Under My Skin

Metalriff

15/08/2020

Australis Records

En voilà un nom qu’il est franc et qu’il fait plaisir ! Après METALLICA et METAL CHURCH, revoici donc les METALRIFF, qui comme leur baptême l’indique, jouent du Metal avec plein de riffs. Originaire du Chili, le groupe n’en est pas à son coup d’essai, et a déjà publié un premier longue-durée en 2018, Blinded, qui leur a permis d’agiter l’underground de soubresauts modérément extrêmes. Humbles dans leur démarche, les METALRIFF ne prétendent pas révolutionner quoi que ce soit, et admettent dans leur bio des affiliations évidentes. Fans du Thrash éternel des années 80, les chiliens adoptent donc des postures classiques, revendiquent des influences formelles (METALLICA, MEGADETH, IRON MAIDEN, ANTHRAX, SLAYER, TESTAMENT), et jouent une musique sinon novatrice, du moins agréable en oreilles. Fondé en 2017, le groupe est donc plutôt productif, avec deux albums en trois ans d’existence mais aussi un EP l’année même de leur création (Pray or Die), et cet Under My Skin, loin d’Avril LAVIGNE évoque plus volontiers un MEGADETH des années 90 pour sa propension à jouer l’équilibre entre Heavy Metal mélodique et Thrash harmonique. C’est donc une livraison de très bonne facture que les chiliens glissent dans notre boîte à ouïes, un peu timorée parfois, mais heureusement équilibrée par des passages beaucoup plus furieux rappelant le METALLICA de Master of Puppets. De nobles comparaisons pour un travail excellent, même si la frustration s’incruste parfois dans l’écoute, naissant à l’orée de plans que l’ANNIHIATOR le plus raisonnable plaçait sur ses disques les plus dispensables.

METALRIFF ce sont donc quatre musiciens (Leonel Contreras - chant/guitare, Felipe Mardones - guitare lead, Patricio Muñoz - basse et Carlos Vargas - batterie), dont l’un d’entre eux ressemble à une version de Mike Muir après des mois de musculation. Un quatuor à l’aise dans ses baskets, qui a souhaité cet album plus précis et plus technique, et en connaissant son prédécesseur déjà chroniqué, autant dire que la mission a été remplie avec brio, et le défi relevé avec les honneurs. Dans un créneau de Crossover Heavy/Thrash, les chiliens jouent une partition très agréable, qui certes n’atteint pas des sommets d’intensité, mais qui redonne au Heavy Metal viril ses lettres de noblesse en plaçant de ci de là des idées tirées des songbooks de MAIDEN et du PRIEST (« From Saint to Demon »). Doté d’un frontman solide à la voix modulée, et d’un soliste qui connaît bien ses gammes, le groupe n’a plus qu’à dérouler ses riffs métalliques pour nous emballer, ce qu’il fait sans complexes dès « Blood & War ». En occultant complètement l’originalité pour se concentrer sur l’efficacité, le combo de Santiago se place donc dans la lignée old-school qui squatte nos colonnes depuis une dizaine d’années, et si je devais établir un parallèle plus ferme, je dirais que l’ensemble sonne comme une combinaison habile de la fluidité mélodique de Jeff Waters et la hargne raisonnable des DEATH ANGEL, le tout passé au prisme d’un Heavy Metal plus classique de la fin des années 80. Alternance entre mid tempi voraces et accélérations fumasses, Under My Skin fait bonne impression, et aligne les morceaux solides et versatiles.

Evidemment, les fans de fraicheur et de surprises en seront pour leur frais, même si le quatuor a aménagé des espaces de respiration plus prononcés. On se love au creux du souvenir de FLOTSAM et METAL CHURCH en écoutant le tendre « The Emptiness », qui met en relief la pureté de la voix de Leonel Contreras, avant que la machine ne s’emballe façon Power Ballad pour singer les tics les plus sensibles de TESTAMENT. Avec des titres conséquents en durée, les chiliens démontrent un savoir-faire indéniable dans l’agencement des plans, et troussent toujours des intros bouillantes, avant de lâcher les guitares façon chiens sauvages, et flirter avec un Mosh proche d’ANTHRAX (« The Borderline »). Si la voix de Leonel est plutôt agréable, elle manque de puissance sur les passages les plus intenses, et n’autorise pas le projet à décoller vers les paradis de violence d’ordinaire visés par les maniaques de la nostalgie. C’est ce qui empêche formellement de rattacher le concept au Thrash pur et de parler plutôt de Heavy Thrash, sans vulgariser le travail accompli. Heureusement pour nous, certains morceaux rentrent moins facilement dans le rang, et laissent les watts déborder, à l’image du conquérant « From the Ashes » qui bombe le torse de sa basse pour retrouver le son symptomatique new-yorkais.

On sent que le groupe à des ambitions, qu’il formalise sur les chansons les plus longues, et « Puppets Clowns » se pose en climax tout à fait crédible, avec son riff énorme et redondant, qui pousse Leonel à racler un peu plus ses cordes et nous offrir une prestation proche d’Hetfield et Belladonna. On se retrouve donc dans la fournaise de la Bay-Area de la fin des eighties, et la sensation est décidément appréciable, et ce morceau indique que lorsque les METALRIFF se laissent aller à plus de méchanceté, ils sont fort crédibles et plus persuasifs. Et comme le final « Don’t Be Afraid to Die » nous les écrase bien menues, la fin de l’album permet de reprendre confiance et de remotiver les troupes. Sans être un must have, Under My Skin s’insinue dans votre mémoire comme un virus sympathique et non létal, et laisse une sensation de bien-être, se permettant d’être plus recommandable que des sorties Thrash soi-disant plus primordiales. Mes sincères encouragements messieurs, en souhaitant que dans le futur, vous vous montriez un peu plus incisifs et moins mélodiques. Mais ceci n’est qu’une recommandation subjective et personnelle bien sûr.      

                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Blood & War

02. Under My Skin

03. From Saint to Demon

04. The Emptiness

05. The Borderline

06. From the Ashes

07. Puppets Clowns

08. Don’t Be Afraid to Die


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/12/2021 à 17:28
78 %    67

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26