Money, Love, Light

Blind Revolution

07/02/2020

Rock Of Angels Records

C’est bientôt la Saint-Valentin, et même si cette fête commerciale ne profite qu’aux marchands, rien ne vous interdit d’avoir l’âme romantique. Alors, petit dîner aux chandelles à la maison, promenade sous le clair de lune, costume, barbe rasée, aisselles lavées, et c’est parti pour une petite…Bref, l’amour, toujours l’amour, le thème qui inspire nos amis rockeurs depuis qu’ils ont appris à se lever de bonne heure, et dans le domaine, les rois incontestés sont toujours nos amis italiens, jamais avares d’un geste de la main. Qu’à cela ne tienne, pour une fois tonton Serafino n’a rien à voir avec la surprise mélodique du jour, puisque ce sont les grecs de Rock of Angels qui nous présentent le premier album de BLIND REVOLUTION, une révolution qui n’en est pas une par des musiciens qui ne sont ni sourds, ni aveugles. Originaires de Syracuse, ces instrumentistes ont bataillé pour en arriver jusque-là, et si ce premier album l’est, c’est parce que les choses ne furent pas simples…Et en bons fans de JOURNEY, gageons que ces quatre-là ont appliqué à la lettre le leitmotiv « Don’t Stop Believin’ », ce qui leur permet aujourd’hui de savourer enfin les fruits de leur travail. Formé en 2010 par les frangins Simone et Cristiano Sipione, respectivement guitariste et chanteur, BLIND REVOLUTION répondit au départ à un besoin viscéral de nouveau départ. Et après l’adjonction de Massimiliano Ricciardo à la basse, l’alchimie prit, jusqu’à la complétude de cette rythmique par l’enrôlement de Giovanni Maucieri à la batterie, soit le line-up actuel du groupe. Le groupe justement avait quelques références avant d’entamer son aventure, et c’est en souhaitant se rapprocher des éternels WHITESNAKE, JOURNEY, BON JOVI et autres VAN HALEN que Money, Love, Light vit le jour sous cette forme, au travers de onze morceaux aussi classiques qu’enjôleurs. Enjôleurs certes, mais pas mielleux ni pleureurs, puisque nos amis transalpins ne sont pas du genre à laisser la distorsion au placard pour ne pas réveiller les voisins trop tard.

Dans les faits, rien ne différencie vraiment les BLIND REVOLUTION des meilleurs représentants de l’écurie Frontiers. Leur premier LP fait preuve d’un professionnalisme que les combos montés de toute pièce par Serafino ne toisent pas, et leur musique est aussi inspirée par la fougue des jeunes loups que par l’expérience des vieux briscards. Certes, rien de bien surprenant à attendre d’un disque pareil, mais plutôt un juste milieu entre l’énergie des SLAUGHTER et la science mélodique exacte de HAREM SCAREM, dont on retrouve l’influence en parrainage de riffs toujours musclés, mais abordables. Et si vous pensez avoir tout compris en vous délectant du Hard Rock uktra brite de « Guiding Light », détrompez-vous, les italiens ont plus d’un tour dans leur sac. Mais il est certain que cette entame en pur Hard/AOR est une belle façon de se présenter au public, pour un quatuor qui a déjà lutté sur les scènes européennes pour gagner ses galons. C’est ainsi que nos potes du jour ont déjà participé à des compétitions aussi fameuses que le Music Style Contest, qu’ils ont remporté en 2012, ou le Rock in Hybla Contest dont ils ont aussi raflé le prix l’année suivante. Et on comprend assez rapidement pourquoi, tant leur compositions sont léchées mais gardent cette patine sauvage qui fait les grands albums de Hard-Rock mélodique. Et le duo des frangins Simone et Cristiano Sipione est en tout point convaincant, rappelant les mythiques Neal Schon/Steve Perry et autres Harry Hess/Pete Lesperance, lorsque le tempo se veut plus appuyé et l’ambiance électrique. « Miracle » sonne d’ailleurs comme un hit composé par les deux canadiens avec un petit coup de main de W.E.T, et on se laisse facilement happer par cet enthousiasme contagieux, qui nous évoque la Californie des années 80, et l’hédonisme prôné par ses héros. On pense bien sûr au BON JOVI des débuts, celui qui ne se la jouait pas encore Classic Rock de stade, et aussi à une version réactualisée et revitalisée de BRIGHTON ROCK, mais aussi à une myriade d’autres références moins éloignées dans le temps.

