Difficile de nos jours d’établir avec précision les limites qui séparent le BM du Post BM, du Sludge, du Doom, du Blackened Doom et de toutes ces extensions qui finalement ne représentent qu’une seule philosophie de base. Le nihilisme mélodique, la puissance, la grandiloquence et le refus des conventions stylistiques. Et surtout, une impénétrable beauté dont les contours sombres se veulent aussi extrêmes que leur concrétisation musicale.

Mais après tout, l’important n’est-il pas de ressentir sans vraiment savoir avec précision ce qui stimule ces émotions ? Je pense que oui. Alors peu importe l’étiquette sur le flacon, seul en importe le contenu et l’enivrement des sens que son essence déclenche.

Et m’est d’avis que notre cas matinal n’éclairera pas plus notre lanterne dans le bouillard de la perception, puisqu’une fois de plus, les frontières sont floues et la démarche personnelle et multiple.

On le sait, que les Finlandais abordent le BM, le Folk Metal ou le Pagan, ils le font d’une manière tout à fait personnelle. La culture nationale est ainsi emprunte de fantasmagorie et de légendes qui lui permet de se différencier de ses voisins nordiques, et encore plus de ses cousins Européens. Et le cas éminemment hermétique de NEPHILIMS HOWL ne changera en rien la donne, et aura même tendance à la complexifier encore plus.

Joli coup remporté par un groupe aux deux années d’existence, qui dès son premier album ne lève pas le voile et se cache encore derrière le paravent du mystère de genre. Mais ne luttons nous pas depuis quelques années contre les théories de genre ?

Il y a deux ans, l’underground BM s’est agité de la naissance d’un nouveau représentant. Axé en trio (Reavhan - chant, AEK – batterie & percussions, VJR – guitare, basse et synthé), le monstre pluriforme NEPHILIMS HOWL n’avait d’autre but que de rester fidèle à ses convictions d’expression, qui leur permettait d’utiliser des éléments complémentaires mais disparates pour parvenir à leurs fins, jouer la musique la plus compacte, la plus occulte possible, sans pour autant se parer d’ors ou de sang, et en restant dans une normalité de conception assez tangible.

Pour autant, et maintenant que leur premier LP est disponible, il est assez aisé de juger leur parcours, et surtout, d’analyser leur modus operandi, qui débouche sur la création non d’un nouveau style, mais l’émergence d’une expression concrète se sevrant de courants déjà existants.

Ils le définissent eux-mêmes avec une certaine pertinence, et parlent d’une descente aux abymes, brumeuse, ténébreuse et pourtant harmonique et assez douce, comme une descente aux enfers poétique qui vous force à faire le point avec vous-même et vos propres goûts en matière d’extrême. Et inutile de le nier, Through The Marrow Of Human Suffering est extrême à sa manière. Mais la présence de ce premier jet au catalogue immaculé de noir des I, Voidhanger aurait déjà suffi à comprendre que nous avions affaire à quelque chose de différent. De tellement différent qu’il devient quasiment impossible d’en définir les limites et la profondeur par quelques comparaisons habiles.

Tout commence par une très longue intro de plus de quatre minutes, ample, sombre, aux dissonances en forme d’avertissement, et aux percussions dignes des meilleurs représentants de la scène Post Hardcore (NEUROSIS/COL). Quatre minutes et trente-deux secondes de procession martiale, qui plante un décor en trompe l’œil, mais qui grandit comme la menace d’un trou béant à même de vous avaler à jamais.

Puis cette intro se fond dans le premier morceau chanté de l’album, le majestueux et emphatique « Of Ordeals And Triumph », entamant sa litanie par un énorme accord sourd, avant de laisser de nouveau ces percussions incantatoires donner le rythme.

Rythme cohérent qui se veut modéré ou lent tout au long de l’album, mais qui trouve ici sa première incarnation, suivant les pas d’un OPETH résigné ou d’un PARADISE LOST étourdi d’une émotion Doom plus violente qu’à l’habitude. Le chant de Reavhan, en arrière-plan, un peu rauque et à la limite de la fausseté sur les accents harmoniques est incantatoire, mais s’adapte très bien de la monotonie des riffs qui ne changent que très rarement de tonalité sans pour autant se montrer rébarbatifs.

