Leatherface l’avait lui-même inscrit comme devise sur sa chaîne à trancher les traînées. Et SODOM nous l’avait chanté, « The Saw Is The Law ». JACKYL s’en faisait une joie de soli accomplis, et EXHUMED s’est aussi beaucoup amusé à découper de gros tronçons Gore pour amuser les cantonniers. Alors c’est vous dire si dans le Metal, la tronçonneuse, on connaît. En Allemagne aussi, puisque les barges MORPHOSYS nous en proposent une nouvelle variante, en concept d’album, qui finalement, taille dans le gras aussi, pour tenter de nous présenter quelques côtelettes bien soignées. Bon, on ne va pas se mentir, aussi artisanale soit la boucherie familiale, on en connaît les rayons, et pas seulement parce que le groupe en décore les étals depuis 2002. Une première démo (Morphosys, 2004), un premier EP en langue de Goethe (Der Blutmond, 2006), et deux longue-durée, The Chopping Block en 2009 et A Face Of Leather (tiens donc…) en 2011, avant un long silence de six ans, sans doute pour aiguiser des couteaux émoussés. Les voici donc de retour avec The Saw Is Family, qui ne fera bizarrement pas tâche dans leur discographie, non parce qu’ils bossent proprement, mais parce qu’il reprend peu ou prou les mêmes techniques d’équarrissage que ses prédécesseurs. Alors, si vous aimez le bon gros Death à tendance Thrash saignant, un conseil, ne laissez pas passer l’occasion de venir les saluer.

Pochette ornée d’un outil chromé, à la lame chaînée bien huilée, pour une grosse demi-heure de brutal qui laisse les tendons saigner. Autant être franc, le quatuor (Chris Caravello - chant & tronçonneuse, Marko - guitare, Jazz – putain de basse et Alex – batterie), ne fait ni dans la dentelle, ni dans les crépinettes sur lit de brocolis, et ne se perd pas en conjectures pour nous refourguer ses riffs limites faisandés et ses grognements étouffés. Aucune originalité à attendre d’un groupe qui multiplie les références, celles déjà citées, mais aussi CANNIBAL CORPSE, DEBAUCHERY évidemment, et même MASSACRE, dont ils reprennent le « Corpse Grinder » en fin de parcours. De quoi se faire les dents et se coucher avec un taux de satiété satisfaisant ? Certes, les allemands ont bien chargé la sauce Death, qui prend, malgré des automatismes flagrants et une propension à aller toujours du même avant. Heureusement pour eux, quelques passages sympathiquement Heavy viennent faire la différence et alléger la pitance, de même qu’une patine Thrash barbare générale qui rend le tartare plus digeste. En dehors de ça, rien de notable à pointer du doigt coupé, si ce n’est un certain flair pour décocher des parties accrocheuses et timidement mélodiques.

Ça joue assez bien, très carré, les mecs connaissent leur boulot, mais au petit jeu du « qui joue quoi ? », la partie est vite gagnée, puisque les références ne sont même pas planquées. A vous de voir si vous serez capables de les repérer, mais je vous garantis que même en étant à moitié sourd, elles ne sont pas difficiles à dénicher.

Un certain sens du chaloupé rythmique apporte à l’ensemble une fraîcheur qui permet d’aérer la chambre froide, tout comme des vocaux, qui lorsqu’ils sont uniques ont tendance à se répéter, alors qu’ils assurent la pesée lorsqu’ils sont superposés. On imagine alors très bien une famille de tarés vous introduire à leur petite échoppe familiale planquée, alors que dans l’arrière-boutique, un vieux transistor fatigué résonne d’un tube Heavy/Thrash oublié (« Storm Of Blood », l’une des meilleures plâtrée).

Tout n’est pas dit dès le jeu de mot d’intro « Carniwar », qui pourtant ne ménage pas ses effets de bruitages motorisés, et c’est certainement ce qui apporte une plus-value à cet album somme toute assez prévisible. MORPHOSYS tente quand même quelques nuances dans la vitesse d’abattage, et atteint parfois des sommets de violence performante, comme le démontre « Memory Of The Insane », intelligemment accéléré, au pont rythmiquement désaxé, et aux arrangements vocaux possédés. Blasts, ambiance à la CANNIBAL CORPSE, on se laisse embringuer, et finalement, le déplacement n’est pas si déplaisant.

Nous avons même droit à des séquences purement Heavy, lourdes, emphatiques, et légèrement empruntées, mais qui permettent de saucer son plat sans rien gâcher (« Fleischelust »). Le title-track lui-même vaut le détour avec son Death à rebours, qui ne tente pas l’aller-retour et qui impose sa graisse dans la largeur, mais mangeable à toute heure (« The Saw is Family », classique, mais efficace comme un coup de trique).

En version longue, le quatuor sait imposer son point de vue pour nous laisser repus de blasts, de cris et de menace impromptues (« You Shall Bleed », le plus conventionnel du lot, mais belle démonstration de force sur le taureau), pour mieux nous surprendre l’instant suivant d’un dernier coup de machette Heavy qui vaut tripette (« Todesengel », groovy et moody).

La reprise de MASSACRE respecte l’original, et vaut presque celle de From Beyond, sauf qu’elle nous en épargne l’interminable intro, pour se concentrer sur la charge plombée de Kam Lee & co. Du beau boulot, scolaire et linéaire, mais qui permet de finir l’album sur une note joyeuse.

En gros, une bonne feuille bien meulée, pour un troisième album qui ne chamboulera pas le genre, mais qui y apportera sa petite et modeste contribution, tout en s’offrant quelques pistes Heavy’n’Thrash qui redorent un peu le blason. MORPHOSYS reste donc avec The Saw Is Family le petit groupe sympathique que l’on a toujours connu, qui sait vous rassasier, sans se faire passer pour une enseigne hautement respectée. Mais l’essentiel est d’en avoir pour son argent, et de rester entre bonnes gens aux goûts un peu déviants, comme Leatherface et sa bande d’allumés texans.

Et si la tronçonneuse fait partie de la famille, c’est qu’elle touche sa bille. Et qu’elle la coupe aussi un peu.


Titres de l'album:

  1. Carniwar
  2. The Saw Is Family
  3. Torture Chamber
  4. The Walking Dead
  5. Storm Of Blood
  6. Memory Of The Insane
  7. Fleischeslust
  8. You Shall Bleed
  9. Todesengel
  10. Corpse Grinder

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/10/2017 à 14:05
70 %    344

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...