Incroyable comme le terme « symphonique » peut me faire fuir à toutes jambes. Accolé à n’importe quelle appellation de genre, il me déclenche une éruption cutanée digne de la pire épidémie de peste bubonique, et si d’aventure j’osais affronter l’adversité en écoutant les groupes s’en réclamant, mon visage se teinterait soudainement de pustules d’une jolie nuance rubiconde…Mais nonobstant ce constat somme toute assez personnel, je ne suis pas plus obtus que la moyenne, et lorsqu’un ensemble tentant des prétentions orchestrales m’offre une base solide et des morceaux qui tiennent debout sans tout un barnum orchestral de pacotille, je remise par derrière moi mes préjugés, et je suis le premier à en chanter les louanges. Encore faut-il que la base soit travaillée, que les compositions restent élaborées, et que le concept ne gravite pas autour d’effets cheap dignes d’un orchestre singé par un vieux DX-7 fatigué…Mais en parlant de claviers, je connais deux musiciens qui en sont passionnés, Kjetil Ytterhus (OMNIA MORITUR) et André Aaslie (FUNERAL, IMAGES AT TWILIGHT, ABYSSIC), et qui justement ont uni leurs forces il y a quelques années pour proposer leur propre vision d’un Black Metal épique via la création de leur propre entité PROFANE BURIAL. Avec une formation complétée par Bjørn Dugstad Rønnow (batterie, FIGHT THE FIGHT, TROLLFEST), Jostein Thomassen (guitare et basse, FRACTURE) et le redoutable frontman Ronny Thorsen (chant, TRAIL OF TEARS, BLOOD RED THRONE), les deux acolytes étaient fin prêts à déverser sur le monde leur haine en forme de symphonie macabre, et il faudra donc attendre encore un peu avant que notre label chéri Apathia ne le distribue dans une superbe édition digipack dès le vingt-trois de ce mois…Et faites-moi confiance, si la maison de disques française s’est investie dans ce projet, c’est qu’il y a évidemment anguille sous roche, et baguette d’or près du pupitre…

Je le disais, le symphonique ne s’arrange guère de facilité instrumentale, et ne doit surtout pas représenter une échappatoire pour frustrés du classique, dont le talent ne s’accorderait guère de son exigence. On connaît les travers les plus symptomatiques du genre, de ces synthés qui sonnent comme tels et qui peinent à reproduire en digital les sons cristallins des violons ou la puissance des cuivres, à ces déviances de compositions qui confondent Verdi et Paganini. Ici, ce genre de défaut n’est pas à souligner, puisque les deux ordonnateurs du projet connaissent leur boulot sur le bout des touches, et nous ont concocté une bande-son de l’horreur à satisfaire le plus pointilleux des fans de Lovecraft. En se servant d’une base BM traditionnelle, très ancrée dans la mouvance la plus 90’s, Kjetil et André ont ensuite brodé des thèmes mélodiques ouvragés, qui renvoient dans les miroirs de l’illusion les suiveurs les plus tristes, et qui se permettent parfois de tutoyer les sommets les plus élevés d’EMPEROR ou de SEPTICFLESH, sans pour autant paraphraser l’un ou l’autre. On est en tous cas très loin de la facilité gothico-commerciale des CRADLE OF FILTH, et chaque morceau est une pierre de plus ajoutée à cette cathédrale sonore, aussi brutale qu’emphatique. Les musiciens n’ont reculé devant aucun effort pour friser la perfection, et de cette production ample mais claire qui donne latitude à tout le monde jusqu’à cette interprétation au millimètre, en passant par ces arrangements d’une richesse sombre, chaque détail a été étudié et optimisé pour s’intégrer dans un cadre global à la grandiloquence morbide. Car aussi symphonique soit The Rosewater Park Legend, il n’en est pas moins une grande œuvre de Black Metal contemporaine qui va rechercher dans le passé de quoi meubler son avenir. Et le nôtre, par extension.