On sent une réelle volonté de proposer une véritable progression rythmique, qui se repait d’une double grosse caisse empesée et pesante, et de quelques arrangements bruitistes qui nous perdent les derniers repères en route.

Cinq morceaux, dont deux atteignent ou dépassent les dix minutes, pour une longue symphonie qui finalement, s’avère d’une richesse extraordinaire, même si les desseins ne sont pas encore clairement posés. Ce qui est certain au demeurant, c’est que NEPHILIMS HOWL a opté pour un expressionisme formel, qui refuse tout effet choc et cheap, pour se concentrer sur l’essentiel, de longues suites qui mixent dans un même allant une certaine forme de Heavy maladif, de Doom non restrictif, le tout saupoudré d’un BM lunaire, à cent lieues des us et coutume du style.

Ici, c’est le pilonnage du message qui compte, ce fameux message que les trois musiciens nous expliquent en ces termes :

«Through The Marrow Of Human Suffering traite de la contemplation existentielle, il se concentre sur la place de l’individu au travers des âges, cette sensation de s’évanouir comme la gloire du passé, mais aussi du combat pour comprendre notre force dans la logique des évènements, pour découvrir ce qui nous prive de notre potentiel »     

C’est donc de cette logique que découle le monolithisme pas si figé que ça de « Hate Revelations », qui pendant presque six minutes reste bloqué sur un Heavy Black vraiment concentré et malmené, avant de s’abandonner à des sonorités dignes d’un progressif occulte des 70’s, sorte de Proto Folk un peu retardataire n’usant pas d’instrumentation acoustique.

  

« Against the Worlds That Bind Us » augmente la compression Black et représente sans doute l’acmé d’une violence sourde que le groupe assume depuis le début du disque de façon plus ou moins détournée, et se rapproche des racines scandinaves du Black le plus lancinant.

On pourrait croire que la longue procession de clôture, « Through the Marrow of Human Suffering I, II & III » se veut point de focalisation ultime d’un premier LP en forme d’énigme, mais elle n’en est que la simple conclusion et l’épilogue logique, tant ce titre reprend les formules d’usage pour imposer un dernier cadre étendu et cohérent. Même lenteur héritée du Doom avec cette basse énorme et cette guitare écorchée surplombées de harangues vocales dramatiques, mêmes breaks logiques, qui privilégient les dissonances et le feedback, mêmes faux silences qui déchirent l’espace sonore, pour un final en crescendo chaotique qui laisse la rythmique frapper comme bon lui semble sans nuire à l’ensemble. Une visite étrange à cheval entre le présent musical et le passé thématique, pour des sonorités finalement sans âge, qui pourraient se vouloir écho d’une plainte hurlée il y a quarante ans, tout comme un cri de naissance assez récent. Car les NEPHILIMS HOWL défient le temps, ce que cette ultime accélération semble prouver en unissant la force et la brutalité du BM moderne et les arrangements musicaux du Rock occulte de la charnière 71/72.

Mais NEPHILIMS HOWL en soi, de son baptême unissant dans la même trinité la bête, l’homme et les Dieux, est une énigme qui défie le temps et l’espace. Une expérience unique en forme d’introspection qui n’a cure des querelles de genre. Et Through The Marrow Of Human Suffering est un voyage sensoriel très bizarre, ni Doom, ni Heavy, ni Black, et tout ça à la fois. Et autre chose en même temps.


Titres de l'album:

  1. Void Reflections I - Remembrance
  2. Of Ordeals and Triumph
  3. Hate Revelations
  4. Against the Worlds That Bind Us
  5. Through the Marrow of Human Suffering I, II & III

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/05/2017 à 14:15
80 %    219

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Groundbreaker

Groundbreaker

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".


Pour les nostalgiques du Hellfest "oldschool" on a retrouvé une plateforme de ventes de billets bien moisie et complètement surchargée :)
(et +10€ de prix du pass par rapport à 2018)
Mais j'ai mon sésame...


joli