Troisième album pour les originaires de Hoogeveen, Hollande, et confirmation de ce que pensaient les esthètes d’un Death bien trapu. Carl Assault (chant), Jozze – (basse/chœurs), Gideon (batterie) et Fredde Kaddeth (guitare) n’ont donc pas changé leur tronçonneuse d’épaule et continuent de nous abreuver de sonorités délicatement vintage, en puisant à la source du Metal de la mort l’essence de leur musicalité, qui s’exprime toujours par le biais de rythmiques franches et de riffs froids. Certes, l’originalité n’est toujours pas de mise sur ce Mortar qui succède aux deux premiers LP du quatuor, Dystopian Prophecies paru en 2009 et Death Strike, proposé trois ans plus tard, déjà fortement influencés par les références les plus évidentes du jour. Mais l’efficacité est toujours de mise, ainsi que la brutalité, sur laquelle les quatre bataves mettent une emphase particulière, sans se départir de ces envies de liberté mélodiques assez discrètes mais notables.

Entame classique pour un album qui ne l’est pas moins, mais difficile de broder une prose imaginative sur un tel déferlement de haine et de violence qui nous ramène aux plus grandes heures du Death européen, avec cette petite touche US apportant une indéniable fluidité à l’ensemble. Il est certain que le nom de MASSIVE ASSAULT ne passera jamais à la postérité des ensembles les plus innovateurs du genre, mais il faut lui concéder une franchise absolue quant au contenu artistique qu’il développe depuis 2003.

MASSIVE ASSAULT est donc en quelque sorte un label de qualité pour les aficionados d’un crossover UK/Suède/Hollande, et rappelle franchement quelques influences avouées du combo, d’UNLEASHED à DISMEMBER, en passant par ENTOMBED évidemment, la plus évidente référence des Hollandais, le tout alourdi d’une grosse couche de BOLT THROWER, pour cette épaisseur de ton qui vous écrase de ses ambitions des intros aux soli (discrets cela dit).

Mortar ne propose donc pas grand-chose de neuf, mais fait preuve d’une puissance incontestable, et a surtout le mérite de ne pas chercher la prolongation à tout prix en se cantonnant à la grosse demi-heure de rigueur. Difficile de faire le tri parmi les neuf nouvelles compositions, qui semblent toutes bâties sur le même moule de véhémence, à l’exception sans doute d’un lapidaire et presque Thrash « Extinction », qui singe à la perfection les tics les plus immédiats du Death made in Göteborg, déformés du prisme Néo Death de la même région scandinave des mid 90’s. Rapidité des riffs, rythmique en coup de boutoir, chant qui s’égosille mais reste compréhensible, le schéma est connu mais fonctionne à plein régime, pour peu que tout désir de démarcation soit mis de côté. Là n’est pas le propos de ce genre de réalisation qui préfère miser sur l’efficacité que sur l’audace, et qui tient admirablement bien son rôle.

On passe donc en revue toutes les figures imposées du style, qu’on accommode à sa sauce, tout en restant d’un classicisme assez formel, mais sauvage de bout en bout. Parfois, la violence se mâtine de sadisme mélodique assez malsain, comme à l’occasion du très malin et harmonique « Original Sin », qui de ses adoucissements de guitare nous entraîne dans un jardin d’Eden peuplé de serpents diaboliques bien décidés à punir l’humanité de ses vices et absence de vertu. Les guitares jouent les saccades plus franches, tandis que le tandem basse/batterie se montre plus inventif en rejetant les pulvérisations d’usage pour se concentrer sur des beats plus chaloupés, sans perdre de son impact.

Et si d’aucuns vous affirmeront que tout est dit ou presque sur l’entame directe « World Funeral », qui se plaît à mélanger les univers morbides d’ENTOMBED et AUTOPSY, avec une approche plus centre européenne, ne les croyez-pas sur parole, puisque les hollandais ont plus d’un tour dans leur sac à cadavres. Et même si l’ensemble dégage un parfum très prononcé de déjà entendu, ce troisième album prouve que les embaumeurs de Hoogeveen savent distiller une atmosphère délétère sans forcer leur talent, mais en profitant d’une production étonnement claire, qui se démarque des emballages d’usage. Inutile donc d’attendre un son à la Sunlight/Morrisound, puisque la console a su garder une certaine indépendance de ton, plus symptomatique des attaques réfléchies de l’orée des 00’s que de l’aube des nineties.

Ça déroule, entre passages lourdement Heavy, mais sans emphase inutile, et accélérations mortelles qui ne frisent jamais l’indécence, et qui rappellent parfois le ENTOMBED adepte d’un Death’n’Roll abrasif et festif (« Anger Overdrive », intitulé de circonstance pour boucherie insistante), tout en restant en zone de sécurité Death s’incarnant autour d’un mid tempo plutôt osé et efficace dans sa frappe mesurée (« Suffer In Terror », scandinave et respectueux, mais plus entraînant que n’importe quel délire Deathcore véreux). Rien de véritablement surprenant donc, si ce ne sont quelques interventions d’un axe basse/batterie décidément bien moins timoré que la moyenne (« Deranged Humanity », et ses arrangements atypiques sur tapis de breaks ludiques).

Emballé dans un artwork signé Roberto Toderico (ASPHYX, LEGION OF THE DAMNED, SINISTER, SADISTIC INTENT), Mortar est donc un bel exemple d’album de Death moderne qui ne renie en rien l’héritage des grands anciens, mais qui le fait fructifier au son d’un Metal acharné et techniquement éprouvé, pour prouver justement que le genre a encore des choses à dire, sinon à démontrer. Un disque qui plaira aux furieux qui ne jurent que par des riffs assassins et des pilonnages certains, mais qui ne crachent pas sur un brin de finesse quand l’humeur se veut plus taquine.

A écouter entre deux grands classiques, pour se prouver que les hollandais ont tout à fait leur place dans le milieu, place qui leur correspond le mieux. Ni chef d’œuvre, ni sortie anecdotique, cette troisième livraison des MASSIVE ASSAULT reste classique, mais vous ramonera bien les naseaux.


Titres de l'album:

  1. World Funeral
  2. Cause-Effect
  3. Suffer In Terror
  4. Extinction
  5. Original Sin
  6. Empty Shell
  7. Anger Overdrive
  8. Frozen Hell
  9. Deranged Humanity

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/09/2017 à 14:24
70 %    256

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.