Troisième album pour les originaires de Hoogeveen, Hollande, et confirmation de ce que pensaient les esthètes d’un Death bien trapu. Carl Assault (chant), Jozze – (basse/chœurs), Gideon (batterie) et Fredde Kaddeth (guitare) n’ont donc pas changé leur tronçonneuse d’épaule et continuent de nous abreuver de sonorités délicatement vintage, en puisant à la source du Metal de la mort l’essence de leur musicalité, qui s’exprime toujours par le biais de rythmiques franches et de riffs froids. Certes, l’originalité n’est toujours pas de mise sur ce Mortar qui succède aux deux premiers LP du quatuor, Dystopian Prophecies paru en 2009 et Death Strike, proposé trois ans plus tard, déjà fortement influencés par les références les plus évidentes du jour. Mais l’efficacité est toujours de mise, ainsi que la brutalité, sur laquelle les quatre bataves mettent une emphase particulière, sans se départir de ces envies de liberté mélodiques assez discrètes mais notables.

Entame classique pour un album qui ne l’est pas moins, mais difficile de broder une prose imaginative sur un tel déferlement de haine et de violence qui nous ramène aux plus grandes heures du Death européen, avec cette petite touche US apportant une indéniable fluidité à l’ensemble. Il est certain que le nom de MASSIVE ASSAULT ne passera jamais à la postérité des ensembles les plus innovateurs du genre, mais il faut lui concéder une franchise absolue quant au contenu artistique qu’il développe depuis 2003.

MASSIVE ASSAULT est donc en quelque sorte un label de qualité pour les aficionados d’un crossover UK/Suède/Hollande, et rappelle franchement quelques influences avouées du combo, d’UNLEASHED à DISMEMBER, en passant par ENTOMBED évidemment, la plus évidente référence des Hollandais, le tout alourdi d’une grosse couche de BOLT THROWER, pour cette épaisseur de ton qui vous écrase de ses ambitions des intros aux soli (discrets cela dit).

Mortar ne propose donc pas grand-chose de neuf, mais fait preuve d’une puissance incontestable, et a surtout le mérite de ne pas chercher la prolongation à tout prix en se cantonnant à la grosse demi-heure de rigueur. Difficile de faire le tri parmi les neuf nouvelles compositions, qui semblent toutes bâties sur le même moule de véhémence, à l’exception sans doute d’un lapidaire et presque Thrash « Extinction », qui singe à la perfection les tics les plus immédiats du Death made in Göteborg, déformés du prisme Néo Death de la même région scandinave des mid 90’s. Rapidité des riffs, rythmique en coup de boutoir, chant qui s’égosille mais reste compréhensible, le schéma est connu mais fonctionne à plein régime, pour peu que tout désir de démarcation soit mis de côté. Là n’est pas le propos de ce genre de réalisation qui préfère miser sur l’efficacité que sur l’audace, et qui tient admirablement bien son rôle.

On passe donc en revue toutes les figures imposées du style, qu’on accommode à sa sauce, tout en restant d’un classicisme assez formel, mais sauvage de bout en bout. Parfois, la violence se mâtine de sadisme mélodique assez malsain, comme à l’occasion du très malin et harmonique « Original Sin », qui de ses adoucissements de guitare nous entraîne dans un jardin d’Eden peuplé de serpents diaboliques bien décidés à punir l’humanité de ses vices et absence de vertu. Les guitares jouent les saccades plus franches, tandis que le tandem basse/batterie se montre plus inventif en rejetant les pulvérisations d’usage pour se concentrer sur des beats plus chaloupés, sans perdre de son impact.

Et si d’aucuns vous affirmeront que tout est dit ou presque sur l’entame directe « World Funeral », qui se plaît à mélanger les univers morbides d’ENTOMBED et AUTOPSY, avec une approche plus centre européenne, ne les croyez-pas sur parole, puisque les hollandais ont plus d’un tour dans leur sac à cadavres. Et même si l’ensemble dégage un parfum très prononcé de déjà entendu, ce troisième album prouve que les embaumeurs de Hoogeveen savent distiller une atmosphère délétère sans forcer leur talent, mais en profitant d’une production étonnement claire, qui se démarque des emballages d’usage. Inutile donc d’attendre un son à la Sunlight/Morrisound, puisque la console a su garder une certaine indépendance de ton, plus symptomatique des attaques réfléchies de l’orée des 00’s que de l’aube des nineties.

Ça déroule, entre passages lourdement Heavy, mais sans emphase inutile, et accélérations mortelles qui ne frisent jamais l’indécence, et qui rappellent parfois le ENTOMBED adepte d’un Death’n’Roll abrasif et festif (« Anger Overdrive », intitulé de circonstance pour boucherie insistante), tout en restant en zone de sécurité Death s’incarnant autour d’un mid tempo plutôt osé et efficace dans sa frappe mesurée (« Suffer In Terror », scandinave et respectueux, mais plus entraînant que n’importe quel délire Deathcore véreux). Rien de véritablement surprenant donc, si ce ne sont quelques interventions d’un axe basse/batterie décidément bien moins timoré que la moyenne (« Deranged Humanity », et ses arrangements atypiques sur tapis de breaks ludiques).

Emballé dans un artwork signé Roberto Toderico (ASPHYX, LEGION OF THE DAMNED, SINISTER, SADISTIC INTENT), Mortar est donc un bel exemple d’album de Death moderne qui ne renie en rien l’héritage des grands anciens, mais qui le fait fructifier au son d’un Metal acharné et techniquement éprouvé, pour prouver justement que le genre a encore des choses à dire, sinon à démontrer. Un disque qui plaira aux furieux qui ne jurent que par des riffs assassins et des pilonnages certains, mais qui ne crachent pas sur un brin de finesse quand l’humeur se veut plus taquine.

A écouter entre deux grands classiques, pour se prouver que les hollandais ont tout à fait leur place dans le milieu, place qui leur correspond le mieux. Ni chef d’œuvre, ni sortie anecdotique, cette troisième livraison des MASSIVE ASSAULT reste classique, mais vous ramonera bien les naseaux.


Titres de l'album:

  1. World Funeral
  2. Cause-Effect
  3. Suffer In Terror
  4. Extinction
  5. Original Sin
  6. Empty Shell
  7. Anger Overdrive
  8. Frozen Hell
  9. Deranged Humanity

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/09/2017 à 14:24
70 %    372

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0