Pour envisager l’œuvre dans toute sa démesure et sa richesse, il suffirait de se dire qu’il y a autant de talent qui sépare cet album du dernier DIMMU BORGIR, qu’il n’y en avait éloignant RONDO VENEZIANO de Verdi. Certes, l’image est quelque peu exagérée, mais en cinquante minutes de musique, les norvégiens couvrent tant de terrain que les superlatifs abondent à l’esprit. Pour être honnête, cette première réalisation est si exempte de défaut qu’on a le sentiment qu’elle se plaît à synthétiser tous les aspects les plus séduisants du créneau, en l’expurgeant de ses scories les plus encombrantes. Tenant tout autant de l’opéra maudit que de la bande originale de film d’épouvante majeur, The Rosewater Park Legend se répand en longs chapitres qui se veulent aussi graves qu’harmonieux, et qui tendent parfois à recréer l’esprit originel de l’Horror Metal, tel qu’il fut défini en son temps par des références comme KING DIAMOND ou DEATH SS, le sérieux et l’application en plus. Pas de gimmicks encombrants ici, mais des parties orchestrales bluffantes de vérité, qui parviennent sans mal à recréer artificiellement l’esprit dramatique d’un véritable orchestre, sans pour autant empiéter sur un instrumental à la profondeur abyssale. Difficile d’extraire un exemple précis d’un ensemble indivisible, mais à l’écoute d’une petite merveille comme « An Interlude (Or How the Curse Of Rosewater Park Began) », on se prend à rêver d’un univers parallèle, peuplé de créatures à la Burton et de décors à la Murnau, sinuant dans l’imaginaire du bestiaire le plus fou de Clive Barker, dans un inconnu qui ne rassure pas plus qu’il ne protège des monstres. Son énorme, progression en petites touches discrètes, et accumulation d’effets et de sons tournoyants qui nous enferment dans un linceul mélodique aussi nocif que protecteur, tout est agencé superbement pour nous faire perdre contact avec la réalité, et nous immerger dans un monde où l’onirisme gothique règne en maître…

J’ai bien conscience que ces allusions pourront sembler excessives à bon nombre d’entre vous, mais même après plusieurs écoutes attentives du produit en question (que le terme « produit » peine à définir de ses connotations triviales d’ailleurs), je ne suis toujours pas parvenu à trouver une faille à ce monolithe forgé d’une inspiration bouillonnante et terrifiante. Et si parfois l’horloge tourne au point de donner l’illusion de ne plus s’arrêter, la passion ne cède pas un pouce à la facilité, et « The Tale The Witches Wrote » d’achever de nous convaincre de la pertinence de la démarche et du - osons le terme - génie de ces compositeurs/arrangeurs de l’extrême qui ont tellement poli leur œuvre qu’elle brille encore dans la nuit. Avec des parties de guitare aussi grondantes qu’un orage d’automne, et les litanies vocales d’un Ronny Thorsen au timbre très proche de Mortuus de MARDUK, PROFANE BURIAL peut se targuer d’incarner conjointement la déliquescence âpre d’un Black Metal vraiment aride, et la déraison d’un Symphonique méchamment emphatique, sans que l’équilibre ne soit rompu par manque de clairvoyance ou par excès de violence. Il est très rare de trouver juste milieu aussi parfaitement incarné, mais le quintette maintient la pression jusque dans les dernières mesures, et assume sa démesure tout en restent prudent et précautionneux en termes de pertinence d’agencement. On se retrouve donc face à un monument impressionnant, s’élevant dans des cieux embrumés, et surtout, face à de gigantesque portes qu’il convient de passer pour pénétrer un univers différent, fait d’ombre et de lumière, et de douceur classique et de brutalité métallique. Malgré le métier de tous les acteurs de cette entreprise, difficile de croire que The Rosewater Park Legend n’est qu’un premier jet tant il expire la maîtrise et respire la perfection, mais tel est l’apanage des musiciens d’exception. Et de fait, cet album pourrait incarner une quintessence, et surtout la preuve que le mot « symphonique », lorsqu’il n’est pas traduit dans un langage vulgarisant, peut s’accoler à n’importe quel genre pour le transcender et l’habiter de sa personnalité complexe. On peut parler de chef d’œuvre, ou garder une certaine mesure. Mais la mesure n’étant pas le choix initial des norvégiens, le choix est rapidement fait.


Titres de l'album:

  1. The Tower Bell
  2. The Stench Of Dying Roses (The Children's Song)
  3. The Soldier's Song
  4. A Different Awakening (A Proclamation By The Priest)
  5. An Interlude (Or How the Curse Of Rosewater Park Began)
  6. The Letters
  7. The Tale The Witches Wrote

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/03/2018 à 14:51
90 %    399

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


James
@176.179.171.227
19/03/2018 à 19:57:21
Wow, merci pour la découverte, c'est très prometteur tout ça

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)