Thrash Metal from A Coruña.

Si vous attendez de moi que je vous en dise plus, vous allez être marron. Non parce que j’ai l’intention de dissimuler des informations, mais tout simplement parce que je n’en sais pas plus. Allez, si, je vous donne en cadeau le line-up du band ( Flo – guitare, Sebas – batterie, Carlos – chant, Ernesto – guitare, Dani – basse et Momo – guitare), en précisant au cas où vous ne l’auriez pas remarqué que le groupe s’articule autour de trois guitaristes, comme à la grande époque sudiste ou du cas MAIDEN, mais en dehors de ça, que dalle, nib, rien. Nous voilà bien avancé pour digresser, et encore une fois, c’est la musique qui va parler, et autant dire qu’elle ne se gêne pas pour le faire. Beaucoup de décibels donc, mais intelligemment agencés, puisque les espagnols se revendiquent d’un Speed/Thrash de tradition, et donc, d’une nuance de ton. On pourrait même parler sans être hors sujet d’un Heavy Thrash rondement mené, faisant la part belle aux mélodies sans en sacrifier à la puissance, dans la plus grande tradition de la sidérurgie allemande des années 80. On pense à SCANNER, mais aussi aux américains de HEATHEN, dernière mouture, en somme, le haut du panier de l’agression organisée, et ce premier méfait, Phantoms Crossing The Sky s’avère donc de très bonne facture, et donne le signal d’une carrière placée sous les auspices de la mesure.

Néanmoins, et malgré des aspirations presque progressives, les INNERSELF n’hésitent pas à appuyer là où ça fait du bien. Ils n’hésitent pas non plus à ventiler leurs idées, temporellement et stylistiquement, puisqu’ils se frottent et se piquent à un peu tout l’extrême d’il y a trois décennies avec un bonheur infini. Les ibères ne manquent pas de flair, et naviguent entre Speed, Thrash, Techno-Thrash, Heavy progressif, le tout avec une aisance naturelle et une énergie de rebelles.

D’ailleurs, l’enchaînement des deux premiers morceaux vous en dira plus long que n’importe quel discours. Si « Speedball Attack » se joue des codes pour amalgamer dans un même élan tout ce qui constitue les fondements du Metal agressif traditionnel, en étalant des breaks magiques aux harmonies tragiques, des accélérations typiques, et des couplets drastiques, « Wolfhunterg » plaque au contraire la carte de l’outrance, et se rebiffe d’un Speed/Thrash explosif, rappelant même la première vague de Metal mordant belge, les CROSSFIRE et consorts, qui ne crachaient jamais sur un tempo de mort. Nostalgie, quand tu nous tiens, et que tu nous noue la gorge en récitant les psaumes des LIVING DEATH et autres DESTRUCTION, tu nous fais du bien, comme ce sextette qui domine son sujet de la guitare et de la rythmique, suggérant même à l’occasion quelques accointances avec le DRAKKAR le plus atomique. Dès lors, et une fois la touche « play » enfoncée, le défilé commence et ne s’arrête qu’au bout de quarante minutes bien tassées, laissant un sentiment d’accomplissement, de plénitude et de ravissement, tant les originaires d’A Coruña sont persuasifs de bout en bout. Doté d’une production compétitive, Phantoms Crossing The Sky est donc bien plus que l’énième album de Vintage Thrash du mois, et dame le pion à des formations plus établies, en jouant simplement son jeu sans chercher à faire des envieux. Et pourtant, il y en aura, tombés sous le charme de « Fuck Off », bien plus précieux et aventureux que son titre ne le laissait présager. Disposant d’un bagage technique certain, les instrumentistes s’en donnent à cœur joie, et les trois guitares croisent le fer entre riffs d’enfer et soli fiers, pendant que la rythmique pulmonaire donne tout ce qu’elle a dans les graves pour tenir le cap, permettant ainsi à un vocaliste enragé de dérouler ses harangues envenimées.

De longs morceaux, débordant d’idées et de plans rondement menés, la fête Speed/Thrash bat son plein et fait le nôtre, d’allusions NWOBHM en clins d’œil nationaux, tout en remettant sur le tapis les canevas tissés par les ateliers de la Bay Area. Des saccades bienvenues, des cassures impromptues, une puissance ténue, tel est le menu de ce premier longue-durée qui fait preuve d’une incroyable maturité, profitant d’un moment d’inattention de notre part pour nous écraser de redondances explosées, à l’image de ce « Phantom Crossing The Sky », que les HELLOWEEN et FORBIDDEN auraient pu se partager à l’occasion d’une tournée. On reste admiratif devant une telle démonstration de savoir-faire, qui tout en restant classique, propose des pistes plus personnelles, notamment en croisant le fer entre les extrêmes, les obligeant à s’unir dans un ballet outrancier, mais toujours contrôlé. Les thèmes abordés se veulent de société, et collent à un instrumental qui parfois ose le Heavy violent bien poussé (« Children of War »), et la tension se laisse installer, ne semblant jamais marquer le pas pour se ressourcer, comme si les guitares l’empêchaient de retomber. Difficile voire impossible de trouver le moindre temps mort ou la moindre faiblesse sur ce LP qui mord, à pleines dents, et qui virevolte d’un Speed hargneux et teigneux (« Between The Lights »), mais professionnel jusqu’au bout des accords. Carlos au chant fait montre d’un potentiel étonnant, raclant ses graves pour mieux s’envoler dans ses aigus, et passant en revue tout le cahier des charges d’un vocaliste Metal du cru, rendant ainsi hommage aux plus grands manieurs de micro de l’histoire. Bluffant ? Pour le moins, mais surtout, intense, et vibrant. Et ça, dans le domaine pratiqué, c’est plus qu’une qualité. C’est un don.

Mélodies, vociférations, alternances et jonctions, chaque minute est exploitée à fond, et les six musiciens ne perdent pas de temps à laisser des restes réchauffés, préférant le premier choix bien préparé, comme ces circonvolutions sur l’infernal « The End Of The Way », qui tonne et résonne d’un lyrisme enflammé. Et en osant le final pur Thrash de « Police Brutality », les espagnols ont tout compris, comme le service, et nous laissent ébahis de tant d’énergie. Une fois encore l’osmose entre eux est palpable, et nous scotche au plafond, déjà salement endommagé par leurs attaques de front. Technique, efficacité, concision et brutalité, mélodies aérées et travaillées, le tableau est complet, et on reste songeur face au caractère amateur d’une réalisation qui mériterait les attentions de labels qui sur rue ont pignon, et qui gagneraient à signer les INNERSELF, histoire d’enrichir leur catalogue d’un combo vraiment carton. Bilan plus que largement optimiste dirais-je, pour ce premier LP euphorique, qui nous trempe les oreilles dans un bouillon culturel synthétisant trente ans de pratique corporelle. Une révélation, pour le moins, et un gang que l’on espère croiser dans le coin, pour un concert d’anthologie qui sublimera encore ces compositions déjà bien béton. Bravo messieurs, et vous aviez raison. Inutile de trop en dire sur vous, votre musique se suffit à elle-même. Tout au plus auriez-vous pu la jouer moins modeste et vous présenter d’un plus juste :

The best Thrash Metal from A Coruña.


Titres de l'album:

  1. Speedball Attack
  2. Wolfhunterg
  3. Fuck Off
  4. Phantoms Crossing The Sky
  5. Children of War
  6. Between The Lights
  7. The End Of The Way
  8. Police Brutality

Facebook officiel

Bandcamp album

par mortne2001 le 14/12/2017 à 14:40
90 %    250

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)