Brexit ou pas, les forces musicales Anglaises continuent de faire partie de l’Europe artistique, et il serait malvenu de leur rappeler que les frontières virtuelles qu’ils ont choisi de ranimer les empêchent de diffuser leur musique hors de leur propre pays…

Et puis, dans de nombreux cas, la perte serait énorme niveau qualité de ton et de son. La musique ne fait pas de politique ? Pas toujours en effet, alors acceptons de considérer que ce triste évènement ne concerne que l’Europe économique et non les musiciens qui après tout, n’ont pas demandé forcément à faire machine arrière pour revenir en des temps reculés de protectionnisme.

Qui plus est, eut égard au sujet matinal, le protectionnisme n’a que peu de prise avec la réalité. Car le trio LET IT DIE n’a pas de terrain de jeu cloisonné et peut se targuer d’emprunter les affaires du voisin pour s’aménager sa propre piste ludique.

Déjà responsables d’une démo en 2011, et d’un simple éponyme en 2012, puis d’un split partagé avec les MONOLITHIAN, Alex (batterie), Ben (Guitare et chœurs) et xRedx (chant) nous offrent donc aujourd’hui des vues un peu plus développées sur leur art consommé de l’exploitation bruitiste, qui au passage, balaie quelques poncifs et établit de nouveaux standards de brutalité et de lourdeur.

Simple d’accès, la musique du trio est pourtant ardue à définir. On sent en filigrane de multiples références au Crust Anglais le plus véhément et crasseux, mais les retouches sont très personnelles et plus ouvragées que la violence générale du ton ne le laisse présager.

Certes, le trio est rapide, très, mais aussi lourd, très, compact, moite, assez traumatique dans sa conception de la pesanteur musicale, et alterne avec flair les parties instrumentales chaotiques et les longues litanies Heavy qui font mal à la vie.

Le tout est enrobé dans une production riche mais pas étouffante, qui permet de faire gronder les graves et de polir les médiums, pour une compréhension optimale et une efficacité radicale. Des points faibles dans cet étalage de qualités intrinsèques ?

Il semblerait que non, mais tout dépend de la sensibilité de chacun après tout…

Admettons que le fond de l’air The Liar The Saint est plutôt froid, et bouillant à la fois. L’héritage Crust local n’est jamais très loin, mais il est supporté par une charpente Lowcore conséquente, qui permet aux trois ouvriers de bâtir leur cathédrale sonore en toute quiétude. Mais l’inquiétude de l’auditeur est quant à elle mise à rude épreuve par ce jeu de cache-cache brutal qui ne ménage ni les soudaines accélérations, ni les décélérations inopinées qui nous écrasent et nous lapident sans aucune empathie. Si les allusions au patrimoine national sont patentes, ils convient de souligner aussi les accointances des LET IT DIE avec d’autres entreprises de déconstruction fameuses, comme les TRAP THEM ou NAILS, sans que les trois musiciens ne se permettent des emprunts trop poussés et flagrants.

Voix rocailleuse et gravissime, guitares trois tons en dessous et batterie qui s’accorde parfaitement des changements d’humeur, c’est une structure éprouvée qui trouve ici de nouvelles limites à dépasser. Ça fait mal, et encore plus mal, et le Hardcore fortement industrialisé des Anglais trouve un écho inattendu dans le Sludge ricain le plus touffu, ce qui rend leurs morceaux encore plus abrasifs.

Mais pour être totalement honnête, ou presque, tout est dit et prédit dès l’entame fort peu empathique « Release », qui effectivement libère les démons dans un décorum digne du GODFLESH le plus récent. Pesanteur, moiteur, son qui prend à la gorge et qui occupe tout l’espace, on se croirait presque transporté dans un univers Induscore déshumanisé, jusqu’à ce qu’un mid tempo écraseur à la ENTOMBED des mauvais jours n’accélère un peu le pas. Mais ce pas est décidé, quoiqu’un peu irrégulier, et le tempo joue au chat et à la souris avec vos nerfs, dans un jeu de « 1,2,3 soleil » démoniaque.

Et puis « One Hundred Days » de ruiner à grands coups de Crust intense les velléités de modération, alors même que le feedback, les stridences et autres coupures rythmiques ne mettent à mal la régularité monstrueuse du projet. Et là est véritablement la nature de ce trio décalé, qui ne sait se contenter d’une direction simple et claire, et qui préfère les errances qui aboutissent là où on ne les attend pas forcément pour prendre leur public à la gorge.

Et si « Punish » reste sur le même déroulement, l’intensité monte d’un cran, et les guitares se transforment en mur de gravité en arrière-plan, avant une fois de plus de laisser filtrer un feedback assourdissant, dans la plus grande tradition de l’Anarcho-Core national.

Une touche de Doom, une allusion Sludge, et le mélange est parfait, mais vraiment douloureux.

On pense aussi aux WORLD NARCOSIS qui une fois leur stage chez les flingués de NOISEAR terminé, valident leur acquis en passant une semaine à certifier leurs qualités sous l’égide des PIGS bien décidés à leur apprendre les mauvaises manières Core.

Une synthèse de tout ce que l’underground peut proposer de plus abject, de plus violent, de plus nauséeux, pour finalement se démarquer plus que la moyenne des acteurs de la scène, et qui aboutit à un résultat dont votre psyché musicale n’est pas prête de se remettre.

Et entre les valses bétonnées de « Oderint Dum Metuant » qui appuie encore un peu plus Sludge là où ça Hardcore, et le final cauchemardesque de « Heaven And The Eternity Of Tears (Part II) », qui Indus et Doom là où le Crust commence à couler une bielle, les choses sont complexes et claires à la fois, et une seule opportunité se dégage avec clarté, celle de la malséance harmonique qui pique et fait saigner les chairs au lieu de cautériser la plaie.

Tout ce charabia pour vous dire clairement que The Liar The Saint, le premier LP du trio LET IT DIE est une alternative dangereuse aux convenances d’usage. Avec une grosse poignée de titres brefs qui se concentrent sur la vitesse d’un Crust épais, ou qui alternent les humeurs ébouriffantes et les accalmies pesantes, et une ou deux pièces plus conséquentes, mais pas plus rassurantes, c’est une première tentative qui essaie de se mettre à la hauteur d’un patronyme ne laissant planer aucun doute.

Lapidaire comme du Crust Allemand, lourd comme du Sludge ricain, dissonant comme de l’Indus Anglais, mélange disharmonieux, mais efficace.

 Une jolie façon de traiter le mal par le mal, et de constater l’état d’un monde à l’agonie par la douleur de la lucidité.


Titres de l'album:

  1. Release
  2. One Hundred Days
  3. Punish
  4. Take All The Heads Of The People, And Hang Them Up Before The Lord Against The Sun
  5. Dysphoria
  6. Oderint Dum Metuant
  7. Pathetic
  8. Soul Deceiver
  9. Choke
  10. The Last Monument
  11. Heaven And The Eternity Of Tears (Part I)
  12. Heaven And The Eternity Of Tears (Part II)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/11/2016 à 20:25
80 %    367

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.