Difficile de constater en écoutant cette musique débordante de joie que le groupe en a bavé pendant des années. A moins de le considérer comme une catharsis ou une revanche sur un destin farceur, puisque les quatre musiciens ne relâchent jamais la pression, ni n’abandonnent leur sourire musical. Et on trouve des traces stimulantes d’EXTREME et de VAN HALEN sur l’expressif et mordant « Knocking For Love », mais aussi sur « Mary Ann », qui n’hésite pas à syncoper et à mettre la rythmique en avant sur fond de chœurs typiquement FM/Sleaze. Vous l’aurez donc compris, l’heure n’est donc pas au sentimentalisme de bas étage sur fond de keyboards dégoulinant de niaiserie, mais bien de Hard-Rock racé et joué avec le cœur. « Saints Of Our Days » confirme cette allégeance à l’harmonie la plus sincère, et le groupe nous convainc de la pertinence de sa démarche à mi-album. Pas de ballade mielleuse pour séduire la ménagère ex-fan des eighties, mais quelques concessions à la douceur via des arrangements de clavier (« Money And Run »), ou une atmosphère plus cosy n’cool, déhanchée, bluesy, mais peaufinée (« Take The Magic Back »). Sans s’éterniser plus qu’il ne le faut, les morceaux de Money, Love, Light profitent de plans pertinents et de mélodies vraiment prenantes pour nous envouter, et les quatre minutes passent toujours vite, et même très vite dans certains cas précis (« Getting Stronger », un peu du LEP, un peu de BON JOVI, mais beaucoup de Californie). Seule incartade en terre sensible, « Never Let You Go », qui pendant six minutes retrouve les impulsions roots des seventies, avec notes planantes, guitare au délié Blues, et chant plaintif. On pense à LYNYRD évidemment, mais aussi au WHITESNAKE le moins compromis sur le territoire des charts, ainsi qu’au CINDERELLA bluesy. C’est terriblement bien fait, et surtout, si sincère qu’on ne pense pas une seule seconde à une nostalgie opportuniste.

Certes, l’inspiration du quatuor est profondément enracinée dans les eighties, mais la production ne cherche pas à reproduire les tics de Bob Rock, Dieter Derks ou Michael Wagener. D’ailleurs, BLIND REVOLUTION préfère nous surprendre avec le décalé et nineties « Keep On Dreaming », et l’épilogue musclé « Rock’N’Roll Dream » combinant le KISS le plus fédérateur et le SLAUGHTER le plus flatteur. Belle aventure donc que celle de ces italiens qui ont bataillé dur pour pouvoir enfin s’exprimer, et quelle plus belle preuve d’amour que d’écouter et adorer ce premier LP aux entournures gonflées. De l’argent pour le restau, la nuit pour s’aimer et la lumière du jour pour se réveiller, tel est le programme proposé, un programme qu’on se verrait mal refuser.        

    

Titres de l’album :

                           01. Guiding Light

                           02. Miracle

                           03. Knocking For Love

                           04. Mary Ann

                           05. Saints Of Our Days

                           06. Money And Run

                           07. Take The Magic Back

                           08. Getting Stronger

                           09. Never Let You Go

                           10. Keep On Dreaming

                           11. Rock’N’Roll Dream

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/06/2020 à 17:33
85 %    233

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Thrashing Metropolity

Necrokosmos :
Bon courage pour trouver ça en CD à un prix CORRECT.
Juste impossible ! Et ça fait des années que je scrute partout. :-/

Hyper étonné de savoir que ce chanteur est parti. RIP !!!
Cet album m'a tellement emballé à sa sortie que je n'ai jamais pu (...)

