T.h.i.n.k

T.h.i.n.k

05/10/2016

New-r Produkt

Aretha Franklin nous conseillait de « penser à ce qu’on essayait de lui faire », George Harrison nous invitait à penser pour et par nous-même, Descartes pensait donc était, mais les résidents d’Alfortville nous demandent juste de p.e.n.s.e.r.

Ça peut paraître évident, mais n’oublions pas tous les sens possibles de ce terme. Penser, réfléchir, cogiter, déduire, et plus simplement analyser, et ressentir. Ressentir les besoins, les nôtres et ceux de nos contemporains, ceux de la planète, d’une société qui se gangrène de l’intérieur…

Penser. Essayez. Fermez les yeux, et fixez-vous sur une idée. Pas une idée fixe, mais une idée qui peut grandir en vous, s’échapper de votre cerveau et contaminer la planète comme un virus de pandémie.

Vous visualisez ce serpent qui se glisse hors de votre peau pour planter ses crocs dans les idées reçues et les nécroser ?

Ce serpent, Tanguy le chante justement. Il le chante parce qu’il l’est. Ses paroles sifflent le long de sa langue, et s’insinuent dans les couloirs sinueux d’une ville mondiale qui étouffe.

T.H.I.N.K.

Cinq petites lettres pour trois grands musiciens (Tanguy, ex NO RETURN, au chant, Nob à la guitare et Seb au kit), sept énormes morceaux, et un gigantesque premier album. Ni plus ni moins, un passé consistant, un présent insistant pour un avenir important.

La musique du trio ne fait pas dans le détail tout en les accumulant, tâtant du Hardcore par tous les pores en trempant les pieds dans le Metal Indus froid et masqué. A l’heure où le Metalcore est roi, ou le Hardcore fait la loi, le melting-pot proposé par nos trois acolytes fait tâche dans un paysage uniformisé qui souvent se contente de formules usées, les mêmes que Tanguy conchie en couchant sur papier les concepts qu’il honnit.

T.H.I.N.K. existe depuis 2011, rode son répertoire et prépare son grand soir, celui du hold-up star à grands coups de pied de biche Core que les musiciens enfoncent sous le rideau de fer de la normalité musicale. Prêts à tout défoncer, les ex NO RETURN et DENONCIATOR se servent d’influences notables, qu’ils prennent la peine de citer (KILLING JOKE, BOTCH, UNSANE, AGNOSTIC FRONT, PRONG), pour les adapter à leurs points de vue radicaux.

Ces points de vue trouvent écho dans un son. Un son énorme, grave, le même qu’on trouvait sur le dernier effort de Jaz Coleman & co, ou sur les ultimes albums de PRONG avant la séparation. Ils trouvent aussi écho dans les accords froids et puissants de Nob, dont la guitare use des cordes vocales graves du haut-parleur Induscore des années 80/90, et dans la frappe de Seb, qui martèle ses futs comme un métronome, évoquant souvent un savant mélange entre Ted Parsons et Charlie Ondras. Mais ces points de vue sont aussi ceux de Tanguy, qui avait déjà prouvé depuis longtemps son talent de parolier et de vocaliste sur deux albums de NO RETURN (Seasons of Soul en 1995 et le EP Red Embers en 1997), et qui une fois de plus use et abuse de ces tonalités rauques et vindicatives qui sont sa trademark.

Le résultat ? Une osmose fatale pour une injection de lucidité musicale létale, sous la forme d’un énorme bloc de plomb Hardcore et de Metal façonné à la méthode Industrielle. De loin, la musique surpuissante du trio évoque un savant alliage entre les mécanismes de PRONG et la rage sourde d’UNSANE, incarné avec la rigueur animale d’un KILLING JOKE abyssal. En soi, un cocktail Molotov de guitares qui écrasent, qui laminent, qui tranchent et ruminent, d’un chant qui éructe, conseille, ordonne et vitupère, et d’une rythmique qui lie le tout d’une précision et d’une lourdeur impressionnantes.

Sept morceaux, dont une intro, mais une variété dans la cohérence qui prouve que T.H.I.N.K. n’est pas le groupe d’un seul ton.

