Troisième album pour les originaires de Hoogeveen, Hollande, et confirmation de ce que pensaient les esthètes d’un Death bien trapu. Carl Assault (chant), Jozze – (basse/chœurs), Gideon (batterie) et Fredde Kaddeth (guitare) n’ont donc pas changé leur tronçonneuse d’épaule et continuent de nous abreuver de sonorités délicatement vintage, en puisant à la source du Metal de la mort l’essence de leur musicalité, qui s’exprime toujours par le biais de rythmiques franches et de riffs froids. Certes, l’originalité n’est toujours pas de mise sur ce Mortar qui succède aux deux premiers LP du quatuor, Dystopian Prophecies paru en 2009 et Death Strike, proposé trois ans plus tard, déjà fortement influencés par les références les plus évidentes du jour. Mais l’efficacité est toujours de mise, ainsi que la brutalité, sur laquelle les quatre bataves mettent une emphase particulière, sans se départir de ces envies de liberté mélodiques assez discrètes mais notables.

Entame classique pour un album qui ne l’est pas moins, mais difficile de broder une prose imaginative sur un tel déferlement de haine et de violence qui nous ramène aux plus grandes heures du Death européen, avec cette petite touche US apportant une indéniable fluidité à l’ensemble. Il est certain que le nom de MASSIVE ASSAULT ne passera jamais à la postérité des ensembles les plus innovateurs du genre, mais il faut lui concéder une franchise absolue quant au contenu artistique qu’il développe depuis 2003.

MASSIVE ASSAULT est donc en quelque sorte un label de qualité pour les aficionados d’un crossover UK/Suède/Hollande, et rappelle franchement quelques influences avouées du combo, d’UNLEASHED à DISMEMBER, en passant par ENTOMBED évidemment, la plus évidente référence des Hollandais, le tout alourdi d’une grosse couche de BOLT THROWER, pour cette épaisseur de ton qui vous écrase de ses ambitions des intros aux soli (discrets cela dit).

Mortar ne propose donc pas grand-chose de neuf, mais fait preuve d’une puissance incontestable, et a surtout le mérite de ne pas chercher la prolongation à tout prix en se cantonnant à la grosse demi-heure de rigueur. Difficile de faire le tri parmi les neuf nouvelles compositions, qui semblent toutes bâties sur le même moule de véhémence, à l’exception sans doute d’un lapidaire et presque Thrash « Extinction », qui singe à la perfection les tics les plus immédiats du Death made in Göteborg, déformés du prisme Néo Death de la même région scandinave des mid 90’s. Rapidité des riffs, rythmique en coup de boutoir, chant qui s’égosille mais reste compréhensible, le schéma est connu mais fonctionne à plein régime, pour peu que tout désir de démarcation soit mis de côté. Là n’est pas le propos de ce genre de réalisation qui préfère miser sur l’efficacité que sur l’audace, et qui tient admirablement bien son rôle.

On passe donc en revue toutes les figures imposées du style, qu’on accommode à sa sauce, tout en restant d’un classicisme assez formel, mais sauvage de bout en bout. Parfois, la violence se mâtine de sadisme mélodique assez malsain, comme à l’occasion du très malin et harmonique « Original Sin », qui de ses adoucissements de guitare nous entraîne dans un jardin d’Eden peuplé de serpents diaboliques bien décidés à punir l’humanité de ses vices et absence de vertu. Les guitares jouent les saccades plus franches, tandis que le tandem basse/batterie se montre plus inventif en rejetant les pulvérisations d’usage pour se concentrer sur des beats plus chaloupés, sans perdre de son impact.

Et si d’aucuns vous affirmeront que tout est dit ou presque sur l’entame directe « World Funeral », qui se plaît à mélanger les univers morbides d’ENTOMBED et AUTOPSY, avec une approche plus centre européenne, ne les croyez-pas sur parole, puisque les hollandais ont plus d’un tour dans leur sac à cadavres. Et même si l’ensemble dégage un parfum très prononcé de déjà entendu, ce troisième album prouve que les embaumeurs de Hoogeveen savent distiller une atmosphère délétère sans forcer leur talent, mais en profitant d’une production étonnement claire, qui se démarque des emballages d’usage. Inutile donc d’attendre un son à la Sunlight/Morrisound, puisque la console a su garder une certaine indépendance de ton, plus symptomatique des attaques réfléchies de l’orée des 00’s que de l’aube des nineties.

