoquant les chants de marins du 19ème siècle, le final « In Mist We Walk » se veut plus radical, malgré quelques secondes acoustiques et Folk laissant présager d’une évolution en palier. Au lieu de ça, c’est à déluge de plomb BM auquel nous avons droit, dans une tempête de guitares acides et d’incantations vocales grondantes, soutenues par une rythmique aplatissante.

Et loin de se contenter d’un simple état des lieux de presque douze minutes, cet épilogue propose encore plus d’éléments prospectifs, qui s’ils synthétisent la démarche globale, en offrent aussi une extension, en poussant les paroxysmes encore plus loin.

Les guitares sont plus virulentes, le chant plus grave et investi, les syncopes plus accrocheuses, les accès de violence plus âpres, et les accalmies encore plus harmonieuses. Avec un break central sentant bon les embruns du littoral, qui se laisse couler au point de rejoindre le bras de mer BM agité par une tempête, l’image d’un esquif traçant sa route sur les flots est vraiment concrète, et le voyage se termine par un futur qu’on ne saurait dépeindre avec précision, poétique et humain, en osmose avec une nature qu’on accepte enfin comme maîtresse fatale des éléments.

Et là est peut-être le leitmotiv ultime de cette chanson de geste qu’est Metachthonia. La communion entre une nature et une espèce humaine qui acceptent enfin leur caractère le plus fondamental. La bataille enfin achevée entre des hommes et un monde qui finalement ne sont pas si différents. La mélodie des chants d’antan, la brutalité contemporaine, et une apocalypse aboutissant à une renaissance.

Et formellement, le meilleur album d’un simple projet devenu groupe majeur à part entière.

 Comme je le disais, il faut parfois oser sortir de sa zone de confort. Le vent qui fouette le visage et fait battre le cœur est salvateur en soi. Et THRAWSUNBLAT est l’incarnation de cette prise de risque. Une autre manière de voir le monde qui nous entoure et la musique qui rythme ses dangers et ses plaisirs… 


Titres de l'album:

  1. Fires That Light the Earth
  2. She Who Names the Stars
  3. Dead of Winter
  4. Hypochthonic Remnants
  5. Rivers of Underthought
  6. In Mist We Walk

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 18/12/2016 à 15:03
85 %    354

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Xentrix

Bury The Pain

Necrodeath

Defragments Of Insanity

October Tide

In Splendor Below

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Live-report HELLFEST 2019 / Samedi

Jus de cadavre / 06/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !


@ Jus : je n'étais pas au courant de ces autres détails pour l'affaire MANOWAR, mais quoi qu'il en soit entièrement d'accord avec toi...sur toutes les lignes...


@JTDP : oui bien sur que Manowar n'a pas découvert ça la veille, les 6 mois de silence radio entre le groupe et l'orga le démontrent bien. Manowar, savait pertinemment avant même de venir qu'ils n'allaient pas jouer. Mais là encore, pour des questions de contrat, ils ne pouvaient pas annuler av(...)


@Humungus et Simony : ils ont été remplacé par SABATON, qui étaient restés sur site après leur show au Knotfest pour voir MANOWAR justement. Ils se sont spontanément proposés pour les remplacer. A noter que Leur chanteur s'est pété la voix la veille, du coup c'est l'un des gratteux qui l'a(...)


"Je n'ai pas vu passer le set même sans être fan, tellement le quintet illustre parfaitement ce qu'est le Thrash Metal, pour l'éternité, et non pas un simple phénomène de génération il y a une grosse trentaine d'années."
Je plussoie totalement. Municipal Waste sur scène c'est juste e(...)


"Soigner sa mort (…) JOY DIVISION"...
Putain Simony, si tu souhaites cette fin à tous les groupes cultes en pleine gloire, v'là l'hécatombe !
(sic)


Remplacés par personne, en tout cas à ma connaissance, on est d'accord... mais ce n'est pas grave, personne ne sera en mesure de remplacer IRON MAIDEN et beaucoup d'autres grands noms mais c'est ce qui les rendra intemporels et indémodables, on continuera à parler des albums aux nouveaux Metalhe(...)


Et pas vraiment besoin de le rappeler mais le tribunal ne prendra pas en compte un "manowar c'est des cons irrespectueux ! ". Ce qui rentrera en compte c'est les contrats signés entre les 2 parties.
Je rajouterai pour finir que ce serait tout de même très étonnant qu'un groupe (même eux,(...)


Ce n'est pas une question de boulette de l'orga (enfin selon mes infos qui je le rappelle ne sont "qu'une" des vérités), mais plutôt de chamboulement du programme "à cause" du Knotfest en fait. Qui a été annoncé bien après la présence de Manowar. Or il était convenu depuis le départ que M(...)