Troisième album pour les originaires de Hoogeveen, Hollande, et confirmation de ce que pensaient les esthètes d’un Death bien trapu. Carl Assault (chant), Jozze – (basse/chœurs), Gideon (batterie) et Fredde Kaddeth (guitare) n’ont donc pas changé leur tronçonneuse d’épaule et continuent de nous abreuver de sonorités délicatement vintage, en puisant à la source du Metal de la mort l’essence de leur musicalité, qui s’exprime toujours par le biais de rythmiques franches et de riffs froids. Certes, l’originalité n’est toujours pas de mise sur ce Mortar qui succède aux deux premiers LP du quatuor, Dystopian Prophecies paru en 2009 et Death Strike, proposé trois ans plus tard, déjà fortement influencés par les références les plus évidentes du jour. Mais l’efficacité est toujours de mise, ainsi que la brutalité, sur laquelle les quatre bataves mettent une emphase particulière, sans se départir de ces envies de liberté mélodiques assez discrètes mais notables.

Entame classique pour un album qui ne l’est pas moins, mais difficile de broder une prose imaginative sur un tel déferlement de haine et de violence qui nous ramène aux plus grandes heures du Death européen, avec cette petite touche US apportant une indéniable fluidité à l’ensemble. Il est certain que le nom de MASSIVE ASSAULT ne passera jamais à la postérité des ensembles les plus innovateurs du genre, mais il faut lui concéder une franchise absolue quant au contenu artistique qu’il développe depuis 2003.

MASSIVE ASSAULT est donc en quelque sorte un label de qualité pour les aficionados d’un crossover UK/Suède/Hollande, et rappelle franchement quelques influences avouées du combo, d’UNLEASHED à DISMEMBER, en passant par ENTOMBED évidemment, la plus évidente référence des Hollandais, le tout alourdi d’une grosse couche de BOLT THROWER, pour cette épaisseur de ton qui vous écrase de ses ambitions des intros aux soli (discrets cela dit).

Mortar ne propose donc pas grand-chose de neuf, mais fait preuve d’une puissance incontestable, et a surtout le mérite de ne pas chercher la prolongation à tout prix en se cantonnant à la grosse demi-heure de rigueur. Difficile de faire le tri parmi les neuf nouvelles compositions, qui semblent toutes bâties sur le même moule de véhémence, à l’exception sans doute d’un lapidaire et presque Thrash « Extinction », qui singe à la perfection les tics les plus immédiats du Death made in Göteborg, déformés du prisme Néo Death de la même région scandinave des mid 90’s. Rapidité des riffs, rythmique en coup de boutoir, chant qui s’égosille mais reste compréhensible, le schéma est connu mais fonctionne à plein régime, pour peu que tout désir de démarcation soit mis de côté. Là n’est pas le propos de ce genre de réalisation qui préfère miser sur l’efficacité que sur l’audace, et qui tient admirablement bien son rôle.

On passe donc en revue toutes les figures imposées du style, qu’on accommode à sa sauce, tout en restant d’un classicisme assez formel, mais sauvage de bout en bout. Parfois, la violence se mâtine de sadisme mélodique assez malsain, comme à l’occasion du très malin et harmonique « Original Sin », qui de ses adoucissements de guitare nous entraîne dans un jardin d’Eden peuplé de serpents diaboliques bien décidés à punir l’humanité de ses vices et absence de vertu. Les guitares jouent les saccades plus franches, tandis que le tandem basse/batterie se montre plus inventif en rejetant les pulvérisations d’usage pour se concentrer sur des beats plus chaloupés, sans perdre de son impact.

Et si d’aucuns vous affirmeront que tout est dit ou presque sur l’entame directe « World Funeral », qui se plaît à mélanger les univers morbides d’ENTOMBED et AUTOPSY, avec une approche plus centre européenne, ne les croyez-pas sur parole, puisque les hollandais ont plus d’un tour dans leur sac à cadavres. Et même si l’ensemble dégage un parfum très prononcé de déjà entendu, ce troisième album prouve que les embaumeurs de Hoogeveen savent distiller une atmosphère délétère sans forcer leur talent, mais en profitant d’une production étonnement claire, qui se démarque des emballages d’usage. Inutile donc d’attendre un son à la Sunlight/Morrisound, puisque la console a su garder une certaine indépendance de ton, plus symptomatique des attaques réfléchies de l’orée des 00’s que de l’aube des nineties.

Ça déroule, entre passages lourdement Heavy, mais sans emphase inutile, et accélérations mortelles qui ne frisent jamais l’indécence, et qui rappellent parfois le ENTOMBED adepte d’un Death’n’Roll abrasif et festif (« Anger Overdrive », intitulé de circonstance pour boucherie insistante), tout en restant en zone de sécurité Death s’incarnant autour d’un mid tempo plutôt osé et efficace dans sa frappe mesurée (« Suffer In Terror », scandinave et respectueux, mais plus entraînant que n’importe quel délire Deathcore véreux). Rien de véritablement surprenant donc, si ce ne sont quelques interventions d’un axe basse/batterie décidément bien moins timoré que la moyenne (« Deranged Humanity », et ses arrangements atypiques sur tapis de breaks ludiques).

Emballé dans un artwork signé Roberto Toderico (ASPHYX, LEGION OF THE DAMNED, SINISTER, SADISTIC INTENT), Mortar est donc un bel exemple d’album de Death moderne qui ne renie en rien l’héritage des grands anciens, mais qui le fait fructifier au son d’un Metal acharné et techniquement éprouvé, pour prouver justement que le genre a encore des choses à dire, sinon à démontrer. Un disque qui plaira aux furieux qui ne jurent que par des riffs assassins et des pilonnages certains, mais qui ne crachent pas sur un brin de finesse quand l’humeur se veut plus taquine.

A écouter entre deux grands classiques, pour se prouver que les hollandais ont tout à fait leur place dans le milieu, place qui leur correspond le mieux. Ni chef d’œuvre, ni sortie anecdotique, cette troisième livraison des MASSIVE ASSAULT reste classique, mais vous ramonera bien les naseaux.


Titres de l'album:

  1. World Funeral
  2. Cause-Effect
  3. Suffer In Terror
  4. Extinction
  5. Original Sin
  6. Empty Shell
  7. Anger Overdrive
  8. Frozen Hell
  9. Deranged Humanity

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/09/2017 à 14:24
70 %    227

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Soulside journey" (comme toute la discographie de DARKTHRONE d'ailleurs) est une pure tuerie.
Point barre.


Soulside journey est un très bon album , je l'ai découvert il y a quelques années seulement. Il est toujours agréable à écouter , une belle réussite.


Petite inversion, le 8 février ce sera à Toulouse et le 9 à Rodez. Yes une date en Aveyron


Enfin pas les 3 quart, mais je me comprend (de ceux que je veux voir quoi...).


LeMoustre : peut être pas faux concernant le public, mais bon le Motoc étant à 1h de chez moi... et puis allant au Netherland Deathfest en mai, j'y verrais les 3 quart des groupes présent au Metal Mean. :). Mais un jour j'en serais sans soucis ;)


Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)


"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)