Mais il faut dire que « Une Autre Vie » vous met rapidement au parfum avec ses six cordes aussi lâches et profondes qu’un Downcore de l’enfer, tandis que Tanguy vous assène sa première litanie :

« C’est ton jour de chance, remets le compteur à zéro, offres-toi cette autre vie, elle serait là, ta vie ! »

Cette autre vie, c’est bien évidemment ce premier album sans compromis, qui démarre lourdement pour accélérer la cadence d’un énorme « Elle Serait Là, si Lourde », qui cavale d’un riff que n’aurait pas renié Billy Milano. Un peu Crossover dans l’esprit, fond Thrash pour attaque Core et pit qui te dévore, tandis que Tanguy s’époumone sur un « Il y a tant d’années, tant de vision entassées, blessures, orgueil, METAL ! ». Et tout est là, résumé, si lourdement justement, ce parcours individuel au service du Thrash, dévorant du Hardcore de façon industrielle pour évacuer un ressenti sans pareil…

Pas d’ego, juste des mots (dont ceux de Boris VIAN) et des maux, des thématiques puissantes, des images dérangeantes, et loin des formules parfois toutes faites du Metal français, un réel talent d’auteur qui cherche à aller plus loin que les leitmotivs usés jusqu’à la corde de mi.

« Serpent », déjà présenté en vidéo sur Youtube, c’est le fameux reptile virus que je décrivais en préambule, sournois, qui ondule sous les fréquences d’une intro grondante, avant de filer d’un tempo groovy sous les pierres de la vie. Beat d’airain qui pourtant chaloupe sans sombrer, chant au phrasé décalé, personnage incarné par un vocaliste interné, qui s’amuse à entrer dans la peau de son personnage de dénonciateur désencarté. Concassages purement Thrash, le serpent mord, fait le mort mais jamais ne s’endort pour un opéra en PRONG JOKE majeur, aussi déhanché qu’un handicapé claudiquant sur les trottoirs de l’espoir.

Et plus l’album avance, plus le réalisme nous devance, même en allant « Tout Droit », d’un pas chaotique aux dissonances électriques. Est-ce là tout ce que le groupe nous souhaite ? Il semblerait que cet up tempo le prouve d’un petit tour sur des BPM à peine sortis du four qui percutent un refrain mélodique contrebalançant des couplets grinçants.

L’ironie de la voix ne cache pas la voie, et « Le Désert » vous attend, pour un déluge de plomb chauffé à blanc, gardant en ligne cette confrontation majeure entre Metal, Indus et Hardcore, pour une lutte à mort entre des guitares à la Geordie et un chant qui réchauffe et refroidit. « Tu as chaud, tu as soif, tu n’as rien à faire », sauf affronter l’enfer, celui que nous propose le néant de «Blackout », qui plaque sur les conduits un énorme riff redondant qui tombe dans les stridences et la disharmonie avant de la retrouver sur un refrain vraiment prenant, et ne reste plus au final qu’à redevenir « Humain », avant qu’il ne soit trop tard…Intro de cordes orientales, poussée d’adrénaline Indus, et sept minutes et vingt-cinq secondes de charge frontale qui replacent dans le contexte tous les vecteurs précédemment définis. Collision entre mélodie et furie, percussion de rythmiques contraires, et lignes vocales habitées qui circulent dans vos veines. Humain ? Oui, nous le sommes encore, et T.H.I.N.K. nous le rappelle en hurlant très fort, quelques années avant la mort.

« Je suis le compte à rebours »

 Vous pouvez prendre ce vers comme un avertissement. Global bien sûr, nous rapprochant d’une fin inéluctable, mais aussi personnel, celui qui décompte les secondes qui séparent le trio d’un succès inévitable. Pensez. N’oubliez pas de penser. Mais T.H.I.N.K. ne vous oblige à rien. Il vous présente juste des faits. Et fait exploser votre cerveau d’une détonation énorme, comme une bombe humaine et musicale qui n’attend que l’étincelle de votre passion pour éclater.

Titres de l'album:

  1. Une Autre Vie
  2. Elle Serait là, si Lourde
  3. Serpent
  4. Tout Droit
  5. le Désert
  6. Blackout
  7. Humain

Bandcamp officiel

par mortne2001 le 19/10/2016 à 12:15
85 %    1089

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


mazak
membre enregistré
19/10/2016, 12:20:52
Très bon album. Le titre "serpent" est une petite tuerie !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32