Il semblerait qu’à mesure que l’apocalypse attendue se dessine de plus en plus, entre les coups de sang nationalistes de Donald T, les missiles Satan-2 de Poutine, les explosions interdites de Kim, et le flux de migrants fuyant les bombes ravageant leurs pays, sans parler des attentats signés Daesh ou l’EI, le pouvoir du serpent, figure ancestrale du pêché et de la chute morale se fasse une place de plus en plus importance dans l’actualité.

Et de facto, devienne un gage de qualité dangereux pour de nombreux groupes utilisant son iconographie. TESTAMENT en a orné la pochette et flanqué le titre de son dernier et excellent album, MARDUK en a fait de même avec son Serpent Sermon, et voilà donc CROWBAR fêtant son retour de la même façon, aussi tonitruante, et cherchant, quelque part dans ses origines, une façon d’avancer vers un futur de plus en plus incertain, mais indubitablement violent…

Outre cette remarque pas forcément anecdotique, ce The Serpent Only Lies pose de multiples questions. La plus importante étant celle-ci :

Est-ce qu’un groupe qui a défini les fondements et contours d’un style à lui tout seul est encore capable de se renouveler, de ne pas radoter sa lenteur et d’imposer une pachydermie stérile à une horde de fans dont la soif de lourdeur n’est jamais étanchée ?

La réponse est possible, mais ne va certainement pas plaire à tout le monde. Car visiblement, pour aller de l’avant, les créatifs sont parfois obligés de regarder en arrière. Très loin en arrière. Vers leurs propres origines, mais aussi vers celles qui les ont poussés à prendre les instruments pour développer une vision personnelle. C’est ce que Kirk Windstein déclare à mots non couverts…

« J’ai regardé en arrière, volontairement, et réécouté un paquet de vieux trucs de CROWBAR, comme l’album éponyme ou Broken Glass, pour savoir où j’en étais vingt ans plus tard. Je me suis aussi replongé dans les influences de mon groupe au départ, des trucs comme TROUBLE, SAINT VITUS, les MELVINS ou même le premier TYPE O NEGATIVE…C’était comme faire mes devoirs en quelque sorte… »

Avec une déclaration pareille en guise de justification pour ce onzième album studio, nous étions en droit d’attendre un pèlerinage sur les terres saintes des origines, et donc des échos d’Obedience Thru Suffering, de Crowbar ou de Time Heals Nothing, sans même parler d’embruns exhalant d’une mer de Doom à la TROUBLE, ce qui semblait peu probable au vu des efforts récents de la bande.

Qui plus est, The Serpent Only Lies célébrait le retour à la casa de Todd Strange, ce qui en soi était un signe plutôt rassurant sur les intentions originelles dévoilées par Kirk. Mais las, une fois de plus, l’enthousiasme promotionnel prit le pas sur la réalité, et même si certaines sonorités nous rapprochaient des origines, il faut avouer que ce onzième LP ressemble plus aux travaux récents de CROWBAR qu’à leurs jets de bile grasse initiaux…

« Certains morceaux ont moins de paroles pour laisser les riffs respirer, méthode que j’avais abandonnée depuis quelques années. Et ce retour à cette façon de procéder était purement volontaire. »

Alors oui, quelque part des réminiscences du passé se font sentir, par touches fugaces. Ces lourds riffs processionnels, ces longues litanies instrumentales lourdes et sourdes qu’on trouvait déjà aux origines du mal. Ce chant un peu en retrait, semblant souffrir des mots qu’il distille avec parcimonie.

Mais soyons réaliste, le malaise ambiant d’albums tétanisant comme Obedience Thru Suffering, le grain des guitares et le monochrome passé et trouble de la production font défaut, et The Serpent Only Lies se rapproche plutôt de l’œuvre charnière du groupe, celle des années 2000, celle d’Equilibrium ou de Sonic Excess, avec évidemment de fréquents clins d’œil à Sever The Wicked Hand ou le dernier LP paru il y a deux ans, Symmetry In Black.

On retombe parfois sur la poix dans laquelle se fondaient les riffs énormes du passé, de manière régulière dans la forme d’ailleurs, mais moins dans le fond. CROWBAR, après presque vingt ans d’existence sait maintenant via les désirs de son leader où se situe la bonne situation pour exploiter ses idées, et ne dévie que très rarement de cette zone dans laquelle il se sent bien.

Ce qui donne des itérations parfois irritantes, comme ces deux premiers morceaux qu’on penserait issus de la même globalité d’idées (« Falling While Rising » et « Plasmic And Pure »), mais là aussi, le style ne permettant que des mouvements d’ampleur minimale, il est difficile de juger…

De qualité, joué comme d’habitude avec les tripes, mais un peu trop « rassurant » dans l’exécution. Il faut alors se retourner vers les impulsions plus « nerveuses » ou au contraire vers les instants plus délicats et sensibles, comme la mélodie amère de « Song Of The Dunes », qui peut évoquer un DOWN apaisé ou un ALICE IN CHAINS qui tenterait le coup de la cover cachée de TROUBLE pour avoir son lot de surprise.

A contrario donc, un titre comme « I Am The Storm », qui pendant un peu moins de trois minutes cavale d’un tempo que n’aurait pas renié le EYEHATEGOD le plus énervé, celui de « Agitation! Propaganda! » apporte une bouffée d’air vicié un peu moins systématiquement oppressante qu’une simple succession de riffs lourds et pesants, qui finalement tombent souvent un peu à plat.

Soufflé qui retombe trop vite ?

Non, juste un plat que l’on a dégusté tant de fois avec plaisir qu’on en connaît les moindres nuances…

Mais le seul défaut de The Serpent Only Lies est justement d’être bon du début à la fin, mais…sans la fève à l’intérieur qui nous cassera les dents ou fera de nous – et d’eux – des rois. Juste un survol de carrière, pas si fouillé que ça d’ailleurs, et qui ne fait que frôler les origines, malgré les déclarations affirmées.

« On Holy Ground », après quelques harmonies passées sait trouver les changements de tempo idoines pour accompagner un riff nostalgique, et se place au premier plan, tandis que « As I Heal » retrouve les tics réguliers pour offrir un épilogue un peu plus noir que la moyenne, et ne se contente pas du pilote automatique Sludge qui permet à la majorité des pistes d’atterrir sans encombres.

« Si tu sors des albums de qualité, que tu continues de donner de bons concerts chaque soir, et que tu traites toujours tes fans avec respect, alors les gens se rappelleront de toi ».

C’est Kirk lui-même qui affirme ceci, et comment lui donner tort ? De ce point de vue honnête, The Serpent Only Lies respecte la parole d’un homme qui n’a jamais dévié de sa trajectoire et qui a toujours considéré ses fans comme des amis qu’il convient de traiter avec les honneurs.

D’où cette musique certes sans grands chamboulements, mais toujours aussi dense et troublante. Et n’est-ce pas plus important que des effets de manche à l’impact immédiat mais fugace ?

 Le serpent ment, mais CROWBAR rétablit toujours la vérité.


Titres de l'album:

  1. Falling While Rising
  2. Plasmic And Pure
  3. I Am The Storm
  4. Surviving The Abyss
  5. The Serpent Only Lies
  6. The Enemy Besides You
  7. Embrace The Light
  8. On Holy ground
  9. Song Of The Dunes
  10. As I Heal

Site officiel


par mortne2001 le 01/11/2016 à 17:01
75 %    422

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !