Viles Contrées

Gévaudan

26/07/2019

Autoproduction

Le GEVAUDAN (en occitan : Gavaudan ou Gevaudan ; en latin : Gabalitanus pagus) est une ancienne province française. À la Révolution française son territoire a servi de base pour former le département de la Lozère. (Wikipedia, géographique).


La Bête du GEVAUDAN (la Bèstia de Gavaudan en occitan) est un animal à l'origine d'une série d'attaques contre des humains survenues entre le 30 juin 1764 et le 19 juin 1767. Ces attaques, le plus souvent mortelles, entre 88 à 124 recensées selon les sources, eurent lieu principalement dans le nord de l'ancien pays du Gévaudan. Puisant leur inspiration dans un essai du gynécologue Paul Puech (1910) ainsi que dans les romans de l'angliciste Abel Chevalley (1936) et du folkloriste Henri Pourrat (1946), plusieurs ouvrages et articles rédigés par des défenseurs du loup évoquent l'œuvre d'un tueur en série éventuellement figuré en dresseur de fauves et parfois identifié au comte de Morangiès ou à un fils de Jean Chastel prénommé Antoine. Or aucun document ne corrobore cette hypothèse d'une implication humaine, essentiellement influencée par le genre romanesque.
(Wikipedia, historique)

Le GEVAUDAN et sa bête ont donc alimenté le bestiaire fantastique de l’histoire, et tous ceux ayant vu le film « Le Pacte des Loups » pensent en connaître l’histoire. Personne ne sut vraiment qui fut responsable de toutes ces attaques, mais avant d’être le théâtre de massacres plongeant la population dans les affres de l’angoisse, le GEVAUDAN était déjà une terre de mystère et de contes. Depuis 2017, un musicien français s’est focalisé sur ses légendes et sa mystique, et c’est aujourd’hui qu’il nous propose de nous raconter sa propre vision des choses, au travers de ce premier long qui ne cache aucunement ses accointances avec le BM le plus formel des années 90. Fondé par M.T comme un one-man band, GEVAUDAN est donc l’œuvre d’un seul homme, qui s’est débrouillé pour faire entendre sa parole d’un Black Metal très traditionnel, à cheval entre l’aridité des dogmes de départ, et des mélodies qui ont conduit ensuite à en faire un genre un peu plus noble et acceptable. Viles Contrées est donc son premier jet longue-durée, tout à fait raisonnable d’ailleurs puisqu’à peine au-dessus de la demi-heure, mais il s’en dégage un parfum très spécial, un peu brumeux, ombrageux, et d’un enivrement assez agréable de sa pluralité. Loin de se contenter de foncer dans le tas, le musicien originaire de Bretagne module donc, et articule ses compositions autour d’ambiances vraiment prenantes, qui ne sont pas sans rappeler une combinaison entre la sècheresse canadienne des années 90 et la florissante moisson nationale du siècle suivant.  

Sans s’ancrer dans une mouvance particulière, et en acceptant le folklore comme composante essentielle d’une musique abrasive, MT nous propose donc sept véritables morceaux, entourés d’une intro et d’une outro, n’hésitant pas à utiliser du matériel acoustique et à laisser une grande place aux arrangements, pour un voyage  régional dans un pays unique, source de fantasmes, qu’il retranscrit parfaitement bien de son inspiration multiple, mais cohérente. Sans hésiter à appuyer sur les aspects les plus abrasifs du BM des origines, MT nuance le propos et adapte ses rythmiques, qui peuvent se vouloir impitoyables et tempétueuses (« Exorcisme »), ou au contraire plus en relief et avides de mouvements et émotions (« La Bête »). Loin de se borner à reproduire des schémas déjà existant, le musicien pioche donc dans son passé et dans l’histoire de quoi alimenter ses propres histoires, sans renier ce côté underground qui permet de le rattacher à une certaine frange française extrême qui passe aujourd’hui pour un cas d’école sur la scène internationale. Guitare acide, mais semblant parfois résignée, rythmique qui s’adapte aux humeurs, chant bien évidemment écorché, Vile Contrées s’apparente à un voyage initiatique au cœur des mythes du passé, comme une visite guidée par les esprits anciens, impression renforcée par une production un peu étouffée, et une recherche paradoxalement poussée dans l’épure. Aucun effet de manche, aucune prétention progressive, mais des arguments en rideau de fumée, d’une brume matinale opacifiant la réalité, et un trip aux confins du fantasme, pour un disque qu’on comprend bricolé à la maison, mais à la portée professionnelle indéniable.

Très peu de longues introspections, des titres qui savent rester raisonnables, des similitudes dans les thèmes de guitare, mais un travail vocal recherché, qui hésite entre récitation discrète et harangue agressive, et paradoxe d’une douceur dans la violence qui crée une scission avec la plupart des acteurs de la scène (« Cimetière », des lignes vocales en narration pour un background mélodique à la DISSECTION). Avec une place laissée à la culture locale (« Penc'hoed sant lalu (Exode rural) »), un intérêt pour les choses de la terre, une fascination pour le vrai, GEVAUDAN pourtant loin du Folk Black en emprunte certains accents, sans verser dans la niaiserie d’une instrumentation trop mièvre, et ne se repose que sur les structures classiques (basse/guitare/batterie et chant) pour épouser les contours des histoires qu’il raconte. On sent une véritable humilité dans ce travail d’artisan, certes misanthrope dans sa mise en forme, mais plein d ‘empathie dans le rendu, avec ce BM biscornu, étrange, qui se love au creux d’un Metal plus formaliste pour soudainement éclater les carcans de blasts furieux. Très modeste, ce premier album est une petite chose précieuse, comme une vieille légende oubliée qui reviendrait à la vie et qui célèbrerait la vie paysanne, la gloire de la terre, et la préciosité des valeurs de base de l’humanité. Loin de jouer les pingres créatifs, MT nous donne beaucoup, se détache des obsessions habituelles, et compose selon son inspiration, sans se brider, pour toujours illuminer la noirceur d’harmonies acides et de cassures de rythme impromptues (« Notre Terre »). On apprécie donc cette lucidité musicale teintée d’onirisme historique, un peu comme un pèlerinage sur les terres des anciens pour en ressentir le passé, légué comme un ultime cadeau avant l’oubli. Un beau travail d’amateur, de passionné dans le sens le plus noble du terme, et un Vile Contrées qui au final s’avère un peu court, mais enivrant.  
 

               

Titres de l'album :

                            1.Intro

                            2.La Bête

                            3.Cimetière

                            4.À la fenêtre 

                            5.Exorcisme

                            6.Penc'hoed sant lalu (Exode rural)

                            7.Notre terre   

                            8.Outro

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/06/2020 à 14:27
80 %    629

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53