Never Say Never

Arkado

27/03/2020

Aor Heaven

On dit souvent que patience et longueur de temps font plus que force et rage. Si l’adage populaire est vrai, alors les suédois d’ARKADO sont les gens les plus patients et longs de temps. Encore un parcours atypique pour une chronique classique estampillée AOR Heaven, puisque si ces musiciens au long cours sortent aujourd’hui leur premier album, leurs origines nous ramènent à l’orée des années 80. Il faut en effet revenir en l’année 1983 pour trouver trace des débuts de BB2 (BETTER BE TOGETHER), groupe fondé à Ödåkra. Durant sa période d’activité, le combo ne bénéficia que d’une seule occasion de s’exprimer, via un single qui devint l’hymne de l’équipe de foot locale et qui…l’est toujours à ce jour. Ce fut donc la seule production de cet ensemble visiblement promis à un faux anonymat, et qui passa les années suivantes en projets annexes et reformations éparses. Mais en mai 2018, les participants remirent le couvert sous leur nom d’origine, pour un concert complet à Helsingborg, avant d’intégrer à leur line-up de nouveaux musiciens dès le mois d’août. C’est ainsi que les BB2 se rebaptisèrent ARKADO pour bien montrer qu’une nouvelle carrière était lancée, se mettant immédiatement à la composition pour enfin proposer leur musique au grand public. Presque quarante ans d’attente donc pour un premier LP qui à n’en point douter doit être vécu comme une grande victoire personnelle sur le destin, et un soulagement. Et les allemands d’AOR Heaven de se frotter les mains (avec du gel, s’entend) en proposant ce Never Say Never qui s’inscrit parfaitement dans leur politique de promotion.

Aucune surprise eu égard au label et aux origines géographiques et temporelles du groupe. ARKADO est un pur produit de son temps, et un digne représentant de l’école nationale de mélodies, avec son AOR typiquement mid eighties qui rappelle méchamment les SURVIVOR, Robert TEPPER, et autres chantres d’harmonies agressives qui trustaient les ondes et charts américains. A l’écoute de ces morceaux policés et peaufinés on peut aussi penser à une version plus masculine de Tone NORUM, mais à vrai dire, les références ne manquent pas au moment d’évaluer la portée musicale de ce premier LP. Un album qui ne cherche en rien à révolutionner son style, mais qui le pratique avec bonheur et qui en utilise tous les codes et ficelles pour approcher la perfection, et qui l’atteint même sur les morceaux les plus symptomatiques. Et qui par extension s’avère assez difficile à décortiquer, les morceaux sonnant tous comme des classiques, avec leur lot de riffs sages, de lignes vocales superposées, de chœurs célestes et de concessions synthétiques formelles. Sans le vouloir vraiment puisque le début de leur carrière est ancré dans une époque hautement revisitée, les ARKADO sonnent donc vintage sans intention, et s’ancrent dans une mouvance actuelle dont ils auraient pu être les représentants en temps et en heure, s’assurant une crédibilité non négligeable. Mais une crédibilité ne se garantit pas avec un passé, encore faut-il proposer des chansons de qualité, et c’est exactement ce que les suédois vous offrent, avec un maximum de nouveaux titres et une poignée d’anciens.

Seul leitmotiv de la formation, l’originalité des morceaux. Ils refusent en effet de s’approprier le répertoire classique de l’AOR, et osent les originaux, qui sonnent tous comme s’ils avaient été composés entre 1983 et 1985. On sent cette attache ferme dès l’entame de « So Bad », premier tube d’un album qui ne contient que ça, avec ce subtil mélange de 220 VOLTS et Henri Lee SUMMER. Même le son de l’album et sa production sonnent casher, sans vraiment le vouloir, mais en refusant les artifices faciles et bombastic des bidouillages d’un Alessandro DelVecchio. Nous entendons donc des instruments qui semblent captés d’un passé lointain, et sans informations précises, il ne serait pas étonnant que certains pensent à une œuvre exhumée et réhabilitée en remastering, ce que les synthés proéminents de « To Leave it All Behind » semblent confirmer de leur patine clairement analogique. Entre saillies musclées et moments de tendresse, les ARKADO naviguent à vue entre toutes les vagues de nuances, mais ont le mérite de ne pas nous noyer dans la mélasse sentimentale, les ballades ne se départissant jamais d’une distorsion bien présente. Ajoutons en sus la puissance notable du chant de Philip Lindstrom, dont le timbre de voix lyrique mais un peu voilé fait merveille, et transcende des compositions subtiles et précieuses. Avec tous ces atouts en main, pas étonnant que les scandinaves parviennent à tutoyer le lyrisme d’un SURVIVOR ou d’un Jimi Jamison en solo (« Don’t Rape the Nature »), tout en faisant passer un message écologique d’importance. Mais tout comme leurs homologues des eighties, les musiciens n’hésitent jamais à s’aventurer en terrain plus smooth, taquinant la Pop des années 80 pour accoucher de tubes parfaitement irrésistibles (« Walk your Way »). Pas de soucis à vous faire cependant, l’assise étant clairement Rock et Hard, avec toujours cet équilibre délicatement partagé entre la guitare et les claviers, rappelant par moments la magie du DEEP PURPLE le plus radiophonique (« If We Are to Last »).

Démonstration de savoir-faire euphorisante, Never Say Never offre des temps de pause romantiques à souhait, avec cet art éternel de la ballade lacrymale aux arrangements dramatiques (« She’s So Fine »). Mais ces moments d’émotion sont immédiatement contrebalancés d’une charge de Hard Rock mélodique copieuse (« Eagle »), ce qui permet de ne jamais s’égarer sur les chemins de l’indécence mielleuse. Pris indépendamment, les morceaux sont tous des hits imparables, mais pris globalement, ils forment une symphonie composée en l’honneur d’un style indémodable, cet AOR qui n’a jamais cessé de respirer, même lorsqu’on le croyait étouffé dans les souvenirs. Et si « Never Say Never…Again » termine l’album sur une note de douceur, « Carry my Heart » en pénultième intervention rappelle que les ARKADO n’ont jamais perdu leur agressivité en route, malgré ces longues années d’errance. Une belle réussite qui aura pris son temps pour nous parvenir, mais qu’on aime à voir comme le vrai départ d’un groupe qui ne méritait pas d’être abandonné sur le bord de la route du succès.                                    

                                                       

Titres de l’album :

                        01. So Bad

                        02. To Leave it All Behind

                        03. Never say Never

                        04. Don’t Rape the Nature

                        05. Walk your Way

                        06. If We Are to Last

                        07. My Hometown

                        08. She’s So Fine

                        09. Eagle

                        10. Carry my Heart

                        11. Never Say Never Again

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/08/2020 à 18:22
80 %    603

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35