Brexit ou pas, les forces musicales Anglaises continuent de faire partie de l’Europe artistique, et il serait malvenu de leur rappeler que les frontières virtuelles qu’ils ont choisi de ranimer les empêchent de diffuser leur musique hors de leur propre pays…

Et puis, dans de nombreux cas, la perte serait énorme niveau qualité de ton et de son. La musique ne fait pas de politique ? Pas toujours en effet, alors acceptons de considérer que ce triste évènement ne concerne que l’Europe économique et non les musiciens qui après tout, n’ont pas demandé forcément à faire machine arrière pour revenir en des temps reculés de protectionnisme.

Qui plus est, eut égard au sujet matinal, le protectionnisme n’a que peu de prise avec la réalité. Car le trio LET IT DIE n’a pas de terrain de jeu cloisonné et peut se targuer d’emprunter les affaires du voisin pour s’aménager sa propre piste ludique.

Déjà responsables d’une démo en 2011, et d’un simple éponyme en 2012, puis d’un split partagé avec les MONOLITHIAN, Alex (batterie), Ben (Guitare et chœurs) et xRedx (chant) nous offrent donc aujourd’hui des vues un peu plus développées sur leur art consommé de l’exploitation bruitiste, qui au passage, balaie quelques poncifs et établit de nouveaux standards de brutalité et de lourdeur.

Simple d’accès, la musique du trio est pourtant ardue à définir. On sent en filigrane de multiples références au Crust Anglais le plus véhément et crasseux, mais les retouches sont très personnelles et plus ouvragées que la violence générale du ton ne le laisse présager.

Certes, le trio est rapide, très, mais aussi lourd, très, compact, moite, assez traumatique dans sa conception de la pesanteur musicale, et alterne avec flair les parties instrumentales chaotiques et les longues litanies Heavy qui font mal à la vie.

Le tout est enrobé dans une production riche mais pas étouffante, qui permet de faire gronder les graves et de polir les médiums, pour une compréhension optimale et une efficacité radicale. Des points faibles dans cet étalage de qualités intrinsèques ?

Il semblerait que non, mais tout dépend de la sensibilité de chacun après tout…

Admettons que le fond de l’air The Liar The Saint est plutôt froid, et bouillant à la fois. L’héritage Crust local n’est jamais très loin, mais il est supporté par une charpente Lowcore conséquente, qui permet aux trois ouvriers de bâtir leur cathédrale sonore en toute quiétude. Mais l’inquiétude de l’auditeur est quant à elle mise à rude épreuve par ce jeu de cache-cache brutal qui ne ménage ni les soudaines accélérations, ni les décélérations inopinées qui nous écrasent et nous lapident sans aucune empathie. Si les allusions au patrimoine national sont patentes, ils convient de souligner aussi les accointances des LET IT DIE avec d’autres entreprises de déconstruction fameuses, comme les TRAP THEM ou NAILS, sans que les trois musiciens ne se permettent des emprunts trop poussés et flagrants.

Voix rocailleuse et gravissime, guitares trois tons en dessous et batterie qui s’accorde parfaitement des changements d’humeur, c’est une structure éprouvée qui trouve ici de nouvelles limites à dépasser. Ça fait mal, et encore plus mal, et le Hardcore fortement industrialisé des Anglais trouve un écho inattendu dans le Sludge ricain le plus touffu, ce qui rend leurs morceaux encore plus abrasifs.

Mais pour être totalement honnête, ou presque, tout est dit et prédit dès l’entame fort peu empathique « Release », qui effectivement libère les démons dans un décorum digne du GODFLESH le plus récent. Pesanteur, moiteur, son qui prend à la gorge et qui occupe tout l’espace, on se croirait presque transporté dans un univers Induscore déshumanisé, jusqu’à ce qu’un mid tempo écraseur à la ENTOMBED des mauvais jours n’accélère un peu le pas. Mais ce pas est décidé, quoiqu’un peu irrégulier, et le tempo joue au chat et à la souris avec vos nerfs, dans un jeu de « 1,2,3 soleil » démoniaque.

Et puis « One Hundred Days » de ruiner à grands coups de Crust intense les velléités de modération, alors même que le feedback, les stridences et autres coupures rythmiques ne mettent à mal la régularité monstrueuse du projet. Et là est véritablement la nature de ce trio décalé, qui ne sait se contenter d’une direction simple et claire, et qui préfère les errances qui aboutissent là où on ne les attend pas forcément pour prendre leur public à la gorge.

Et si « Punish » reste sur le même déroulement, l’intensité monte d’un cran, et les guitares se transforment en mur de gravité en arrière-plan, avant une fois de plus de laisser filtrer un feedback assourdissant, dans la plus grande tradition de l’Anarcho-Core national.

Une touche de Doom, une allusion Sludge, et le mélange est parfait, mais vraiment douloureux.

On pense aussi aux WORLD NARCOSIS qui une fois leur stage chez les flingués de NOISEAR terminé, valident leur acquis en passant une semaine à certifier leurs qualités sous l’égide des PIGS bien décidés à leur apprendre les mauvaises manières Core.

Une synthèse de tout ce que l’underground peut proposer de plus abject, de plus violent, de plus nauséeux, pour finalement se démarquer plus que la moyenne des acteurs de la scène, et qui aboutit à un résultat dont votre psyché musicale n’est pas prête de se remettre.

Et entre les valses bétonnées de « Oderint Dum Metuant » qui appuie encore un peu plus Sludge là où ça Hardcore, et le final cauchemardesque de « Heaven And The Eternity Of Tears (Part II) », qui Indus et Doom là où le Crust commence à couler une bielle, les choses sont complexes et claires à la fois, et une seule opportunité se dégage avec clarté, celle de la malséance harmonique qui pique et fait saigner les chairs au lieu de cautériser la plaie.

Tout ce charabia pour vous dire clairement que The Liar The Saint, le premier LP du trio LET IT DIE est une alternative dangereuse aux convenances d’usage. Avec une grosse poignée de titres brefs qui se concentrent sur la vitesse d’un Crust épais, ou qui alternent les humeurs ébouriffantes et les accalmies pesantes, et une ou deux pièces plus conséquentes, mais pas plus rassurantes, c’est une première tentative qui essaie de se mettre à la hauteur d’un patronyme ne laissant planer aucun doute.

Lapidaire comme du Crust Allemand, lourd comme du Sludge ricain, dissonant comme de l’Indus Anglais, mélange disharmonieux, mais efficace.

 Une jolie façon de traiter le mal par le mal, et de constater l’état d’un monde à l’agonie par la douleur de la lucidité.


Titres de l'album:

  1. Release
  2. One Hundred Days
  3. Punish
  4. Take All The Heads Of The People, And Hang Them Up Before The Lord Against The Sun
  5. Dysphoria
  6. Oderint Dum Metuant
  7. Pathetic
  8. Soul Deceiver
  9. Choke
  10. The Last Monument
  11. Heaven And The Eternity Of Tears (Part I)
  12. Heaven And The Eternity Of Tears (Part II)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/11/2016 à 20:25
80 %    434

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.