Il semblerait qu’à mesure que l’apocalypse attendue se dessine de plus en plus, entre les coups de sang nationalistes de Donald T, les missiles Satan-2 de Poutine, les explosions interdites de Kim, et le flux de migrants fuyant les bombes ravageant leurs pays, sans parler des attentats signés Daesh ou l’EI, le pouvoir du serpent, figure ancestrale du pêché et de la chute morale se fasse une place de plus en plus importance dans l’actualité.

Et de facto, devienne un gage de qualité dangereux pour de nombreux groupes utilisant son iconographie. TESTAMENT en a orné la pochette et flanqué le titre de son dernier et excellent album, MARDUK en a fait de même avec son Serpent Sermon, et voilà donc CROWBAR fêtant son retour de la même façon, aussi tonitruante, et cherchant, quelque part dans ses origines, une façon d’avancer vers un futur de plus en plus incertain, mais indubitablement violent…

Outre cette remarque pas forcément anecdotique, ce The Serpent Only Lies pose de multiples questions. La plus importante étant celle-ci :

Est-ce qu’un groupe qui a défini les fondements et contours d’un style à lui tout seul est encore capable de se renouveler, de ne pas radoter sa lenteur et d’imposer une pachydermie stérile à une horde de fans dont la soif de lourdeur n’est jamais étanchée ?

La réponse est possible, mais ne va certainement pas plaire à tout le monde. Car visiblement, pour aller de l’avant, les créatifs sont parfois obligés de regarder en arrière. Très loin en arrière. Vers leurs propres origines, mais aussi vers celles qui les ont poussés à prendre les instruments pour développer une vision personnelle. C’est ce que Kirk Windstein déclare à mots non couverts…

« J’ai regardé en arrière, volontairement, et réécouté un paquet de vieux trucs de CROWBAR, comme l’album éponyme ou Broken Glass, pour savoir où j’en étais vingt ans plus tard. Je me suis aussi replongé dans les influences de mon groupe au départ, des trucs comme TROUBLE, SAINT VITUS, les MELVINS ou même le premier TYPE O NEGATIVE…C’était comme faire mes devoirs en quelque sorte… »

Avec une déclaration pareille en guise de justification pour ce onzième album studio, nous étions en droit d’attendre un pèlerinage sur les terres saintes des origines, et donc des échos d’Obedience Thru Suffering, de Crowbar ou de Time Heals Nothing, sans même parler d’embruns exhalant d’une mer de Doom à la TROUBLE, ce qui semblait peu probable au vu des efforts récents de la bande.

Qui plus est, The Serpent Only Lies célébrait le retour à la casa de Todd Strange, ce qui en soi était un signe plutôt rassurant sur les intentions originelles dévoilées par Kirk. Mais las, une fois de plus, l’enthousiasme promotionnel prit le pas sur la réalité, et même si certaines sonorités nous rapprochaient des origines, il faut avouer que ce onzième LP ressemble plus aux travaux récents de CROWBAR qu’à leurs jets de bile grasse initiaux…

« Certains morceaux ont moins de paroles pour laisser les riffs respirer, méthode que j’avais abandonnée depuis quelques années. Et ce retour à cette façon de procéder était purement volontaire. »

Alors oui, quelque part des réminiscences du passé se font sentir, par touches fugaces. Ces lourds riffs processionnels, ces longues litanies instrumentales lourdes et sourdes qu’on trouvait déjà aux origines du mal. Ce chant un peu en retrait, semblant souffrir des mots qu’il distille avec parcimonie.

Mais soyons réaliste, le malaise ambiant d’albums tétanisant comme Obedience Thru Suffering, le grain des guitares et le monochrome passé et trouble de la production font défaut, et The Serpent Only Lies se rapproche plutôt de l’œuvre charnière du groupe, celle des années 2000, celle d’Equilibrium ou de Sonic Excess, avec évidemment de fréquents clins d’œil à Sever The Wicked Hand ou le dernier LP paru il y a deux ans, Symmetry In Black.

On retombe parfois sur la poix dans laquelle se fondaient les riffs énormes du passé, de manière régulière dans la forme d’ailleurs, mais moins dans le fond. CROWBAR, après presque vingt ans d’existence sait maintenant via les désirs de son leader où se situe la bonne situation pour exploiter ses idées, et ne dévie que très rarement de cette zone dans laquelle il se sent bien.

Ce qui donne des itérations parfois irritantes, comme ces deux premiers morceaux qu’on penserait issus de la même globalité d’idées (« Falling While Rising » et « Plasmic And Pure »), mais là aussi, le style ne permettant que des mouvements d’ampleur minimale, il est difficile de juger…

De qualité, joué comme d’habitude avec les tripes, mais un peu trop « rassurant » dans l’exécution. Il faut alors se retourner vers les impulsions plus « nerveuses » ou au contraire vers les instants plus délicats et sensibles, comme la mélodie amère de « Song Of The Dunes », qui peut évoquer un DOWN apaisé ou un ALICE IN CHAINS qui tenterait le coup de la cover cachée de TROUBLE pour avoir son lot de surprise.

A contrario donc, un titre comme « I Am The Storm », qui pendant un peu moins de trois minutes cavale d’un tempo que n’aurait pas renié le EYEHATEGOD le plus énervé, celui de « Agitation! Propaganda! » apporte une bouffée d’air vicié un peu moins systématiquement oppressante qu’une simple succession de riffs lourds et pesants, qui finalement tombent souvent un peu à plat.

Soufflé qui retombe trop vite ?

Non, juste un plat que l’on a dégusté tant de fois avec plaisir qu’on en connaît les moindres nuances…

Mais le seul défaut de The Serpent Only Lies est justement d’être bon du début à la fin, mais…sans la fève à l’intérieur qui nous cassera les dents ou fera de nous – et d’eux – des rois. Juste un survol de carrière, pas si fouillé que ça d’ailleurs, et qui ne fait que frôler les origines, malgré les déclarations affirmées.

« On Holy Ground », après quelques harmonies passées sait trouver les changements de tempo idoines pour accompagner un riff nostalgique, et se place au premier plan, tandis que « As I Heal » retrouve les tics réguliers pour offrir un épilogue un peu plus noir que la moyenne, et ne se contente pas du pilote automatique Sludge qui permet à la majorité des pistes d’atterrir sans encombres.

« Si tu sors des albums de qualité, que tu continues de donner de bons concerts chaque soir, et que tu traites toujours tes fans avec respect, alors les gens se rappelleront de toi ».

C’est Kirk lui-même qui affirme ceci, et comment lui donner tort ? De ce point de vue honnête, The Serpent Only Lies respecte la parole d’un homme qui n’a jamais dévié de sa trajectoire et qui a toujours considéré ses fans comme des amis qu’il convient de traiter avec les honneurs.

D’où cette musique certes sans grands chamboulements, mais toujours aussi dense et troublante. Et n’est-ce pas plus important que des effets de manche à l’impact immédiat mais fugace ?

 Le serpent ment, mais CROWBAR rétablit toujours la vérité.


Titres de l'album:

  1. Falling While Rising
  2. Plasmic And Pure
  3. I Am The Storm
  4. Surviving The Abyss
  5. The Serpent Only Lies
  6. The Enemy Besides You
  7. Embrace The Light
  8. On Holy ground
  9. Song Of The Dunes
  10. As I Heal

Site officiel


par mortne2001 le 01/11/2016 à 17:01
75 %    450

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)