Mexican Standoff

El Pistolero

19/02/2021

Metalapolis Records

D’Allemagne nous en vient un projet d’une franchise rare, qui affiche sur ses t-shirts ses influences sans en avoir honte. Créé en 2012 du côté de Mannheim, EL PISTOLERO propose une musique à l’image de son nom. Gentiment violente, sympathiquement grasse, et éminemment clichesque. Mais les clichés ont parfois du bon, spécialement lorsqu’ils sont recyclés par des amoureux du genre qui n’ont jamais peur d’en faire trop. En huit ans, le groupe a connu pas mal de changements, à tel point que Christoph Grunewald, le leader/chanteur/guitariste a été remplacé en 2019 par un autre guitariste (Chris Kaczynski) et un autre chanteur (Alex “Nighty” Blochmann). C’est donc à un quintet aux deux/cinquièmes renouvelés auquel nous sommes confrontés aujourd’hui, et dès les premières mesures de « Sticky Fingers » et son allusion finaude aux STONES, les dés sont jetés et la partie déjà enlevée. Enlevée, la musique d’EL PISTOLERO l’est, se basant sur un principe simple de Hard-Rock joué Rock n’Roll, et au moment de lâcher sa biographie comme une groupie trop usée, le combo ne joue pas les mijaurées. C’est ainsi que le quintet se présente comme étant le fils illégitime de Lemmy et d’AC/DC, parrainé par AIRBOURNE. Un  bon gros bâtard donc, et fier de l’être, qui ne rehaussera pas le niveau littéraire des groupes d’outre-Rhin, mais qui fournira aux greasers la bonne occasion pour déboucher une autre bouteille de Jack.

Outre Alex et Chris, nous retrouvons au line-up la section rythmique composée de Willy Krug à la basse et Andy Hornef à la batterie, ainsi que J.C. Müller à la guitare. En huit ans, le groupe a largement eu le temps de roder son répertoire, basé sur une simplicité immédiate, et rappelant évidemment les grandes heures des trois références citées. Mais on retrouve des traces de passage dans les couloirs de ce Mexican Standoff, qui joue l’hispanisme pour mieux se concentrer sur le Rock anglais et australien. Il n’est donc pas faux d’affirmer que les gus ont dû déjà rencontrer au détour d’un rêve lubrique les ROSE TATTOO, Ricky Warwick, les RAMONES, ZODIAC MINDWARP, les BLUE CHEER, GRAND FUNK, et tout autre garant de la légende à deux ou trois accords bien frappés.

Vous l’aurez compris, la complexité instrumentale et la délicatesse ne sont pas vraiment les valeurs phares de cette première réalisation. Et lorsque des oreilles chastes se poseront sur le brûlot « Desert Road », les petons se souviendront des charges les plus virulentes de MOTORHEAD. Même direct au foie, même uppercut aux tympans, la recette est certes d’usage et méchamment recyclée, mais la méthode fonctionne, puisque le Rock a toujours été synonyme de simplicité. Si niveau musique, les cinq allemands ne sont pas allés chercher la solution très loin, les lyrics font la part belle à un machisme plus qu’évident, et mettent en avant des fantasmes personnels. Ainsi, « Sticky Fingers » frappe forte en entame de l’album avec ses vers « Je suis rentré bourré dans un bar en prétendant être une star, j’ai toujours voulu me la jouer gratuitement, une fille à gauche et une fille à droite, c’est ce que j’aime, c’est vraiment moi, les filles faciles aiment ça, mais les filles vertueuses aussi, et elles me suivront en file indienne ».

Fin comme du gros sel, cet hymne à l’alcool, à la morgue et à la séduction la plus crasse dans des rades peu recommandables place immédiatement le projet sous l’égide d’un Rock terriblement inspiré des seventies et des eighties. Mais au moins le groupe a la décence de nous éviter le Heavy Metal gras du bide, spécialité du pays depuis des décennies, et lâche ses perles avec l’aisance Rock des mecs qui connaissent bien leur background. « Stormbringer », et son clin d’œil au titre homonyme de DEEP PURPLE jouerait plutôt l’union entre MOTORHEAD et AIRBOURNE, mais au-delà de ces titres courts et forts en gueule, les EL PISTOLERO sont aussi capables de proposer des choses plus épaisses et conséquentes, lorsqu’ils laissent parler le Hard-Rock le plus Sleaze. Ainsi, le long et plein de stupre « Fear The Reaper » ne se love pas au creux des épaules de BLUE OYSTER CULT, mais revient une fois de plus dans les pattes de Lemmy, en lui vantant les mérites de THE ALMIGHTY.                               

En dépassant rarement les quatre minutes, les morceaux de ce premier long permettent de garder la fraîcheur intacte sans avoir besoin d’acheter un déo d’arrangements factices. Mixé et masterisé par Rolf Munkes (EMPIRE, CREMATORY) aux studios Empire, Mexican Standoff dispose donc d’un gros son, mais surtout de compositions solides et franches. Prompts à emballer le tempo dès que l’occasion se présente, les cinq pistoléros aussi mexicains que ce petit resto de Hambourg dégainent leurs guns avec facilité, mais peuvent s’appuyer sur des compétences individuelles solides et une cohésion d’ensemble ne l’étant pas moins. Le résultat est donc inévitable, et on craque sur ces hits de débauchés comme « Machine Gun Preacher », ou « El Pistolero », qui écrase sous sa botte toute trace de Rock faisandé et joué d’une façon trop maniérée. Voix rauque n’roll, guitares grasses et craspec, batterie solide, le groupe a donc peaufiné son optique pour qu’elle reste assez sale et crédible, et offre une véritable bouffée d’air frais à cette production actuelle gangrénée par les hommages maladroits.

Oh évidemment, vous n’inviteriez pas ces marsouins à table, mais en tant qu’imitateurs de MOTORHEAD, ils peuvent à l’occasion animer un anniversaire sympa (« Down Under »), ou un rodéo organisé sur le pouce (« Five Bullets Come In Peace »). Quelques allusions au crédo, fin comme du gros sel (« Liquor & Tits »), et une dernière clope avant de partir (« Painkillers », STATUS QUO et le HEAD qui tapent le bœuf), et le trip se termine le sourire aux lèvres et les balloches vides comme un compte en banque le 15 du mois. 

Que voulez-vous que je vous dise pour clôturer ça. Rock n’Roll bordel ? Alors allons-y. ROCK N’ROLL BORDEL !!   

              

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Sticky Fingers

02. Desert Road

03. Stormbringer

04. Fear The Reaper

05. Seeds Of Evil

06. Machine Gun Preacher

07. El Pistolero

08. Down Under

09. Still Riding

10. Five Bullets Come In Peace

11. Liquor & Tits

12. Painkillers


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/09/2021 à 14:07
78 %    51

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35