Ruthless

Till Die

06/06/2020

Autoproduction

J’aime bien les trucs qui sortent de l’ordinaire, mais j’avoue qu’un groupe formé en 1998 et qui attend 2020 pour sortir son premier LP est assez étrange en soi. N’ayant aucune information de biographie concernant le passif de ces italiens, je mettrai ça sur le compte de la patience, de la malchance, de l’instabilité ou toute autre raison plus ou moins logique. Mais préoccupons-nous du plus important, à savoir la possibilité d’enfin écouter leurs œuvres, bien qu’une première démo fut éditée en 2005. Quatuor originaire de Sarsina, TILL DIE et son patronyme pour le moins abscons est donc une formation qui se situe dans un créneau de Groove Metal moderne, et que les rares sites abordant leur cas jugent assez technique pour leur accoler le terme de Techno-Thrash. Après écoute du produit en question, je me rangerai plutôt du côté du groupe, puisque ce premier LP est fermement ancré dans une tradition issue des années 90, faisant la part belle à d’énormes riffs simples et sauvages, et à un chant hurlé dans la grande tradition du Hardcore et du Metalcore. On pourrait parfois comparer nos amis à une union sacrée entre ILL NINO et BIOHAZARD d’ailleurs, même s’ils ne possèdent ni l’exotisme des premiers ni le radicalisme new-yorkais des seconds, mais les chansons, bien que directes et brutales, n’en sont pas moins sympathiques. Enregistré au Greencave Studio du guitariste Eric Castiglia, mixé et masterisé au Studio 73 par Riccardo “Paso” Pasini, Ruthless est donc une solide affaire d’immédiateté et de puissance, plus que d’originalité et de suspense, mais laissons le bénéfice du doute au groupe qui écrit là sa première partition sérieuse.

Et sérieuse, elle l’est. Evidemment le principal reproche que l’on formulera à l’encontre de cette sortie est sa linéarité d’apparence, travers dans lequel tombent la plupart des groupes du cru. D’ailleurs, les trois premiers morceaux passent comme un seul, même si l’accélération finale de « Lack of Sleep » laisse présager de quelques surprises dont les italiens seraient éventuellement capables. Et c’est effectivement le cas avec le trépidant « The Price to Live » qui montre que le quatuor en a sous le coude (Filippo Raggi - batterie, Eric Castiglia - guitare et membre de DARKNESS TEARS, Antonio Raggi - guitare et Spado - basse/chant). En se rapprochant d’un mélange entre le PANTERA des années Vulgar Display et du ANNIHILATOR des années 2010, le combo transalpin nous démontre qu’il a plus à nous offrir qu’un mid tempo martelé par un chant éructé, et lorsque les mélodies parviennent enfin à se faire une place, la puissance se voit décuplée et l’attention mieux captée. Plus à son aise lorsqu’il singe les tics vocaux de Phil Anselmo, Spado est donc plus probant lorsqu’il module et hurle plus que d’ordinaire, et à mi album, la physionomie de l’album se voit complètement changée, pour se rapprocher du meilleur du Néo-Thrash des nineties, PANTERA évidemment en tête de liste des influences. Inutile de nier le rapprochement entre le riff de « Lord of the Worms » et les attaques dispensées par le regretté Dimebag Darrell, et le parallèle entre Ruthless et Far Beyond Driven devient de plus en plus pertinent, même si le chant toujours très Core de Spado permet de garder une distance raisonnable avec les maîtres américains.

Rythmiquement imparable, TILL DIE se montre donc plus performant et probant lorsqu’il varie les ambiances et qu’il manipule les saccades avec flair, et la seconde moitié de l’album, bien que non exempte de quelques défauts rattrape aisément la prévisibilité de la première. Certes, l’analogie avec le combo des frangins Abbott est de plus en plus criante au fur et à mesure que les morceaux défilent, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter des inédits période 94/95 des texans, mais la sensation n’est pas si désagréable, et l’album juste assez court pour ne pas verser dans le plagiat. Et si « The Gray Man » se cale sur la ligne du parti des trois premiers morceaux, « Falling » vient nous rassurer de son lick lourd comme du plomb ou le soleil de la Nouvelle-Orléans. Il est à souhaiter que les italiens persistent dans cette voie à l’avenir, les titres trop directs et évidents ne leur rendant pas service, mais lorsque la double grosse caisse parle avec plus de fermeté et que la guitare va chercher dans les ténèbres de quoi s’alimenter, la machine à cauchemars tourne à plein régime. « St. Paul » en épilogue joue la redondance d’un riff méchamment gluant, et impose une fois de plus des syncopes symptomatiques, toujours dans cette veine de Groove/Thrash qu’on apprécie lorsqu’il est pratiqué au plus haut niveau. A défaut d’être efficace et cent pour cent original, ce premier LP des italiens de TILL DIE se montre globalement sous un jour plutôt agréable, pour peu que vous fassiez abstraction de ses facilités les moins pardonnables. On attendra donc à l’avenir plus de compositions à ambiance, et plus de culot pour pouvoir continuer à s’intéresser à la saga. Mais comme entame de carrière après plus de vingt ans de pratique, ça passe juste, et ne laisse pas vraiment de souvenir impérissable.      

                                                      

Titres de l’album :

01. Ruthless

02. Before I Die

03. Anger of Angels

04. Lack of Sleep

05. The Price to Live

06. Lord of the Worms

07. The Gray Man

08. Falling

09. St. Paul


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/09/2022 à 18:34
70 %    73

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51