The Suffering

Soulwound

11/09/2020

Inverse Records

De nos jours, nous sommes plus habitués à ce que la Finlande nous recycle le Hard Rock des années 70 revu et corrigé à la sauce Synth-Pop des années 80, mais comme les exceptions confirment toujours la règle, je prends acte du troisième album des nationaux de SOULWOUND. En activité depuis 2005, les originaires d’Anjalankoski ont travaillé à leur rythme, publiant quatre démos coup sur coup avant de se lâcher sur un premier longue-durée en 2013. C’est donc par le biais de Seeing Red que nous avions fait leur connaissance, et trempé nos oreilles dans ce subtil crossover de Thrash et de Death, se montrant évidemment plus efficace qu’original. Trois ans plus tard, ce fut No Peace qui alluma la mèche de l’obus de la guerre contre un Metal trop timoré, et après quatre ans de silence et d’élaboration, la troupe nous en revient encore plus déterminée via ce déterminant troisième LP supposé leur faire franchir une étape supplémentaire. Précisons que les musiciens ont travaillé d’arrache-pied pour offrir à leur fanbase l’album le plus solide qui soit, et à l’écoute de The Suffering, on comprend rapidement que les dits fans ne risquent pas de se sentir lésés. Utilisant depuis leurs débuts des références incontournables (SEPULTURA, FEAR FACTORY, SLAYER, MACHINE HEAD, TESTAMENT ou DEATH), les SOULWOUND se rapprochent aussi de la vague Melodeath scandinave, avec des clins d’œil plus que poussés à des ensembles comme AT THE GATES ou SOILWORK, quoique leur Thrash garde cette emprunte old-school qui leur permet de se détacher habilement de cette vague. Mais avec une frontière constamment foulée entre Thrash et Death, The Suffering peut-être apprécié par les accros à l’extrême raisonnable et mélodique de tout poil, et constitue une somme de travail impressionnante.

Emballé dans une jolie pochette, ce troisième tome de la saga finlandaise propose un visage lifté, une attitude renouvelée, et des muscles bandés. Sans vraiment choisir leur camp, les cinq musiciens osent donc viser la perfection dans un genre qui ne supporte plus le simple copié/collé, et proposent des compositions intelligentes, bien amenées, classiques, mais explosives. Alternant avec flair les décollages à 5G et les accalmies Heavy du plus bel effet, SOULWOUND distille donc un joli panaché de son œuvre, en s’appuyant sur une rythmique toujours aussi solide. Et avec des parties de batterie enregistrées, mixées et masterisées par Saku Moilanen (AEONIAN SORROW, WOLFHEART, BLOODRED HOURGLASS) aux Deep Noise Studios, The Suffering peut s’appuyer sur de solides bases de diversité pour nous entraîner sur la piste d’un Thrash/Death de première catégorie. J’en veux pour exemple le lourd et glauque « Pleasures », qui en six minutes impose une atmosphère pesante et moite, qui permet de placer des lignes de chant vraiment graves et rauques sur fond d’instrumental étouffant. En oscillant constamment entre toutes les fragrances du Thrash, le collectif finlandais constitué d’Ilkka Valkonen (chant), Niko Huusari (guitare), Mikko Huusari (guitare), Joni Järvenmäki (basse) et Janne Huusari (batterie) s’avance donc et refuse la facilité, proposant des compositions étonnamment variées pour un album de Thrash classique, et entame son parcours via une intro lourde de sens, et un « Waste of Life » ne lésinant pas sur les soli harmoniques, les sifflantes, ou les accélérations dantesques. On pense alors à une version de TESTAMENT très virile après un stage en Suède, ou à un AT THE GATES ayant relu tous ses songbooks de KREATOR, et si le résultat n’est pas encore totalement personnel, il n’en est pas moins percutant, et euphorisant.

Très proprement produit, ce troisième LP censé représenter le pinacle de la carrière du groupe l’incarne avec brio, et entre des écrasements de vertèbres méchamment puissants, et des BPM qui s’affolent à la moindre occasion, « Ritual Cleansing » confirme la bonne impression, et revisite les nineties de Roadrunner avec un panache certain. Breaks inspirés, cassures classiques mais bien amenées, chanteur qui  puise dans ses tripes et phrase diabolique, paire de guitaristes en pleine osmose SLAYER, rythmique inépuisable, le groupe est au sommet de sa forme, et cavale bon train pour rejoindre la prochaine gare. Et il ne risque pas de manquer le départ, au vu de la fougue dont il fait preuve, et même si la plupart des plans sont d’un formalisme indéniable, l’ensemble dégage une sensation de fraîcheur assez incroyable. On sent que toutes les influences du groupe ont été mises à contribution, et que l’expérience de quinze ans de pratique commence à porter ses fruits murs, et les titres s’enchaînent sans temps mort, avec toujours en exergue un batteur qui abat un boulot incroyable, et qui adapte un tempo MOTORHEAD à une déclaration d’intention CARCASS (« The Cult of I »). Alors évidemment, sur près de cinquante minutes, le quintet n’évite pas toujours les maladresses et les redites, mais cette petite heure de Thrash/Death bouillonnant fait le job à merveille en ralentissant la cadence à des moments idoines, ou au contraire, en saccadant à la nordique pour nous les hacher menues (« Enter the Hivemind »). Toujours à cheval entre le classicisme purement Thrash des années 90 et la fluidité Death de la même époque, SOULWOUND revisite un répertoire historique pour en proposer sa version, et entre des intros bien trouvées, des percussions convaincantes, et deux guitaristes qui ne se contentent pas de doubler les mêmes parties, le résultat est détonnant à défaut d’être étonnant, et d’une efficacité endiablée.

