Thrash Metal from A Coruña.

Si vous attendez de moi que je vous en dise plus, vous allez être marron. Non parce que j’ai l’intention de dissimuler des informations, mais tout simplement parce que je n’en sais pas plus. Allez, si, je vous donne en cadeau le line-up du band ( Flo – guitare, Sebas – batterie, Carlos – chant, Ernesto – guitare, Dani – basse et Momo – guitare), en précisant au cas où vous ne l’auriez pas remarqué que le groupe s’articule autour de trois guitaristes, comme à la grande époque sudiste ou du cas MAIDEN, mais en dehors de ça, que dalle, nib, rien. Nous voilà bien avancé pour digresser, et encore une fois, c’est la musique qui va parler, et autant dire qu’elle ne se gêne pas pour le faire. Beaucoup de décibels donc, mais intelligemment agencés, puisque les espagnols se revendiquent d’un Speed/Thrash de tradition, et donc, d’une nuance de ton. On pourrait même parler sans être hors sujet d’un Heavy Thrash rondement mené, faisant la part belle aux mélodies sans en sacrifier à la puissance, dans la plus grande tradition de la sidérurgie allemande des années 80. On pense à SCANNER, mais aussi aux américains de HEATHEN, dernière mouture, en somme, le haut du panier de l’agression organisée, et ce premier méfait, Phantoms Crossing The Sky s’avère donc de très bonne facture, et donne le signal d’une carrière placée sous les auspices de la mesure.

Néanmoins, et malgré des aspirations presque progressives, les INNERSELF n’hésitent pas à appuyer là où ça fait du bien. Ils n’hésitent pas non plus à ventiler leurs idées, temporellement et stylistiquement, puisqu’ils se frottent et se piquent à un peu tout l’extrême d’il y a trois décennies avec un bonheur infini. Les ibères ne manquent pas de flair, et naviguent entre Speed, Thrash, Techno-Thrash, Heavy progressif, le tout avec une aisance naturelle et une énergie de rebelles.

D’ailleurs, l’enchaînement des deux premiers morceaux vous en dira plus long que n’importe quel discours. Si « Speedball Attack » se joue des codes pour amalgamer dans un même élan tout ce qui constitue les fondements du Metal agressif traditionnel, en étalant des breaks magiques aux harmonies tragiques, des accélérations typiques, et des couplets drastiques, « Wolfhunterg » plaque au contraire la carte de l’outrance, et se rebiffe d’un Speed/Thrash explosif, rappelant même la première vague de Metal mordant belge, les CROSSFIRE et consorts, qui ne crachaient jamais sur un tempo de mort. Nostalgie, quand tu nous tiens, et que tu nous noue la gorge en récitant les psaumes des LIVING DEATH et autres DESTRUCTION, tu nous fais du bien, comme ce sextette qui domine son sujet de la guitare et de la rythmique, suggérant même à l’occasion quelques accointances avec le DRAKKAR le plus atomique. Dès lors, et une fois la touche « play » enfoncée, le défilé commence et ne s’arrête qu’au bout de quarante minutes bien tassées, laissant un sentiment d’accomplissement, de plénitude et de ravissement, tant les originaires d’A Coruña sont persuasifs de bout en bout. Doté d’une production compétitive, Phantoms Crossing The Sky est donc bien plus que l’énième album de Vintage Thrash du mois, et dame le pion à des formations plus établies, en jouant simplement son jeu sans chercher à faire des envieux. Et pourtant, il y en aura, tombés sous le charme de « Fuck Off », bien plus précieux et aventureux que son titre ne le laissait présager. Disposant d’un bagage technique certain, les instrumentistes s’en donnent à cœur joie, et les trois guitares croisent le fer entre riffs d’enfer et soli fiers, pendant que la rythmique pulmonaire donne tout ce qu’elle a dans les graves pour tenir le cap, permettant ainsi à un vocaliste enragé de dérouler ses harangues envenimées.

De longs morceaux, débordant d’idées et de plans rondement menés, la fête Speed/Thrash bat son plein et fait le nôtre, d’allusions NWOBHM en clins d’œil nationaux, tout en remettant sur le tapis les canevas tissés par les ateliers de la Bay Area. Des saccades bienvenues, des cassures impromptues, une puissance ténue, tel est le menu de ce premier longue-durée qui fait preuve d’une incroyable maturité, profitant d’un moment d’inattention de notre part pour nous écraser de redondances explosées, à l’image de ce « Phantom Crossing The Sky », que les HELLOWEEN et FORBIDDEN auraient pu se partager à l’occasion d’une tournée. On reste admiratif devant une telle démonstration de savoir-faire, qui tout en restant classique, propose des pistes plus personnelles, notamment en croisant le fer entre les extrêmes, les obligeant à s’unir dans un ballet outrancier, mais toujours contrôlé. Les thèmes abordés se veulent de société, et collent à un instrumental qui parfois ose le Heavy violent bien poussé (« Children of War »), et la tension se laisse installer, ne semblant jamais marquer le pas pour se ressourcer, comme si les guitares l’empêchaient de retomber. Difficile voire impossible de trouver le moindre temps mort ou la moindre faiblesse sur ce LP qui mord, à pleines dents, et qui virevolte d’un Speed hargneux et teigneux (« Between The Lights »), mais professionnel jusqu’au bout des accords. Carlos au chant fait montre d’un potentiel étonnant, raclant ses graves pour mieux s’envoler dans ses aigus, et passant en revue tout le cahier des charges d’un vocaliste Metal du cru, rendant ainsi hommage aux plus grands manieurs de micro de l’histoire. Bluffant ? Pour le moins, mais surtout, intense, et vibrant. Et ça, dans le domaine pratiqué, c’est plus qu’une qualité. C’est un don.

Mélodies, vociférations, alternances et jonctions, chaque minute est exploitée à fond, et les six musiciens ne perdent pas de temps à laisser des restes réchauffés, préférant le premier choix bien préparé, comme ces circonvolutions sur l’infernal « The End Of The Way », qui tonne et résonne d’un lyrisme enflammé. Et en osant le final pur Thrash de « Police Brutality », les espagnols ont tout compris, comme le service, et nous laissent ébahis de tant d’énergie. Une fois encore l’osmose entre eux est palpable, et nous scotche au plafond, déjà salement endommagé par leurs attaques de front. Technique, efficacité, concision et brutalité, mélodies aérées et travaillées, le tableau est complet, et on reste songeur face au caractère amateur d’une réalisation qui mériterait les attentions de labels qui sur rue ont pignon, et qui gagneraient à signer les INNERSELF, histoire d’enrichir leur catalogue d’un combo vraiment carton. Bilan plus que largement optimiste dirais-je, pour ce premier LP euphorique, qui nous trempe les oreilles dans un bouillon culturel synthétisant trente ans de pratique corporelle. Une révélation, pour le moins, et un gang que l’on espère croiser dans le coin, pour un concert d’anthologie qui sublimera encore ces compositions déjà bien béton. Bravo messieurs, et vous aviez raison. Inutile de trop en dire sur vous, votre musique se suffit à elle-même. Tout au plus auriez-vous pu la jouer moins modeste et vous présenter d’un plus juste :

The best Thrash Metal from A Coruña.


Titres de l'album:

  1. Speedball Attack
  2. Wolfhunterg
  3. Fuck Off
  4. Phantoms Crossing The Sky
  5. Children of War
  6. Between The Lights
  7. The End Of The Way
  8. Police Brutality

Facebook officiel

Bandcamp album

par mortne2001 le 14/12/2017 à 14:40
90 %    294

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.