Ça déroule, entre passages lourdement Heavy, mais sans emphase inutile, et accélérations mortelles qui ne frisent jamais l’indécence, et qui rappellent parfois le ENTOMBED adepte d’un Death’n’Roll abrasif et festif (« Anger Overdrive », intitulé de circonstance pour boucherie insistante), tout en restant en zone de sécurité Death s’incarnant autour d’un mid tempo plutôt osé et efficace dans sa frappe mesurée (« Suffer In Terror », scandinave et respectueux, mais plus entraînant que n’importe quel délire Deathcore véreux). Rien de véritablement surprenant donc, si ce ne sont quelques interventions d’un axe basse/batterie décidément bien moins timoré que la moyenne (« Deranged Humanity », et ses arrangements atypiques sur tapis de breaks ludiques).

Emballé dans un artwork signé Roberto Toderico (ASPHYX, LEGION OF THE DAMNED, SINISTER, SADISTIC INTENT), Mortar est donc un bel exemple d’album de Death moderne qui ne renie en rien l’héritage des grands anciens, mais qui le fait fructifier au son d’un Metal acharné et techniquement éprouvé, pour prouver justement que le genre a encore des choses à dire, sinon à démontrer. Un disque qui plaira aux furieux qui ne jurent que par des riffs assassins et des pilonnages certains, mais qui ne crachent pas sur un brin de finesse quand l’humeur se veut plus taquine.

A écouter entre deux grands classiques, pour se prouver que les hollandais ont tout à fait leur place dans le milieu, place qui leur correspond le mieux. Ni chef d’œuvre, ni sortie anecdotique, cette troisième livraison des MASSIVE ASSAULT reste classique, mais vous ramonera bien les naseaux.


Titres de l'album:

  1. World Funeral
  2. Cause-Effect
  3. Suffer In Terror
  4. Extinction
  5. Original Sin
  6. Empty Shell
  7. Anger Overdrive
  8. Frozen Hell
  9. Deranged Humanity

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/09/2017 à 14:24
70 %    83

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pink Mass

Necrosexual

Eyestral

Beyond

Virgil

Initium

Watchcries

Wraith

Midnight

Sweet Death and Ecstasy

Blood Freak

Total Destruction Of The Human Form

Veilside

Eclipse

Full Of Hell, The Body

Ascending a Mountain of Heavy Light

Feast!

Feast!

The Erkonauts

I Shall Forgive

War Possession

Doomed To Chaos

Sweet

Unified

Corpsia

Genocides in the Name of God

Baneful Storm

Invocations

Boycott

The Mighty

Naeramarth

The Innumerable Stars

Nephren-ka

La Grande Guerre De L'Epice

Warcall

Invaders

Ailafar

Heartbeat

Savage Annihilation + Nephren-Ka + Geniteur + Inseminate Degeneracy

Jus de cadavre / 21/11/2017
Brutal Death Metal

Interview de l'asso La Vonologie

Jus de cadavre / 17/11/2017
Festival

Lezard'Os Metalfest 2017

Simony / 13/11/2017
Post Hardcore

Concert Metal

Simony / 07/11/2017
Djent

Concerts à 7 jours

+ Solstafir + Myrkur

21/11 : Antipode, Rennes (35)

Stolen Memories + Black Widow's Project + Mother And Pearl

24/11 : Warm Audio, Decines-charpieu (69)

Seeds Of Mary

24/11 : Espace El Doggo, Limoges (87)

Dying Hope + Desperhate

25/11 : Alex's Tavern, Rennes (35)

Volker + Adx + Lurking

25/11 : Espace René Fallet, Crosne (91)

Solstafir

26/11 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Photo Stream

Derniers coms

belle affiche , les bretons sont veinards, félicitations


Ben pour beaucoup, BEHEMOTH c'est le groupe froid et clinique de The Apostasy par exemple alors que pour d'autres c'est aussi un groupe de Black comme il l'était à ses débuts. Dans le cas de VIRGIL l'influence est clairement dans le chant mais aussi certaines parties de guitare.
Mais je sui(...)


Même si le style n'est pas pour moi, ça tient la route. C'est fou en tout cas le nombre de groupe de deathcore qui cite BEHEMOTH comme grande influence... Ça donne du crédit auprès des metalleux de base ? :D


Ouais, balèze cette annonce ! Pour une première "vraie" édition fallait oser !


Belle affiche pour ce festival, Manilla Road fait partie des groupes que j'aimerai bien voir une fois quand même !