Quelques morceaux auraient sans doute gagné à être expurgés de quelques passages, mais globalement, la tuerie est impressionnante, et les quelques mid-tempi vraiment prenants, même lorsqu’ils n’occupent qu’une petite partie du métrage (« Error in the System »). Faisant preuve d’ambition dans la confiance, le quintet trouve toujours la petite idée qui fait la différence, un chant plus grave, plus traité, une compression ébouriffante ou au contraire une aération pleine de flair. Il est inutile toutefois de nier que les quarante minutes passées, l’attention se relâche, même si le groupe nous a réservé un épilogue épique et bien construit (« Death of the Sun »). Et en mettant en balance tous ces arguments, il s’avère que The Suffering incarne le troisième album parfait pour une formation de la trempe de SOULWOUND, et une marche vers la reconnaissance franchie avec un brio incontestable.     

              

Titres de l’album:

01. Waste of Life

02. Ritual Cleansing

03. Pleasures

04. The Cult of I

05. Enter the Hivemind

06. Meat Puppets

07. Error in the System

08. This Hatred

09. Apex Parasite

10. Death of the Sun


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/06/2021 à 18:09
80 %    84

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05

Arioch91

J'ai aussi trouvé que la vidéo était too much pour les 30 ans de Machine Head.Un paquet de zicos présents sur la vidéo ont un groupe bien plus vieux que ça et ça balance des "30 years ! wooohhhhhhhhh ! Great ! Incredible ! Inbeliva(...)

15/10/2021, 08:21

RBD

Normal, j'en ai servi l'autre soir. C'est de saison.Monolord va tourner en Europe et en France en novembre prochain, je crois.

14/10/2021, 23:09

Gargan

Le premier truc auquel j'ai pensé : civet aux cèpes... pfff..

14/10/2021, 21:11

Hoover

 @Arioch91: Personnellement j'aime bien World painted blood, ça ne réinvente rien mais c'est bien fait, le seul album de trop pour moi c'est le dernier. Quant à King c'est de loin le membre de Slayer qui m'intéresse le moins, pas sûr(...)

14/10/2021, 18:13

l\'anonyme

@ Jus de cadavre: non, ce n'était pas avec Holt mais avec Phil Demmel. Holt avait mentionné qu'il se consacrait maintenant pleinement à Exodus et King avait dit que, avec Holt, ça ferait clone de Slayer et que ça n'aurait pas de sens. (...)

14/10/2021, 11:41

l\'anonyme

Personnellement, je trouve que "Where can you Flee?" est meilleur que "the king let his crown". Mais ce ne sera pas l'album du siècle et probablement le moins bon d'Unleashed. Et puis, ce son de guitare sur "The King...", pas vraiment percutant p(...)

14/10/2021, 10:59

pierre2

........... encore un groupe que j'ai vénéré mais qui aurait dû s'arrêter depuis bien longtemps !

14/10/2021, 10:34

Jus de cadavre

Ce n'était qu'une rumeur lancée par la femme de King (elle cause beaucoup pour ne rien dire elle) le projet de KK (ça parlait aussi de Phil Anselmo et Gary Holt, en gros Slayer sans Araya quoi). Mais rien de nouveau la dessus j'ai l'impression. Le jour ou (...)

14/10/2021, 10:25

Humungus

"Le projet du père King avec Paul Bostaph ça en est où ?"Ah bon ?!J'étais pas au jus de ça du tout...Alors du coup effectivement : Ça en est où ?

14/10/2021, 10:00

Arioch91

Pour moi, le dernier bon album de Slayer, c'était Christ Illusion.World Painted Blood partait un peu en roue libre et Repentless, j'ai pas aimé du tout.Araya étaint rincé et avait envie d'une seule chose : profiter de sa retraite.Le (...)

14/10/2021, 09:09

Kerry King

Le projet du pere King avec Paul Bostaph ça en est où ?

13/10/2021, 22:40

dawad

Ils ont fait un bon album, le premier.

13/10/2021, 20:32

RBD

Machine Head... c'est une vieille histoire de fidélité entre Flynn et moi, au gré des rédemptions successives et de lives toujours sérieux à défaut d'être très spontanés parfois. J'apprécie même les a(...)

13/10/2021, 13:41

Humungus

Je ne pensais vraiment pas à une reformation de SLAYER en disant ça mais à un autre projet monté par Kerry.Je suis en gros d'accord avec toi concernant le timing séparation de SLAYER... Même si cela me fait grandement chier hé hé h&e(...)

13/10/2021, 13:17

mortne2001

Et on va à la ligne de temps en temps monsieur AlexXxis???? TU VEUX NOUS FAIRE SUFFOQUER, C'EST CA??????

13/10/2021, 11:55

Jus de cadavre

Et bien de mon coté je ne souhaite vraiment pas le retour de Slayer par contre ! Déjà, Araya a prévenu que pour lui c’était définitivement terminé. Donc si Slayer venait à se reformer ce serait sans lui. Donc bon, ce ne serait mê(...)

13/10/2021, 11:47

Humungus

Croisons les doigts pour ça Jus de cadavre !Croisons aussi les doigts pour que cela soit bon si cela se fait... ... ...PS : Une news sur MACHINE HEAD où on fini par commenter sur SLAYER...CQFD

13/10/2021, 11:17