Voilà qui va faire plaisir à certains de mes confrères de Metalnews. Je le concède, le Doom ne fait aucunement partie de mes styles de prédilection, et je ne m’y penche que très rarement de peur de sombrer dans les abysses de l’ennui. Après tout, et à de rares exception près, le genre semble inamovible depuis les premiers efforts de BLACK SABBATH, voire les exactions de TROUBLE ou ST VITUS, et se contente la plupart du temps de repousser les limites de la lenteur, ou de les troubler légèrement de prétentions lysergiques plus symptomatiques du mode de vie des musiciens que d’une réelle envie d’hybridation par aération. Mais de temps à autres, et pour m’extirper de ma zone de confort, je ne suis pas contre une rencontre fortuite avec des musiciens du cru, et c’est ainsi que ce matin, j’ai décidé de laisser leur chance aux OBSIDIAN SEA, qui d’ailleurs ont négocié en début d’année le dangereux virage du troisième album, de ceux qui confortent ou détruisent des réputations. Niveau bio, les OBSIDIAN SEA nous en viennent de Sofia, Bulgarie, pays dans lequel ils se sont formés en 2009 sous la forme d’un duo. L’ossature du groupe est donc constituée d’Anton Avramov (guitares, basse & chant) et de Bozhidar Parvanov (batterie), duo qui a représenté l’essence du groupe jusqu’en 2012, et est donc le tandem responsable de cette première démo publiée en 2010, mais aussi du premier long Between Two Deserts. 2012 a marqué l’arrivée du bassiste Ivaylo Dobrev, remplacé en 2016 par Delyan Karaivanov. Toujours power-trio à ce jour, le groupe a donc depuis proposé un second LP, Dreams, Illusions, Obsessions en 2015, avant de se murer dans un silence plus ou moins inquiétant pendant quatre ans. Mais c’est avec plaisir que nous les avons retrouvés hébergés sur le label US Ripple Music en mars dernier, pour un troisième opus qui continue le travail entrepris par les deux premiers. Les bulgares n’ont donc pas changé leur formule, et s’abreuvent toujours à la source originelle du Doom, qu’ils allègent d’un sens de la mélodie typique de l’orée des 80’s.

Se réclamant toujours des mêmes influences musicales (BLACK SABBATH, SAINT VITUS, BLACK HOLE, Paul CHAIN), de plus obscurs groupes psychédéliques et des vieux films d’horreur, les OBSIDIAN SEA ne comptent en rien bousculer la hiérarchie du Doom contemporain, qu’ils abordent d’ailleurs avec un classicisme qui en dit long sur leurs inclinaisons. On retrouve les éléments déjà présentés sur les deux premiers albums, ces riffs répétitifs mais harmonieux, ce chant un peu traînant tel qu’il fut popularisé par notre bon vieux Ozzy, cet esprit un peu Fuzz qui nous ramène aux 13Th FLOOR ELEVATORS et à la scène US de la fin des 60’s, et Strangers se veut donc résumé parfait d’une philosophie qui ne bougera pas d’un iota jusqu’à la séparation du groupe. D’ailleurs, comme à leur habitude, ils appuient ce constat par un premier titre plus aérien que la moyenne, rappelant même les débuts du revival des eighties, avec « The Birth of Fear » qui profite d’une guitare volubile et claire et d’un chant légèrement évaporé pour répandre ses effluves dans nos naseaux auditifs. On sent une volonté de ne pas rester figé sur une lourdeur pénible, et une réelle envie de composer de vrais morceaux, adoptant parfois la posture d’un groupe de Stoner un peu plus obsédé par le Heavy Metal que par le Desert Rock. C’est très plaisant, à défaut d’être novateur, et on sent un peu de KYUSS dans le moteur TROUBLE, même si la musique évoque plus les délires de la fin des swinging sixties, lorsque les hippies commençaient à découvrir les joies de l’évasion lysergique.

Mais n’oublions quand même pas que le propre du Doom est de jouer sur l’insistance d’une rythmique fixe et peu prolixe en breaks, et « Every Heart Hides a Killer » de nous le rappeler de sa tristesse de fond. Mais en optant pour des options moins monolithiques que la moyenne, OBSIDIAN SEA ancre plus volontiers sa musique dans les seventies que dans le Doom contemporain, loin des prouesses techniques de ses homologues et des prétentions progressives des plus ambitieux. Avec une production à l’ancienne qui offre à la rythmique suffisamment d’espace et d’écho mat pour s’imposer, ce troisième LP, très formel, préfère des chansons à des litanies, et ne s’impose guère au-delà d’une durée raisonnable. Evidemment, le trio ne peut toujours se brider et se retenir, et dès « A Shore Without a Sea », les huit minutes sont allègrement dépassées, mais pas pour obliger l’auditeur à contempler le paysage désolé d’une pauvre thématique étirée au-delà du raisonnable. De la construction, un peu d’imagination, du flair pour tisser des atmosphères prenantes, et surtout, beaucoup de mélodies, réduites à l’essentiel de quelques notes en arpèges, mais bien présentes. Quelques circonvolutions à la basse, un chant toujours à la limite de la cassure, et de soudaines ruptures graves, pour une relecture des meilleurs efforts du cru, à la frontière entre un SAB’ de la grande époque et ses héritiers d’une décade suivante. Et si chaque minute n’est pas remplie par des idées novatrices ou culottées, les changements de cap sont suffisamment présents pour permettre aux fans de se vider un peu la tête, trop souvent encombrée de pensées lugubres. Ici, la tristesse se veut plus mélancolique que suicidaire, et en se lâchant régulièrement sur des mid tempi, les trois bulgares évitent le piège de la redondance épuisante.

« Strangers », le title-track un peu pataud reprend les formules de « The Birth of Fear » suggérant que les SIR LORD BALTIMORE, LUCIFER'S FRIEND et autres contemporains ont toujours une fanbase très active de nos jours. Dans ses interventions en solo, la guitare d’Anton Avramov est parcimonieuse mais juste, et ne se perd jamais dans des soli interminables et trop épurés pour être intéressants. Avec une fois encore un art consommé de la cassure qui intervient pile au bon moment, et une humilité patente dans la démesure, le trio joue la modération et la raison, et propose un album de musique, de Rock plus généraliste, nous épargnant la fixation du Doom sur des problématiques pénibles. En version alourdie, le groupe profite des bienfaits d’un son léger, et « The Demolished Man » de se traîner le long d’une procession certes assombrie, mais toujours assez vaporeuse pour ne pas étouffer l’espoir. Les riffs sont certes distillés à l’économie, mais ne restent pas collés à la corde de mi, et les évolutions, aussi évidentes soient-elles sont agréables à suivre. Le final « The Play » et ses dissonances légères opte pour un psychédélisme plus moderne, dans une veine VIRUS moins prononcée, mais qui a le mérite de dévier un peu de la trajectoire. Comme je le disais donc, sans prétendre être en position de leader, le trio connait donc son boulot, et soigne sa copie pour offrir un Strangers qui sonnera familier aux tympans des fans mais qui se présente sous un jour clément, et non une sempiternelle nuit sans lune qui fait fuir le plus misanthrope des chefs de meute.  

             

Titres de l'album :

                          1.The Birth of Fear

                          2.Every Heart Hides a Killer

                          3.A Shore Without a Sea

                          4.Strangers

                          5.The Demolished Man

                          6.The Play

Facebook officiel

Bandamp officiel


par mortne2001 le 24/08/2019 à 14:21
75 %    79

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...