07/07/2020, 22:29

Simony

En effet, cet article s'inscrit dans la parité Metal / Non Metal imposée par le nouveau ministère de la culture...
Noooon j'déconne, c'est juste que RBD aime nous parler de Brutal Death Metal mais aussi de New Wave et que ce groupe, qui perso ne me parle pas plus que ça et pourtant j'ado(...)

07/07/2020, 21:36

NecroKosmos

Ouais, la musique est à l'image de la pochette. Au moins, la démarche est homogène.

07/07/2020, 21:26

NecroKosmos

Ah putain, que je suis d'accord avec cette chronique !! Ce disque était une vraie torniole dans la tronche. Proche dans l'esprit de MADHOUSE (et pour cause), MST a su marquer en son temps la scène thrashcore française et était plus proche sans doute de la scène dite alternative que vraiment mé(...)

07/07/2020, 21:21

Jus de cadavre

Tout dépend de la jauge de spectateur. Complet ne veux pas dire salle pleine (comme au ciné en ce moment : ils ne vendent que la moitié des places dans les salles).

07/07/2020, 20:32

Saddam Mustaine

Nightwish affiche complet a Bercy et c'est le 25 novembre donc il y aura plus de distanciation je pense.

07/07/2020, 20:15

JP

Merci.

07/07/2020, 19:09

radidi

pas eu le temps d'écouter, mais vraiment, cette pochette... dingue d'être satisfait d'une telle pochette en 2020!

07/07/2020, 17:30

JTDP

@Le Moustre : Un Bercy en mode "distenciationphysique style", oui sans doute... :-)

07/07/2020, 15:59

Humungus

Je me doutais que c'était ce que tu avais en tête.
Perso, cela ne me gêne pas du tout (RBD nous causant d'ailleurs régulièrement de concerts non-Metal).
Quelques digressions dans ces pages est plutôt bien vu je trouve. Tant que 99 % des news reste dans notre domaine de prédilectio(...)

07/07/2020, 13:13

steelvore666

Ce "?????" car je pense que, malgré le statut dont jouit ce groupe, on n'est quand même pas loin du hors sujet nan ?

07/07/2020, 10:55

LeMoustre

Ca remplit un Bercy, ces groupes là ? J'ai peine à le croire.

07/07/2020, 10:39

LeMoustre

Écouté vite fait pour avoir un aperçu, c'est quand même bien foutu, il a rien perdu, le Flanagan. L'apport de Rocky George est incontestable.

07/07/2020, 10:37

Fabrice

J'aurai plutôt vu une telle affiche dans un zenith plutôt qu'a Bercy ... sans moi...

07/07/2020, 09:15

Fabrice

J'aurai plutôt vu une telle affiche dans un zenith plutôt qu'a Bercy ... sans moi...

07/07/2020, 09:15

Humungus

1) Pourquoi ce "???" steelvore666 ?
2) " Gimmicks de bête de scène ultime dont le public mange dans la main au moindre geste, de sex-symbol inusable, ça reste assez phénoménal"
Putain c'est tellement ça !

07/07/2020, 06:01

Humungus

Arf !!!
Festival pour "jeunes Métalleux"...
Etant un vieux con, je passe plus que mon tour !

07/07/2020, 05:36

Oliv

Je parlais de groupes extrême bien évidemment, j’ai pas précisé .

06/07/2020, 20:42

Reg

Un rdv à ne pas manquer !

06/07/2020, 17:38

Satan

Et Cult of Luna c'est du poulet peut-être?

06/07/2020, 14:23